mercredi 6 octobre 2010

Féminicides en Argentine, voyage d'étude avorté


Victor Hugo - Les Contemplations - livre IV,  poème XIV , Demain, dès l'aube...
 -dédié à sa fille Léopoldine-
A écouter ici http://archive.org/details/Hugo-Demain-des-l-aube-

Arrêtons de faire les autruches concernant les féminicides, du Nord au Sud... Reconnaissons tous les féminicides et pas seulement les meurtriers-
Autruche des neiges
Micheal Eastman photography

Définition précise à lire - http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html

Il faut que je vous dise que secouée au tréfonds par le courage des deux battantes des affaires Nafissatou Diallo et Tristane Banon, qui nous ont tiré du brouillard et ont réveillé les belles au bois dormant. Ainsi que par les réactions masculines, machistes et "phallocrites" à leur encontre. Non, les deux féminicides de Cassandre et Moumia ne sont pas un fait divers ! Celui d'Océane, non plus, ni aucun des autres http://www.isabelle-alonso.com/69/


Loin de là... Et j'en ai découvert toujours plus, et infiniment plus même que ce que j'imaginais dans les années 90. Et c'est pour cela que je ne peux plus me taire. Le blog, le groupe, résultat de mise en vue de mes recherches (modestement bien consciente des défauts de l'emporte pièce électronique... ) ont été déclenchés par elles et eux. Et je pense souvent, le coeur serré, aux pères courage, au désespoir exprimé par le père Hugo à  la disparition de sa fille, aux paroles du père de Cassandre... à leurs mères rendues muettes de douleur...

Tarabiscote, j'étais moi aussi blême, et cela a fait tilt, toutes les mortes suppliciées autour de mes voyages lointains sont revenues me hanter, et toutes les victimes de violences féminicides et les enfants que j'ai connues... Celles et ceux qui m'ont ouvert si grands les yeux au cours de mes pérégrinations, au point que je ne les fermerai plus jamais. Et j'ai résolu de rouvrir le dossier, mes cartons, et de récolter à nouveau les données et les comparer à celles que je gardais sous le coude depuis tant d'années abandonnées. http://la-tarabiscote-emberlificotee.blogspot.com/2011/11/pour-houria-et-cassandre-et-les-autres.html

Une sculpture en mémoire, est-ce bien suffisant ? http://www.leparisien.fr/val-de-marne-94/une-sculpture-pour-les-deux-francaises-tuees-en-argentine-19-05-2012-2006382.php (Le texte d'appel du père de Cassande, se trouve en fin d'article)

Je caressais l'ambition que le pays d'Hugo serait la dixième nation à inscrire les féminicides en droit.... Ce fût le fait de la représentation élue argentine examinant attentivement la mise au pénal des féminicides, et pas seulement d'attendre qu'elles soient mortes et de "feminicidio intimo", cela prend bonne tournure !

"La Chambre des députés Argentine a adopté en première lecture l'inscription au Code pénal du crime de féminicide, suivant l'exemple du Nicaragua, la Bolivie ou le Pérou qui ont créé ce type de crime fin 2011, après d'autres pays latino-américains: Chili, Costa Rica, Colombie, Salvador, Guatemala et Mexique. Cette semaine, quelque 200 membres de l'Association de femmes magistrats (AMJA) ont débattu à Santiago del Estero (nord-ouest) de la nécessité de renforcer les formations en matière de féminicides. "Tous les trois jours, deux femmes sont assassinées en raison de leur sexe, dans la plupart des cas par leur compagnon ou leur ancien compagnon", a dit la présidente de l'AMJA, membre de la Cour suprême de la province de Entre Rios, Susana Medina." AFP - Le JT de 12H 
"Il y a désormais une plus grande visibilité: les féminicides ne sont plus vus comme des faits isolés", a expliqué Ada Rico à l'AFP..... 119 féminicides ont pour l’instant été recensés depuis le début de l’année en Argentine ...., selon les chiffres d’une ONG. Ada Rico, directrice de l’Observatoire des féminicides : « Il y a désormais une plus grande visibilité: les féminicides ne sont plus vus comme des faits isolés »." http://www.terrafemina.com/societe/international/articles/17034-argentine-le-crime-de-feminicide-bientot-inscrit-dans-la-loi-.html
Heureusement, cela recalibre que le 28 août, la présidence s'est un peu "gourré" :
"Argentine, Cristina Kirchner, le Président a fait quelques déclarations publiques malheureuses sur la violence fondée sur le sexe, il y a quelques jours l'appelaient « violence familiale », terme incorrect qui rend invisible et permet de minimiser le phénomène structurel de la violence fondée sur le sexe, dont les chiffres révèlent la gravité de la situation. Pour s'en rappeler le président qui appartient à la moitié de la Citoyenneté et de la cale pour des raisons de sexe, ne demandez pas c'est identifié avec l'autre moitié, mais pour assister à leurs exigences et se conformer à leur électorat : violence fondée sur le sexe devrait être une priorité et urgent sur l'ordre du jour d'un thème politique, social et culturel de l'Argentine. (Traduit par BingLa presidenta de Argentina, Cristina Kirchner, hizo unas declaraciones públicas desafortunadas hace unos días acerca ..."maltrato familiar", término incorrecto que invisibiliza y minimiza el fenómeno estructural ....debe ser un tema prioritario y urgente en la agenda política, social y cultural de Argentina.  - le 28 août 2012 sur le site http://www.feminicidio.net
  • Texte d'appel au Monde du père de Cassandre Bouvier : 
"Reconnaître le crime de féminicide L'assassinat de ma fille l'impose :



Le vendredi 15 juillet, sur les hauteurs de Salta dans le nord de l'Argentine, ma fille Cassandre a été battue, violée et assassinée d'une balle en pleine tête. A la morgue de l'hôpital de Salta, ses grands yeux noirs glacés d'effroi mais pétris d'une détermination tragique comme les nombreuses marques du déchaînement des violences subies par son corps ont pétrifié d'horreur le père, la mère, le frère et la soeur venus là pour honorer une dernière fois sa dépouille et la ramener avec eux en France.
Le lendemain, l'idée s'est imposée en moi que l'enchaînement des actes commis d'abord contre sa liberté de femme et enfin contre sa vie méritait une qualification spécifique ayant les mêmes conséquences juridiques qu'un crime contre l'humanité. Le lendemain, j'ai découvert à l'ambassade de France à Buenos Aires le concept de feminicida commun à l'ensemble de l'Amérique latine. J'avais trouvé l'étendard du combat qui aurait fait la fierté de ma Cassandre.
Inscrire le crime de féminicide dans le droit pénal de mon pays est désormais le Graal de mes vieux jours. L'être humain qui bat, viole et assassine une femme parce qu'elle est femme et qu'il dispose d'un ascendant physique sur elle sera dénoncé comme un barbare et puni à l'égal d'un crime contre l'humanité. Il en sera de même pour tous les êtres humains qui en font de même en réunion.
Je ne suis rien sans l'appui de l'ensemble des femmes et des hommes de bonne volonté et sans celui des organisations qui militent pour les droits humains et contre les violences faites aux femmes. Cassandre n'aimait pas l'injustice et ses conséquences : la pauvreté, la relégation, l'exclusion. Elle aimait chercher ce qui permet aux personnes défavorisées de sortir de leur condition. Elle aimait être solidaire de tous ceux qui souffrent et agir pour eux.
J'attends des autorités exécutives et législatives du pays qu'elles affirment la nécessité absolue de garantir toujours davantage les droits des femmes et plus particulièrement leurs droits à la liberté et au respect de leur intégrité physique. Le 1er septembre, j'ai demandé au président de la République, de prendre une initiative en ce sens. Bientôt, je saisirai les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale. Lors de la prochaine élection présidentielle, je demanderai aux candidats de prendre position sur le sujet. J'inviterai les électrices et les électeurs à refuser leur suffrage aux candidats qui n'auraient pas pris d'engagement explicite pour l'inscription du crime de féminicide dans le code pénal.
La mort de Cassandre et d'Houria, sa compagne de voyage, est certes un « fait divers », et il est compréhensible qu'il soit balayé. Mais les conditions abominables de leur assassinat sont une négation de la femme qui mérite un écho médiatique constant pour la protection des êtres vulnérables.
Pour soulager ma douleur, j'ai demandé à Cristina Kirchner, présidente d'Argentine, l'édification d'une stèle commémorative sur le lieu même où Cassandre et Houria ont été niées. Lors de son récent séjour en France, elle m'a donné des assurances sur ce point. Dans les rêves les plus fous, j'imagine cette stèle comme l'illustration d'une amitié franco-argentine soudée contre le crime de féminicide. Je l'imagine comme la première d'une série composant une guirlande autour de la Terre pour témoigner du combat inlassable pour défendre la vie des femmes.
Merci, Cassandre, de m'insuffler ta générosité, ton enthousiasme et ton coeur. Houria et toi, vous êtes désormais, pour vos familles des anges inséparables. Vous serez aussi des héroïnes pour toutes les femmes argentines et françaises. Je forme le voeu que vous le soyez aussi pour tous les hommes argentins et français., fonctionnaire du ministère du budget, est le père de Cassandre Bouvier. Agée de 29 ans, celle-ci a été, de même que sa compagne de voyage Houria, âgée de 24 ans, battue, violée et tuée le 15 juillet, dans le nord de l'Argentine. , fonctionnaire du ministère du budget, est le père
de Cassandre Bouvier. Agée de 29 ans, celle-ci a été, de même que sa compagne de voyage Houria, âgée de 24 ans, battue, violée et tuée le 15 juillet, dans le nord de l'Argentine. Jean-Michel Bouvier
Reproduction autorisé sous condition de citer le site SVP © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec auteur http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/07/qui-ecrit-ici.html, date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD ©Tous droits réservés international 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire