dimanche 27 janvier 2013

Mexique et féminicides

http://www.tanianavarroswain.com.br/labrys/labrys24/feminicide/mflabrecque.htm
  • Déni continué par la résistance d'application - La loi mexicaine de 2007 contre les féminicides (terme, dont la caractéristique majeure reste en leur impunité) fût mise sur les rails notamment par Dra Marcela Lagarde et rencontre une résistance patriarcale d'application... qui ne s'en serait douté ? En outre, ne se trouve-t-il pas surentraîné par un manque d'ambition de la qualification, en éventail réduit et une seule acception de viol génocidaire conçue en crime contre l'humanité ?
  • Cependant, quelque hasard objectif m'a permis d'assister en direct, et j'ai entendu, entendu de mes propres oreilles, qui tintèrent de joie, les ministres et la décision de la Cour Suprême de Mexico City qui déclarèrent libre immédiatement et absolument Florence Cassez :
  • Et n'en déplaisent aux oiseaux médiatiques de mauvaise augure qui restent en suspicion de mauvaise aloi, je me suis donc réjouie de cette décision de beau Droit qui dit sans mégotter que montages, mises en scène, tripatouillages de preuves, ou prétendues telles, par la police mexicaine les rendent inopérantes et irrecevables. Et, donc l'on peut dire que tout magouillage abject, comme il se doit de l'appeler, reste contraire aux Droits Universels. C'est cela le principal ! http://www.cmdpdh.org/index.php?option=com_content&view=article&id=758%3Ahoy-en-dh-23-de-enero-de-2013-scjn-ordena-liberacion-inmediata-de-florence-cassezsenado-revisara-testigos-protegidos-y-arraigo-grupo-antiaborto-busca-ser-partido&catid=56%3Ahoy-en-dh

    Cela questionnant enfin curieuse coutume d'opposer droit des victimes et droits de la défense. Il ne se peut faire feu de tout bois quand on tient un présumé coupable, dont on bafoue d'emblée l'innocence présumée... en inventant n'importe quoi pour le faire payer à tout prix et au prix fort. Soixante ans dans ce contexte, c'était ce dont elle avait écopé...

    Cela va servir, cela va grandement servir et c'est bien heureux.

    Et il serait bon aussi que cela serve à reparler, réexaminer et rendre justice aux victimes de féminicides, partout, pas que meurtriers, pas qu'en Amérique latine, et sans scinder les femmes en pauvres et riches ! Car jusqu'ici motus et bouche cousue, on dirait que le Mexique perdu comme une Atlantide, que rien ne s'y serait jamais passé concernant les femmes martyrisées ? Cela pourrait pourtant enfin donner le signe que l'on ne peut plus traiter les femmes et les féminicides par dessous la jambe. Que le machisme forcené doit reculer et en vitesse. Toujours impunité des féminicides, comme dirait Mme Lagarde (une homonyme, rien à voir avec éfémi). 

    Car il se trouve que le Mexique a qualifié le féminicide en Code pénal mais sa police nationale s'en bat les flancs. Les victimes continuent à gésir sur le bord des routes.
  • Et si pour une fois, la solidarité, ce serait de mettre aussi et nous tous les féminicides en qualification pénale de crimes contre l'humanité, et pas seulement les féminicides meurtriers, bien aussi graves en répercussions politiques et sociales que le génocide généralement guerrier. Qui en doute encore ?
    "Par 'féminicide', j'entends le fait de battre, violer et assassiner une femme, explique-t-il au Parisien. J'en ai parlé à Cristina Kirchner, la présidente de l'Argentine, qui a eu la gentillesse de me rencontrer lors de son récent séjour à Paris. Je lui ai demandé l'édification d'une stèle à l'endroit où Cassandre et Houria ont été découvertes. Elle m'a donné son accord. Mais j'aimerais qu'on aille plus loin : qu'on érige une stèle à chaque endroit où un féminicide a été commis pour créer une chaîne. " Jean-Michel Bouvier aimerait que cette notion soit introduite dans le Code pénal en France... " http://www.liberation.fr/monde/01012362195-en-memoire-de-cassandre)
  • En 2009-2010, l’Observatoire Citoyen National du Féminicide de México (env. 30 000 000 habitants, 2007) compte 203 assassinats de femmes. Environ 6 000 femmes sont mortes de violences sexuelles de 1999 à 2005 au Mexique (112 336 538 habitants). A compter du jeudi 28 juillet 2011, le « féminicide » devient passible de peines allant jusqu’à 60 ans. Cf. Code pénal de Mexico. La nouvelle loi s'applique dans les cas où la victime présente des signes de violence sexuelle, de quelque type que ce soit, lésions outrageantes et dégradations et mutilations antérieures et postérieures à la mort. En outre, les menaces, violence et exposition du corps de la victime en lieux publics, et autres, caractérisent également le féminicide.

    Si nous comparions qu'en 2001, selon le rapport Henrion (Ministère de la Santé), 652 femmes mortes entre 1990 et 1999 à Paris et sa proche banlieue. Moitié de féminicides conjugaux, ou parten.
    R 1 - Paris, environ du tiers de Mexico.
    R 2 - Les féminicides ne sont pas seulement les homicides de violence domestique ; et, à comptabiliser les viols féminicides...
    Radio France Internationale - RFI notre correspondant à Mexico, Patrice Gouy "L’Etat mexicain est accusé de ne pas avoir réalisé correctement l’enquête judiciaire sur l’assassinat de 8 femmes à Ciudad Juarez. Il est accusé de « féminicidio », néologisme faisant référence à un génocide de femmes.
    L’Etat mexicain devra indemniser les familles et mener de nouvelles enquêtes approfondies pour retrouver les coupables. La Cour exige d’autre part que le dossier soit confié à la justice fédérale, celle de l’Etat de Chihuahua étant jugé déficiente. Ces huit femmes sont la pointe d’un iceberg sanglant. Les ONG estiment que 1 200 femmes ont disparu. Les chiffres officiels font état de 504 femmes assassinées depuis 1993, quand le phénomène des « assassinats en série » a été identifié.
    A l'heure actuelle, plus de 70% de ces crimes restent impunis. Et la tragédie empire, avec 114 nouveaux assassinats depuis le début de l’année. Les défenseurs des droits humains se félicitent de cette première condamnation interaméricaine qui est un véritable camouflet pour le gouvernement de Felipe Calderón. Source : http://www.rfi.fr/contenu/20091120-cour-interamericaine-droits-lhomme-condamne-letat-mexicain
Voyez comment cela traîne et louvoie... depuis 2005 au moins - Une ligne restreint aux assassinats, l'autre pas, l'on ne sait sur quel pied danser mais surtout entre pipeau et balalaïka, les femmes continuent à tomber sous les coups- Les années passent et trépassent... On ne sait que rappeler, souligner, sensibiliser mais pour interdire le féminicide de l'ordre du génocide, que nenni. Honnies soient les harpies ?
Harpie - Rapace rare, notamment au Mexique
http://www.terresacree.org/actualites/module-mere-comment-va-la-belle-bleue-1643/actualite-premiere-observation-d-une-harpie-feroce-au-mexique-depuis-13-ans-75768
Pourquoi faudrait-il attendre qu'elles meurent, alors qu'on voit bien venir la catastrophe. Rien qui tombe du ciel ! D'inattendu ou d'exceptionnel. De la quasi-routine !:°(( Pourquoi faudrait-il que les morgues restent hors champs...
Résolution 1654 (2009)1 - Féminicides -1. L’Assemblée parlementaire rappelle sa Résolution 1454 (2005) sur la disparition et l’assassinat de nombreuses femmes et filles au Mexique, dans laquelle elle soulignait notamment les premiers efforts accomplis par les autorités mexicaines pour résoudre les problèmes récurrents de violences à l’encontre des femmes dans le nord du Mexique. En même temps, l’Assemblée décidait « d’étudier la notion de “féminicide” et, en coopération avec le Congrès mexicain, de trouver la façon de l’utiliser utilement dans le contexte européen, y compris en l’introduisant éventuellement dans le droit pénal européen ».2. Le « féminicide » ou « gynocide » est le meurtre d’une femme parce qu’elle est une femme. Le terme «féminicide» a été créé par la commission spéciale de la Chambre des députés du Mexique chargée d’examiner et de contrôler les enquêtes sur les assassinats commis contre des femmes au Mexique, ainsi que de promouvoir la justice pour les victimes de féminicide, afin de décrire les meurtres et atrocités subis par les femmes parce qu’elles sont femmes.
3. Toute forme de violence psychologique ou physique à l’encontre des femmes constitue une violation de leurs droits fondamentaux et une atteinte intolérable à leur droit de vivre une vie sans violence.
4. Engagée dans la Campagne du Conseil de l’Europe contre la violence à l’égard des femmes, y compris la violence domestique, l’Assemblée continue et renforce sa lutte pour éradiquer ce fléau, en particulier les féminicides.
5. L’Assemblée note avec satisfaction les progrès qui, depuis son dernier rapport en 2005, ont été accomplis par les autorités mexicaines pour lutter contre la violence faite aux femmes et les disparitions et assassinats de femmes et de filles au Mexique.
6. Elle souligne en particulier la création en février 2006 de la fonction de procureur fédéral spécial pour les délits en rapport avec la violence contre les femmes et les améliorations subséquentes relatives à la méthode et à la célérité des enquêtes.
7. Elle se réjouit aussi de l’adoption, le 1er février 2007, d’une loi générale sur l’accès des femmes à une vie sans violence.
8. L’Assemblée demande au Mexique, en tant qu’Etat observateur, de continuer à renforcer ses efforts pour lutter contre la violence faite aux femmes et les féminicides. En particulier, elle invite le Mexique:
8.1. à veiller à la mise en œuvre de la loi générale d’accès des femmes à une vie sans violence;
8.2. à développer sur tout son territoire national des méthodes de travail permettant d’accélérer la vitesse et l’efficacité des enquêtes lors de disparitions et de violences commises à l’encontre des femmes;
8.3. à créer, en nombre suffisant, des centres d’hébergement pour les victimes;
8.4. à poursuivre ses efforts de sensibilisation dans tout le pays, en particulier auprès des professionnels en contact avec les victimes et leur famille, ainsi qu’auprès de la presse et des jeunes;
8.5. à coopérer au niveau régional avec les Etats d’Amérique centrale, notamment avec le Guatemala, sur la question des féminicides, et à partager leurs bonnes pratiques.
9. L’Assemblée demande aux Etats membres du Conseil de l’Europe, dans leurs relations bilatérales avec le Mexique, de mettre cette question à l’ordre du jour de leurs rencontres, en prenant en compte à la fois les principes du respect mutuel et de la coopération inscrits au cœur de ces relations, et le fait regrettable que ce problème s’observe à l’échelle planétaire.
10. Dans le cadre de la coopération et du dialogue politique entre le Mexique et l’Union européenne, l’Assemblée demande à cette dernière de veiller à ce que les féminicides et leur impunité soient systématiquement inscrits à l’ordre du jour des rencontres entre les différentes institutions.
11. En outre, le problème de ces graves violations des droits de la personne humaine est particulièrement significatif au niveau mondial.
12. L’Assemblée est en effet consternée par les millions de femmes et de filles «manquantes», c’est-à-dire qui ne sont pas nées ou qui meurent prématurément dans de nombreuses régions du monde, comme en Asie du Sud et de l’Ouest, en Chine et en Afrique du Nord.
13. L’Assemblée constate que la sélection des fœtus et l’abandon des filles nouveau-nées, et le manque de soins accordés aux filles existent aussi en Europe dans certaines communautés immigrées qui marquent une préférence pour les garçons.
14. En conséquence, l’Assemblée demande aux Etats membres du Conseil de l’Europe, dans leurs relations avec les pays tiers, d’encourager les familles à mieux traiter leurs filles, à les éduquer et à les considérer comme un capital humain plutôt que comme une charge.
15. L’Assemblée demande à l’Union européenne de mettre à l’ordre du jour le problème des féminicides et des violences faites aux femmes tant dans le cadre des négociations pour l’entrée d’Etats tiers dans l’Union européenne que dans ses relations extérieures.
16. L’Assemblée demande aux parlements nationaux de prévoir une loi générale/intégrale sur l’égalité entre les femmes et les hommes, prenant en considération leur droit à une vie sans violence, dont l’objet sera de réglementer et de garantir l’égalité entre les femmes et les hommes, ainsi que de proposer des mécanismes pour aboutir concrètement à l’égalité dans toutes les sphères de la vie, publique ou privée, si ce n’est déjà le cas.
17. Elle les invite à prévoir des mesures qui assureront la prévention, la prise en charge, la sanction et l’élimination de toute sorte de violence à l’égard des femmes.
18. Elle les invite à réfléchir à l’introduction de circonstances aggravantes dans les lois pénales lorsque les femmes victimes ont subi des violences ou ont été tuées en raison de leur sexe.
19. Enfin, elle demande au Commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe de tenir compte des questions d’égalité des sexes et en particulier de la violence à l’encontre des femmes, dans le cadre de ses travaux.
20. L’Assemblée demande avec force aux pays du Conseil de l’Europe et au Commissaire aux droits de l’homme de soutenir, au sein des Nations Unies et des autres organisations internationales auxquelles ils participent, l’abolition des féminicides, y compris des avortements sélectifs contre les fœtus féminins.
1. Discussion par l’Assemblée le 30 janvier 2009 (9e séance) (voir Doc. 11781, rapport de la commission sur l’égalité des chances pour les femmes et les hommes, rapporteuse: Mme Err). Texte adopté par l’Assemblée le 30 janvier 2009 (9e séance). Voir également la Recommandation 1861 (2009).
Et avant cela et encore et encore et toujours que de recommandations http://susaufeminicides.blogspot.fr/2009/01/recommandations-200520082009.html

signifie le fait de tuer une femme pour le simple fait d'être une femme, ce concept met également en cause la responsabilité de l'État, qui se révèle incapable de garantir le respect de la vie des femmes. De plus, le fait que les femmes assassinées proviennent en général de milieux modestes et racialisés ouvre la réflexion sur plusieurs types de féminicides."Féminicides et impunités : Le cas de Ciudad JuarezEditions Ecosociété, 2012

Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec auteur http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/07/qui-ecrit-ici.html, date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD ©Tous droits réservés international 2012

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire