vendredi 22 février 2013

Fillettes à soldats.ArchiveNU

Avant-propos de définition ¡Féminicides! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
Panorama http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
©  Алексей Зайцев / Alexi Zaitsev / Alexey Zaycev
2014 - Encore aujourd'hui au Nigeria, par exemple et entre autres, cela continue de plus belle... rapt de fillettes par la soldatesque bénie par les curés pour servir d'esclaves sexuelles et procréer les lignées prophétiques ? http://www.news-republic.com/Web/ArticleWeb.aspx?regionid=2&articleid=22361168

"Epouses de brousse, bébés rebelles", un vrai poème ? Pas même le droit au titre de soldate ? Pourtant, on pourrait dire qu'elles appartiennent et marchent au sein du génie ? Et toutes ces enfants enterrées sans sépulture après avoir subi tout et le pire... non recensées même dans la mort. http://childrenandarmedconflict.un.org/fr/problematiques/les-fillettes/

On a quelques mots de ci de là concernant les fillettes enrôlées à porter les armes mais pas un mot des cantinières par force... http://www.afrik.com/article7218.html

Comme toujours, comme partout, les filles sont cibles par procuration, histoire de taper dans le moral de l'ennemi mâle qu'humilie la défloration de ses femmes. De plus, que l'hymen donne la garantie aux violeurs guerriers de l'absence de maladie vénérienne et de métisser, casser donc, la lignée patriarcale ennemie... Pas une seule fois, je ne lis le mot fille dans ce bel article, et pourtant au Mozambique de témoignages directs de 1989 à 1992, je sais qu'elles y étaient (et elles sont pour beaucoup dans ma décision de mettre en ligne cet ethnoblog) - Où sont-elles passées ?

"Il pouvait, dès lors, prendre part au partage des richesses conquises au cours des attaques ; de la nourriture, des biens de consommation - en particulier des vêtements - mais aussi des femmes. Beaucoup de jeunes adolescents étaient ainsi « mariés » et pouvaient éventuellement avoir plusieurs épouses." Jean-Claude Legrand et Fabrice Weissman, Les enfants soldats et usages de la violence au Mozambique, Cultures & Conflits, 18 | été 1995, mis en ligne le 13 mars 2006 http://conflits.revues.org/459
Ainsi concernant les fillettes et femmes enlevées par les troupes sont notées dans le chapitre en "Compagnes de guerre... " (p. 113, Christian Geffray, La cause des armes au Mozambique. Anthropologie d'une guerre civile, Paris, Karthala-Credu, 1990) ou bien évoqué brièvement en d'autres textes, le "rôle des captifs", "femmes et enfants massacrés" dans les convois, mais rien de plus... http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/ed-09-10/010045688.pdf

Antique pratique de toutes les guerres qui sont toutes ethniques, ethnos étant toujours histoire de lignées patriarcales, fussent-elles dotées ou pas d'un Etat ou réunies ou pas en nation ; et il est vrai que la pratique d'enlever les filles et les femmes pour esclave sexuelle ne date pas d'hier... certaines encore vivantes des dernières guerres industrielles ne sont pas toujours pas reconnues en victimes. Parfois, les croyances et les religieux s'en mêlent, parfois du tout... Et, si l'onavait tiré les conclusions qui s'imposent des bordels militaires de la seconde guerre mondiale ? Ce n'est pas en poussant la poussière sous le tapis que l'on améliore l'humanité. cf. "Féminicides de confort", en savoir plus ici
Zaina Vumilla Forgotten Casulaties of War – Girls in armed conflict (2005) http://www.peacewomen.org/assets/file/Resources/NGO/HR_ForgottenGirls_SC_2005.pdf
Pourquoi sont-elles invisibles, alors que loin d'être rares ou ignorées - Dans les 40 % esclavagisées et 10 % enrôlées... http://www.lecourrier.ch/pres_d_un_enfant_soldat_sur_deux_est_une_fille

Je ne suis pas tout à fait la seule à poser la question, où sont-elles ?
"Dr. MacKay is a professor of Women's Studies and International Studies at the University of Wyoming and the author of extended publications on girl soldiers. She is the author of "Where are the Girls?" an investigation into the lives of girls in fighting forces in Northern Uganda, Mozambique and Sierra Leone. Her current research focuses on girl mothers and the children of former girl soldiers in the post-war context."18 août 2008 http://webcast.international.gc.ca/cpc/Child-Soldiers/McKay-intro.wmv
d'après carte de
http://www.amnesty.be/doc/militer/les-bougies-d-amnesty/campagne-bougies-2012/article/les-enfants-soldats-ont-besoin-de-19952
Les uns raptés pour devenir des combattants et les autres pour la logistique : Les petites filles enlevées servent d'esclaves sexuelles à tous (raptés comme rapteurs), en plus que porteuses en savane d'une base à une autre... elles le sont d'une peine supplémentaire. Pourtant, elles ne sont généralement pas comptées dans les 200 à 350 mille enfants soldats, elles sont enlevées, puis disparaissent sous les frondaisons... Filles à soldats de tous âges- "Féminicide de confort" hors bordel, à l'air libre - Malheur à leur retour dans les villages, qu'elles aient été de confort ou soldates. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/viols-feminicides-japon-etc-dedommagez.html

Parce que c'est normal les filles à soldats et les bordels itinérants pour armée ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/viols-feminicides-japon-etc-dedommagez.html


Parce que c'est normal qu'elles soient aussi violées lors des attaques, comme dans toutes les guerres ? Parce que c'est du tout venant, du courant, du banal ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/nouvelles-violences-en-haiti.html

Parceque c'est normal le mariage des fillettes ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/petites-bonnes-petites-epouses-petites.html


De longue histoire, nous savons que les chefs de guerre avaient leurs gitons, et que, pendant les guerres, les petits garçons (enfants soldats) victimes de la violence sexospécifique. Pour ce qui est des petits garçons, dont l'on ne peut que se réjouir qu'ils y soient moins nombreux en couches,et qu'ils soient plutôt affectés au "beau rôle" du guerrier dans l'ensemble. Bien que cela soit manière à soumettre à la façon phallocrate, ceux-ci sont reconnus en soldats, jamais les jeunes filles ! Eternelles cantinières corvéables à merci sans merci.

Christine Gamita, Ph. D., ethnologie
Docteure en ethnologie, ex ingénieure informatique, d'études, méthodes et qualité du management des services informatiques et d'information

Annexe documentaire :


Enfants et conflits armés : La liste de la honte étendue aux violences sexuelles

Enfants-soldats dans un camp militaire de Nyal, Sud Soudan (avril 2005)
4 août 2009 – Pour la fois mardi, le Conseil de sécurité a adopté une résolution appelant le Secrétaire général de l'ONU à étendre aux responsables de meurtres, de mutilations et violences sexuelles sur des enfants, la « liste de la honte » qui ne concernaient jusque-là que les responsables du recrutement d'enfants-soldats.« Il s'agit d'une étape majeure dans la lutte contre l'impunité concernant les crimes contre les enfants et dans la reconnaissance de la nature des conflits d'aujourd'hui, dans lesquels les filles et les garçons sont de plus en plus souvent visés, tués, violés et recrutés par les groupes armés », a déclaré la représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés, Radhika Coomaraswamy à propos de l'adoption de la résolution, à l'unanimité.
Un aspect important de l'expansion des critères de la liste dite « de la honte », dont le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, est dépositaire, est l'autorisation donnée par le Conseil de sécurité à l'ONU, sur le terrain, d'ouvrir un dialogue avec les responsables afin qu'ils cessent ces violations et qu'ils traduisent les auteurs en justice.
« Le fait que le Conseil de sécurité se soit penché sur le recrutement [d'enfants soldats] et qu'il ait accompagné la liste de menaces sur des mesures ciblées a permis d'obtenir la libération de dizaines d'enfants enrôlés à travers le monde, y compris récemment aux Philippines et en République centrafricaine », a souligné Mme Coomaraswamy.
La représentante spéciale a par ailleurs salué la récente Politique de protection de l'enfant des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, qui répond à l'appel lancé par le Conseil de sécurité à rendre plus systématique la protection des enfants à travers le système des Nations Unies."

Fondamentaux de cet ethnoblog :

Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec auteur http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/07/qui-ecrit-ici.html, date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD ©Tous droits réservés international

2 commentaires:

  1. je suis bien d'accord avec vous , il faut que cela cesse une grand mère de france

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On va y arriver Christiane, et toutes les sortes de féminicides seront classés en crimes contre l'humanité ! Malgré la résistance actuelle de tous les milieux à ma campagne, soudainement la digue lonla cédera !

      Supprimer