dimanche 20 octobre 2013

Antiféminisme versus féminisme

"L’esprit n’a pas de sexe",
François Poulain de la Barre (1647-1723)
Pourtant,

"Tout ce qui a été écrit par les hommes sur les femmes doit être suspect, car ils sont à la fois juge et partie."
Simone de BeauvoirDeuxième Sexe, 1949

Avant-propos - Définition des féminicides : http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/concepts-feminicides.html

La songeuse - Auguste Renoir 1877
http://www.freewebs.com/gilcarosio/apps/photos/photo?photoid=4521184
Le masculinisme montant, qui surenchérit sur le machisme courant, se caractérise par le discours éploré de l'homme révolté de la fuyante masculinité à l'ancienne qui appelle de tous ses voeux le retour de ses prérogatives passées et l'avènement de futures à la hausse. Son idéal en étant de garder jalousement toute l'autorité paternelle à l'ancienne, tout en exigeant en même temps tous les nouveaux droits des pères au maternage et à la couvade, arguant coléreusement de ce que d'hypothétiques droits matriarcaux invoqués les mordraient au jarret.... Pas besoin de faire un kro qui pour vous expliquer que le masculinisme se réclame de l'antiféminisme primaire : "Le masculinisme est antiféministe" de pur pléonasme et voici les premiers pas du néomasculinisme au septentrion. Voir article 41. NEOMASCULINISME* http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html

Le dimorphisme en la matière ne sert de rien d'opposer la défense de droits masculins, de longue date écrasants -quand ce n'était pas avoir plus que tous les droits- indifféremment pris sous rubrique masculisme, masculinisme ou machisme, à la lutte pour obtenir des droits auxquels les filles ont tant de la peine à accéder à jeter un bref regard sur les cartes venues de données institutionnelles. Elles laissent songeuse... voire dubitative, ou m^^eme perplexe. http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html

Effeuillons au passage en rêvant à tout cela quelques rosiers du passé, ensuite nous allons passer sereinement aux nouvelles fragrances de la toile. 
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/rosier-pourpre.html


Rhinocéros et licornes fleurissant -ce serait plutôt beuglant, barrissant, hennissant-
http://www.larousse.fr/encyclopedie/sons/Cri_de_rhinoc%C3%A9ros/1101551...- devenus symboles patriarcaux d'antiféminisme (paternalismes, machismes, masculinismes,etc.) m'ont poussé de leur unique corne ;) à m'interroger sur l'absence de symbole animalesque concernant le féminisme. Pas d'animal totem pour les femmes, c'est donc qu'elles ne sont pas patriarcales : Aucun autre génie tutélaire et esprit naturel que celui de son maître ? Absorbées.

Question  : Même si les serfs participaient de la structure de servage et approuvaient le rôle du seigneur féodal ainsi que celui du curé du village, cela faisait-il d'eux des féodaux ? Même si les serves sexuelles aiment leur souteneur, cela en fait-il des proxénètes et des proxéneures ? Pas vraiment- La structuration raciste qui a prévalu tant que l'on a cru aux races, à laquelle ses victimes contribuaient toutes en se pensant en race, lignée, culture et identité, en faisait-elle des racistes ? Ceux qui continuent à nous assigner à notre couleur de peau sans rien savoir de notre histoire se comportent-ils de façon profondément racistes, ignorant que esclave et slave ont une étymologie pâlie par les ans ? Oui- Evidemment, ces cosmologies de contrainte se perpétuent grâce à la soumission des personnes opprimées mais participer de gré ou de force au système patriarcal et assister ses principaux bénéficiaires en toute mauvaise ou bonne foi, peu importe, rend elles les personnes patriarcales ? Réponse jésuite : Le système capitaliste rend-il chaque citoyen du monde capitaliste ?

La notion homéostatique d'un système permet de mieux comprendre la constance de ses membres à le défendre, tendant toujours à sauvegarder le connu, la tradition, le supposé état d'équilibre. Sans oublier de la nouer au fait que la cause suffit, nul besoin des corrélations ou du raisonnement car tout est plus simple lorsque l'on n'inverse pas la cause et la raison. http://www.cairn.info/revue-histoire-des-sciences-humaines-2007-1-page-113.htm


Le mot féminisme prête à confusion du fait de son berceau et le proféminisme souffre non seulement de la même histoire mais être pro du féminisme n'est pas non plus une sinécure... Rapidement, brossons cette complémentarité affichée et prétendue entre les deux.

Grâce au féminisme qui s'est attaqué bille en tête au droit de vote, les femmes parviennent à se relever petit à petit non seulement de l'inégalité mais aussi d'avoir été chassées de tout lieu de pouvoir. On commence à laisser entrer en direction et gouvernements quelques unes qui souvent ne défendent pas le droit de toutes, ou de façon toute relativiste. Autant dire que ça frise le sabotage car l
e principe de l'égalité des sexes en Droit (qui a comme particularité de devoir respecter toute la différence sans la tordre dans tous les sens) ne peut être bradé à aucun prix car il génère la valeur de l'humanité - Quant aux valeurs défendues aux quatre coins cardinaux, elles restent toutes relatives quand on ne les verrouille pas par un principe en droit- Les normes coutumières, elles, restent toutes fluctuantes au gré du chef de clan en place-


Une seule possibilité de simple logique antagoniste reste pour dire ceux qui s'opposent à l'égalité des sexes en Droit, à l'égalité des citoyennes et citoyens, et au féminisme en général. Ainsi, l'antiféminisme aux ramifications immémoriales reste le boute en train de toute patriarchie, quel que soit son degré ; et, fait bien connu, nombre de femmes se réclament de l'antiféminisme le plus primaire. 



Peut-être parce que jusqu'ici le féminisme n'a pas été enseigné et n'est pas vu politiquement, quant certaines en sont encore à vouloir prouver que les femmes savent travailler et sont utiles ? "il faut justifier l'utilité des femmes pour leur permettre d'avoir accès à l'emploi" nous écrivait une lectrice de la dernière étude du Fond Monétaire International, qui a pourtant à sa tête une femme. L'on pourrait donc craindre que ce ne soit que pour justifier la présence désastreuse du FMI qui a saboté jusqu'ici l'Asie et l'Afrique ?
Lorsque que l'on utilise le terme masculinisme pour remplacer celui d'antiféministe, on tourne le projecteur vers des auteurs masculins et leurs avanies paternelles. Ceci serait considérer que le féminisme serait vissé à la matriarchie. Qui reste une curieuse vision du féminisme, très incomplète. Ce vocable de masculinisme resurgi par le biais d'auteurs québecois proféministes, puis essaimé en Europe, compte principalement des pères qui se présentent lésés par un divorce et par des décisions de justice à leur encontre, des ordonnances de juges aux affaires familiales,  etc. Ils contestent donc les droits qu'ils peuvent exercer dans le cadre de leur paternité, repensée en virilité, et s'égosillent contre le féminisme qui aurait envahi le monde judiciaire. Alors que l'on a beau chercher lorsque l'on observe les jurisprudences dans les féminicides les plus graves, on a plutôt l'impression du contraire, cad d'une mansuétude renversante envers tout perpétrateur.

A y regarder promptement, le féminisme n'a rien à voir avec d'hypothétiques matriarchies ou gynécraties paléontologiques et n'est pas là de nos jours afin d'exprimer le droit maternel. Il se constitue pour restituer nos droits politiques en tout. Quand on leur dit dehors papatriarka, certains s'époumonent mamatriarka, en égalitaristes forcenés, mais sont-ils donc aveugles de ne pas voir qu'aucun matriarcat théocratique n'existe au monde !


Il y a fort longtemps que les femmes couvrent toutes les exigences viriles, phallocrates ou patriarcales, pour diverses raisons que nous n'énumérerons pas ici. Ainsi les femmes antiféministes déclarées qui défendent âprement les droits individuels de certains hommes, souvent des pères, devraient-elles être surqualifiées de masculistes, masculinistes ou machistes ? Rien de moins certain, majorité des femmes sont acquises au machisme patriarcal mais ne peuvent faire acte de machisme ; seulement de compassion solidaire. En femmes vertueuses... Ce qui ne signifie nullement que papatriarka et ses tenants méritent la sympathie, ne me faites pas dire ce qui ne m'effleura pas même l'esprit de ses ailes de papyllon... -
"La compassion (du latin : cum patior, « je souffre avec » et du grec συμ πἀθεια , sym patheia, sympathie) est une vertu" cf. wikichose-
Gremline (surnom qui lui a été donné par une de mes potesses de fcbk)

Sans oublier que, sur certains territoires, toute la population suit comme un seul homme à la virgule tous les rituels et croyances de maîtrise, contrôle et "civilisation" des filles, histoire de les "désauvager". Imprégnée des siècles durant des certitudes touchant à la nature féminine tentatrice, infidèle et perverse qu'il faut calmer et "fidéliser" (racine de fidèle, la foi). Certaines n'ont plus foi, plus confiance (racine de confiance, la foi), et hop s'envolent...

Ce buzz masculiniste reste donc parfois au contraire bien opposé à la réalité politique car qui parmi les féministes sensées, pourrait s'élever pour instaurer matriarchie ? Cela n'a rien à voir avec la théorie et analyse politique féministe qui tend à restituer ses pleins droits à l'être politique spolié des femmes.

Ainsi, verrait-on là se dessiner que certains masculinistes au fond seraient aiguillés en façon de combattre l'idéologie reposant fût un temps sur le présupposé d'un communisme matriarcal primitif (lire par culture générale "Le matriarcat" du beau-fils). Ces masculinistes battent donc pavillon contre le communisme, avant que de s'élever contre le féminisme dont, manifestement, ils n'ont pas connaissance exacte en le confondant avec cette autre idéologie ; ou bien parfois avec le lesbianisme marxiste, et le marxisme féministe.



C'est bien la manière cousue de fil blanc comme une autre d'ignorer tout du féminisme politique, de l'oblitérer, et de continuer à spolier les mêmes politiquement.


Il nous faut donc jeter un oeil à la mise en ordre de bataille d'un des camps belligérants qui vient vigoureusement à la rescousse des mères attaquées par le camp des pères masculinistes.
  • Pour revenir à une initiative vigilante d'épingler tout père masculiniste et ses soutiens, qui les énumère nominativement sur le net, cela leur permet de se compter, ou de faire connaissance. Cela ne risque-t-il pas d'être à double détente ? http://antimasculinisme.wordpress.com/ 
D'autant qu'en France, il ne s'agit que d'une poignée de pères masculinistes français :
"La revendication des mouvements de « pères » ne peut porter que sur 0,86% de décisions en faveur des mères après divorce" http://www.mascuwatch.org/infowar/astroturfing/
 Bien sur, l'on voit que le Canada toujours en pointe de rhinocéros, pas que des histoires de pères qui se prétendraient spoliés- http://mamzelltourmente.blogspot.ch/2012/11/se-mefier-du-movember-regard-critique.html

Est-ce bien vrai que ces pauvres hommes et leur santé aient été abandonnés, au point qu'il leur faille un téléthonthon comme s'ils étaient orphelins ? http://ca.movember.com/fr/about/

Il faudrait les tenir au courant que jusqu'ici nombre de pharmacopée ne fût calibrée que sur tests masculins et donc inopérante pour des femmes, voire parfois nocive, passant négligemment au dessus de la différenciation sexuelle cellulaire qu'il ne faudra pas plus longtemps nier ?!

Avant cela en France, on disait plutôt machisme changé en masculinisme. Depuis 2005, le documentaire In nomine Patris, posa le terme masculinisme qui tente de le supplanter. Redoublé en 2011 par le documentaire La domination masculine et les sites antimasculinistes 2013 faits par des proféministes.

  • Dispersion ne fait-elle pas diversion ? Masculinisme -français du Québec- = Machisme avait supplanté masculiste en français de France - Paternalisme- Hominisme -
Tout d'abord, l'on ne peut ignorer que, depuis des siècles, des messieurs déplorent que nous prenons trop de place, voulons prendre leur place, les empêchons de tourner en rond, les gênons aux entournures, l'attitude québecoise machiste à part que de se dire masculiniste pour faire la nique au féminisme n'a strictement rien de nouveau ou de moderne.

Refaisons donc un peu d'histoire, très brièvement - 
 

1899-1913 - Son ancêtre "masculiste" réactionnel à la reconquête par des féministes déclarées qui dérangent et bousculent tout conservateur : 
"...par opposition à « féminisme ». Annelise Maugue (2001 : 183) a retrouvé une occurrence de « masculiste » en 1899, dans le roman Émancipées d’Albert Cim, qui met en scène des « masculistes » qui veulent faire front à la « Ligue d’émancipation féminine »." cf. wkpdia, article « Masculinism » (consultée le 14 février 2009) indique qu’il s’agit d’un « mouvement politique » lancé par E. Belfort Bax en 1913, avec son livre The Fraud of Feminism."" E. Belfort Bax parait le premier théoricien masculiniste. 
"Thiers-Vidal (2008 : 189) précise que « le masculinisme consiste à produire ou reproduire des pratiques d’oppression envers les femmes – quel que soit le domaine d’action – et ce à partir de la masculinité, la position vécue de domination selon l’axe de genre ». Cet auteur désigne sa propre démarche comme « antimasculiniste » et présente Claude Lévi-Strauss et Pierre Bourdieu comme des masculinistes, même si Bourdieu s’affichait proféministe. La définition proposée par Thiers-Vidal est donc plus proche de l’acception du terme en anglais, alors que Dufresne l’associe à un mouvement de réaction des hommes à l’égard du féminisme." Francis Dupuis-Déri, Le « masculinisme » : une histoire politique du mot, 2009.  http://www.erudit.org/revue/rf/2009/v22/n2/039213ar.html
Le masculinisme oppositionnel au féminisme né aux XIXème, lorsque les femmes n'avaient encore aucuns droits civiques et sociaux, constitué d'hommes estimant que trop de droits et avantages ne peuvent être dévolus aux femmes, mères ou pas ; au nom d'une certaine idée de la virilité, prétendue perdue ou nouvelle, pour ce qui est de ceux du XX et XXIème, se déclarant lésés par un empire d'avantages injustifiés aux mères et femmes obtenus ou octroyés par solidarité de classe des féministes bien placées. http://www.agoravox.fr/actualites/societe/article/les-masculinistes-une-menace-pour-129124

1911 - 

"Masculinism and feminism are relative terms, and when one is strong enough to equate the other both will become merged in a common doctrine of humanism." Oxford English Dictionary Online Consulté le 2010-11-10
Acquis en français de métropole depuis 1971 que le machisme, dont synonyme de machiste est phallocrate, consiste en une 
"Idéologie fondée sur l'idée que l'homme domine socialement la femme et que, à ce titre, il a droit à des privilèges de maître ; comportement conforme à cette idéologie." http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/machisme/48342
En 1989 au Québec, une philosophe réclame la maternité du vocable :
"Pour nommer ce particularisme qui non seulement n’envisage que l’histoire ou la vie sociale des hommes, mais encore double cette limitation d’une affirmation (il n’y a qu’eux qui comptent et leur point de vue), j’ai formé le terme de masculinisme." Michèle Le Doeuff, L’étude et le rouet - Des femmes, de la philosophie, etc., vol. 1, Éd. Seuil, 1989 - Certains voudraient revenir à "masculisme" de 1899. http://www.philo5.com/Feminisme-Masculisme/050504DistinguonsMasculismeEtMasculiNIsme.htm
1995 - Rebondissant rénové par "la condition masculine". http://www.gdt.oqlf.gouv.qc.ca/resultat.aspx?terme=masculinisme

En anglais - L'invention du terme disputée de tous côtés par un éventail plus ou moins conservateur - Un sociologue le revendique en terme de "gender hierarchy" - Mark A. Foster, A Brief Outline of Gender Movements, Johnson County Community College -


Ou bien serait-ce Steve Dixon qui a protégé en droits d'auteur "masculinisme" et "masculiniste" aux EUA en bonne et due forme ? http://www.nationmaster.com/encyclopedia/Masculinism
  • La trame des masculinistes québecois - Psychologues locomotives, sociologues en voiture- 
Guy Corneau (1989), Yvon Dallaire & al. (Markus Theunert, fondateur de Männer, Eric Verdier mettent sur les rails le SAP, Syndrôme d'Aliénation Parentale, dit aussi syndrome de Médée inscrit en DSM 5 et ICD 11, et qu'il est tenté d'entrer de force en Europe, en toute révérence aux Américains, Richard Gardner et Ralph Underwager, afin de culpabiliser toujours les mêmes, dans la droite ligne des images de mauvais Epinal freudien, qui devraient rester mères coupables, féministes castratrices, désormais et en sus du reste, coupables de leur attachement à leur enfant et de vouloir le protéger, mises donc en accusation devant les juges, de toute façon ? http://www.erudit.org/revue/rf/2009/v22/n2/039213ar.htmlDaniel Welzer-Lang sociologue, bien évidemment plus féministe que les féministes, ainsi que connu pour du harcèlement sexuel par ailleurs, en est également. http://avft.org/article.php?id_article=309 


http://lagitation.free.fr/spip.php?article80
Désormais se mettant en avant à faire publicité pour l'hétaïrisme, par capillarité et dans la droite ligne du queerisme genriste et l'intersectionalisme ? http://www.voixdumidi.fr/la-putain-et-le-sociologue-le-nouveau-livre-du-toulousain-daniel-welzer-lang-17490.html

Bien évidemment et en aucune manière, il ne s'agit de nier affaires criminelles jugées avec condamnation. Par contre, Richard Gardner à la source de toute cette tendance de faire passer les mères pour des hystériques menteuses, alors que très mince nombre de fausses déclarations d'abus sexuels sur enfants restent répertoriées de leur part. http://1libertaire.free.fr/LeoThiersVidal01.html

Bien forcées en France, de citer des lieutenantes compassionnelles, Christine Castelain Meunier (La place des hommes et les métamorphoses de la famille, Paris, Presses Universitaires de France,
2002) - Soudain que de sentiment dans ce réveil du Père qui avait abandonné la petite enfance aux servantes des siècles durant et dont il faut laver l'honneur. Grâce à leurs thèses au nom de sentiments paternels, de la victimisation des pères et malgré des actes "pédophobiques" (qui pourrait prendre cela pour de l'amour des enfants ?), une petite fille sera condamnée à côtoyer un criminel sous le prétexte de sa sacro sainte paternité, reconnue d'emblée par épousailles grâce au code civil, dite présomption de paternité. http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F15393.xhtml ?

Merci encore une fois aux psychologues sexologues... http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/bebe-22-mois-abuse-sexuellement/story/29645355

Où l'on voit des manoeuvres sous jacentes des tenants du Syndrome d'Aliénation Parentale d'Hubert Van Gijseghem :
"De vrais pédophiles ont une préférence exclusive pour les enfants, ce qui est la même chose que d'avoir une orientation sexuelle. Vous ne pouvez pas changer l'orientation sexuelle de cette personne. Il peut, toutefois, rester abstinent.""True pedophiles have an exclusive preference for children, which is the same as having a sexual orientation. You cannot change this person’s sexual orientation. He may, however, remain abstinent." 
Ceux-ci se reposant donc sur des propos prêchant les orientations sexuelles ou sexualités périphériques toutes légitimées par leur propre propos et la thèse déterministe de l'homosexualité familières à Ulrichs ? Léo Thiers-Vidal, Humanisme, pédocriminalité et résistance masculiniste, Lyon, 26/10/04.  http://www.sosfemmes.com/infos/infos_archive30_humanisme_pedocriminalite.htm

A voir également, Paul Bensoussan et ses principaux thèmes étant les fausses allégations d'abus sexuels, la dictature de l’émotion et l’aliénation parentale - http://www.liberation.fr/tribune/0101490822-au-dela-d-outreau 



Mais aussi, les propos de masculinistes québécois de pointe notés dans le documentaire d'infiltration "La domination masculine" par un proféministe belge restent éloquents, 
dont on voit, notamment en bande annonce, "trailer", que se réclamant du haut fait d'armes masculiniste du massacre féminicide de Polytechnique de 1989 à Montréal :


- "Le féminisme est un crime contre l'humanité"
- Comparé le féminisme à "l'Allemagne nazie",
- A un "régime stalinien et fasciste".
http://www.ladominationmasculine.net/home.html

  • Déjà, du même tonneau, "Le féminisme comme fascismede Bob Black en 1983
Celui-ci n'a pas craint de rapprocher les deux termes.
http://www.inspiracy.com/black/abolition/feminism.html
Sa traduction : http://endehors.net/news/le-feminisme-comme-le-fascisme

Il est vrai qu'historiquement, le fonds de l'air était déjà frais du temps de

"L'homme est principalement une puissance d'action, la femme une puissance de fascination. Proudhon (Pierre Joseph), La Pornocratie ou les Femmes dans les temps modernes."- "L'homme et la femme peuvent être équivalents devant l'Absolu : ils ne sont point égaux, ils ne peuvent pas l'être, ni dans la famille, ni dans la cité." http://jean-pierre.proudhon.pagesperso-orange.fr/p_j_prou/citations.htm
Toujours très soutenants des mouvements proq qui militent pour l'anarQuie* des bordels mixtes (prostituées et travestis) autogérés à la nouvelle-zélandaise... et s'agitent tous azimuths pour barrer contre la pénalisation des proxéneurs et l'abolition. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/11/amicale-proxene-et-feminicides.html
*trouvaille d'une lesbienne indépendante antipatriarcale-
http://desencyclopedie.wikia.com/wiki/Hypnose
En 1990 ce que revendiqué par Tom Hazlett & Rush Limbaugh, reste à noter et sa propagation du calomnieux "feminazi" (variante française, FéminoNazi). Plus récemment, ce dernier publiquement du s'excuser de traiter une étudiante de prostituée pour militer pour l'avortement médicalisé, "fémifascistes", "vaginocrates", etc. Insultes et abus venus de droite ligne, illustrées par un logo délicatement titré "swastikon" par un membre hyperactif de "sospapa", instigateur du "Le printemps des pères" bien connu sur facebook pour ses calomnies et insultes, dont je vous laisse deviner comment sont orientées en "F" ses pales...  p. 193 et p. 296 Rush H. Limbaugh, The Way Things Ought to Be, Pocket Books, 1992 http://www.letemps.ch/Page/Uuid/eb7b6008-6899-11e1-8c39-92664d500950%7C1#.UZqeJbWePoI

Le psychologue masculiniste revendiqué Yvon Dallaire emploie "féminaziste" pour féministe radicale ou féministe intégriste, voir note 4. http://www.psycho-ressources.com/bibli/1001-differences.html

Les responsables alertés de facebook se sont contentés de dire que ces pages et personnes restaient sur surveillance... Youtube qui relaye tout film de haine contre les petites filles et les femmes ne répond pas.

Ce sont donc des personnes hargneuses qui nuisent et aux autres pères mais surtout aux mères de leurs enfants et les gosses eux-mêmes. De plus, les difficultés réelles rencontrées par certains pères de bonne foi se trouvent d'autant augmentées par les graves menées masculinistes d'incitation à la haine envers mères, ex-conjointes et d'autres féministes.


Alors que la théorie politique féministe reste totalement méconnue du grand public et qu'aucun Etat n'a a sa tête un parti féministe, le ridicule consommé de crier à la dictature féministe reste grotesque mais le slogan comme tout slogan par sa simplicité fait mouche chez des populations non averties. 

"Feminazi a volé mon cornet de glace"
Réponse féministe (voir plus bas dessin animé de la même veine "But I'm a nice guy" - dois-je avouer que ce truc me fait pleurer de rire) 
Finalement, la claire détermination de sans cesser chercher noise aux femmes et aux féministes éclaire le paysage, si je puis dire, et clôt l'ère de l'ingénuité politique. Un adversaire se désigne de lui-même, se revendique ennemi des femmes et du féminisme. Avant le masculinisme, le cocktail machisme avec féminisme empoisonnait l'atmosphère en enlevant au féminisme toute sa politique- Tout devient plus simple, débusqué - Ceux (neutre masculin de majesté ;) qui vitupèrent que les femmes auraient trop de droits, jusqu'à des privilèges prétendument, et qui les veulent juste à leur place, persuadés que la leur prise...- L'on ne peut que se réjouir non pas de sa montée (il était déjà en place bien au fond) mais de sa révélation dans nos patriarchies phallocrites, où l'on commençait à croire ingénument à un avènement certain des valeurs humanistes... C'est pas gagné !
  • "Paternalisme antiféministe (viralogique ou défensif) : réaction politique des hommes dominants qui souhaitent conserver leur pouvoir, leur droit et leur autorité dans la société patriarcale. 
- Cette réaction peut être individuelle quand dans un échange, notamment sur le web, un homme donne des leçons à une femme. C'est le paternalisme viralogique (de "vir" homme et "logos") : imposition de la parole par le vir et son vit (peut être suivi de l'imposition des mains), qu'on voit venir de loin et sait mieux que vous "être femme" et le féminisme. - Cette réaction peut être collective (paternalisme défensif) quand les hommes décident de créer des associations de père et d'égalité parentale : ils organisent des événementiels symboliques en montant en haut des cathédrales ou sur des grues pour exercer du chantage sur le gouvernement qui les reçoit sur-le-champ au nom du Père.
Le terme ''paternaliste" remplace le terme "masculiniste" (lequel nie le patriarcat).
Cette définition du paternalisme antiféministe (viralogique ou défensif) enrichit et complète l'entrée ''paternaliste'' du dictionnaire : paternalisme (XXè de l'anglais paternalism 1881), conception patriarcale ou paternelle du rôle du chef d'entreprise par extension, vocabulaire politique : tendance à imposer un contrôle, une domination, sous couvert de protection." Anonyme, le 23 juin 2013
  • Brosialisme, manarchisme, proféminisme
Suffit-il de se présenter en pro, pour en être - Les proféministes et le féminisme ;) "Les hommes proféministes : compagnons de route ou faux amis ?http://www.erudit.org/revue/rf/2008/v21/n1/018314ar.pdf


Cette façon de s'effacer en disant qu'ils ne peuvent être féministes reste louche et tarabiscoté, cela relève d'une confusion sémantique, être féministe, ce n'est pas être femme, personne ne leur demande d'être des femmes, et s'il fallait que seulement celles qui aient fait l'expérience des viols féminicides se lèvent contre, de même qu'ils prétendent de ne pas avoir subi l'absence des droits ne leur permet pas de faire féminisme mais seulement pro ? L'assurance de ce que celui qui n'est pas du groupe d'oppression ne peut en porter le nom est simplement logique, un homme ne peut se dire femme, une ardéchoise ne peut se dire corse... Quand l'on parle de principes et de droit, peu importe qui en parle et en prend défense. Se prétendre seulement pro- isme tend à dire la négation du principe, et l'humilité forcée du bon élève qui cherche le bon point.

Je cite une anonyme,
"plus inquiétant, il est apparemment doctorant en études féministes et pour moi on est en plein hijacking du mouvement par un homme, encore..."
qui sursaute à la lecture d'un étudiant féministe (?) qui prône le choix liberticide de se prostituer pour les femmes et s'enflamme contre celles qui ne fustigent pas le voile de pudicité et cerise sur le gâteau en bon virilogue de service met toutes les vilaines féministes dans le même baquet et les prétend moralistes puritaines. Bientôt allant nous accuser de satanés damnaïdes de diviser la lutte ?

Ce qui me fait d'ailleurs penser que j'allais faire l'impasse sur une icône (orthodoxie ukrainienne oblige ;) sur un féministe machiste (? qui s'inspira de August Bebel et de Makhno) de qui nous tenons, par interim de voix féméniste, l'expression oxydée de "féminisme patriarcal" ! Eh oui la liste est longue des types féministes... et oh combien étions-nous fondée à sobriqueter "formen", une vision hors Lourdes !   http://www.lesoir.be/311310/article/actualite/monde/2013-09-04/un-macho-etait-tete-des-femen
Certains issus du courant du féminisme dit radical, plus précisément de son courant marxiste féministe radical, comme le compagnon d'Andrea Dworkin  http:/ s/fr.wikipedia.org/wiki/John_Stoltenberg ayant publié en 2005, "Refuser d'être un homme : Pour en finir avec la virilitéÉditions Syllepse, 2013" (maison d'édition de Christine Delphy) -

Veuf, il semble choisir toujours plus le camp d'hommes qui se déclarent d'apparence femmes, confondant changement de genre et de sexe, et ne pas soutenir les féministes du moment qu'elles critiquent l'idéologie queer (allosexuelle) qui pousse la logique jusqu'aux mutilations. http://thearcticfeminist.wordpress.com/213/10/13/refusing-to-be-an-ally/
LLicorne (sérigraphie), appartenant au cycle de Noé (Noah Zyklus), Adi Holzer, 1975 http://fr.wikipedia.org/wiki/Licorne
-Parmi les symboles queers, il est désormais de notoriété publique que la licorne figure parmi les codes de reconnaissance du mouvement allosexuel (lgbt) avec les signes inversés- Ce symbolisme bien présent dans des campagnes poussant des enfants à transitionner (transitionning) : des lesbiennes s'offusquent de l'embarquement d'enfants dans le transgenre, par le projet licorne ou le camp scoot de labelle, c'est admettre la doxa uraniste du "féminisme" des gays, et du "virilisme" des lesbiennes (qui sont les termes pathologiques de l'époque d'Ulrichs et Herschfled). Tout ce contre quoi elles ont lutté, ensemble le féminisme, est vu de retour fait de détournement l'orientation sexuelle lesbienne ou gay des gosses, qui n'ont nul besoin de changer pour vivre leur sexualité. Encore une fois, la confusion grandissante entre "cross dessing" et "cross-gender". Dégâts et ravages de conséquence de la politique identitaire ?

Il est parfaitement abusif et incorrect de se fier aux apparences pour discriminer des trans ou des prostituées, et nous sommes loin du temps où le mépris planait. De plus, tout homicide discriminatoire est abject. Ceci dit préalablement et franchement, la manip' douteuse des bob black en jupons de mélanger que le changement de genre serait un changement de sexe °O et qu'interdire la prise du sexe féminin en otage (pour mise à disposition à volonté de leur bourse) serait à la source de contaminations du sida O° ? Le premier slogan, en copie d'écran ci-dessous montre la tentative de naturalisation en sexe du genre, ce qui retourne au plus antique essentialisme. Quant au second slogan, bien évidemment qu'aucun empoisonnement ou contamination par une maladie incurable constitue un crime mais pourquoi maintenir la prostitution dans ce cas, qui serait vecteur ? Cela étant revenir à la thèse hygiéniste du XIXème de contrôler et cadrer la prostitution pour raison de Santé Publique -sous entendu la santé des mâles proxéneurs, disons donc toute la vérité- Il est toujours temps de lire ou relire l'article de Josephine Butler qui est loin d'être Judith- http://www.marievictoirelouis.net/index.php?id=186&auteurid=187
Copie d'écran A - Statut d'un groupe- Exitrans / Strass en manifestation à Limoges pour naturalisation administrative du genre- Au centre sous le chapeau, H. Hazera (précédemment du FHAR http://fr.wikipedia.org/wiki/Front_homosexuel_d%27action_r%C3%A9volutionnaire)
Pour mémoire- Sur tous les tons, des intellectuelles ont bien spécifié à l'envi que le genre est construction sociale et non pas sexe biologique (génétique et anatomique)

Si l'on compare les féminismes affichés -l'un plus anarchiste que l'autre, d'accord sur le voile de pudicité (tissu pas grave ?), mais pas sur le proxénétisme, l'autre plutôt marxiste féministe radical en désaccord sur le reste-,
le proféminisme de certains a du plomb dans l'aile se fichant de la bobine des femmes à fichu religieux mais désaccordé qu'admettant que viol féminicide de maid d'hôtel chic serait craquage ?!

Au passage, soulignons que porter en toute connaissance contextuelle un signe de pudicité sexxiste est indigne du droit et de ses fondations comme fondements car  la hiérarchie des normes est claire dans un état de droit où n'entrent pas en ligne de compte les règlements intérieurs traditionalistes culturels des croyances- Pousser des femmes à assumer, comme tant de messieurs ces jours s'agitent, de se plier aux normes patriarcales religieuses de pudicité implique pourtant de savoir aussi se plier à la lois de l'Etat à qui l'on réclame mansuétude, compassion et subsides- Les normes religieuses patriarcales (coutumières) ne peuvent supplanter la constitution d'une nation de droit qui respecte le principe de l'égalité des sexes (le contraire même de la complémentarité des sexes religieuse) et la neutralité vis à vis de toutes obédiences- Serait-ce si difficile à comprendre ou bien certains veulent-ils régionaliser le monde et casser tous les droits étatiques avec la charte des droits universels ?
Copie d'écran B - STRASS se plaint des gazouillis d'un proféministe proDSK "craqueur", négation de ce qu'il s'agisse d'affaires de viols féminicides...  Dufresne (Québecois)
malgré aussi les avis du Procureur de la République de Paris, non suivis d'effets, prescription oblige, puis sms de "matos" dans l'affaire de proxénétisme à Lille-
Copie d'écran C - "Ah les beaux papas !!!",
montage d'une première caricature complétée par photographie de profil à l'occasion de ferraillages contre les signes ostentatoires religieux portant atteinte à la neutralité de l'Etat québecois, en particulier, voile de pudicité
Le quatrième papa nous a ensuite servi après ses prodéessekisme et soutien à dévotes, une excuse au mollahs qui ont fait traîner à la potence une gamine de quinze ans ce 7 mars 2014.
8 mars 2014 - Sur un fil - Depuis des mois, Martin Dufresne se posant en égérie incontournable avec distribution de bons points proféministes, seul profil nommément cité-
Penchons nous une dernière fois sur le berceau des jumeaux "broSialisme" et "manArchisme" :
"désaveu « brosialiste », le fait de prétendre que le sexisme n’a pas d’importance ou que c’est un leurre, est une façon d’appliquer la stratégie de mimétisme pour ceux qui pensent sincèrement avoir un désir de libération totale mais n’ont pas encore réussi à rompre avec leurs privilèges." http://sexismesagauche.blogspot.fr/
  • Humanisme en défaut - 
Patriarcat, phallocratie, machisme, homminisme (cf. homme), hominisme* (cf. id), "phallocritisme", toujours confiscatoire de l'humanisme- Flirtant avec ce courant nouveau psychologisant appelé "masculinisme"qui prend vigueur, proteste de ce que les femmes outrepasseraient l'égalité des droits oO et pose l'homme moderne en victime, le voulant protéger de sa cape de Zorro éconduit, ou bien cape d'invisibilité à la Harry Potter ? Traitant toute féministe de féminazi, ou le sous entendant- Extraordinaire et aveuglant en ce qu'il parvient même à convaincre et instrumentaliser des femmes, inspirés d'autres lamentins (sirènes) et tous qui se disent spoliés par les femmes, jusqu'en maternité. Cela s'ajoutant donc désormais à la forme machiste courante, rejoignant l'attitude hoministe, dépassant d'une coudée grâce au manteau phallocrite qui commence à couvrir partie de l'Europe Oo.

*hominisme, jusqu'ici employé pour décrire l'option de complémentarité des sexes (principe patriarcal traditionnel des croyances et monothéismes) - Désormais, l'on peut envisager également cet avatar infidèle de l'humanisme, du point de vue du même qui nie la différence biologique des sexes et restent dans le mirage du contrôle totale de la détermination sociale par un nouveau stéréotype d'unicité. Les alliés objectifs s'y bousculent-
  • En conclusion, me devant de proposer une animale totaime -
Parce que je reste une féministe dynamique et positive, force de proposition, et ayant du abandonner l'éléphante, qui s'est révélée prise aux Amériques entre deux feues et dans des filets roses en France, j'adopterais bien la girafe bleue - Point bleu final en meuglement- (voir Féminisme bleu, s'étouffe d'indignation devant le sort réservé aux fillettes dans le monde) 
长颈鹿
Attention - Il  ne s'agit ni du jeu de Flip Flap la girafe

http://www.commentfaiton.com/fiche/voir/38178/comment-joue-t-on-a-flip-flap-la-girafe-sur-facebook
Ni du jeu de devinette dont le gage est de poster une girafe en profil.



Vos critiques et questions recevront une réponse, en tout cas, si vous me les soumettez en commentaires / réaction en fin de cet article

  • Fondamentaux du blog :

A - Féminicides http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/concepts-feminicides.html
B - Androcides http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
Précisions 
http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.html

Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.

En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire