vendredi 21 mars 2014

L'obsession identitaire fait école

    "Ne point errer est chose au-dessus de mes forces 
    Je m'avoue, il est vrai, s'il faut parler ainsi, 
    Papillon du Parnasse, et semblable aux abeilles 
    À qui le bon Platon compare nos merveilles. 
    Je suis chose légère, et vole à tout sujet; 
    Je vais de fleur en fleur, et d'objet en objet; 
    À beaucoup de plaisirs je mêle un peu de gloire. 
    J'irais plus haut peut-être au temple de Mémoire 
    Si dans un genre seul j'avais usé mes jours; 
    Mais quoi! je suis volage en vers comme en amours."
    Jean de la Fontaine

    Avant-propos - http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html
    Panorama - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html

    Jeannot, maître des eaux et des forêts, reviens donc de suite nous pondre la fable du "Le papayer et l'escargot" ! Et pour te donner du coeur à l'ouvrage, lis donc par dessus mon épaule une prose moins réjouissante que la tienne. http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
    Extrait de banque pédagogique nationale SVT
    http://environnement.ecole.free.fr/2bgal/disp_img.php?id_img=1757&titreimg=oeufs%20d%20escargot.jpg&titrealb=Photos%20animaux%20sauvages%20ou%20ferme
    L'escargot n'est pas neutre ; le gastéropode ovipare n'est qu'un gourmand -la preuve, il bave avec application- qui alterne ses deux sexes ou les simultanéise. La perfection ovipare. Rien à voir avec nous qui sommes des vivipares de taxon "mammifère". http://librairie.immateriel.fr/fr/read_book/9782824708010/chap_0019

    Un peu comme le papayer... Vous lui coupez le toupet, et hop, il change de sexe... Jamais je ne me serais douté, jamais je n'aurais imaginé un seul instant, que ces explications, dont je me souviens avec saudade que Paulo me les donnait pour fructifier les papayes dans ma cour à Gilé à l'ombre du manguier, me serviraient à Paris. Heureusement, je ne suis pas seule à le raconter, sinon on s'imaginerait que j'avais forcé sur les peaux de banane séchées ou la suruma. cf. H. Lebrun, 1919

    "M. Bordage est parvenu par ce procédé à changer le sexe du Papayer commun" :O)  http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/phlou_0776-555x_1919_num_21_84_2227
    Et jamais deux sans trois, voilà le champignon de la reproduction dite asexuée par repliement de proglottis, le parasite solitaire... http://fr.spontex.org/le_saviez_vous/256/tenia-ver-solitaire-se-reproduit-seul

    La notable différence entre notre espèce et les autres se voit bien en deux sexes présents sans fard et avec quel panache chez un être en toute réalité. http://fr.wikipedia.org/wiki/Gynandromorphisme

    La barbe, de la mode  et des paillettes ! Alors que l'humain, en faux cardinal se donne des airs qui ne sont pas même d'opéra, la nie et veut mettre sur la table ce qu'il a, comme ce qu'il n'a pas, et en cela ne fait que je d'apparences pour la tordre. Négation de la différence sous prétexte d'introduire à force la tolérance de la différence, quelle oxymore ! http://ma-schamba.com/das-barbas-de-molho-e-outras-merdices-1769227
    http://whyevolutionistrue.wordpress.com/2012/09/04/a-gynandromorph-cardinal-one-half-male-the-other-half-female/
    Le chimérique cardinal : La livrée du cardinal :) de moitié mâle et l'autre femelle. Nota bene - Pas de comparaison possible des oiseaux avec le sexe féminin humain,
    "Chez les oiseaux, contrairement aux mouches (ou aux êtres humains), les femelles sont hétérogamiques : autrement dit, leurs chromosomes sexuels sont différents (les femelles sont appelés ZW ; et les mâles sont ZZ)" /"But in birds, unlike flies (or humans), the females are heterogametic: i.e., their sex chromosomes are different (the females are called ZW; and the males are ZZ).
    L'humanité a un défaut d'être au féminin ? Ceci pour dire qu'il n'y a rien de plus facile dans le monde d'inventer de l'argument... Après ce bref amusement de cabinet de curiosités à la manière du XVIIIe domicilié chez des espèces hors champ des mammifères que nous sommes, passons aux choses réelles du sexe féminin.
    • L'endocrino a bon dos- Poussée par la psychonalytique* ?
    Dissociation - Le découplage et la manipulation des attributs sexuels secondaires et faire joujou avec les hormones date :
     "En 1767, on peut citer par exemple une expérience du chirurgien britannique John Hunter (1728-1793), qui fut le premier à s'intéresser à la distinction entre caractères sexuels primaires et secondaires. Il tenta de greffer un testicule de coq dans la cavité abdominale d'une poule afin d'étudier les modifications des caractères sexuels secondaires." http://biosex.univ-paris1.fr/dossiers-thematiques/sexuer-les-hormones/
    Décidément, ces messieurs savent faire des brouillons de notre sexe froissé en sexage (alias "genre" -sexuel-), base XX, puis le deuxième X perd la branche pour faire XY ? Les endocrinologues sont pour beaucoup dans la direction qu'ont pris les recherches sur la binarité sexuelle de l'espèce humaine, qui ne juraient que par l'hormone, alors que l'on sait depuis avec plus de certitude que ce n'est que maillon coupé combiné au gène SRY... En tant que femme, on peut facilement voir que le père Benjamin ne devait pas connaître grand chose au sexe féminin et aux femmes qu'il consacrait en apparences.  http://biosex.univ-paris1.fr/dossiers-thematiques/scientifiques-du-genre-1/

    Toute la filiation suivant,
     la médaille Hirschfeld de l'ILGA, émule d'Ulrichs, ou bien Money, héritier de Kinsley, dont l'institut tresse des lauriers à son nom. "The 2014 John Money Fellows (...) " http://www.kinseyinstitute.org/library/moneyfellowship.html

    Lorsque le sexe devient une identité, et que l'identité sexuelle devient supérieure à toute autre partie de l'ensemble de l'identité de la personne, ou lorsque la conviction (religieuse, ou cryptoreligieuse) devient identité, lorsque l'orientation sexuelle devient une identité comme le montrent les lauréats J. Money et la banalisation de son mot fétiche, il devient urgent de faire le point sur cette invocation lancinante au droit à l'autodétermination de l'individu au détriment de la vie commune. D'autant que dans l'enfance, nous ne savons pas ce que parler veut dire et qu'à l'adolescence, la violence des changements et des émotions y sont bouleversants et laissent peu de place à la raison.Toujours pas sorties du biais existant déjà au XIXème du puritanisme profond qui refuse toute androgynie en l'identifiant immédiatement en homosexualité. Vivement que l'on s'en dépatouille de ses règles du politique visibles ou invisibles et que  le féminisme entre en sa majorité…

    "(...) la prise en compte de l’inégalité entre les sexes se heurte à un paradoxe issu des règles invisibles du politique, lesquelles présupposent une analogie entre identité et égalité." p. 72, Michèle Sarcey , Histoire du féminisme, La Découverte « Repères », 2008
    Pourtant qui ne sait qu'identité n'est pas égalité. Identique n'est pas égale en terme d'individu et ses droits. Exemple : Dans le cas où une jumelle identique à sa jumelle était élevé dans une caste autre que la seconde, elles resteraient identique mais ne seraient pas égales. Identité, identique, idem et le pareil (ou le presque pareil) cachent finement les différences, et permet de faire passer pour égalité, ce qui ne reste que copiage et plagiat. Quelle farce. Quelle tambouille.
    • Contribution sans recul objectif d'article de l'Encyclopédie Universalis
    Toutes raisons patentes à rigoureusement indiquer les définitions fluctuantes selon les convictions. Agitant tous les camps politiques, la bronca ne cesse de faire grande publicité au "genre" en oubliant son puissant qualificatif "sexuel" (par peur, par crainte, par lâchetés ?), jusqu'à susciter un article Universalis à chaud. Je pensais en toute innocence que l'on faisait le point longtemps après les évènements dans les encyclopédies. Mais non encore une fois me trompais-je- Il faut vite asseoir the point sur le trône encyclopédique... ah, si jamais on comprenait la manoeuvre politique d'écraser le sexe féminin sous le genre sexuel naturalisé et porté aux firmaments. Au point que les militantes montent au créneau illico pour que le genre sexuel soit enseigné dès la crêche, aux jardins d'enfants, sans rater un seul degré, sans oublier un seul barreau au berceau. cf. Christine Guionnet (maître de conférences en sciences politiques à l'université de Rennes-I, Centre de recherches sur l'action politique en Europe (U.M.R. 6051) http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexe-et-genre-enseigner-les-etudes-sur-le-genre-au-lycee/

    Avant d'aller plus avant, vous pouvez vous renseigner sur l'histoire exacte et complète du mot en cause et son apport, rapport, déport et vampirisme du féminisme. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/07/le-genome-du-genre.html

    L'on aura noté, par ailleurs, que l'illustration choisie dans l'imaginaire nord-américain de cet article universalien parle de la propagande Harper de faire travailler en usine d'armement à riveter de l'armement, notre amie Rosie, ménagère épanouie qui, une fois fini de serrer les boulons, vient briquer, cuisiner, moucher, torcher, consoler, etc. Cela devrait passer pour le féminisme, contribuer à l'effort de guerre en plus de se taper le boulot à la baraque. Good job baby. Quelques précisions sur le sujet à l'item MINES à l'index. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html

    Rebonds de récréation, antipodisme têtes à l'envers les ministères têtes en l'air ? 2008 - Point de départ- Xavier Darcos (depuis lors reçu à l'Académie française), ministre, valide la ligne Azur (à partir de 11 ans) de lutte contre l'homophobie, suite à des réunions avec des associations lgbtqueer (intersectionelles ?) qui consacre le terme "cisgenre" comme une orientation sexuelle- Reconduction dans la foulée par son successeur Luc Chatel, exétéra tsé.

    A - Femmes et Justice

    Alors qu'il est bien entendu en recherches et études de genre (ou réflexion donc) sexuel, ou des genres (tout dépend l'école - mais dans ce second cas, il y a abus de langage, un processus ne produit pas catégorie), que le genre reste mécanisme de construction sociale en fonction du sexe biologique décliné à la naissance au vu des organes sexuels, ou à l'avenir, après prise de sang ?

    Car nous lisons "genre opposé à celui que lui reconnaît son état‐civil", l'on voit que deux ministères (au moins) confondent (au moins) deux notions, celle de sexe de déclaration par la mère -d'identité administrative fondée sur les organes génitaux visibles à la naissance, confirmés par la sage femme et corps médical- et celle de genre, pur concept constructiviste polysémique des sciences humaines, psychologie, sociologie, etc.  

    Il n'y aurait donc pas de différence entre sexe, genre, principe d'égalité des orientations sexuelles (ou sexualités) et l'égalité entre les sexes (femme et hommes - filles et garçons) ?
    A l'état civil, le fonctionnaire -secrétaire de Mairie- inscrit le sexe sur le registre et absolument pas le genre. Le sexe administratif restant un critère fondamental (l'état-civil étant acquis de la Révolution Françaises, les registres paroissiaux ont changé de mains) pour garantir ses droits de base à la citoyenne (ces droits de femmes qui ne sont pas cessibles à volonté, puisqu'alors ils perdent raison d'être) comme écrit en point 3, par exemple du
    ""Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 : (...) 3. La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l'homme." http://www.conseil-constitutionnel.fr/conseil-constitutionnel/francais/la-constitution/la-constitution-du-4-octobre-1958/preambule-de-la-constitution-du-27-octobre-1946.5077.html

    L'esprit de la Loi en est anéanti et change du tout au tout si ce sont les hommes qui reprennent la main en tout pour dire et redire (car en fait, c'est immémorialement ainsi) ce qu'est selon est pour eux être une femme, limitant l'existence de la porteuse de sexe féminin à un ressenti, habillement, posture, autrement dit en enracinant les idées fausses, préjugés et stéréotypes sur "la fille" et les femmes, telles que douceur, élégance, imberbes, peaux douces, sourcils épilés, maquillées, talons hauts, cheveux longs, etc. Transvaser le droit de l'autodétermination des peuples à l'individu cisaille, de plus, l'idée collective et relève de la plus pure "identity politics".

    Bien évidemment, personne ne doute que le sexe du nourrisson va ensuite, selon l'éducation qu'il reçoit de son entourage, puis par la pression sociale générale dont l'éducation nationale, devenir un genre stéréotypé, ou pas du tout ! A partir de son appréhension de soi, il va situer autrui à l'aulne de son expérience. Quelle activité humaine ne reste pas dans ce cadre-là. Même l'ermite troglodyte malgré son désir de désert mondain n'y déroge et ne s'en affranchit.


    Femmes et Education - Deux ans plus tôt, "théorie du genre" et "identité sexuelle" :
    "La théorie du genre, qui explique «l'identité sexuelle» des individus autant par le contexte socio-culturel que par la biologie, a pour vertu d'aborder la question des inadmissibles inégalités persistantes entre les hommes et les femmes ou encore de l'homosexualité, et de faire œuvre de pédagogie sur ces sujets.http://www.20minutes.fr/politique/778750-theorie-genre-il-essentiel-enseigner-enfants-respect-differentes-formes-didentite-sexuelle-afin-batir-societe-respect
    B - Tangages et roulis

    Education, instruction, enseignement - Education sexuelle des élèves - Lutte contre les phobies sexuelles sociales - Liberté de choix de l'identité sexuelle et de genre- Campagne pour l'égalité des filles et des garçons- Egalité femmes et hommes-

    a) Barre à droite

    Pour mémoire, "cisgenre", "It is a neologism coined as the antonym to "transgender" (1994), selon wkpédia, art. études de genre, catégorisant toute personne en accord avec son sexe biologique (cf. Julie Serrano). voir la gaule cisalpine, ou la distinction cis-trans en chimie... Nous avons été informé par une biolochimiste de ce que ce serait une approximation fautive de l'idéologie queeristique* :
    "ne comprenant pas l'étymologie de leur propre jargon, ont fautivement emprunté à la chimie organique le concept de molécule cis versus une molécule trans." 
    Si nous nous tournons vers l'entomologie, on peut se demander si es petits pères nous prennent pour des coléoptères ? http://www.cnrtl.fr/definition/cis
    http://www.ligneazur.org/sante-sexuelle/situations-individuelles-multiples

    La brochure "Tomber la culotte", site Azur de prévention de l'homophobie près les adolescents assène une "vérité" que nombre d'entre nous ne connaissent pas sauf s'ils ont été élevés dans des règles religieuses, peut-être ? Bonne partie des éducations familiales sont un peu plus larges que cela et n'ont jamais prétendu des restrictions pareilles- et au passage une louche d'"identité de genre" (on sait pas ce que c'est mais on l'a servie à toutes les sauces, comme Toby à Ottawa) :
    "L’hétéronormativité est le postulat qu’il n’existe que deux sexes* distincts (femme et homme), deux genres* fixes (féminin et masculin) et une seule orientation sexuelle (l’hétérosexualité)." ainsi que "Faire son coming out… ou pas ? (...) En pratique c’est le moment où l’on annonce son orientation sexuelle ou son identité de genre.".
    Stigmatisation de l'hétérosexualité binaire, un déni de réalité ? Malgré des efforts conjugués d'en établir cinq (Fausto-Sterling, activiste queere) ou dizaines de variétés sexuelles -un peu comme les courges ou les petits pois de Maendel ?- (Sandra Bem, fanne de l'androgynisme), ou du transinisme dit aussi transgenrisme et de Eric Macé (48 selon ce sociologue), il n'en reste pas moins que pour l'espèce humaine un gène, "La protéine SRY humaine se compose de 204 acides aminés", détermine une bonne fois pour toutes que l'embryon ne reste pas femelle ! La parthénogénèse, pressentie par les mythes grecs, montre de plus la capacité basique de reproduction de femelle à femelle (Dolly, la brebis clônée en fût l'exemple, si je ne m'abuse) curieux d'ailleurs de l'avoir baptisé Poupée) - Deux en socle, et tout le reste de cascade :
    "Ainsi le sexe génétique est déterminé à la fécondation, selon le chromosome sexuel apporté par le spermatozoïde. L'établissement du sexe gonadique est sous contrôle génétique et dépend de la présence du gène SRY. Suite à l'action du gène SRY, une cascade d'autre gènes est activée dans le testicule. Tandis qu'en l'absence de SRY et en présence de deux chromosomes X, la gonade se différencie en ovaire. Cette période de différenciation gonadique se réalise chez l'homme entre la 5ème et 8ème semaine de gestation." http://acces.ens-lyon.fr/biotic/procreat/determin/html/genesex.htm
    Dans ce document scolaire Azur, le terme cisgenre apparaît, antonyme de transgenre (terminologie américaine prise en compte par des instruments de publicitaires et de neuromarketing dit réseaux sociaux, afin de décliner les identités des profils en cinquante-six) de désignation des filles (lesbiennes ou pas) qui ne sont pas queers (adhérentes au mouvement queer). Depuis, ce "Tombe la culotte" ne reste téléchargeable que sur d'autres sites, dont en 2014. http://www.planning-familial.org/sites/internet/files/fsf_brochure_210911_bassedef.pdf

    Effet cuir de cette brochure, est-ce bien le lieu pour faire porter des corsets à une tryade de lesbiennes tatouées (p. 21) et de bondages de jeunes japonaises rappelant des momies mal ficelées (toutes photographies de jeunes femmes qui paraissent des adolescentes) - Création de clichés près du monde adolescent, les femmes toujours au turbin et la représentation des lesbiennes uniquement sous  forme d'érotisation de phantasmes (virilistes) et néotribale convient-elle à toutes les lesbiennes et aux femmes, leur a-t-on demandé leur avis pour mettre en scène et tatouer leur intimité livrée comme dans le magazine Union (prétendu de sexologie, couché sur les vagues du rapport Kinsey) des années 70 ? Est-il utile d'instaurer, en banalisant l'excentricité sexuelle, des rites d'initiation de passage à l'activité sexuelle, qui habituellement sont perpétués afin d'assurer la domination âgiste patriarcale dans des sociétés excentrées. Tant qu'à faire pourquoi à ce moment-là de l'autre main, interdire les bizutages, cela ne dénote-t-il pas un défaut de cohérence ?

    En 2011, certaines ne tarissent pas d'éloges sur la neutralité suédoise, après la neutralité suisse, on voit bien que la droite libérale en est friande, ça rend les flux plus libres mais les effluves moins parfumés- http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1145970-genre-egalite-hommes-femmes-cope-morano-et-l-ump-rois-de-l-opportunisme-politique.html

    Et rappelons que 2008 fût la charnière conceptuelle (Xavier Darcos, ministre, valide la ligne Azur (à partir de 11 ans) avec associations lgbtqueer, puis en cascade, Châtelet, Peillon, Hamon,Vallaud-Belkacem), à voir la confirmation plus récente d'annulation de circulaire d'Education Nationale appelant à user de la Ligne Azur qui montre que lorsque le service juridique n'a pas assez analysé un sujet, la circulaire finit au panier et que la responsabilité date du premier qui introduit l'affaire dans l'Etat :
    En date du 15 octobre 2014, "le Conseil d’État précise que le seul fait de ne pas mentionner le caractère illicite de ces pratiques suffisait, en tout état de cause, à porter atteinte à la neutralité du service public de l’éducation nationale et à rendre illégale l’invitation du ministre à relayer la campagne « Ligne azur ». Le site internet de la « Ligne azur » a été modifié depuis lors pour faire cesser certains des manquements constatés" http://www.conseil-etat.fr/Actualites/Communiques/Ligne-azur
    b) Barre à gauche

    Du moment que dans la circulaire de l'Education Nationale figure au moins deux occurrences d'identité de genre et transgenre, une théorie du genre forcément présente. http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2013/06/09/la-theorie-du-genre-nexiste-pas/

    Emberlificottées par l'activisme agité de certains qui se dressent comme polichinelles sortis de leur boîte pour clamer et acclamer l'homme et l'image du père, déclarations de l'école et son ministre contraint de répondre :
    "Pour contribuer à la lutte contre les violences et les stéréotypes de genre et, plus largement, permettre à chacun de se forger une attitude responsable, l'École doit promouvoir dès l'école primaire l'éducation à la sexualité, qui fait partie des programmes." http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=71409
    Le genre, et son identité, n'est pas synonyme de l'égalité des sexes - Ainsi les théories de genre sont adoubées lorsque la biologie n'est pas niée. Il y a de bonnes et de mauvaises théories de genre, la réponse à l'Education a été claire. C'est donc que la bonne théorie du genre se trouve dans les programmes et dans l'expérimentation en 600 écoles "ABCD de l'égalité", le "genre" y devant être seulement synonyme d'égalité entre les filles et les garçons. Ce qui est encore une forme différente de la prise de position des maroquins plus haut. Sur Radio Télévision Luxembourg / RTL, émission Le Grand Jury :
    "Je suis contre les théories du genre quand elles vont jusqu'à la négation de la différence sexuelle." http://www.rtl.fr/emission/le-grand-jury?date=17%2F11%2F2013
    La levée de boucliers vient de certains qui confondent bulletin de directives de l'Education Nationale avec les dossiers et brochures élaborées par le SNUipp-FSU qui militent pour l'égalité des sexes et égalité des sexualités (soit orientation sexuelle) conjointes, repris 
    "Publication initiale à l’occasion du colloque « Éduquer contre l’homophobie dès l’école  primaire » organisé le 16 mai 2013 par le SNUipp-FSU dans le cadre de la journée mondiale contre l’homophobie et la transphobie" http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/document_telechargeable-2013-30-05.pdf reprenant pour l'essentiel :
    «- Enseigner le genre dès le plus jeune âge, – Déconstruire la complémentarité des sexes, etc. .... ... « conduire les enfants à adopter un point de vue ouvert sur les réalités sociales actuelles et les nouveaux modes de vie ». ... « Dis… mamanS », de Muriel Douru (Éditions Gaies et Lesbiennes), « Jean a deux mamans », d’Ophélie Texier (L’école des loisirs) ou « encore Papa porte une robe », de Brasony, de Brumcello et Maya (Édition Seuil Jeunesse)." "L'hétérosexualité est un choix" (p. 4) - Document syndical de 2009 http://www.snuipp.fr/IMG/pdf/09-10-20-12pages-lgbt-couleurL.pdf
    Qui ne serait donc pas
    "substituer [le genre] à des catégories comme le sexe ou les différences sexuelles, qui renvoient à la biologie...» cf. amendement de la députée Sommaruga- voir également "the new one", ci-dessus en tableau http://blogs.mediapart.fr/edition/les-batailles-de-legalite/article/310513/la-theorie-du-genre-cache-sexe-de-la-reaction
    En revanche, une circulaire du 4 janvier 2014 confirme la ligne Azur qui mélange et interchange trois notions de niveau différent,

    - soit identité sexuelle
    - avec identité de genre "l'identité de genre" (orientation queer theory, déjà retenue en 2008) et
    - orientation sexuelle,
    "violences et discriminations commises à raison de l'orientation sexuelle ou de l'identité de genre" (...)"ligne azur", ligne d'écoute pour les jeunes en questionnement à l'égard de leur orientation sexuelle ou leur identité sexuelles" voir deux paragraphes p. 2

    En conclusion, l'on peut constater que l'intégration du genre sexuel dans les programmes en 2008 par un gouvernement de droite portait sur deux voix contre

    - l'homophobie /lesbophobie (contre l'orientation sexuelle) et
    - la transphobie (contre la transidentité).

    La troisième qui devrait être la première viendra plus tard ? Pas encore pour l'égalité filles / garçons (femmes / hommes) qui est greffée, suite à la création du ministère du droit des femmes et sa plateforme interministérielle qui a également en charge les deux premières thématiques. L'on voit que Le Monde ne se soucie que des positions de la droite sans tenir compte de l'historique en se focalisant sur des agitations politiciennes, donc ponctuelles. 
    http://www.lemonde.fr/societe/article/2014/02/26/theorie-du-genre-dix-liens-pour-comprendre_4372618_3224.html
     
    • Pour mémoire, le neutre français est inévitablement naturaliste 
    Interroger les clichés reste fondamental, comme à partir de matériaux (tout d'abord soumis à Paris scolaire, désormais intégrés en cartable 2013. Cependant, en base de réflexion, y est représenté répétitivement un couple de nounours asexués, ou neutres, ce qui reste une représentation sans différenciation sexuelle-

    Pourtant en toute cohérence, si l'on garde les formules civiles sexuées traditionnelles, l'on ne peut les asexuer en même temps comme "deux gouttes d'eau" (voir plus bas paragraphe Suède chérie) parceque l'on voudrait les agenrer...

    En langue française, une personne ne peut être neutre, le pronom impersonnel neutre concerne les phénomènes naturels incontrôlables : "il pleut", "il vente", "il grêle".

    Parler vêtement démarquant un sexe de l'autre, autrement dit marqueur de stéréotype, l'on voit bien combien les époques sont inégales. Ainsi que les lieux, à voir le longyi ou sarong des hommes birmans ou les béguin, plume, robe des garçonnets français. L'on distinguait à peine par la couleur les enfançons d'un sexe ou de l'autre au XVIIème. Les hommes n'y tarissaient pas de fanfreluches, talons, poudres, perruques.. http://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_XIV_de_France
    Louix XIV et Anne d'Autriche - vers 1639 - Anonyme de l'Ecole française - Palais de Versailles
    http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/8/85/AnnaofAustria03.jpg
    Louis XV -Gobert 1712
    L'on peut faire dans la dentelle, tout en étant suffisant et efficace sans référence constante à la queer theory (butlerienne ou pas) :

    - en français, féminisation systématique correcte de tous métiers et grades,
    - cours d'instruction civique sur les lois d'égalité des sexes en Droit applicable en fait et strictement,
    - cours scientifique de biologie humaine qui aborde pleinement la sexualité humaine au bon niveau,

    - avec en nombre suffisant de surveillants dans les cours et couloirs, infirmerie, médecine et psychologie scolaires à disposition de toutes et tous pour la contraception, l'éventuelle interruption volontaire de grossesse, toujours selon la loi, et la prévention des maladies non plus honteuses, mais simplement vénériennes, dites techniquement "infections sexuellement transmissibles" IST.

    Sur ce point précis eappliquant exemplairement et strictement la loi anti-discriminations et directives à tous niveaux dans l'enceinte des établissements scolaires et universitaires (cours d'école, salles de classes, par les élèves comme par les fonctionnaires enseignants et ater, et par tous les parents), on atteindrait mieux que des cours d'éducation sexuelle ou bavardages collectifs qui ne sont que pitchenettes et balbutiements gênés (surtout des élèves les uns devant les autres) http://www.senat.fr/questions/base/2005/qSEQ050417125.html


    Est-il bien nécessaire de ne plus nommer notre sexe et ne pas voir la différence d'organe que l'on a entre les jambes ? N'est-ce pas faire une confiance aveugle comme un bandeau sur les yeux en une nouvelle croyance platonicienne et platonique en l'indéfinition ? Imaginez seulement de vivre plus d'une dizaine d'années sans définition, suspendue, et soudainement se voir happée par une définition des plus incontournables le jour de sa ménarche ! Un choc de taille. La petite fille ne s'en remettra que difficilement. C'est à elle qu'il nous faut tout d'abord penser.
    Vercauteren (M.) Susanne (C.), Observations sur l'âge de la ménarche en Belgique, Bulletins et Mémoires de la Société d'anthropologie de Paris,  1986  Vol 3  n° 4,  p. 205-219 
    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bmsap_0037-8984_1986_num_3_4_1607

    Christine Gamita, Ph. D., ethnologie
    Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
    Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
    Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.

    En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire