dimanche 25 janvier 2015

Neuter

...ni l'un, ni l'autre, sans prééminence.

Neutralité vivante de gris titanesques - Musée Guggenheim,  Frank Gehry architecte, Bilbao, Espagne, 1997[Illus. 1]
IIIème partie - Après l'athéisme (mirador) et les croyances (longue vue)...

La neutralité vivante* de la laïcité nous occupera, celle-ci restant inqualifiable -on ne peut la cacher derrière des adjectifs- en toute indifférence.[0

Quasi à rebrousse poil des sociétés pluriconfessionnelles, et multiculturalistes, dites sécularisées (ce qui n'est pas laïcisées) ne sont pas particulièrement  protectrices du sexe féminin, au sens ou la tutelle virile et la tutelle religieuse n'est pas remise en cause en tout domaine. Et c'est parfois tout juste si elles tolèrent la présence athée, comme déjà vu dans le billet de 1ère partie. Liées au développement anglo saxon dit sécularisme et sécularité, sécrétés par la pilarité.

En effet, il faut remarquer qu'il est de mode de prétendre la société française "sécularisée" à tort, alors qu'elle ne l'est plus, du fait d'avoir avancé en laïcité et laïcisme de droit définitivement et qu'elle est donc précisément laïcisée. Le siècle, le monde auquel se mêlaient des clercs reste à l'origine de la sécularisation. Comment le peuple, le laos pourrait avoir été sécularisé car n'ayant jamais appartenu à un des ordres. Vue de l'esprit que d'imaginer que toute personne du peuple serait créature divine, alors les animaux de même ? (sarcasm) Se voit mieux ainsi la différence entre laicity et secularity, laicism et secularism.

Avec permission de critiquer, avec ou sans rire, toute superstition et ses croyants, ce que ne peut faire le sécularité qui s'offusque d'égratignures, mêmes amicales, s'acharnant à protéger les sensibilités religieuses, preuve d'élévation spirituelle aux dires de leurs dirigeants... Les mêmes permettent de rire et critiquer vertement tout, sauf les croyances. Laïcité n'est pas sécularité :
"Le terme laïque par lequel on rend souvent secular est impropreSéculariste est un néologisme adapté des mots anglo-indien secular et secularism insérés en 1976 par Indira Gandhi dans le préambule du 42e amendement de la constitution indienne. L'Inde, auparavant Sovereign Democratic Republic, est alors définie comme Sovereign Socialist Secular Democratic Republic. En Inde, il n'y a pas vraiment de séparation de la religion et de l'état : celui-ci intervient très régulièrement dans la vie religieuse. Le sécularisme est l'attitude officielle de l'état indien censé reconnaître toutes les religions et les traiter avec bienveillance sur un pied d'égalité. Voir Weber 2007'[1]
  • Hésitations et doutes qui leur font honneur
-mais dont il ne faudrait pas non plus abuser- L'on dirait bien que Marianne et sa copine laïcité ont les chocottes d'être traitées d'athéocrates, ou de favoriser l'athéisme. Qu'elles se calment, si il y avait athéocratie, aucune expression religieuse ne serait concevable, même les lieux de culte seraient totalement privés (et autres particularismes qui n'auraient jamais droit de cité), elle ne l'est donc nullement. Elles se contentent de ne pas persécuter les athées et tentent parfois de les laisser s'exprimer, mais pas beaucoup plus, et souvent largement moins que les croyants les plus azimutés, qui ont tribunes ouvertes et courbettes

Et parfois, l'on dirait bien que c'est ce qui motive des décisions incohérentes et de laides et totales reculades devant le voilisme, après de belles ruades ? 
  • Faux vases communicants
Le clergé déversé dans le peuple le rend plus religieux, l'endoctrine ou le tente, alors que le premier ne se laïcise, il reste religieux même séculier ("du siècle", religieux mondains)... Autant le sécularisé reste empris en religieux (bible de jurement, par exemple), autant le laïcisé rompt cette direction de conscience.

Rester sous l'empire de la bénédiction et garantie de textes sacrés déistes ne peut se prétendre laïque car l'objet même en scène pour certains sera repoussant pour d'autres inopérant, ce qui n'a rien d'égal en traitement. Ceci au cas de ce que les puritains fondateurs des Etats Unis et leurs descendants se verraient en laïques acharnés :) et certains de leurs admirateurs.

En effet, tous les ordres religieux ne se sont pas sécularisés -ne sont pas entrés dans le siècle (synonyme du monde)-, restant confinés. Et, que des clercs se soient mêlés au peuple n'empêchent pas les superstitions mais les ravivent. Se fondre en peuple ne laïcise pas le religieux ordonné. Lorsque les ordres séculiers évoluent au sein de la population, ils ne sortent pas du sacré et ne rendent pas "le peuple" plus sacré mais relèvent d'une logique de tactique concordiste. Que des ordres se sécularisent dans une société ne la sécularise pas entièrement, cela reste à donner la main au gouvernement de l'intérieur par les ordres religieux.

Confondre la sécularisation avec la désacralisation de rites, reste un manque notable de précision. Par exemple, que des dates religieuses deviennent congés pour tous les membres d'autres convictions ne les sécularisent pas. Pour ces derniers, elles restent ce qu'elles sont, jours profanes festifs, au sein du sacré gardées uniquement pour les croyants correspondants. Les fêtes religieuses ont toujours été dédiées et manifestées par la population, elles ne sont jamais trouvées en rien "hors de leur siècle", bien au contraire, c'est l'exemple même du religieux non séculaire et non sécularisé.

Les sécularistes refusent de comprendre que les noms des divinités ne signifient au bas mot strictement rien, et souvent rien de bon, pour les athées et d'autres croyances... tiennent à ce que toutes les idoles et leurs cortèges soient vénérées, sans refus, critiques et quolibets. Ils exigent la révérence, ce qui ne peut que mettre hors jeu, exclure et mettre en danger les athées. Voilà pourquoi, l'ont ne peut pas laisser de côté l'examen laïque lorsque l'athéisme a besoin de protection politique.

L'athéisme n'est pas du tout enseigné, la laïcité, peu.
Dans la continuité du renouvellement des études portant sur la laïcité, une chaire « Histoire et sociologie des laïcités » fut créée en 1991 à l’EPHE. La France n’est certes pas le seul pays à proposer un enseignement spécifique sur les questions de laïcité ou de sécularisation (notons par exemple la chaire d’études sur la sécularisation de l’Université de Gröningen ou celle de droit, religion et laïcité de l’Université de Sherbrooke) ; malgré tout les universités à disposer de telles chaires professorales restent l’exception. 
Dernier point illustrant notre propos : une déclaration universelle de la laïcité a récemment été rédigée et signée par plus de 200 universitaires de près de 30 pays." [2]
Il semble bien que la laicité soit le seul caractère de neutralité qui protège non seulement les croyants mais aussi les incroyantes car le principe en est d'émanciper de la tutelle.
Laïcité contre croyances et féminicides - Qui pourrait encore se bercer de l'illusion que le fait religieux des croyances soit tant favorable aux filles et éloigne les féminicides. Imbues de complémentarisme et de notions purificatoires, toujours lourdes un peu plus contre le sexe féminin, qui sont irrecevables en athéisme, où il est bien certain que ses machistes ont moins de soutien ? Cela a peut-être était à l'ordre du jour de pères de protéger les filles des gynécides, mais sans jamais vouloir laisser parcelle de leur pouvoir et même lorsque certains auraient eu pour but de les protéger, d'en faire de telles merveilles qu'elles deviennent objets d'adoration, ils perpétuèrent de plus belle mille brimades au nom de leur bien, et tous féminicides au grand complet, quand n'en générant pas de nouveaux.

Du jamais vu mais bien palpable - Enfers pavés de bonnes intentions... pauvres pères qui s'embrouillent les pédales. Surtout que la tradition d'éducation pédérastique du maître spirituel à la grecque, ou du père adoptif romain, reste palimpseste du présent. L'on sait déjà que les nations qui comptent le plus d'athées seraient les plus pacifistes et pacifiques, les moins guerrières, les plus pacifiées, ayant propulsé les droits des femmes à leur zénith en quelques décennies.

La neutralité bienveillante que permet le principe de laïcité n'a pu advenir sans luttes et combats révolutionnaires car comment les superstitions abandonneraient-elles d'elles-mêmes, et leurs superstitieux, de leur souveraineté immiscée dans les esprits dès le plus jeune âge. La violente opposition de 1905 l'illustre des mieux de la part du catholicisme qui a parfois encore peine à courber l'échine à la hauteur de toutes les autres, d'humilité difficile..
  • Laïcité n'est pas synonyme d'athéisme, et l'on ne peut écrire laïcité ou sécularisation
Le cordon entre le gouvernement du peuple et les privilèges du clergé fût cisaillé surement, décisivement et définitivement par la Révolution française par l'abolition. Des abbés républicains joints au tiers-état ne changent rien à l'affaire.

Comme sécularité n'est pas synonyme de laïcité, athéisme n'est pas synonyme de laïcisme. L'athéisme hissé au rang des convictions, toutes à égalité confessionnelles comprises mais non distinguées, à partir du moment où la loi pénale défait le sacrilège, et le blasphème en 1792, puis assoit le choix des tombes sans marque religieuse, la formation des jeunes esprits à la raison et de les défaire des dogmes en 1880, préparant enfin 
les grandes ailes protectrices de la séparation de 1905, puis par la laïcité en Constitution,
"... lois du 14 novembre 1881, du 15 novembre 1887 et du 29 décembre 1904 garantissent la laïcité dans les cimetières et le respect de la volonté du défunt quant à l’ornement de sa sépulture."[3]
Certains athées sont laïques mais pas tous.

Voici en 1905 ce qui est pro
pre à introduire la notion de laïcité : "ne reconnaître aucun culte", indistinction, indéfinition, juste une association dont l'objet particulier implique des obligations. Aucune messe, formule extrêmement, habile, ouverte, respectueuse et pratique, chaque fois que je la lis, je me plais à sa grande intelligence- ne donner ni suprématie à aucune, ni petite, ni grande, toutes les savoir sans y croire, afin qu'aucune n'empiète et piétine autrui, c'est une distinction laïque de 1905 majeure qui fait pâlir de jalousie et d'envie le pauvre sécularisme et sa cousine pilarité, qui reconnait tout le monde en confessions mais ne peut faire acte d'aucune autorité, débordé qu'il est par les plus massives et les mieux organisées.[4]
Bien évidemment que les états-unis aux pères fondateurs pélerins, dont la mémoire forcerait à jurer sur la bible chrétienne ne peuvent être donnés en modèle de laïcité.[5] Infiltrée en toutes institutions américaines en leur honneur, jurement, prière, l'évidence du suprémacisme réformiste et rigoriste ne peut qu'éclater à en voir les conséquences ostracistes.[6]

"lat. class. cultus proprement « action de cultiver, de soigner » spéc. « action d'honorer" depuis fort longtemps a basculé vers les vénérations et idolâtries religieuses, celles-là que justement la laïcité n'a pas à regarder sous le nez et les athées n'ont pas à se voir imposer à tous les carrefours, si on les respectait un tant soit peu. L'on voit donc que culte signifie les rituels, puisqu'en lieu de culte (domaine privé des croyants) l'on exerce son culte. Le culte a ciel ouvert est l'affaire de théocraties majeures ou mineures mais pas de démocratie laïque et sociale.[7

La nation républicaine ne reconnait que les associations de liens de citoyenneté et non pas de religiosités, cela se voit bien. Association culturelle, sportive, cultuelle, toute à la même enseigne, pas de prérogative, pour aucune. Ce n'est jamais reconnaissance de l'objet sportif, culturel ou cultuel mais reconnaissance d'avoir liberté de s'y intéresser, pas de l'imposer et surplomber en imposant ses règlements intérieurs aux autres. On voit comment les associations péricultuelles sous le manteau du culturel, de l'instruction, de l'éducation et de l'enfance tentent de gruger maman Marianne. A quand le ménage dans ce vilain manège ?

Ne pas confondre croire et savoir, that's the point. Ne pas savoir n'empêche nullement d'avoir une conviction profonde et une conscience, sinon ce serait être traité comme une bête. Ceci est de réponse à ceux qui s'imagine que l'athée confondrait savoir et croire, savoureux que ce soit des croyants qui en fassent grief... Rien, c'est rien.

Mais aussi la laïcité "ne reconnaît aucun culte", libératoire, reste constamment confondue avec la sécularité ou la pilarité, pas dit pilosité. Qui est la reconnaissance par gouvernement de toutes les religions, le sécularisme libéraliste*, croyant aux vertus pacificatrices du commerce et des marchés, restant peu apte et soucieux de faire place aux athées et autres croyances, minorées, minoritaires ou montantes. Ce qui s'attaque à la laïcité, c'est tata sécularité, fille de dame pilarité qui reconnait et berce en son sein toutes les croyances et par conséquent ne veut pas protéger l'athéisme et l'agnosticisme et encore moins l'apostasie, par peur de se mettre à dos les superstitieux ; pire et surtout toxique, lorsque ce sécularisme marche de concert avec une liberté d'expression au pinacle qui ne permet pas que l'on critique les croyances, et interdit donc à l'athéisme de s'exprimer-

Certaines le soutiennent ce principe de laïcité car plus finaudes ont compris cette protection, ce bon parapluie à toute épreuve. Chacune jouant de son pipeau pour entraîner les foules. Une fois que c'est compris, elles viennent se nicher dans son cocon. Les protestants n'ont manifestement pas fait l'erreur des hindous et des bouddhistes.[8]

Pipeau - L'art aurignacien a 43 000 ans ![Illus. 2]
"L'art mobilier de la grotte de Geißenklösterle daté entre - 42 et - 43 000 ans (25/05/12) L'art aurignacien a 43 000 ans ! "[9]
Définissons ce principe de laïcité, dit auparavant caractère de neutralité et indépendance, étymologie et dictionnaire
"L’esprit du gouvernement est un esprit laïque, la loi est neutre", p. 83, Édouard Laboulaye, L’État et ses limites, Charpentier, 1863, cité par Jacqueline Lalouette, Introduction, La laïcité, Romantisme, 2013/4 (n° 162), Armand Colin
'Étymol. et Hist. 1871 (La Patrie, 11 nov. ds Littré Suppl.). Dér. sav. de laïc*; suff. -(i)té*'[10a] 
"Elle a d’abord été une idée, celle de quelques intellectuels dissidents : symboliquement, les « Philosophes » contre les théologiens. Les linguistes remarqueront une première chose: les deux constitutions utilisent l’adjectif laïc, laïque, mais ignorent le substantif laïcité. Celui-ci n’apparaît d’ailleurs dans aucun texte législatif. Toutes les grandes « lois laïques » – et en particulier la loi du 9 décembre 1905, « concernant la séparation des Églises et de l’Etat » – ont été votées sans recourir à ce mot abstrait, que les dictionnaires de langue datent du début des années 1870, et que Ferdinand Buisson considérait encore en 1911 comme un « néologisme ». Il est vrai que, dès son apparition, commence l’histoire de deux syntagmes: laïcité de (l’État, l’école, l’administration, etc.) ou la laïcité (en soi).Émile Poulat, Laïcité : de quoi parlons-nous ? Confusions et obscurités Transversalités 2008/4 (N° 108)[10b] 
"XIXe siècle. Dérivé de laïc. Caractère de neutralité religieuse, d'indépendance à l'égard de toutes Églises et confessions. La laïcité d'un établissement d'instruction, d'une loi, d'une institution. La laïcité de l'État est inscrite dans la Constitution de la Ve République.[10c] 
  • 1905 - Marianne libérée du papisme, définitivement émancipée, elle protège toutes convictions, en les tenant toutes à distance
Conviction pas religion, ne nous faites pas l'affront du snobisme d'employer la religion en opinion à tout propos, l'y faisant noyer toutes les convictions. C'est finaud mais cela ne passe pas.

L'équivocation pointe son nez. Ce mot du moyen français dont nous n'avons gardé que l'adjectif équivoque est pourtant très en vogue de nos jours apolitiques...

- Après le pas décisif de géant du Tiers Etat articulant l'abolition des privilèges du clergé catholique et des féodaux, à qui également retirés les registres paroissiaux (qui vous le comprenez aisément faisait de toute naissance une catholique), devenant l'état-civil régi par l'état seul, l'état de la citoyenneté et de la personne qui peut choisir par la suite son opinion d'incroyant ou de croyant, il a fallu passer à la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat car la religion suprémaciste catholique romaine continuait à s'immiscer partout. Les frères siamois de l'Etat républicain et l'église de la calotte furent séparés...

La séparation de l'église et de l'état fût largement moquée, houspillée, dégradée... Les milieux catholiques romains restaient violemment arc boutés contre leur éviction du pouvoir, et de surpuissance au dessus de tous les autres rameaux abrahamiques, et ce peu d'amitié, et c'est peu dire, envers la République laïque transparaît dans cette caricature. Désormais que de recul suffisamment l'on peut dire que les catholiques françaises doivent une notable évolution de leur église et dogme à la laïcité sans mentir ou exagérer.
  • Paternités plurales
D'autant mal vue que des germes en protestantisme très mal vu du catholicisme, quand l'on est des Cévennes l'on sait quel traitement le second réserva au premier cité, toujours dépendant du joug suprémaciste papiste, l'on comprend facilement que c'était une grande baie ouverte pour sa respiration.[10d]

Puritain anglais venu en Amérique en 1630 pour fuir la persécution royale, Roger Williams (environ 1603-1683) est considéré comme le père de la liberté religieuse aux Etats-Unis et l'un des premiers à avoir pensé la neutralité de l'Etat en matière religieuse.[10e]

Raoul Allier, joua un rôle décisif dans l’élaboration d’une version « libérale » de la Séparation, celle qui prévalut dans la loi votée en décembre 1905[10f]

Tout le monde se la dispute la laïcité désormais, les uns à Luther, les autres à César, il ne manque plus que le jugement de Salomon pour éviter qu'elle soit tirée à hue et à dia...
  • Ce qui nous amène à un petit détour par la province romaine 


  • Distinguer n'est pas séparer - Certains théologiens prétendent la chrétienté creuset de la laïcité par la parole biblique, qu'ils anachronisent en séparation des pouvoirs spirituels et terrestres. Prélats représentants de deus et imperator s'étant partagé le pouvoir exercé ensemble finalement. Le pouvoir décisif politique restant à l'imperator... Cela semble plus que 
  •  douteux, de vouloir à toute force faire sortir du haut de forme la colombe (symbole de l'esprit saint) qui serait laïcité, séparation des pouvoirs des Eglises et de l'Etat. Celui qui a la prérogative de battre monnaie étant l'empereur et non pas les cultes. Il admet là plutôt que l'empire possède ce territoire afin de ne pas être remis aux légions ?

    Si l'effigie avait été d'un dieu ou une déesse à lui ou elle aurait été rendu la monnaie ? D'autant que distinguer deux pouvoirs -terrestre et spirituel- ne revient pas à les séparer : La laïcité n'est pas que la séparation des pouvoirs, elle est avant cela et surtout neutre -pas l'un ou l'autre, ni l'un sans l'autre-[14a]
    "Cette locution est une traduction d'une partie d'un passage du Nouveau Testament: Rendez à César ce qui appartient à César, et à Dieu ce qui appartient à Dieu. — en grec : Τὰ Καίσαρος ἀπόδοτε Καίσαρι καὶ τὰ τοῦ θεοῦ τῷ θεῷ. (Marc, XII, 13-17; Matthieu, XXII,21; Luc, XX, 25)."
    17 Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » 18 Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? 19 Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. 20 Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » 21 Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »[14b]
    Puisque de denier de culte il est serait question, la numismatique peut questionner les effigies qui viennent sur les monnaies.[14chttp://www.pretres-civiques.org/pretres/cites/63

    Sesterce frappé entre janvier et septembre 97 portant la mention FISCI IVDAICI CALVMNIA SVBLATA, c'est-à-dire « Abolition des poursuites intentées au sujet de l'impôt sur les Juifs »[Illus. 3]
    Plus intéressant reste ce qui est relaté de l'impôt religieux qui constitue le noeud du problème de cette phrase, payer au rabbin ou payer à l'administration occupante romaine ? A mon sens, c'est de ce souvenir historique cuisant pour le denier du culte que les moines copistes et créateur du livre sacré recréant le verbe filial qu'il s'agit -Cet évangile est daté de 70 à 90, ce qui peut être considéré de deux générations passées les évènements et paroles rapportées par Mathieu (Don de Yahvé), dont il semble que celui-ci ait à voir avec la fiscalité
    "Matthieu (apôtre), (ier siècle), ou Matthieu l’Évangélistesaint patron des percepteurs, des comptables, des fiscalistes et des banquiers ; fêté le 21 septembre en Occident, le 16 novembre en Orient."[14d] https://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu
    - Doivent-ils payer à l'Empire romain ou résister à remettre ces impôts punitifs, c'est cela la question que posent les noceurs, les poursuites s'étant adoucies, les risques en sont moins grands, Jésus répondant donne-t-il direction de ne pas chercher noise à l'administration romaine en souvenir des bons rapports avec Jules César[14ehttp://www.historel.net/flavius/herode3.htm#caius Ou plutôt préfère-t-il couper les vivres au temple dont il est peu apprécié, puisque déjà les césars perçoivent impôts directs et indirects ?[14fhttp://www.historel.net/christ/11rome.htm
    "Le fiscus iudaicus (latin : fiscvs ivdaicvs fiscous ioudaïcous, hébreu : המס היהודי HaMas HaYehoudi, « [l']impôt juif »), est une capitation annuelle prélevée sur les Juifs dans l'Empire romain à partir de l'année 73 AD. Il s'agit d'une mesure discriminatoire, visant à punir les sentiments nationaux et religieux des Juifs pour s'être opposés à Rome lors de la Grande révolte."[14ghttps://fr.wikipedia.org/wiki/Fiscus_judaicus
    "Nerva assouplit les conditions de prélèvement du fiscus judaicus. Cette taxe individuelle versée par chaque Juif pour l’entretien du Temple de Jérusalem est collectée au profit de Rome depuis la destruction du Temple"[14hhttps://fr.wikipedia.org/wiki/Nerva 
    "- ... Et M. Bienvenu-Martin continue toujours avec beaucoup de Briand son opération chirurgicale."
    Dessin de C. Léandre[Ill. 4] 
    Nota bene - Il n'existe pas de droit de renonciation au Droit, ainsi vous n'avez pas latitude pour refuser de payer vos impôts, votés en loi du budget, et bien cela vaut pour la laïcité 1905 et pour l'égalité des sexes 1958, deux principes constitutionnels de plus en article 1, le principal de la hiérarchie qui englobe et détermine les suivants- aucune coutume ne permet de déroger- Qu'est ce que ce serait bienvenue que l'on informe les citoyennes et citoyens de ce principe... La Loi s'impose de droit et de fait... aux faits.
    • Principe de laïcité tricéphale :
    1 - liberté de conscience et de culte ;
    2 - séparation des institutions publiques et des organisations religieuses ;
    3 - égalité devant la loi, quelles que soient la croyance et conviction.

    Le darwinisme, scientifique -jamais son terrible fake le darwinisme social- et la science en général doit être la maîtresse d'école incontestée de majeure importance. Le créationnisme, qui doit tout à l'irrationnel religieux et rien à la science, on l'aura deviné n'a pas à y être toléré et mis au même niveau. Sinon, vraiment on se demanderait pourquoi enseigner ; à ce compte-là, confiez les gosses, tous, aux prêtres, ils ont les réponses cosmogoniques les plus variées. A l'hôpital et à l'école, mettre les croyances et donc les coutumes égales à la science et du droit (protégeant contre les coutumes de talion comme la peine de mort ou le viol), certains perdent le sens commun et veulent mettre leur santé en danger ? Quant à la hiérarchie conceptuelle, l'emboîtement causal ne serait pas parmi les bases mathématiques et logiques quelque part tapie ?
    • Point noir sensiblement antilaïque
    S'il n'y avait pas supériorité de la science, pourquoi vous servir des objets que les scientifiques conçurent et courir aux hôpitaux qui les utilisent en prophylaxie et en curatif ? Pas égales mais pas supérieures, on dirait un texte jésuite que celui inséré dans la charte scolaire, ce qui aboutit à dire que la science ni égale, ni supérieure aux diverses superstitions culturelles coutumières, donc subtilement inférieure, ou subordonnée... - Gonflé tout de même en concordisme, autant dire que ce passage du livret devrait gicler... L'on voit tout de même lorsque ces rédacteurs accourent à l'hôpital en place de quérir le curé ou l'imam qu'ils trouvent la science bien supérieure !
      "Dans les disciplines scientifiques (SVT, physique-chimie, etc.) il est essentiel de refuser d’établir une supériorité de l’un sur l’autre comme de les mettre à égalité." Livret de laïcité, Charte de la laïcité à l'école, octobre 2015
      Cette phrase se trouve donc être en contradiction avec la Charte, elle-même.[11]

      Les droits universels, pas plus que la science, ne relèvent plus d'une croyance. Jouer de façon snobinarde avec l'archaïque "religion" utilisée pour opinion devient contraire aux principes. Etre plus strict ne fera de mal à personne. La preuve en est que, dès qu'évalués, les personnes de toutes convictions en comprennent le fondement et les exigent in petto, même lorsqu'ils sont à l'opposé de leur dogme de foi. Au seuil de la maladie, les rédacteurs des guides de laïcité qui contredisent la prééminence hiérarchique de la science laisseraient-ils leurs abattis entre les mains d'un prêtre ou se rendraient-ils aux urgences ? Gardons nous pour vivre vieux des versions simplistes de la laïcité de cette sorte de rédaction qui voulait aider à présenter la charte de laïcité scolaire.

      Faire profil bas à l'école devant les fables religieuses ? C'est justement un devoir que d'expliciter la différence entre mythes, contes, fables et légendes face aux lois physiques de la réalité ;
      et alors que l'Ecole n'a été construite qu'à bon effet de confrontation du réel relève d'une insanité intellectuelle et l'on doute qu'ensuite les élèves auront le bagage scientifique suffisant pour vous soigner utilement... 
      "éviter la confrontation ou la comparaison du discours religieux et du savoir scientifique."[12]
      La laïcité n'est pas une valeur, mobile, mais bien un principe intangible.

      Jouxtant de très bons conseils, d'autres contreviennent manifestement à la conviction. Ne serait-ce que cela est une infraction à la conviction des enfants athées, les textes religieux n'étant pas bien universel pour l'athée, aussi intéressants à parcourir soient-ils. Universel étant là confondu, noyé en culturel, ce qui est du plus grand problématique. Ce qui ferait que l'athéisme n'ayant pas "son" texte en irait passer par profits et pertes ?
      "les grands textes religieux (...) constituent un bien commun universel" p. 17, supra 
      • Toujours par trois
      Allons bravement voir laïcité, pilarité, sécularité de concert, grandes orgues branchées.




    • Comme des orgues, piliers solaires d'aurore boréale[Illus. 5


    • Piliers religieux d'égalité -
      "Lorsqu’ils consacrent, en 1848, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, les Pays-Bas inscrivent les principes de liberté religieuse et de l’enseignement dans la nouvelle Constitution, qui reconnaît l’égalité des groupes confessionnels"p. 22, Marie-Claire Cécilia, Eglises, Etat et « pilarisation », mars 2005 https://www.monde-diplomatique.fr/2005/03/CECILIA/11989
      Les unes se feraient passer pour la première ? D'emblée, écartons pilarité et pilarisation qui sous des airs irénistes et oecuménistes s'attribuent des mérites infondés en laïcité, alors que n'étant que justice de maîtriser l'église catholique et donner lustres aux autres. https://fr.wikipedia.org/wiki/Pilarisation 

      A ma stupéfaction encore entière, il devient d'autant plus fondamental d'expliciter l'athéisme et la laïcité car certains nihilistes athées piétinent la seconde tout en caressant la sécularité -où le clerc religieux se mêle au siècle- dans le sens du poil, qu'ils voudraient faire passer pour plus ouverte que la laïcité, et se gave de pilarisation -pilarité*à la hollandaise ou à la belge, où les piliers religieux sont fortifiés de se lier et embrasser- ; tout en draguant les religieux islamistes -par inquiétude et opportunisme politique ?

      - Le sécularisme et les doux fondamentalistes - Les intégrant à son plan de cène, prétendue la religion révolutionnaire et désir omnipotent ; femmes, filles pliées sous le joug de la loi des anciens au moyen de la loi religieuse, exit la loi nationale ? 


    • "(...) la loi musulmane, surtout utilisée dans les questions de divorce, de garde des enfants et les différends commerciaux, agit parallèlement (...) Le premier tribunal islamique a vu le jour en 1982, à Leytonstone, à quelques encablures de ce quartier connu des touristes pour son enfilade de restaurants indiens. Depuis, ces institutions ont essaimé à Londres, à Birmingham et dans le Yorkshire (nord de l'Angleterre). Les dizaines de tribunaux "charia" sont liés aux mosquées. L'iman rend le plus souvent justice, mais dans les petits lieux de culte, ce sont les membres les plus âgés de la communauté qui siègent."[13]
    • La laïcité de peu à voir avec la sécularité, et la pilarité, sous quelque angle soient-elles examinées : pour récapituler, sécularité pilarisée nourrit tous les cultes du Commonwealth (Belgique, royaume bon élève qui gagne le pompon) et la laïcité n'en reconnaît aucun et protège tous, y compris des convictions contraires  (stoppés les privilèges cléricaux en 1789 et séparation chirurgicale des pouvoirs en 1905) et, ce ce fait, se trouve être l'ennemi juré des fois conquérantes ; comme le jihadisme et autres croisées et allumés. A parier que des libertariens évangélistes soufflent derrière les rumeurs incultes et brouillonnes, relayées par basse opportunité par des libertaires plutôt branchouilles opposés à toute forme d'Etat-nation ?


    • Aucune croyance n'est, en particulier, à l'origine, ni le berceau de l'athéisme et de la laïcité, ce sont de complexes entrelacements avec va et vient que jamais probablement l'on ne démêlera. Chacun mit la main à la pâte, surtout ceux qui étaient interdits de croyances.

      Christine Gamita, Ph. D., ethnologie,
      spéc. ritologie, anthropologie visuelle et sonore des mondes contemporains - ex- ingé informaticienne, études et méthodes en management de la qualité des systèmes d'information et informatiques

      Note de bas de billet "Neuter"
      _________

      [1] Laïque ne se traduit pas par secular  -Laïcité se traduisant par laicity, donc laïcisme se devrait par traduire par laicism, et laïque par laique, laïc par laic. Laïque ne se traduit pas par secular -terme anglo indien- http://michelangot.com/Michel_Angot/Conferences_files/Histoire%20des%20Indes-compr.pdf

      [2] Anne Lancien, 15 | 2016 : Le religieux interrogé par les chercheurs. Constructions disciplinaires, L’objet « laïcité ». Questionnements transdisciplinaires d’une spécificité française ? http://journals.openedition.org/cerri/1525 

      Déclaration universelle sur la laïcité au XXIe siècle, 12.12.05, note 10 http://www.lemonde.fr/idees/article_interactif/2005/12/09/declaration-universelle-sur-la-laicite-au-xxie-siecle_718769_3232.html

      [3] La laïcité ne considère pas l'athéisme en croyance hérétique mais en conviction distincte, à la différence des sécularistes qui inventent que l'athéisme serait une croyance, de ce que l'enfant se développant se caractérise par sa crédulité. Mais crédulité n'est pas croyance. Illustration - Une tombe où est indiquée la conviction athée du défunt, selon ses dernières volontés. http://latombeathee.blogs.lindependant.com/



      [4] Loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Eglises et de l'Etat https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000508749#LEGIARTI000006340357
      [5] Jurements et prières en l'honneur des pères pélerins du Mayflower https://www.universalis.fr/encyclopedie/pilgrim-fathers/ [6] L'athée doit prier et jurer sur bible... sinon gare à lui ? http://www.france24.com/fr/20140910-il-refuse-preter-serment-devant-dieu-fait-renvoyer-armee-us-air-force-etats-unis-nevada-atheisme-justice-us-army-

      [7] Etymologie du terme culte, dictionnaire numérique de l'académie http://www.cnrtl.fr/etymologie/culte


      [10a] 1863 "[3] Grand Dictionnaire Universel du XIXe siècle, tome dixième, Paris, Administration du Grand Dictionnaire universel, 1873, articles « laïcité » et « laïque », p. 80 et p. 84. La citation d’Édouard Laboulaye est tirée de L’État et ses limites, Charpentier, 1863, p. 83" Jacqueline Lalouette, La laïcité, Le romantisme https://www.cairn.info/revue-romantisme-2013-4-page-3.htm#re3no3
      http://www.cnrtl.fr/etymologie/la%C3%AFcit%C3%A

      [11]
      http://tice33.ac-bordeaux.fr/publiscol33/eepu-auboin/Laviedel%C3%A9cole/ChartedelaLa%C3%AFcit%C3%A9/tabid/22271/language/fr-FR/Default.aspx

      [12] Le livret laïcité produit en 2015 par le Ministère de l'Education nationale porte un germe viral antilaique en ses pages dans sa tiède formulation qui nie que la science (vérifiée théoriquement et en faits) soit supérieure aux croyances invérifiables, fruit de supputations. Une régression au pilarisme qui adore les piliers religieux... http://blogs17.ac-poitiers.fr/direction/files/2015/10/2015_livret_laicite.pdf

      [13] De plus en plus de tribunaux de la charia au Royaume britannique. La reine a démissionné de protéger les musulmanes :( http://www.lemonde.fr/europe/article/2008/02/12/banglatown-au-coeur-de-londres-defend-les-tribunaux-islamiques_1010291_3214.html
      "Emprunté à l’arabe  شريعةšarī’at (« voie »). Nom commun . charia \ʃa.ʁja\ féminin. Loi religieuse islamique.https://fr.wiktionary.org/wiki/charia


    • [14a] cf. Jean-François Collange, "Rendez à Cesar ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu" Sept thèses pour une théologie du politique, Autres Temps  Année 1995  47  pp. 20-2 https://www.persee.fr/doc/chris_0753-2776_1995_num_47_1_1789                                                   
    • [14b] Locution du nouveau testament nullement à l'origine de la laïcité au contraire de ce que théologiens, clercs et séminaristes cherchent à placer. https://fr.wiktionary.org/wiki/rendre_%C3%A0_C%C3%A9sar_ce_qui_est_%C3%A0_C%C3%A9sar

      A savoir le contexte du chapitre 22, de mise à l'épreuve de soumission à l'empire, de vérification de sa dissidence ? - Traduction épiscopale en français de l'"Evangile de Jésus-Christ par Saint-Mathieu"

      01 Jésus se mit de nouveau à leur parler et leur dit en paraboles : 02 « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. 03 Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. 04 Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : “Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.” 05 Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; 06 les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. 07 Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. 08 Alors il dit à ses serviteurs : “Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. 09 Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.” 10 Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. 11 Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. 12 Il lui dit : “Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?” L’autre garda le silence. 13 Alors le roi dit aux serviteurs : “Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.” 14 Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » 15 Alors les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. 16 Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. 17 Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » 18 Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? 19 Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. 20 Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » 21 Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. » 22 À ces mots, ils furent tout étonnés. Ils le laissèrent et s’en allèrent. 23 Ce jour-là, des sadducéens – ceux qui affirment qu’il n’y a pas de résurrection – s’approchèrent de Jésus et l’interrogèrent : (...)"
      [14d] Signification du prénom Mathieu, étymologie et sens hébreu https://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu
      [14e] Les bons traitements de César http://www.historel.net/flavius/herode3.htm#caius 
      [14f] Les impôts romains en provinces http://www.historel.net/christ/11rome.htm
      [14g] L’impôt juif, l’impot religieux, les impots directs et indirects romains https://fr.wikipedia.org/wiki/Fiscus_judaicus

      14h] Nerva assouplit l’impôt et marque la décision par une monnaie https://fr.wikipedia.org/wiki/Nerva 
      • Crédits illustratifs
      [Illus. 1] J'ai choisi cette photographie pour la neutralité vivante de ses gris titanesques https://perezartsplastiques.com/2015/03/28/50-nuances-de-gris-2/Musée Guggenheim,  Frank Gehry architecte, Bilbao, Espagne
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_Guggenheim_(Bilbao)#cite_ref-7

      [Illus. 2] Flûte, mobilier de l'aurignacien, vestige dans une grotte souabe (Jura allemand) http://www.hominides.com/html/actualites/art-mobilier-aurignacien-42000-ans-0609.php

      [Illus. 3Monnaie à l'effigie de Nerva marquant l'arrêt des poursuites contre les mauvais payeurs de l'impôt religieux Fiscus Judaïcus https://fr.wikipedia.org/wiki/Nerva 



      [Ill. 4]  "- ... Et M. Bienvenu-Martin continue toujours avec beaucoup de Briand son opération chirurgicale.Dessin de C. Léandre - L'Etat vu par la presse satirique antirépublicaine 
      "Le 6 décembre 1905, par 181 voix contre 102, le Sénat adopte la loi de séparation des Églises et de l'État. Elle proclame la liberté de conscience, garantit le libre exercice des cultes et met fin au Concordat napoléonien de 1801. Comme la population, la presse est divisée face à ce changement.http://gallica.bnf.fr/blog/03122015/6-decembre-1905-ladoption-de-la-loi-de-separation-des-eglises-et-de-letat-vue-par-la-presse
      On remarque que ce Concordat passe pour être tradition républicaine près le Conseil constitutionnel alors que ce serait une tradition éventuellement impériale mais certainement pas républicaine, quelle mouche les piqua donc ? Conclu avec le Vatican et la Prusse impériale !. Si ce premier état pontifical romain subsiste, le second pas plus que l'Empire français n'ont survécu. L'empire n'avait plus rien à voir avec la République. Même le délit de blasphème de l'art. 166 agité en tous sens fait peu sens... à lire le professeur Zahra. https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/2015/01/13/droit-local-alsace-moselle-le-delit-de-blaspheme-n-existe-pas-632128.html

      [Illus. 5]  "Des piliers solaires aperçus dans le ciel de North Bay Photo : Timothy Joseph Elzinga http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1009651/pilier-solaire-north-bay-aurore-boreale
      • Autres billets concernant athéisme, féminisme et croyances, laïcité
      1. Mirador  http://susaufeminicides.blogspot.fr/2017/02/mirador-des-faux-culs.html
      2. Longue vue http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/01/longue-vue.html
      3. Neuter http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/01/neuter.html
      - Féministe courroucée http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/01/courroux-feministe.html
      - Anathéisme* http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html
      • Endoctrinement des mineures


      • Fondamentaux de cet ethnoblognote*
      B - Androcides - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
      Plus encore : http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.html
      Des preuves ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
      Des chiffres ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html

      Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteure : Christine Gamita Droits d'auteur Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR 
      En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document - Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
      Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台)