mercredi 29 juillet 2015

Juillet sans artifices

23 juillet 2011
http://pontjacquescartierbridge.ca/le-pont-jacques-cartier-sera-ferme-le-samedi-23-juillet-de-20h30-a-23h30-pour-la-tenue-des-feux-d%E2%80%99artifice/
Allez, je change mon Remington d'épaule -plus léger que celui de la gardienne des fauves contre les braconniers, et qui garde les femmes attaquées par les lions ?- et fais une brève incursion en conséquences de l'irénisme conjugué aux dégâts pirotechniques*

Ma récolte de pommes sûres finie, 
mon Calva en bouteille et close ma série de billets sur les grenouilles et leurs acolytes, les évènements se télescopent pour me replonger dans le baquet de bulles de Champagne m'extrayant de ma torpeur juillettiste. Venant comme bien mûrs confirmer que les années de calomnies de féministes universalistes laïques (généralement plus jeunes) par des féministes traditionnelles alaïques* et leurs poulaines (ni braies, nil  pantalons collants dits chausses). http://susaufeminicides.blogspot.com/2015/03/pommes-reinettes.html


Bien plus grave que les réputations de femmes (même féministes parfois), cette posture idéologique continue à dégrader une jeunesse, toujours excusée et caressée dans le sens du poil au motif que d'origine et religion importée ? Toujours gardée au chaud la distinction du nous au vous, alors que l'on sait bien que toutes les vagues successives d'immigration ont toujours utilement fini par privilégier le nous jusqu'à peu. La baisse de température qui suit le petit chien m'a permis de lire à froid toutes les données sur les gestes et leurs déplacements et je vous en offre les points saillants.
  • Un week end apparemment banal
Les anges descendus du tympan pour jouer à la marelle ?
"sourire énigmatique lui valut le surnom de "Sourire de Reims" ou "Ange au sourire" http://www.paperblog.fr/5658496/l-ange-au-sourire-19091914/
D'où part l'amalgame dont on nous a rabattu encore une fois les oreilles ? Plusieurs questions s'offrent à notre perspicacité de bac + 15 : Ki kréa lamalgam et kini ? Ki ni, bi ou mono ?
Hâtif et maladroit ? Pourtant, l'on peut vérifier c'est au journaliste que l'on reproche la formule anodine employée sans faire mention ni de noms, ni d'aucune particularité qui pourrait stigmatiser qui que ce soit ! C'est tout de même incroyable et à la lumière de tous ses statuts, celle-ci lui doit de plates excuses d'avoir dégradé son texte du vendredi 24 juillet ainsi redécrit le lundi par le journal effrayé d'avoir osé faire du style :
"Voir cette femme qui bronze au soleil, allongée dans l’herbe, semble contraire à sa morale et sa conception des bonnes mœurs car elle vient lui reprocher sa tenue légère jugée indécente en pareil endroit. Effarée par un tel discours aux relents de police religieuse, la jeune femme se rebiffe en rétorquant qu’on n’a pas à lui dicter sa façon de se vêtir. Une altercation éclate.", vendredi 25 juillet 2015, suivi de la retouche empressée de la direction le 27« Une jeune fille se détache d’un groupe de cinq pour aller vers la future plaignante, qui se trouve, elle, avec deux personnes. Elle lui reproche sa tenue vestimentaire » (...) Comme cela se pratique depuis plus de vingt ans, la police nationale ne livre aucune identité, ne donnant que les âges des personnes. Quant au mobile de l’altercation, « il n’apparaît pas clairement », se souvient notre journaliste. En fin de journée, vendredi, il rédige son article titré « Tabassée dans un parc car elle porte un maillot de bain ! ». Se voir reprocher le port d’un maillot de bain pouvait s’interpréter comme une critique relevant de la morale. D’où cette phrase dans son sujet évoquant « un discours aux relents de police religieuse », c’est-à-dire « ressemblant à » a voulu écrire le journaliste." http://www.lunion.com/517823/article/2015-07-27/affaire-du-bikini-decryptage-d-un-emballement
Le mobile émergent et implicite de l'injonction à se rhabiller, puisque le maillot était de saison et de lieu de se dénuder, reste bien du domaine implicite de la morale, voire de la religion. Les femmes se sont coltinées le puritanisme chrétien et le voient revenir sous la forme du dernier né monothéique. Ce n'est nullement car des personnes n'en expriment pas en avoir conscience qu'ils en sont dénué, que cela l'efface de la surface de la terre. A noter que pur, signifie pureté, virginité, corps sacré, je vous laisse terminer la litanie, et que les bonnes moeurs sont bien les chouchoutes du puritanisme. Et que, si, les tentations d'y retourner viennent bien toujours de factions religieuses. L'athée aurait plutôt tendance à penser naturisme...

L'autre mobile n'a rebondi qu'à partir de la réaction surexcitée d'une des agresseures... 
Le minimobile, inventé par un ingénieur automobile a déjà soixante dix ans. Une paille... et il n'a pas pris une ride. Ainsi rien du tout n'est jugé et le camp religieux conclut un peu rapidement à l'absence de motivation morale et religieuse qui ne serait pas explicite pour les les protagonistes. Mais que dire de l'implicite, lorsque l'on sait qu'avant Saint-Trop' le bikini de Réard est resté décennie plié au tiroir et pour quelles raisons au fait ? Pas de mobile moral, on vous dit ;)  
En 1932, le premier s'appelait "atome" (j'aimerais avoir aussi bonne mise au même âge)

Atome, créé par Jacques Heim
http://www.alamodemontreal.com/mode/le-bikini-fete-ses-66-ans/
Bikini sur Micheline Bernardini le présentant à la piscine Molitor le 5 juillet 1946
De l'ingénieur Louis Réard
 http://www.lanacion.cl/noticias/galerias/vida-estilo/fotos-hace-68-anos-que-se-creo-el-bikini/2014-07-05/182918.html
Qui serait donc Mamzel Lamalgam qui crie sur son mur (je vous épargne les majuscules et garde le phrasé, histoire de ne pas passer outre l'étiquette), Marseillaise mais Rémoise d'adoption, Zougatta Mouaah alias Nesrine Mook qui juge le journaliste de L'Union, dont le style prudent et sans aucun dérapage partisan ne soulignant aucune religion, pas plus qu'une en particulier, est irréprochable quoiqu'en bêlent couards en tas qui n'ont de fait qu'ergoter et échotter à son couac à elle ?
 :
Profil A - Zougatta Mouaah, autosigné, 25 juillet 2015, 19 h,
"l'une des cinq filles mises en cause, âgée de 19 ans", celle qui cause :
Profil B - Post de statut de l'alias Nesrine Mook alias Zougatta Mouaah, 25 juillet 22 h 53
(transcription) "Zougatta Mouaah 19 h · "c'est moi la mise en causse il n'a jamais étais question de tous se qui et ecrit nous passons pour violences en réunion mais comment expliquer que si nous étions 5 sur une personne pk elle elle aurais que 4 jour d'ITT et moi 10 jours d'ITT brf tous sa tous sa ces que de la pub de la part de l'union quand on ne c'est pas on ne fait pas le journaliste maintenant vous voulais plus d'information venait me voir, et en plus de cela moi je n'ai fait que separer et c moi qui me suis faite agresser par la soit disante victime. Aussi soit dissant nous somme de la police islamique non mais allo faut tous simplement arreter de raconter de la merde. le jugement n'ait pas encore la que vous parler deja vous nous juger stoper tous les gens svp. Brf aussi la date qui a etais donnais et bien sur fausse donc le journaliste en carton ton diplome je me pausse des questions si tu ne las pas ut dans un kinder surprise ( faut rigoler dans tous sa donnais moi un cdi je vous renseignerai mieu mdr) Arreter de polimiquer sur cette histoire qui et fantastique. Svp tres urgent les personne qui étais prensente se jour au parc leo pouvais vous manifester en venant en priver svp sur mon fb. J'ai vraiment besoin de vous car comme vous le constater il en font une histoire qui peu allais tres loin merciiii" 25/07/2015 19 h
Comme tant de fois, l'on peut remarquer que les principaux accusés font des jeux de mots, somme toute habiles, des métonymies et autres syllepses mais, par contre, eux ne voudraient comprendre les écrits d'autrui qu'en systématisant le premier degré, ce qui est de bien mauvaise foi... Puis ensuite écrire en style télégraphique pour attendrir le chaland que n'étant de bien pauvres gens, si démunis, illettrés et sans recours. Ainsi, remarque lui est faite jusque par ses propres soutiens d'amicale sur le décalage :
Une bonne chose de faite, voilà donc trouvé qui a tendu la perche pour que cela dérape, s'emballe, s'enflamme et dilue sa responsabilité dès qu'ayant connaissance de la colonne faits divers de L'Union tenté de détruire irrémédiablement par tout moyen, sans répit pour le journaliste de service. Réitéré sur son son autre alias N. Mook, à 22 h 53 que la victime serait la délictueuse en pesant ses paroles de peser la grande didine de vingt-quatre ans...
Il lui est fait remarquer poliment,
Sur le fil de l'autovidéo 1 mise à 00:09 sur son statut, de rares personnes se risquent à contredire ses assertions, comme celle-ci le 28 juillet -voir plus bas
Pourtant dondon, selon Libération et extrait du parquet avec vernis et cire, le tout d'un style et d'une orthographe parfaite du 16e arrondissement, ce ne serait que des maigres qui ont agressé une grosse dans un parc (ou l'inverse pas grave, ça fait pareil), pas du tout une puis deux de cinq qui auraient volé dans les plumes en commençant à faire la morale de se rhabiller à une fille en maillot de bain et ses deux amies, puis embrayer sur une gifle et plus sans affinités ? A mon humble avis, un peu grillé de raconter qu'agressives sans morale et religion... ou quelque chose d'approchant. Pas en leur faveur cela, finalement ; d'autant que la précédente inflation des jours d'arrêt maladie donnerait à penser que la scène est maquillée par les auteures, de diverses manières en diversion pour détourner l'attention et faire porter, de surcroît, le chapeau à la victime ? Le Monde n'a donc pas vérifié toutes les infos ?
"...l’une des agresseuses a apostrophé la jeune femme qui bronzait en haut de maillot en lui lançant : « Allez vous rhabiller, c’est pas l’été ! »" - "18 à 24 ans, Inès Nouri, Zohra Karim, Hadoune Tadjouri et deux mineures de 16 et 17 ans, sont interpellées. L’une d’entre elles a trois jours d’incapacité temporaire de travail (ITT), sa victime, Angélique Slosse, en a quatre." - "Lundi matin, la procureure, Hélène Morton, a confirmé que le parquet a fait appel du placement sous le statut de témoin assisté de l’une des deux mineures, pour obtenir sa mise en examen, eu égard à ses antécédents judiciaires, ..." 26/07/2015 12 h 42 http://www.lemonde.fr/police-justice/article/2015/07/26/l-agression-d-une-jeune-femme-dans-un-parc-a-reims-enflamme-les-reseaux-sociaux_4699350_1653578.html 
"ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation"
La vice-procureur surenchérit sans plus d'enquête, dont on ne voit pas ce que la tenue du Club des Cinq venaient faire là comme un cheveu sur le lac... Personne non plus nulle part n'ayant jamais prétendu qu'elles auraient porté voile ou tchador !
"Il s’agit bien de violences en réunion et rien de plus. Les cinq filles portaient en outre des tenues habituelles et non pas liées à une quelconque religion. La fille en maillot de bain assure que la bagarre s’est déclenchée lorsque l’une des filles a lancé “rhabillez-vous, c’est pas l’été”."  "...une des cinq filles mises en cause, âgée de 19 ans, raconte: « J’étais en effet avec trois amies et ma petite sœur mercredi vers 16h30, quand nous sommes allées au parc Léo Lagrange. Nous sommes passées devant trois filles en maillot de bain et j’ai juste dit à ma copine que si c’était moi, je n’oserais pas me mettre dans cette tenue. Mais j’ai dit ça car je suis complexée, absolument pas pour des questions religieuses ou morales. Je suis musulmane oui, mais tolérante »."  26 juillet 13 h 09 http://www.liberation.fr/societe/2015/07/26/une-jeune-femme-tabassee-pour-avoir-porte-un-maillot-de-bain_1354087 
Comme si l'on n'avait jamais entendu les filles s'insulter dans le métro, ou aux arrêts de bus, et on ne sait pas ce qu'elles se disent sur les réseaux...
Photo postée par l'intéressée le 16 juillet 2014 - Vous serez bien aimable de mettre en commentaire la traduction précise de la graphie entourée d'un coeur  - merci d'avance
Un an plus tard, toujours aussi combative,  soldat "gunning*" en cie déjà de Hadoome Tadj le 21 juillet 2015
A savoir que l'on ne sait toujours pas l'origine ou la religion de la victime mais que, par contre, sans que cela lui ait jamais été demandé l'agresseure s'est empressée de s'ouvrir de la sienne au premier qui passe (convoqué peut être, allez savoir), probablement sans qu'on lui l'ai demandé puisque qui l'aurait osé ?
Ainsi et alors que c'est bien la porte voix du Club des cinq qui a semé l'ivraie du blé amer, parquet, procureurs et media anticipaient, tentant de taire tous soupçons ? Qui panique et prétend qu'aucun motif moral et religieux à casser la gueule à une jeune femme bronzettant ? Il eût donc fallu des aveux éclatants, explicites et confirmés, et encore ? Voilà donc vous êtes prévenues, circulez il n'y a rien à voir dans tout cela. Aparté en droit et envers, - Une cotte sans mailles et mal taillée ? A savoir également qu'à défaut d'un quelconque arrêté municipal, les jeunes femmes étaient en règle de se trouver en maillot de bain sur la pelouse du parc. Pour quelle raison donc s'approcher d'une personne pour lui faire une remarque désobligeante, juste comme cela, pour voir ? http://www.lunion.com/517482/article/2015-07-26/la-loi-permet-de-se-promener-en-maillot-de-bain
A mon humble avis, agressives sans circonstances morales et religieuses, -il manque aussi "hors météorologie" ;) pour faire plus atténuant-... ou quelque chose d'approchant. Un Procureur peut-il juger des motifs des agresseurs ? Mais aussi où se trouvent ces motifs religieux et moraux circonscrits en codes ? http://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do?idArticle=LEGIARTI000022469905&idSectionTA=LEGISCTA000006167418&cidTexte=LEGITEXT000006071154
Pour autant de cette empoignade, l'on apprend tout de même, la Police venue à l'appel des sapeurs pompiers jugea bon une garde à vue de vingt-quatre heures du profil, ci-haut, nommée Anna (se révélant seule alias Zougatta Nesrine Zohra) par un site de buzzing prétendant à dix jours d'arrêt mais qui n'a pu être blessée puisqu'elle ne se serait pas battue... ? Sa copine a fait la "petite erreur" et elle même est allée vers elle (la bikini) pour lui donner une gifle.

L'on voit donc bien que la bagarre vient uniquement 
de la remarque de Hanoune et du refus de la gifle morale (1ère) et physique (2e) infligées au bikini : ce serait donc sa résistance qui serait coupable, à lire les déclarations tous azimuts des déclencheuses ?

"Ma copine a bien dit “ce n’est pas l’été, il ne faut pas bronzer, ce n’est pas l’heure de sortir le maillot”. La personne a dit (la fille en maillot de bain, ndlr) “vu ton corps, je comprends que tu ne puisses pas te mettre en maillot”. Ma copine a fait l’erreur, c’est vrai elle a fait une petite erreur." ... "Lorsque l’une des trois filles m’a entendue parler, elle m’a interpellée pour me dire qu‘“avec mon physique, elle comprenait que je n’ose pas me mettre en maillot”. Elle a également dit que j’étais grosse. Je suis allée vers elle pour lui donner une gifle, puis elle s’est battue avec mon amie. À partir de là, j’ai tout fait pour les séparer. Elles se sont battues seulement toutes les deux, avant que des témoins puis un policier en civil ne s’interposent."" http://www.buzzfeed.com/davidperrotin/affaire-du-maillot-de-bain-a-reims-cela-navait-rien-a-voir-a
Les passantes n'ont apostrophé personne, la voix surgie du néant qui trouve qu'être dénudée pour une femme en été serait-elle tombée du ciel ? (Je tente désespérément la méthode Coué en mantra)
Mais revenons à Anna Mouaah Mook qui, avec de la suite dans les idées, continue à touiller et de distribuer sur ses murs et toutes plateformes possibles une autovidéo, 
selfidéo* (titres Z et ZO, Zohra Mook), censée prouver son innocence en toute chose et qu'on la veut faire passer pour ce qu'elle n'est pas, c'est à dire violente et "islamique", alors qu'elle n'est que pacificatrice et victime.

Captures
A - https://www.youtube.com/watch?v=5GctzJ5Kppg
B - https://www.youtube.com/watch?v=FgJNb_mGxfk
Cependant, nous nous rappelons que le jeune journaliste ne l'a jamais accusé d'extrémisme ou d'appartenir à telle ou telle religion, les noms alors absents de la scène de craie.

A - Le 28, introduisant subitement une seconde victimisation, celle-là extrémiste, le ton supplémentaire donné par la figure sans maquillage à minerve de sa première selfidéo d'auto justification de conduite quasi irréprochable, tout d'abord postée en statut de son autre mur N. Mook,  "sa page Facebook, révélée par le site Islam et Info", qui les reprennent donc.






B - Le second filmet*, où ne tarissant  toujours pas d'éloges et d'excuses envers soi-même, les "témoignages" des convoquées en correctionnelle envahissent la Toile. L'Union redonne à nouveau la parole aux trois majeures des cinq jeunes filles (frappant une seule qui a résisté à l'une d'elles) pour nier et minimiser leurs actions, alors que l'affaire désormais en Justice et devrait faire l'objet de la plus grande discrétion, mais où l'on apprend que donc taper et voler, c'est pas bien grave ?

L'on y voit l'auteure qui est une jolie jeune femme mince, svelte et souple :
"Nous sommes des proies faciles"
"La victime n'est pas une victime, pourquoi m’a-t-elle porté une gifle ?
Profil B - Anna -N. Mook alia Zohra.Karim.18, alias Z. Mouahh,  et première apparition parlante du 28 juillet 
En pleine forme pour une interruptée temporaire de travail de 10 jours, quel punch ! Peut-être serait-il bon de les revoir à la baisse  ?  Voilà donc trouvé d'où fuse la transformation subreptice de la police des moeurs devenue sous de délicates touches "police islamique" dans cet appel à témoins à décharge dont la fin quand même vaut son pesant de cahouettes. Pourquoi irait-elle loin puisque rien de bien grave, juste une petite altercation de gonzesses mal lunées à croire les journaux qui prétendent que c'est que dalle. Un tout petit mini fait divers... Pourquoi alors tout ce raffut, si c'est pas bien grave et si anodin ? On ne peut donc que constater les termes de ces filmets* auto produits et auto défensifs d'une accusée se faisant accusatrice, après avoir déclenché le pataquès d'étaler ses origines et sa religion pour salir toute personne s'avisant de relater les faits délictueux (puisque passant en Correctionnelle), mais surtout relayée à tout va pour détruire la plainte de la victime en bikini rossée d'importance. Beaucoup s'évertue à établir à son exemple que ce ne serait que petite erreur de jeunesse de bêtise. Des bêtises, rien que des bêtises, voilà que d'infantiliser des majeures va les sortir de la mouise ? On en doute ! Maternalisme ou paternalisme, l'on sait parfaitement que l'un n'est pas plus sain que l'autre.

L'attachée de presse du Club des cinq a donc pleinement fait toute preuve de son intelligence mais bien mal employée... (Impression d'ex-prof')

 Donc voilà, ma religion se maintient quant à moi de ce que remarquer et, de plus, s'approcher aux fins de reproche de tenue déshabillée à une inconnue, alors que décente et de licence dans ce parc en cette saison par temps ensoleillé, relève bien d'une attitude arrogante de censure, qui rappelle la police des moeurs de triste mémoire. Et ce qui est grave, c'est d'oser transformer pour nuire "police des moeurs" en "police islamique". L'amalgame est plus gros qu'une ficelle, tout est fait pour accuser le journaliste et la jeune femme battue en situation de légitime défense !
Nous sommes en été, et Reims étant soumise aux mêmes saisons que le reste de la France, tout le monde peut en juger ! Pas l'heure, pas la saison... L'arbitre des élégances a frappé car cette presque nudité l'indisposait ? Pas en leur faveur cela, finalement ; d'autant que l'inflation des jours d'arrêt maladie donnerait à penser que la scène est maquillée par les auteures, de plusieurs manières pour détourner l'attention et faire porter, de surcroît, le chapeau à la victime ? Le Monde n'a donc pas vérifié toutes les infos ?
Vérification faite, personne ne connait la religion de la victime bikini, et ce n'est bien que l'agresseure qui s'est empressée de déclarer son exacte religion et sa tolérance religieuse, sans que personne ne la lui demande, on se demanderait bien quel fou oserait poser ce type de question en temps d'anathème ! Je n'ai pas dit de forte en thèmes. Une mosaïque des réactions de ladyte permet de voir qu'en effet, aucun souci à se faire, puisque c'est son amie qui a été discriminée... La première qui a religiosisé et confirmé les alarmes de beaucoup reste bien l'une des agresseures.
Je croyais que l'on étudiait Jean Baptiste Poquelin qui avait la dent contre les dévots couvreurs de seins ? Qu'est ce que cela aurait été, si Angélique avait osé le monokini comme Mafalda ?

 Eh bien non que des nanas trouvent utile de tabasser à quatre ou cinq une autre fille en passant, qui ne leur a rien demandé, ne serait pas de moeurs ou morales religieuses mais d'amusement et de hasard... ? Malignes les grenadines, en plus bien briefées à dire comme il faut... et rhétorique avec ça, on réplique par l'attaque... non mais ça va zyva elles nous prennent pour des caves ? et soupçon (aussi bien le journaliste de L'Union, elles vont l'attaquer pour date erronée, style ?)
On nous rejoue l'affaire Chaouat qui brandit sa religion dès qu'à lui rappelé et reproché qu'il a été condamné en appel d'avoir lié son épouse au radiateur et cinglée à coups de ceinture pour avoir fait la Française ? Serait-ce le même jurisconsulte ?
Résumons - Bikini (et ses deux amies) ne supporte pas la remarque sur sa tenue, du coup répond du tac'o'tac sur les rondeurs (d'une du club des cinq), vlan des coups pleuvent... Attendez moi les filles, courez pas si vite, je vous suis plus émoticône smile
"Sourire de l'ange -  Que la police religieuse des moeurs aillent se faire cuire un oeuf  - Solidarité avec la Champenoise tabassée dans un parcdimanche 26 juillet à 17 h 26
Confirmation du montage Mafalda et son sourire d'ange, en réseaux sociaux de morale de la fable, telle que déjà émise précisément :
Re mantra (pas la raie, il n'y en a pas sous nos latitutdes) - Ah ! Et surtout décontextualiser émoticône wink déconstruire pour reconstruire de guingois. Les faits tombent du ciel comme des anges... Ceci ne veut rien dire : je répète il n'y a rien à comprendre émoticône smile C'est pas l'été, ne vous emballez pas : Arrêtez de suite d'analyser toute situation puis ensuite de comparer aux écrits et aux oraux de l'agresseure principale- Crénom les amalgames que les agraisseuses ont telles memes fêtes compte pour du beurre... on vous dit.
Ainsi employer une métaphore moqueuse qui rappelle certains temps chauds pour les femmes de police des bonnes moeurs religieuses... se trouve traduit en blasphème ?!

Tristes atolls. Au rayon du blasphème de la nudité... me revient en mémoire l'affaire ramadanesque de Surf spirit - Jeunes gens incompris, ils voulaient en fait que les femmes deviennent toutes naturistes, nues comme des vers comme au jour de création, cela aurait été de rendre honneur et gloire à qui vous savez 

émoticône wink Tirer la langue toute la journée, puis se rattraper à la lune montant... Coquinoux va, pas de bikini, on a bien compris jeunes gens de la JOC. Du coup, un autre s'est énervé sérieusement à Sousse, en prenant bien peine de ne pas abattre ses coreligionnaires surfeurs... ? http://m.le360.ma/page.php?link=http%3A%2F%2Fwww.le360.ma%2Ffr%2Fsociete%2Fcroisade-anti-bikini-a-agadir-43499
Et du moment qu'algarade où ne sont pas en cause des hommes, ce serait une histoire de harpies mal élevées ? C'est ce que retiennent nombre de jeunes gens et c'est bien triste de leur part de montrer tant de sexisme, et de mépris pour la jeune femme en bikini qui a résisté à l'abus !
Voilà où est l'abus et l'excitation malsaine d'immédiatement stigmatiser toute expression dont usent des féministes non bien pensantes, ou autrement dit non culturalistes, et donc universalistes.

Et s'il prenait l'envie à ces féministes de porter plainte pour dénigrement, incitation à l'opprobre et au harcèlement, contre celles et ceux qui se la pètent et amalgament systématiquement à leur détriment, qu'est-ce que l'on parie qu'elles gagneraient ?
  • Souris verte 
Et puis, fermez vos bouches, vous allez gober des mouches car douze heures passées à peine, on a retrouvé l'agresseur, c'est le féminisme "cache sexe de ...phobie" de droite. Quiconque osera faire remarque que le voilisme est une atteinte aux droits des femmes, où que ce soit, va se trouver catalogué à droite ? http://www.slate.fr/story/104792/feminisme-cache-sexe-islamophobie-droite

L'habileté tient à faire passer cela pour musulman, alors même que les musulmanes dans leur ensemble prétendent que cela ne l'est pas. Déjà ce journal numérique avait laissé faire chemin "féminisme-raciste" en évoquant les termes de la salve anti-laïque de "Feminists are failing Muslim women by supporting racist French laws, "If women’s groups see Muslims wearing headscarves as an oppressed minority, it should be a reason to embrace them and understand why, not collude in widening one of the worst rifts within French society" (M/traduction "Les féministes font du tort aux femmes musulmanes en soutenant les lois françaises racistes, "Si les groupes de femmes voient les musulmanes qui portent le foulard comme une minorité opprimée, ce devrait être plutôt une raison de les embrasser et de comprendre pourquoi, et ne pas agir à contribuer à l'élargissement de l'un des pires déchirements au sein de la société française", au-dessus des hidjabées algériennes étudiantes de peu de rapport avec la loi française prétendue raciste contre le niqab d'atteinte à la sécurité comme déjà des pays musulmans l'ont interdit. http://www.donotlink.com/g1o0
"cache misère du rejet des musulmans."- "Fâchée avec l’argument de la laïcité –défendu par exemple par Elisabeth Badinter–, elle le présente comme un cache-misère du rejet des musulmans :« Les Féministes blanches devraient accepter que ces femmes veulent développer leur propre féminisme en fonction de leur situation et ce féminisme devra prendre leur culture islamique en compte. »"Il y est aussi précisé que le féminisme pirodelphyque, selon son auteure, ne "vers[ait] [pas]dans un positionnement davantage inspiré du multiculturalisme à l'anglo-saxonne mais mais des droits humains et des discriminations" Véra Lou Derid http://www.donotlink.com/g3jp
Et, en effet, Atlantico saute allègrement le pas, où l'on est fachosphère, ou bien padamalgam... ? Allez rentrez dans le rang, voir la fine résille du voile des saints pour modestie et pudicité n'est pas à l'ordre du jour, c'est discordant et dérange les harpes célestes, et si vous vous y risquiez, cela fleure bon le godwinage d'un coup de grosse caisse sur ta cheutron...

Voilà donc partie des conséquences d
e calomnies constantes, dont ce dernier article que l'on ne peut plus ignorer, largué comme une caisse à travers La Manche par Miss Delphy -sociologue française spécialisée en appréciation hiérarchisée  des variantes de l'exploitation domestique des femmes par les hommes- Une nouvelle fois container piégé du sujet fétiche du satané voile... qui protège plus la dévotion que toute féministe. Mais au fait n'est-pas elles et ses collègues les féministes traditionnelles de 70 ? Et d'ailleurs, sont-elles vertes ? En tout cas, je suis en train de le devenir verte de rage devant l'injure raciste envers les lois républicaines, qui tout de même votée par une députation et des institutions qui ne le sont pas, quoique certains veuillent ternir le système politique de la République laïque une et indivisible.


Plus généralement, l'ambiance délétère incombe à ces factions qui détruisent le féminisme et la jeunesse en les empêchant de prendre à sa juste valeur le dispositif républicain qui n'exclut personne au contraire de ce que prétendu : Hôpital, crèche, maternelle, école, Protection Materno Infantile, vaccination, prophylaxie, collège, lycée, facultés, Caisse d'Allocations Familiales, ASSEDIC et RMI / RSA (chômage), Sécurité sociale et CMU (couverture maladie universelle), pensions d'invalidité, retraite, toutes aides et soutiens d'Etat nationaux et locaux renouvelés constamment, rien n'est refusé à personne, de quelque origine soit-on. De plus, des myriades d'associations caritatives complètent.

Contentons-nous simplement, sans chercher midi à quatorze heures, de suivre les décisions et motivations très précises des juges de la Cour Européenne des Droits de l'Homme, CEDH, qui tiennent propos similaire, voire encore plus marqué sans même soupçon d'anticléricalisme... Qu'elle chante donc pouilles d'urgence aux juges européens, ce sont eux qui m'inspirent avant toute chose !
"... La discrimination envers les femmes, qu’elle soit fondée sur des traditions religieuses ou non, est contraire aux articles 8, 9 et 14 de la Convention européenne des droits de l’homme, à l’article 5 de son Protocole nº 7, ainsi qu’à son Protocole nº 12. Aucun relativisme religieux ou culturel ne saurait être invoqué pour justifier des violations de la personne humaine.", mais aussi :"le port du foulard est imposé aux femmes par une prescription coranique qu'il est difficile de concilier avec le message de tolérance, de respect d'autrui, d'égalité et de non-discrimination que, dans une démocratie, tout enseignant doit transmettre à ses élèves". "le port du foulard est imposé aux femmes par une prescription coranique qu'il est difficile de concilier avec le message de tolérance, de respect d'autrui, d'égalité et de non-discrimination que, dans une démocratie, tout enseignant doit transmettre à ses élèves". Cour Européenne des Droits de l'Homme (Aff. Lucia Dalhab, 15 février 2001)
Compte tenu de la photographie d'illustration de plus pur voyeurisme qui n'a rien à voir avec Reims et du titre scélérat de l'article, déjà mentionné plus haut, "Agression d'une femme en maillot: le féminisme, cache-sexe de l’islamophobie à droiteet de voir que cette journaliste relève du pirodelphysme basique qui méprise et condescent, il semblerait qu'à nouveau il faille compléter les informations de certaines jeunes femmes sur ce que signifie le voilisme dans son entier.
"les protagonistes de ce drôle de féminisme assimilent comme étant lié à cette religion (rappelons que le foulard a été portée par des catholiques pendant de nombreuses années, et qu’il existait bien avant le Coran)." Aude Lorriaux, http://www.donotlink.com/g3jv
Pendant ce temps-là, les pantalons n'étaient pas interdits aux mineures !

Le milieu politico médiatique est transi d'admirative complaisance envers les déclarations morales qui pourfendent les féministes. Même les virgules sont montées en épingle. Cela me fait le même effet que pour les petites routes de montagne, je suis donc obligée de descendre la glace pour respirer un bon bol d'air frais :

Aux mines de Wigan 1930
https://br.wikipedia.org/wiki/Wigan
Comparer l'interdiction du voile aux mineures (venu du voilisme néo islamiste du XXIe siècle), demandée à la manifestation Femmes sans voile à République avec celle des pantalons par le Préfet de Paris au 19e -par refus de masculinisation des femmes par la bourgeoisie- relève de la haute acrobatie sans filet?

 Pour mémoire - voilisme* = manie religieuse quasi maladive de couvrir par pudicité purement virile une fille d'un voile à quelque âge que ce soit et de diverses dimensions pour cacher nuque, gorge, cheveux, poignet, cheville, exétéra, tentatrices et excitantes jusqu'au conflit, qui va jusqu'à la cage, sans même une grille devant les yeux (même à paris), qui est signe de l'impureté essentielle des femmes et de leur devoir de modestie et pudicité virile -

D'ailleurs, à noter que le chalwar, ancêtre perse des pantalons, en orientalisme sirupeux de turqueries reste la marque des odalisques de harem dans l'imaginaire de dandys romantiques et snobs- A savoir que dans nombre de régions du monde arabo musulman, il fait partie de l'attirail voiliste de contrainte ?

Vital en 70 pour les unes (vous) mais pas vital pour les autres à présent (nous) ? De plus, toutes celles qui ont été forcée de gré (emprise familiale, clanique, tribale, sociale, affective et leurs pressions et intimidations) et qui tentent de s'en libérer sont juste trahies par toutes celles qui refusent l'égalité des sexes en Droit en France en arborant ce signe stigmatisant de la complémentarité avec due soumission et le pack cadeau qui va avec soumission au devoir conjugal, pas de contraception, pas d'interruption volontaire de grossesse -IVG- (les grenouilles de bénitier n'ont pas de couleur - et il fût donc improductif à l'époque et même ces derniers temps de combattre les bigoteries ?

- et oui bcp ne connaissent pas cette histoire et ne voient pas la portée de ce que le curé leur a dit de porter, cela ne dédouane pas plus cette coutume inique à laquelle est réinsufflée une force écrasante par la tolérance actuelle-

Le point commun reste de toute évidence la tradition de se prétendre des droits sur les femmes-

Mais à deux siècles d'intervalle, mettre au même comptoir des prêcheurs sectaires (chiite, sunnite / salafiste / wahabite) -par ailleurs partisans de toutes autres pratiques de types du VIIe siècle- à la décision du 21e à un rond de cuir de police du 19e, à quoi cela rime-t-il ?

Donc où l'on est traditionaliste ou on ne l'est pas, pourquoi demanderait-on au dessus des siècles des comptes à un préfet parisien (et une poignée d'aristo et bourgeois parisiens somme toute qui donnaient le la sur la question - on voit d'ailleurs que la souplesse en application existait sur le pantalon admis pour certaines qui l'ont demandé) et pas à tramadan (au hasard ?) au lieu de le conforter dans ses menées idéologiques (en plus qu'il est accusé de harcèlement sexuel par certaines) en s'asseyant à ses côtés ? La tolérance n'a rien à avoir au tableau. https://beyourownwomon.wordpress.com/2012/08/28/la-tolerance-gangrene-du-feminisme/

Restons dans la même veine.
  • Lettre ouverte 
Je vous livre donc en intégralité... bronzage partiel -Juste mis un peu de graisse à traire de ci, de là, où ça me plaisait...-, ci-dessous reproduite les paroles d'une danseuse du ventre de ma connaissance. https://beyourownwomon.wordpress.com/2015/07/23/lettre-ouverte-christine-delphy-ou-le-mythe-de-la-bonne-sauvage/ 



Il me reste à ajouter quelques mots à la réponse toute bienvenue de https://www.facebook.com/beyourownwomon?fref=ts


Ce n'est qu'une infime minorité de fondamentalistes ayant basculé dans des thèses littéralistes, rigoristes, puristes, figées dans leur gras, qui préconisent que le sexe féminin doit allégeance aux pères devenus ou en devenir, et que la modestie et la dignité se mesureraient à l'aune de tissu consacré. Ou que seraient agitations hors de propos ces manifestations de musulmanes non voilées qui s'opposent avec le peu de soutien de la part du féminisme matérialiste ? Ce sont les mêmes qui ne considèrent pas la France comme une patrie puisque leur interprétation religieuse stricte ne leur permet aucune autre terre que leur religion momifiée.

Ce type de position frileuse sur la question du voilisme ne peut que faire reculer les votes à gauche des Français d'origine étrangère de religion musulmane et favoriser des regroupements et glissades oiseuses. En effet, majorité vivent tranquillement en France heureux que les confréries leur lâchent les babouches et cessent de regarder sous leurs draps. Beaucoup aussi se sont enfuies et exilées des pays où règnent la police des moeurs islamistes. On pourrait penser donc que tout cela n'est fait que pour saper le pouvoir de gauche en place ?

Tout ce que l'on peut en conclure à brève échéance, c'est que, hormis de susciter la zizanie non seulement dans le féminisme, cela finit par déclencher des conflits dans la population, qui, pourtant le 11 janvier a largement montré tout son self control, sa bonhomie pacifiste et son refus de conflit et de stigmatisation de quiconque en nation pluriculturelle depuis toujours. J'ai déjà évoqué la mentalité délétère dans laquelle sont entretenues les enfants d'origine maghrébine ou des départements et territoires d''outre-mer dans le ressentiment et la haine du passé, de l'histoire et des sciences.
En bref, dès que vous repérez un terme extrait d'une science vérifiable techniquement, comme cis en biologie, intersectionnalité en mathématique, en train d'être tiraillé par un théoricien afin de prouver que sa thèse est bonne, ce n'est que démontrer son scientisme et tout le contraire de scientifique. La science reste faite pour examiner l'ensemble et démonter chaque pièce, elle est gratuite ; et non pas destinée à construire  une réalité qui correspondrait à des aspirations idéologiques, en prenant et maquillant des matériaux qui ont fait leurs preuves sur d'autres chantiers mais qui perdent tout sens une fois ainsi transplantés. Les sciences humaines et sociales devraient faire un grand ménage pour démarrer le siècle, sinon de continuer à faire du toddu et du fassiné avec pirotechnies, elles vont se dilapider... style mission impossible (dès que vous aurez entendu ce message, la bande s'autodétruira ;)
Entre temps, je suis restée frappée, à la lumière des gazouillis estivaux de l'actualité, avec la déclaration d'un chef macho (vous me direz à l'époque...) Tsitsitas ("le" peuple), alias de la tribu des Cheyennes, encensée anachroniquement par certains comme pacifiste et pacifique ( ;) ) qui démontrent des réactions d'acculturation curieuses devant le tollé soulevés par cette ruse de sioux... http://www.artisanatindien.com/cheyenne.html

Comment comprendre ce regard moderne qui dénie toute gravité et tout droit de s'offusquer rétrospectivement lorsque des femmes (surtout blanches et un peu noires, comme en l'exemple présent) sont vendues, cédées, tractées ? A remarquer que lorsque finalement l'affaire se fit -bien évidemment faisant comme si les grugeant et se gaussant de leur avoir refilé des grognasses de bas étage et quelques faibles d'esprit-, les récipiendaires peaux-rouges, comme Loupet appelaient les femmes noires "white black women" parlant de celles qu'ils reçurent dans le cadre du programme matrimonial, où se trouva embarquée pour échapper au cachot des aliénées où elle avait été bouclée par puissance de son père, Mary Dodd...
""A cause du mal que vous avez apportez avec vous" -à cet instant Little Wolf posa la main sur sa joue couverte de cicatrices-".. "Je suis le grand homme-médecine de mon peuple et mon devoir est d'assurer sa survie. Cela n'est possible pour nous qu'en intégrant le monde de l'Homme Blanc -je veux dire que nos enfants doivent devenir membres de votre tribu. C'est pourquoi nous avons l'honneur de demander au Grand Père le présent de mille femmes blanches. Nous les épouserons afin d'apprendre, à nous et à nos descendants, la vie nouvelle qu'il nous faudra mener quand le bison aura disparu." "En échange des mille femmes blanches que vous nous confierez (...) nous vous donnerons mille chevaux." p. 18, in Prologue historique, Jim Fergus,  Mille femmes blanches, Le Cherche Midi Editeur, Paris, 2000 / traduit de 1977
Pour la première accusation culpabilisante et belligérante, que l'on peut examiner à la lumière des migrations qui ont toujours étaient échanges bactériens, puisque la syphilis a envahi de même l'Europe (ce qui nous valu des Van Gogh mais enfin, l'on se serait bien passé du mal vénérien, tout de même), on va dire match nul. Pour la seconde, on voit agir le drapeau de la peur glissée de l'extinction du bison et l'obsession de la famine transmise. Je passe sur la pointe des pieds sur le prix donné, on va nous dire que les chevaux étaient des trésors et qu'ainsi les femmes auraient été cher payées. Quant à la dernière conséquence, elle rejoint l'épiclérat épinglé, tous à la Grecque antique et d'où vient cette habitue de la différence des âges tout à fait admise :
"l'épiclère n'était pas héritière mais seulement une machine à procréer un héritier ; cette coutume la mettait entièrement à la merci de l'homme puisqu'elle était livrée automatiquement au premier né des mâles... le plus souvent un vieillard." p. 147, Simone de Beauvoir, Le deuxième sexe I, Folio Essais, Gallimard 1976 (retiré de de 1949)
Voilà donc bien que plus généralement explose le féminisme, que de rencogner les femmes à leur tribu, religion et race, comme fait le racialisme, c'est bien de les garder en incubatrices de genos. Pas tous des génies, malheureusement.

-*
pirotechnie*, homonyme de pyrotechnique, parle de la rhétorique du PIR, association créée par Christine Delphy, mère du "féminisme matérialiste", à lire les histoires du féminisme ; ce qui amène logiquement à parler de *pirodelphysme*


Le voilisme et son instrumentalisation contre les féministes  - Le *pirodelphysme* et ses alliés objectifs -ou moins-, Frères Musulmans de podiums en collocs -Le voilisme étant une sorte de  manie patriarcale politique mais aussi quasi maladive de vouloir couvrir (d'un voile plus ou moins grand) les femmes pour des raisons de pudicité virile- http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/03/devoilez-vous-mesdames-une-fois-pour.html

  • Les bloc notes de base de cet ethnoblognote  :

Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire