jeudi 1 mars 2018

Place à Angélique

Redoublement d'Etoiles Digitales

Place Angélique...

Angélique noire
"A matronis principium"

Si l'on donnait des noms aux rues en compte de vies sauvées et aux femmes épargnées, en place des généraux, Angélique-Marguerite LE BOURSIER DU COUDRAY mériterait boulevard ou devrait largement figurer en très bonne et grande place... Pourtant, Paris ne garde pas même le souvenir de cette maîtresse mérâtresse ?[1]

Apprentie trois ans durant chez Anne Bairsin dame Philibert Mangin. http://siefar.org/dictionnaire/fr/Anne_Bairsin/Alo%C3%AFs_Delacoux
"Elle reçoit son diplôme le 26 septembre 1739 et peu après devient sage-femme jurée.  Après avoir été maîtresse sage-femme au Châtelet à Paris pendant seize ans, elle retourne en Auvergne en 1754 et commence à donner des cours gratuitement. Pour rendre ses cours « palpables », elle invente un mannequin (fait de bois, carton, tissus, coton), reproduisant grandeur nature le bassin d'une femme en couches et permettant différentes manipulations ; en 1758 il est approuvé par l'Académie de chirurgie. L'intendant d'Auvergne, qui la trouve « très habile et de bonne volonté », décide que les principales villes de sa province doivent disposer d'un mannequin. Louis XV lui donne en 1759 un brevet et une pension : elle ira donner des cours dans tout le royaume. À quarante-cinq ans donc, pendant près d'un quart de siècle (jusqu'en 1783), malgré les ennuis de la goutte et de l'obésité, elle sillonne la France et forme plus de 5 000 femmes. Elle forme également des chirurgiens. Elle fait ouvrir dans beaucoup de grandes villes des maisons de maternité. La méthode « simple, claire et exacte » de Mme du Coudray, « sa patience, son zèle », lui valent « estime et considération »" https://fr.wikipedia.org/wiki/Ang%C3%A9lique_du_Coudray
Modélisation biologique - Découverte de la simulation articulée et de son bon usage pour prévenir les accidents d'accouchement.

m073426_050027np_p
"Machine Coudray" 
http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=07340001557

  • Invention de la simulation par cette compagnonne de renom, au moyen de sa "machine" accompagnant son

Abbrégé de l'art des accouchemens dans lequel on donne les préceptes nécessaires pour le mettre heureusement en pratique & auquel on a joint plusieurs observations intéressantes sur des cas singuliers." https://books.google.fr/books?id=ychEAAAAcAAJ&hl=fr&source=gbs_navlinks_s
  • Première instructrice itinérante et son manuel
"Pendant près de 25 années (de 1759 à 1783), elle s’arrête dans une cinquantaine de villes pour y dispenser des cours publics d’obstétrique, assistée, après 1768, par sa nièce Marguerite Guillomance (1753- 1825) et le docteur Coutanceau, les futurs fondateurs de la Maternité de Bordeaux." cf. p. 82, La Science par et pour les femmes dans la société, hier et aujourd’hui Colloque organisé à la BnF François-Mitterrand le 8/10/2011 par l’association Femmes & Sciences et la Mission pour la place des femmes au CNRS https://www.femmesetsciences.fr/wp-content/uploads/2013/03/ASSEMBLAGE4_F5.pdf

figure abrégé du coudray
Figure - Passage du bassin
  • Obstetrix
En terme d'anthropologie, j'en tiens pour que mérâtresse, au masculin mérâtre* représente le premier métier, qui celui-là n'est pas de tourner autour du pot.

La faveur d'une plaque pour rendre hommage à cette grande obstétricienne et à cette très ancienne profession, certainement au-delà de ce que l'on peut imaginer, c'est peu demander. Cela parlerait aussi des précédentes, toutes oubliées, à part peut-être Louise Bourgeois...
Femmes précieuses auxquelles parfois quelques privilèges accordés.
"En 1378,  il y avait à l'Hôtel-Dieu une "ventrière des accouchiez" du nom de Juliette... " 
"Perette, ventrière jurée de Paris, femme de Thomas de Rouent, fut condamnée pour sorcellerie, grâce à sa renommée d'acoucheuse, elle obtint remise d'une part de sa peine et fut seulement exposée au pilori. Les lettres de grâce accordées par Charles VI, le 17 mai 1408, sont aux Archives nationales et ont pour titre : Remissio pro Perreia uxore Theme de Rothomago..." p. 4, G. J. Witkowski, Accoucheurs et sage femmes célèbres - Esquisses biographiques, G. Steinheil, Paris https://www.forgottenbooks.com/de/download/AccoucheursEtSagesFemmesCelebres_10398969.pdf
Illustration de une - Angélique noire trouvée sur http://espritdeparfum.com/angelique-noire/

C. G.


Billet initialement créé sur Etoiles Digitales, Rubrique – Idée du jour  https://etoilesdigitales.wordpress.com/2018/03/02/place-angelique/
  • Prolongement - Quelques précisions supplémentaires d'avant Angélique, 
1513, Strasbourg - Der swangern frawen und hebammen roszgarten - Premier ouvrage consacré exclusivement à la grossesse et l'accouchement.

1536 - Traduit en français - Le jardin de roses des femmes enceintes et des sages-femmes. Jusqu'alors tout traité était rédigé en latin et n'était du tout accessible à des matrones et voisines accoucheuses tant en ville qu'à la campagne.
"Le premier livre imprimé en langue française consacré à la grossesse et à l’accouchement paru à Paris en 1536, chez l’éditeur-libraire Jehan Foucher, à l’enseigne de l’écu de Florence, rue Saint-Jacques, sous le titre Des divers travaux et enfantements des femmes ."[1]
Enfantemens - Figure extraite de Rosslin[Illus. 1]
Où l'on voit bien le propos de l'homonculus de l'époque, dont la femme nourricière et peu participante... perdurant encore en certaines croyances de nos jours.
  • Au XVIe, on reconnait qu'Ambroise Paré remit en vigueur la version podalique oubliée et qu'il se plaignait de la pratique de matrones de briser "l'os du petit bassin" pour faciliter le passage et d'autres mauvaises pratiques. Son traité bien connu en cette matière obstétrique[2]
Les mérâtresses[3], matrones-jurés, n'étaient pas appelées que pour des accouchements mais pour d'autres constats, notamment de rapports sexuels féminins, comme le viol de défloration,
"A titre d’exemple, nous citerons, sans toutefois l’analyser en détail, le libellé d’un constat de défloration établi au 16e siècle par trois sages-femmes parisiennes, qui en dit long sur le caractère ésotérique des termes anatomiques qui avaient cours dans ce contexte : « Nous, Marion Teste, Jeanne de Meus, Jeanne de la Guigans & Magdeleine de la Lippüe, Matrones-Jurées de la ville de Paris, certifions à tous qu'il appartiendra, que le 14e jour de Juin 1532, par l'ordonnance de Monsieur le Prévôt de Paris, ou son lieutenant en ladite ville, nous nous sommes transportées en la rue de Frépaut, où pend pour enseigne la Pantoufle où nous avons vu et visité Henriette Pélicière, jeune fille âgée de quinze ans ou environ, sur la plainte faite par elle en Justice contre Simon le Bragard, duquel elle a dit avoir été forcée & déflorée. Et le tout vu & visité , au doigt et à l'œil, nous trouvons qu'elle a (1) les barres froissées, (2) le haleron démis, (3) la dame du milieu retirée, (4) le pouvant debiffé, (5) les toutons dévoyés, (6) l'entrechenart retourné, (7) la babole abattue, (8) l'entrepet ridé, (9) l'arrière fosse ouverte, (10) le guilboquet fendu, (11) le lippion recoquillé, (12) le barbidaut tout écorché, (13) le lipendis pelé, (14) le guilhivard élargi, (15) les balunaus pendans. Et le tout vu & visité feuillet par feuillet, avons trouvé qu'il y avait trace de ... Et ainsi, nous dites Matrones, certifions être vrai, & à vous Monsieur le Prévôt, au serment qu'avons à ladite ville"; 
(traduction: 1: l'os pubis ou Bertrand, 2: les Nymphes ou petites lèvres, 3: l'hymen, 4: la partie féminine appelée le pouvant parce qu'elle peut tout (?), 5: la gorge flétrie, 6: les membranes qui lient les caroncules les unes aux autres, 7: les nymphes, 8: le périnée, 9: l'orifice interne de la matrice, 10: le col de la matrice, 11: le poil, 12: le clitoris, 13: le bord des grandes lèvres, 14: le vagin, 15: les lèvres de la vulve ) » (Laurent Joubert,1578)"[4]
Saignées et vaccination variolique...[5]

Il ne reste aucun doute sur la révolution d'hygiène et de santé que la vie entière d'Angélique du Coudray dévoua sans compter à l'organisation de la formation et l'amélioration de la médecine obstétrique, comme le décrit un documentaire récent.[6


Christine Gamita, Ph. D. ethnologie - ex-ingé études informatiques et management de la qualité des services de systèmes informatique et d'information 

Note de bas de page

____________

[1] p. 337-342, B. Seguy, À propos des premiers livres d’obstétrique imprimés en français, Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Volume 39, n° 4, juin 2010[1http://www.em-consulte.com/en/article/252581

[2] p; 399-407, Henri Stofft, Ambroise Paré, accoucheur, Histoire des sciences médicales, tome XXXII, n° 4, 1998 http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1998x032x004/HSMx1998x032x004x0399.pdf

[3] Les mérâtresses et les mérâtres*, ces sage-femmes

[4] Michèle Lenoble-Pinson, Fernand Leroy, Les dessous étymologiques de la sage-femme, http://www.ulb.ac.be/facs/medecine/sbhm/documents/fernandleroy.pdf

[5] Jacques Gélis, Sages-femmes et accoucheurs : l'obstétrique populaire aux XVIIe et XVIIIe siècles, Annales  Année 1977  32-5  pp. 927-957 de Médecins, médecine et société en France aux XVIIIe et XIXe Siècles https://www.persee.fr/doc/ahess_0395-2649_1977_num_32_5_293872

[6] Un documentaire sur Angélique https://www.allodocteurs.fr/grossesse-enfant/accouchement/histoire-de-la-medecine-madame-du-coudray-la-premiere-sage-femme_22878.html
  • Crédit d'illustration
[Illus. 1]  Enfantemens - Figure extraite de Rosslin http://www.em-consulte.com/en/module/displayarticle/article/252581/iconosup/fig1
  • Basiques de l'ethnoblogue 

"L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.Pour citer cette ressource, et base de données, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 F Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire