mercredi 6 juin 2018

1979.Françoise.Dolto.Psyk.Arch.

"Notre pratique est une escroquerie : bluffer, faire ciller les gens, les éblouir avec des mots qui sont du chiqué, c’est quand même ce qu’on appelle d’habitude du chiqué — à savoir ce que Joyce désignait par ces mots plus ou moins gonflés — d’où nous vient tout le mal."*

Père Borrel del Caso, Huyendo la critica, 1er janvier 1874[Illus. 1
  • p. 8-11, Béatrice Jade, Interview Docteur Françoise Dolto, psychanalyste, Dossier Les enfants en morceaux, enquête réalisée par Annie Brunet, Béatrice Jade et Christine Pecqueur, Revue Choisir la cause des femmes, n° 44, sept. oct. nov. 1979 - reproduit ici du fait de la difficulté de l'attraper en bibliothèque.






Ce dossier et, en particulier, la transcription de l'entretien et son analyse par Béatrice Jade, concernant les théories psychanalytiques de Françoise Dolto se passent de commentaires. 
  • "Dolto appliquait à la lettre la théorie freudienne du complexe d'Œdipe. Comme je l'ai révélé dans mon livre page 256 à une époque où ce fait était encore très peu connu en France, Jakob Freud, le père de Sigmund, était en effet coupable de viols incestueux commis sur le frère de Sigmund, ainsi que sur plusieurs de ses sœurs. Mais Freud a fait le choix, en toute connaissance de cause, de dissimuler la réalité des viols commis par les pères sur leurs enfants par sa fameuse théorie œdipienne qui prétendait que le désir d'inceste venait des enfants, ou qu'il ne s'agissait que de faux souvenirs fantasmés par les enfants. Si j'affirme que c'était en toute connaissance de cause, c'est non seulement parce qu'il avait observé la réalité de tels abus dans sa propre famille, mais également parce qu'il avait observé, à la morgue de Paris, les corps d'enfants victimes de sévices sexuels familiaux, comme le révèle Jeffrey Masson dans son ouvrage exceptionnel Enquête aux archives Freud"
    • Quant à la confiscation des mythes, il ne suffit pas des traductions machistes des textes anciens, il faut encore qu'Œdipe y soit noyé une deuxième fois, déjà qu'aveugle ? 
    "Jean-Pierre Vernant a dénoncé l'anachronisme et les contre-sens de la lecture psychanalytique du mythe d'Œdipe, en particulier tel qu'il est retravaillé dans la tragédie grecque. Cette fiction exploratoire qui sonde les fondements sociaux, religieux et politiques de la société grecque au moment de sa démocratisation à partir du vie siècle av. J.-C. Ce mythe ne constitue en aucun cas une illustration d'un drame psychologique individuel et familial.L'universalité du concept de complexe d’Œdipe semble invalidée par des recherches (notamment ethnographiques) : on ne retrouve pas partout l'interdit de l'inceste (les pharaons d'Égypte le pratiquaient, le mythe du frère-époux y était très présent, et Cléopâtre elle-même était fille d'un frère et d'une sœur) (...)https://fr.wikipedia.org/wiki/Critique_de_la_psychanalyse

    • D'atterrantes positions décomplexées, comment ont-elles pu susciter l'admiration de ses contemporains 
    "Andrée Ruffo : Il arrive souvent avec des enfants de douze, treize ans, qu'on nous dise : “Cet enfant a des troubles de comportement”, parce qu'il a vécu un inceste, parce qu'il a été rejeté, parce qu'il a été méprisé. Mais moi, je refuse de lui accorder la protection pour ses troubles. Françoise Dolto : Mais vous avez tout à fait raison parce que l'important c'est : puisqu'il a survécu, qu'est-ce qu'il y a eu de suffisant pour y prendre son pied ? Si un être est vraiment traumatisé, il tombe malade ; si un être n’a pas de quoi vivre, il ne continue pas. A. R. : Vous savez, souvent, quand je vois des enfants en colère devant moi, je me dis à moi-même : “C'est merveilleux. Bravo.” Je ne pense pas que je doive, comme juge, le leur dire. Mais cette colère-là, pour moi, c'est leur façon d'exprimer qu'ils veulent survivre." L'enfant, le juge et la psychanalyse ; entretien entre F. Dolto et A. Ruffo" Gallimard, 1999 http://esteve.freixa.pagesperso-orange.fr/dolto_enfant_juge_psychanalyste.pdf


    • Le diable chez l’enfant. Par Françoise Dolto. 1948
    "Pour saint Georges que je connais mieux, il s’agit de l’homme fixé oedipiennement (14) à sa mère (comme un petit enfant). Il arrive [p. 440] grâce à son option pour la vie, au nom du Christ, à annihiler les forces maléfiques qui voulaient détruire à ses yeux les charmes de la féminité: le monstre marin dévorant les jeunes filles (ou bien l’idée du danger de la sexualité lié à son amour pour la mère annihilant le droit à aimer les jeunes filles). Il soumet alors ses forces à la jeune fille et peut dénouer sans danger la ceinture de celle-ci qui servira de lien à la bête devenue servante à la fois de la jeune fille et de la Société. (Retour de la jeune fille dans la ville tenant en laisse le monstre). A ce moment le héros va à d’autres œuvres. (Il quitte la ville après avoir baptisé tout le monde). Ses instincts servent la femme (fécondité charnelle) et tout ce qu’il fait de social est sublimé, ce qui se dit: la société entière choisit de suivre avec lui la même option de vie. Servir la vie au-delà des épreuves, cela se dit: suivre le Christ qui est vie et résurrection.http://www.histoiredelafolie.fr/psychiatrie-neurologie/le-diable-chez-lenfant-par-francoise-dolto-1948 
    • Un des fruits directs de l'éducation Françoise Dolto...
    " ma mère sautait pour me faire descendre et il a fallu employer les fers... en quelque sorte, je refusais de quitter le liquide amniotique ; d'ailleurs l'eau est mon élément. C'est pourquoi j'aime autant la mer - et la mère" - " selon sa volonté ma mère était montée sur un bateau pour jeter ses cendres à la mer. Elle s'est alors cognée, et son genou s'est mis à enfler de façon spectaculaire. Or tandis que les médecins n'arrivaient à poser aucun diagnostic, que les radios ne donnaient rien, son genou s'est mis à dégonfler sans que la douleur cède, jusqu'à ce qu'un matin, elle se déclare guérie. Comme nous lui demandions la raison de ce brusque changement, elle nous dit "Je viens de comprendre ce que je ne voulais pas admettre "je" et "nous" sommes à jamais séparés". " elle avait franchi la première étape du deuil" Carlos, Le figaro magazine du 26 janvier 2008
    Pour en savoir plus, s'il était besoin, Didier Pleux, Préface de Michel Onfray, Françoise Dolto, la déraison pure, Éditions Autrement, Coll. « Universités populaires et Cie », 2013 http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2251

    Note de bas de page
    ______

    * Jacques Lacan, 26 février 1977" cité par Jacques Van Rillaer, Mensonges lacaniens, SPS n°300, avril 2012 http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article1825
    • Crédit d'illustration
    [Illus. 1] Quelle meilleure allégorie de la psychanalyse qui fuit toute critique et qui joue sur le trompe l'oeil du fonctionnement cérébral humain à la paréidolie, y compris mentale ?
    "On y voit un jeune garçon semble sortir du cadre du tableau, ses mains s'accrochent au cadre pour y prendre appui et s'enfuir. Son visage est tendu, son regard mi apeuré, mi étonné, il enjambe le cadre du tableau en se tenant fermement aux bords.Il sort de l’œuvre.Que fuit-il ? Que cherche-t-il ? De quoi a-t-il peur ? Cela se passe-t-il à l’intérieur du tableau ou à l’extérieur du tableau ? Est-il seul ?Pour le spectateur que nous sommes, ce moment de passage, intermédiaire entre l’ancienne fiction du tableau et la nouvelle fiction produite, peut très bien figurer le surgissement  de l’inattendu.Ce procédé de style fréquemment utilisé marque le passage des frontières entre l’espace de l’œuvre, l’espace du récit, et le monde réel, les remettant en cause l’un comme l’autre."  http://culturehumaniste66.ac-montpellier.fr/06_ARTS_VISUELS/PROJET_DEPARTEMENTAL/expo_arts_2014/escapando_de_la_critica.pdf
    • Les billets fondamentaux de cet ethnoblognote
    ¡Féminicides! - http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.htmlB - ¿Androcides? - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.htmlPlus encore http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.htmlDes preuves http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.htmlDes chiffres http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html


    Pour citer cette ressource, et base de données, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
    Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes : 
    Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣) 

    Aucun commentaire:

    Enregistrer un commentaire