jeudi 11 février 2021

Louise Willy

"Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon, vous n’en sortirez pas vivant" 
Bernard Le Bovier de Fontenelle* 
"Le visage humain fût toujours mon grand paysage
Colette* 

Louise Willy, disparue des radars à partir de 1912[Illus. 1]  https://le.grimh.org/index.php?option=com_content&view=article&layout=edit&id=2567&lang=fr

-Les bijoux de Louise-
(Si j'en faisais un roman biographique ou un scenario, ce titre me tenterait -appel du pied sur idée originale de film-))

Comment j'ai découvert la première actrice de film leste, érotique -et dit pornographique sur certains sites car elle y pratique un effeuillage en 1896-, au détour de portraits sombres des années 30, postés en deuxième partie.

Premier film érotique connu. Le coucher de la mariée de Léar avec Louise Willy. [Illus. 2] https://www.youtube.com/watch?v=zOg2Uixk2J0

A l'époque, le strip n'allait pas au-delà du costume collant couleur chair porté sous corset et jupons. L'opus en question ne dit pas, étant incomplet lorsque retrouvé en 1996, si elle en portait un, bien qu'il ne semble pas qu'elle en soit affublée dans le film, comme il est plus certain que cela ait été le cas pour les trois cents représentations de l'Olympia du même tableau. [1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Coucher_de_la_mari%C3%A9e_(film,_1896)
"Quelques années plus tard, en 1897, Georges Méliès tourne Après le bal, où il met en scène un striptease (en réalité, le déshabillage et le bain d'une femme)."[2] https://www.wikiwand.com/fr/Le_Coucher_de_la_mari%C3%A9e_(film,_1896)
La Vie parisienne, sous la plume de Bac, n'était pas bégueule en 1890 déjà.

p. 6, Nouvelles études sur la toilette - Déshabillés de nuit, La vie parisienne, 29 novembre 1890

https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003252507/doc/393916


L'avant goût de la fin du XIXe tombé dans l'oubli, comme La revue parisienne, le Cancan des culottes fendues de l'Elysée puis du Moulin rouge, ou ces trois ans d'Olympia et tournée du Coucher. Comme si  l'impertinence surgie seulement années 1920,
Le corps nu, qui avait fait au music-hall une tapageuse irruption au début du siècle avec les exhibitions de Mata Hari, de Régina Badet ou de Colette Willy, tendait à la conquête de l'espace laissé libre par la mise au rancart des gommeuses épileptiques et des tourlourous à l'accent rural. La femme nue devenait l'une des figures fondamentales de ces revues, de plus en plus audacieuses et opulentes, qui seraient aux années 20 ce qu'avait été l'opéra aux dernières années du siècle." Pierre Philippe, Rachilde saisie par la débauche, Le Monde 21 Août 1998
Depuis 1892, Louise Willy, "mime" de dix-sept ans, doit son nom de scène à Willy qui l'en baptise -pseudonyme de l'écrivain, mari de Colette, et père de "Le 3ème sexe", son livre le plus célèbre de 1927. cf. Florence Tamagne, Histoire de l'homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Seuil, 2000
"...La première dont Gabrielle va entendre parler sera une fille qui se déhabille sur scène, et que Willy gréquente depuis 1892. Quelques mois après son mariage, en septembre 1893, elle reçoit une lettre anonyme qui lui apprend son infortune. Willy aurait une liaison avec une jeune mime qu'il avait même rebaptisée Louise Willy...." Marie-Céline Lachaud,  
Colette à 20 ans, Au Diable Vauvert, 2011[3]

Maintes mentions en presse dans Gil Blas, dans La Plume, dont une concernant Gauthier-Vilars, 11 août 1894.

"Et par M. Pierre Lafitte qui est peut-êttre le même personnage (11 août 1894) :
Parmi les pédaleuses : Marcelle Dumay, Suzanne Huet, Jeanne Bakly, Louise Willy /est ce votre ville, M. Gauthier-Villars ?) Renée de Presles.. et tutiae quantiae."
p. 245, La Plume, Volume 6, publié par Léon Deschamps, Karl Boés, Albert Trotrot, 1895
[4https://www.google.fr/search?tbm=bks&hl=fr&q=louise+willy
Liaison confirmée par l'intéressée au premier chef, La Vagabonde, et par les biographes de Sidonie Gabrielle Colette, dont la première a peu recherché "la prédestination" du nom de la maîtresse de Henry Gauthier-Villars Willy... 

"Tiens, regarde, Willy, ce qu'on m'a envoyé ce matin, c'était sous une enveloppe tout seul, et je ne connais pas l'écriture. [...] Oh ! Willy, pourquoi m'as-tu dit que ce n'était pas vrai, quand je te demandais si tu avais des droits sur Louise Willy ...Gérard Bonal, Colette,·Place des éditeurs, 28 mai 2014
"La première lui apprend qu'une mineure, Louise Willy" p. 66, Colette Piat, Colette et Willy, 2009
Qu ' il ait été difficile à Gabrielle, devenue Colette, de s'adapter au tourbillon de la vie parisienne , en compagnie d ' un homme très en vue ... Avant comme après le mariage , il a , semble - t - il , une liaison avec Louise Willy (nom prédestiné !)p. 55, ColetteMadeleine Lazard, Gallimard, 2008 

"... enfariné qui éclipsa peu à peu tous les types de la commedia dell' arte : Georges Wague ne lui conserva qu'une complice, Colombine, incarnée tantôt par sa compagne et bientôt sa femme, Christiane Mendelys, tantôt par Louise Willy." Cahiers Colette - Numéro 28 - Page 67, Société des amis de Colette, 2006

"... Des billets anonymes ne manquent pas d'avertir Colette des liaisons de son mari : d'abord c'est Louise Willy, au nom prédestiné, puis Charlotte Kinceler, que Gabrielle surprend avec lui en 1894" p. 51,  Julia KristevaLe génie féminin: la vie, la folie, les mots : Hannah Arendt, Melanie Klein, Colette, Volume 3, Fayard, 200

Cartes postales, Vers 1904
https://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=349540
 [Illus. 3 et 4 et 5]

Revenons à la môme Louise, sa carrière. https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Willy

La filmographie de Mademoiselle Louise Willy : 1906 Aladin ou la lampe merveilleuse 1913 L'homme nu 1912 Le page 1911 Falstaff 1909 La vengeance du coiffeur1909 Le dîner du 9
1899 Le coucher de la mariée 1897 Douche après le bain 1896 Les époux vont au lit 1896 Coucher de la mariée.

Dernière représentation retrouvée de 1906, Cléopâtre à l'Olympia.

Paris qui Chante, Dimanche 3 juin 1906, Photographie de Louise Willy et J. Searle dans

Cléopâtre, ballet en 3 trableaux de Chalres Quinel et Henry Moreau, musique de Olivier Cambon, à l'Olympia, Paris, 1906 (photo : anonyme, Paris, 1906)


Après 1912, plus aucune trace de Louise Willy, l'élève de Charles Aubert https://catalogue.bnf.fr/rechercher.do?index=AUT3&numNotice=12111212&typeNotice=p

  • Ida Sesquès
Dix à quinzaine d'années plus tard, une cartomancienne, chiromancienne, prostituée à Pigalle, dont la maquerelle faisait courir le bruit qu'elle aurait été hermaphrodite.

Germaine Krull, https://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_Krull
https://femmeshistoirereperesdotcom.wordpress.com/tag/mome-bijou/

Il s'agit certainement de la même Ida Sesquès, sous patronyme de sa mère Emilie Sesquès puisque sans mention de père, dont l'on parle lorsque l'on évoque les demoiselles aux atours, Louise Willy et la Môme Bijoux. Voir en notes archives d'état-civil

L'on peut imaginer à voir à la date de naissance avancée de 1873 qu'elle s'était peut-être vieillie ou laisser vieillir de deux ans pour être engagée aux Nouveautés. 

Ses cinq ultimes années dans un hôtel garni au 9 rue Navarin, métro Saint-Georges. Dernière adresse connu du carré des indigents. Montmartre ou Lachaise lui irait mieux.

Finie comme et pas loin de Pervenche, alias Frehel (45 rue Pigalle en 51) ? Audrey Coudevylle. Fréhel et Yvonne George, muses contrastées de la chanson ”réaliste” de l’entredeux-guerres. Musique, musicologie et arts de la scène. Université de Valenciennes et du Hainaut Cambresis, 2016 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01587869/document

https://memoirechante.wordpress.com/2011/02/20/frehel-ou-est-il-donc/
"(...) Fréhel qui avait fini seule, séchée par l’abandon, la misère, la coke, l’alcool et l’éther, dans une piaule sordide d’un bouiboui à tapins de la rue Pigalle à même pas soixante ans" https://gonzai.com/damia-madone-a-pedes-icone-pre-punk-oubliee/
Je crois son ovale de visage carré, son menton volontaire, son petit nez droit, ses fines attaches, ses longues mains aux doigts gracieux, maniérés à la façon des mimes de la fin du XIXe et leurs poses de carte postale, dont elle était, et du cinéma muet. Sa stature. Ces goûts démesurés pour les chapeaux de sa jeunesse, ses pieds toujours délicatement chaussés, son extravagance clocharde tempérée par un masque imperturbable...

Jusqu'ici de mes investigations je n'ai pas retrouvé le nom civil de Louise Willy mais je suis désormais certaine car je crois aussi ce que dit "La folle de Chaillot" à Daninos et Merlin, lorsqu'elle leur énumère ses hauts faits artistiques, qui ne sont pas les affabulations d'une prostituée frapadingue. 
Ce fût le récit suivant des propos de la Môme Bijoux qui me mit sur la piste de son probable pseudonyme de scène, Louise Willy, paru dans Paris-Midi, La chimère sur l'asphalte, dimanche 22 mai 1938, page 7.

"Dans ce petit café de la rue Fontaine, tous les soirs à minuit, vous pouvez trouver deux spécimens typiques de la faune que nous explorons. L’une ex-maîtresse de maharadjah. L’autre ex-vedette des plus grandes scènes. Toutes deux ayant pour principale ressource un passé extravagant que la richesse a doré – un passé, en somme, riche de présents… Ce passé, l’une vous le raconte pour un pernod : c’est Marinette. L’autre, pour 500 francs ou pour cent sous : c’est Bijou."

"Bijou – qui ne connait pas Bijou ? -, elle s’assied. Il faut découvrir, sous la cascade de plumes d’un chapeau en arc de triomphe, son visage extraordinairement fariné, où l’ocre le dispute au noir, le carmin à l’indigo. Tout son buste et ses bras et son cou et sa tête sont couverts de breloques multicolores et poussiéreuses ; cinq bagues par doigt – et des carafons s’il vous plaît –des bracelets à n’en plus finir, et des colliers et des rivières. Une bijouterie – quincaillerie ambulante. Bijou, elle aussi a tout fait et même plus. Elle ne s’en cache pas.

- J’ai chanté chez Cassive.…oui… mes petits, nous dit-elle, le petit doigt levé. J’ai joué dans « Le Coucher de la mariée »…. J’ai été premier prix du Conservatoire. Et diablement entretenue. J’ai eu tout ça (elle montre ses bijoux) en vrai, et un hôtel, et des équipages. J’ai été la maîtresse d’un roi….

- lequel ?...

- Chut… Pas si fêlée… J’ai tout plaqué pour un homme… Et puis j’ai tout perdu aux courses. Mais je suis devenu célèbre. Je suis Bijou, Bijou de Montmartre, le fantôme de la nuit. J’ai des portraits « comme ça » partout. Et c’est pas fini. Tous les soirs, on me prend… la terre entière me connait… Damia a chanté pour moi… pour Bijou ! Vous comprenez mes petits, Bijou… c’est tout Montmartre. Alors… je vous fais les lignes ?... Allez… quoi ! Pour un loulou ! Ah… faites pas les radins comme Mistinguett et Chevalier… Car Bijou – tirant partie de sa célébrité – est carto-chiromancienne et pour elle les lignes de la main n’ont pas de secret. Ainsi, après avoir donné quelques consultations à bon marché dans le café de la rue Fontaine, elle s’en va, jusqu’à 5 heures, faire sa tournée dans les boîtes. La nuit est à peine assez longue pour lui permettre de faire sa tournée." Pierre Daninos et Olivier Merlin

Citée Cassive, Louise Armandine Duval (1867-1940), comédienne -rôle de la môme Crevette-

Au café Boudon (décembre 1936).

"L’autre soir, comme nous descendions le bout de la rue Fontaine qui va au carrefour Mansart, un voyou à l’allure féminine venant de la croiser s’est retourné ébahi, en disant à son compagnon avec un fort accent méridional :

- Mince alors, Lolita, voilà Miss 1900 qui décarre… !

A quoi outrée et grossière, Mlle Bijou répliqua :

- Ta gueule, eh ! pédale ! Tu veux que je te flanque une fessée, espèce de roulure… !

J’arrivai à la hauteur de la grosse femme […] :

- Bonsoir, Bijou, dis-je.

- Bonjour, mon petit, fit-elle sans façons. Mais t’as tort de me dire bonsoir, c’est à cette heure-ci que je mets les pieds dehors, pas avant… As-tu entendu l’impertinence effrontée de ces fillettes à la manque… ? T’as vu comment je l’ai remise en place… ?

- Oui, mes compliments. Mais vous a-t-il offensée gravement ?

- Il m’a traitée de Miss 1900 en se marrant.

- En effet !...

Nous descendîmes la rue toute embrasée des lumières des boîtes de nuit. En mon for intérieur, je riais doucement. La répartie du gavroche aux mœurs douteuses n’était pas sans esprit. Nous suivîmes Bijou chez « Boudon », cette brasserie pleine de nègres et de filles aux aguets qui reste ouverte toute la nuit et où notre compagne tient habituellement ses assises." 

"Au début de l’été 1938, la môme Bijou rencontre le romancier britannique Somerset Maugham (1874-1965) qui profite d’un séjour en France pour visiter Montmartre. Comme à 
son habitude elle lui propose de lui lire les lignes de la main en échange d’un peu d’argent ou d’un verre de rouge." - Extraits de l’enquête de Maxime Jourdan, 2019
https://www.facebook.com/photo?fbid=10215378999739962&set=a.10215367882542039

500 balles l'interview, "... pour 500 francs ou pour cent sous, c'est Bijou.."

Maud Canet Illus. Pierre Daninos et Olivier Merlin, Les chimères de l'asphalte, p. 7
Paris midi, 22 mai 1938
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4737819b/f7.item.zoom

Dans le film de James Cameron, où sombre le Titanic le dimanche 14 avril 1912, le héros aurait croqué le personnage (selon cliché de Brassaï ?), voir anachronismes 87 et 88 https://titanic.pagesperso-orange.fr/page23.ht

Les croquis sont du réal. https://www.elle.fr/Loisirs/Sorties/Dossiers/25-infos-rigolotes-sur-la-pop-culture/Les-croquis-de-Titanic-sont-du-realisateur#xtor=CS5-90 

00:49:33 - “Madame Bijoux” de Paris qui attendait le retour d'un amour perdu parée de tous ses bijoux.", dixit Jack Dawson aka Leonardo di Caprio à Rose http://titanic.superforum.fr/t3132-madame-bijoux
Brassaï, La môme Bijou, Bar de la Lune, Paris, 1932
https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:SRdddNz9pW0J:https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-d-art-moderne/oeuvres/la-mome-bijou+&cd=14&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Devenue la débrouillarde et surréaliste Môme Bijoux de Pigalle, tireuse de cartes chiromancienne ? Qui n'aurait pas été intrigué par la vie d'avant Pigalle d'Ida Sesquès, venue jusqu'à nous par les clichés de 1932 de Gyula Brassaï. 

En 1927, Willy ne la reconnaissait plus la croisant tant transformée, à des années lumières de la rayonnante nymphette ; elle-même se gardant bien, probablement, de se manifester par dignité et familière de la morgue et le snobisme de l'auteur ? Lui toujours au sommet, elle dégringolée.

"La petite bourse aux tantes se tient également, de cinq heures de l’après-midi à cinq heures du matin au « Clair de Lune », modeste bar à l’apparence peu dévergondée de café Biard, tout près de la Place Pigalle. Elle comporte des marchandises variées, – pour toutes les bourses – la spécialité de la maison est plutôt le marin et le soldat. Sur une des banquettes du fond, se tient en permanence l’ineffable "Bijou", matrone cuirassée de crasse et de fard, qui procure à de paternels sénateurs la joie d’éduquer quelque lycéen. Ô ces causettes dans l’ombre de l’impasse Guelma !" Willy, Le Troisième sexe, 192

 "Ineffable" sonne comme tendrement etsème le doute -il avait la plume plus méchante que cela- et qu'il savait. Les Grands Boulevards ne respiraient pas le même air que Montrmartre.

L'aurions-nous reconnue, d'ailleurs, en mémère à bibi. Personne jusqu'ici n'a rien soupçonné, sous ses yeux pochés de deuil, si j'en crois ce que j'ai pu lire à son sujet.

Georges Blanc La Môme Bijou, 1930 (?)

Georges Blanc, (Madame Bijou), 1936
https://www.moma.org/interactives/objectphoto/objects/83788.html

Toujours dans les années 30, en compagnie de surréalistes.

Anonyme. Intérieur d'un cabaret parisien - Portraits de la « môme » Bijou et de Eugène Grindel,

  • Tilt - Ce maquillage me rappelait furieusement quelque chose. Soudainement, je l'ai remise, khôl noir, khôl bleu. 
Il me semble bien avoir trouvé qui inspira Mademoiselle Bijoux parée jusqu'à son ultime souffle comme sur scène.

Kees Van Dongen, Yvonne George, 1920

Pierre Philippe, Robert Desnos et la place de l'étoile,Le Monde, 14 Aout 1998

1920, premier passage à l'Olympia - A part les tragiques cocards, quel lien, quels rêves, quels pleurs séparent ou lient ces deux femmes ? Celle-ci l'aurait manifestement bouleversée. Ce ne peut être une coïncidence. Se sont-elles cotoyées ? Et si c'était elle, cette amie, qu'attendait Ida ?
"Cocteau que c'est "une ombre qui s'accroche au rideau de la scène pour ne pas tomber"https://zapldair.blog4ever.com/yvonne-george-le-tragique-dans-la-voix
Nichée au colombarium du Père Lachaise. 
"Yvonne George, tuberculeuse, meurt à Gênes, le 22 avril 1930. Elle n'avait que 33 ans."  http://www.desnos.udenap.org/pages/yvonne_george.htm

  • De la Môme Bijoux, on reparle en 45... le 30 août puis à nouveau, 

"Je me souviens très bien d’elle.

On la rencontrait jadis lorsque finissait la nuit de Montmartre et que l’heure venait de la fatigue et des hallucinations. Elle apparaissait tout à coup dans une brasserie du boulevard de Clichy ou dans une charcuterie de la place Pigalle et personne ne s’étonnait. On avait l’habitude. Elle faisait partie du peuple nocturne, du peuple trouble. On avait l’habitude. Pourtant quel personnage !

Ce chapeau immense fait de loques et de plumes sordides… Cette robe conçue au début du siècle, cent fois déchirée, cent fois ravaudée, guenille percée et scintillante, à laquelle s’accrochaient pêle-mêle, broches, colliers et camées de clinquant. Ce visage raviné, hagard, maquillé à l’aveugle. Et parmi les trous et les plis de la chair, ces yeux énormes, d’un brillant mort, les yeux perdus.

Des ruffians lui payaient saucisses et vin rouge pour lui faire raconter des histoires. Elle s’enivrait chaque matin et ne riait jamais. On appelait « môme Bijou « la vieille affreuse et fascinante qui portait, au bord de sa folie et de sa déchéance, je ne sais quel reflet obscur de grâces perdues, de pourrissantes amours.

Or, parce qu’un poète, avant de mourir, s’est emparé de cette ombre et l’a complètement transformée, il y eut hier, au théâtre de l’Athénée, un soir comme on n’en avait plus connu depuis l’autre monde, celui qui a cessé d’être en 1939." Joseph Kessel, France Soir, 21 décembre 1945 

"Cette idée de folle vient d’une femme originale vêtue de frusques élimés qui vivait près de Chez Francis et que l’auteur croisait assez régulièrement (Beucler 1948 cité par Verdier)

o

Beucler André 1948. Les instants Giraudoux et autres souvenirs. Cité par Marie Verdier dans le journal « La Croix » du 23 août 2016 « D’où sort-elle cette folle ? », interroge Jacques Body, l’éminent spécialiste de Jean Giraudoux évoquant Aurélie, personnage principal de La Folle de Chaillot, sublime clocharde vêtue de frusques de soie élimée, de boa plumé et de chapeau fatigué. Une folle, une très grande folle que le chiffonnier appelle comtesse et que les plus grandes actrices – entre autres Marguerite Moreno, Edwige Feuillère, Katharine Hepburn, et dernièrement encore Anny Duperey – ont tour à tour incarnée sur scène et à l’écran. Parmi les hypothèses que retient Jacques Body, Giraudoux dévalant la colline de Chaillot vers l’Alma pendant la guerre, aurait croisé une créature fascinante et aurait sous le coup de l’émotion susurré « c’est la fameuse folle, c’est la folle de Chaillot ». C’est en tout cas ce que raconte son ami, l’écrivain André Beucler dans Les instants Giraudoux et autres souvenirs paru en 1948, quatre ans après la mort de Giraudoux.'' https://www.la-croix.com/Culture/La-folle-Chaillot-2016-08-23-1200784044 in  https://www.researchgate.net/publication/342991787_La_folle_de_Chaillot_c'est_aussi_la_difficulte_d'une_regeneration_en_democratie_augmentee_voulue_par_Charles_De_Gaulle

Marguerite Moreno en Folle de Chaillot, 75 ans, 1945
http://cinevedette4.unblog.fr/marguerite-moreno/

De friponne coquine à vieille chouette aux ailes rognées par jaja et la came.

Elle ne saura jamais qu’elle aura inspiré l’image de proue de cette pièce de Jean Giraudoux montée en 1945 dédiée aux résistants de 40, jouée par Marguerite Moreno, camarade de Colette, puis de nombre d’autres actrices ses héritières reprenant Irma...


Elle ne saura jamais non plus que je l’applaudis sa discrète et extravagante révérence, du tout-sourire à la face de Pierrot, une fois le succès tourné de bord.
 
Christine Gamita, 
Ph. D., ethnologie, spec. anthropologie des mondes contemporains, anthropologie visuelle et sonore, ritologie 

** Colette, Œuvres complètes: La fanal bleu. Pour un herbier. Trait pour trait. Journal intermittent. La fleur de l'âge. En pays connu. A portée de la main (ed. 1950) QQ Citations - https://qqcitations.com/citation/206552

Et que voilà Sidonie, puis Colette. Henri, le grand-père métis. Ce qui explique ses beaux cheveux mousseux.
À vingt-trois ans, « Henri le grand-père est en garnison à Versailles. Il séduit Sophie Châtenay, la fille d'un maître horloger, née à Paris.» https://www.montraykreyol.org/article/ceci-pas-grand-monde-le-sait

''Elle signale indirectement comme tel son patronyme Colette par deux fois ; d’abord, lorsqu’elle nous apprend que sa mère appelait son père par son nom de famille « Colette »'' Université du Maine - U. F. R. de LETTRES Thèse Pour l’obtention du doctorat de littérature française Présentée par Stéphanie Michineau le 22 juin 2007, L’Autofiction dans l’œuvre de Colette " http://cyberdoc.univ-lemans.fr/theses/2007/2007LEMA3001.pdf

En 1906, Colette devient elle-aussi mime, quatre ans avant son divorce d'avec Henry Willy https://www.espacefrancais.com/colette/

1907, spectacle Rêve d'Egypte, Colette et Missy au Moulin rouge https://carolathhabsburg.tumblr.com/post/73792161104/french-writer-colette-in-réve-d-égypte1907
"En 1907, Colette se produit au Moulin Rouge avec son amante de l’époque, Mathilde de Morny, plus connue sous le pseudonyme de « Missy ». L’argument de la pièce a été écrit par cette dernière : il met en scène un égyptologue qui tombe amoureux d’une momie revenue à la vie. Missy, dont la bonne société moque son port du pantalon et colporte à qui veut l’entendre qu’elle se fait appeler « oncle Max » interprète l’égyptologue tandis que la momie est jouée par Colette. Le sujet exotique offre à la jeune femme le prétexte pour arborer un costume très minimal et hautement érotique."
Albums de Léopold Reutlinger département des Estampes http://peccadille.net/2013/10/16/colette-presque-toute-nue/ Illustration Colette
La triste fin de Missy à lire dans SAF Index I Bal féministe item CONVERSION / TRANSITION / DETRANSITION ou RECONVERSION https://susaufeminicides.blogspot.com/2013/02/bal-feministe-illustre-index-i.html

***Archives d'état-civil

Table décennale - 4 lignes 6e arrondissement 

Acte de reconnaissance du 20 septembre 1875
par la mère Emilie Elisabeth Sesquès, rentière, âgée de vingt ans

Pour vous servir de ma découverte biographique et de l'histoire pour le cinéma notamment, vous seriez bien aimable de penser aux droits d'auteur., que je n'ai pas abandonnés. 
Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme 
(consulté le x … 20…) 
Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes :