jeudi 4 mars 2021

Pirouettes

"Le meilleur pour les turbulences de l'esprit, c'est apprendre. C'est la seule chose qui n'échoue jamais. Vous pouvez vieillir et trembler, vous pouvez veiller la nuit en écoutant le désordre de vos veines, vous pouvez manquer votre seul amour et vous pouvez perdre votre argent à cause d'un monstre ; vous pouvez voir le monde qui vous entoure dévasté par des fous dangereux, ou savoir que votre honneur est piétiné dans les égouts des esprits les plus vils, il n'y a qu'une seule chose à faire dans de telles conditions : apprendre"
Marguerite Yourcenar, Sources II (Gallimard)

¡Féminicides! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html & Groupe 2011 Pour la reconnaissance des féminicides en droit

Bohumil Kröhn, Prague, 1937







Que dit la science à propos de la pirouette sexuelle des mammifères ? Ni protogynie, ni protandrie chez le mammifère humain.
...en fait, les changements de sexe d’un individu ne sont pas rares en dehors de l’espèce humaine. De nombreux organismes subissent une ou plusieurs inversions du sexe au cours de leur vie. On parle de protandrie pour un passage du sexe mâle au sexe femelle et de protogynie pour un passage du sexe femelle au sexe mâle."
Le sexe ne se construit pas de bric et de broc, et la biologie n'est ni un bric à brac, ni une auberge espagnole. Celui-ci se développe jusqu'à maturité qui n'est pas la puberté. Tout le reste est amusement politico-sexuel d'adultes. L'hypothèse de départ de l'assaut politique se vient confirmer par mille aspects. Cependant, le plus prégnant reste le financement unidirectionnel.

Dire cela est passible d'injure et d'intimidations. Le relais du terme "hystérique" en rabaissement de la voix féminine a été repris par le terme "phobie", qui ne vaut pas plus tripette.

Les ressentis, sentiments, ressentiments d'hommes plus féministes que le féminisme ? Allons donc, qui croit à cela ? Maquillé ou diminué, l'on ne devient pas du sexe opposé, à moins de sublimer le binaire en croyant y être.... opposé. Qui finance à milliards ces campagnes de salissement des féministes ? 

Avant de passer aux trois articles traduits de l'anglais -sur la piste de l'argent, qui fait perdre la tête à certains médecins et le reste à leurs patients mal informés-, une mise en bouche rapide. Entre désinformation et publicités mensongères, il y a le choix. Pourtant, plus besoin de castration pour changer d'état-civil depuis la réforme de la justice[2

Ainsi, dès qu'un film de fiction, documentaire ou une émission à témoins sur le sujet transidentitaire est diffusé par un media immanquablement sur un ton laudateur, l'avalanche de propos lénitifs, censés être hautement empathiques, déferle pendant qu'en coulisses les écus trébuchent, et qu'en stéréo, sur les fils sociaux, leurs gardiens de coffres, anathèmes en bandoulière, contrent en la salissant toute critique sensée.

Rééducation sociétale et épuration culturelle, pareillement présents en France. Les affichages sont moins agressifs mais bien présents, comme en vue de la Journée pour la paix et les droits des femmes où le transinisme et les attributs sexistes religieux implicitement à l'honneur au milieu de 109 "mariannes". L'Etat recule devant les exigences individualistes ou religieuses, avant-poste du choix du chaland antithèse de la liberté, et l'état-civil, garant des droits naturels, tangue.

Il est temps de se réveiller pour ne pas laisser écraser les championnes aux Jeux Olympiques de Paris en 2024. Les cas extrêmes d'anomalies sexuelles, comme celui du skieur autrichien dont la médaille d'or de 1966 au Chili, Portillo revint en descente à Marielle Goitschel, prouvent tous qu'il n'y a pas de revirement biologique en cours de vie. Pour cette incommensurable vitrine, il est temps et grand temps que l'Etat féministe qui garantit l'égalité des sexes et la protection des droits du sexe féminin, prennent toutes mesures d'urgence pour faire cesser l'extension de la tâche de main mise masculine par ses règles, qu'elles soient de pudeur ou d'exhibition sexuelle, avant que le dégât des eaux aient encrassé les droits fondamentaux.

Lasse de supporter ces tentatives d'intimidations déguisées, depuis bientôt dix ans que j'ai découvert ce nouvel eugénisme scopte* accéléré, j'ai apprécié de trouver quelques détails sur les tiroirs-caisses, notamment des assurances déjà rapidement évoquées dans d'autres carnets, derrière ces pirouettes.

Je vous en livre ici trois échantillons plus prolixes traduits de l'anglais en amateur, bien que je ne sois pas des plus radicales. Le premier date de 2018, les deux autres de fin 2020.

Cependant, en remontant le temps, l'on peut constater que des fortunes de femmes, séduites par la copie masculine ont   la pompe à fric etégalement contribué à la montée en puissance de la propagande et de l'équipement continuant les élucubrations eugénistes de Magnus Hirschfeld, que des Rotthblath tentent de faire passer pour transhumanisme idéaliste, sans succès. Plus rares alors, certes, car les conditions techniques requises beaucoup plus complexes et risquées ne deviennent accessibles et moins mortelles que fin du XXe). De même, insister sur leur couleur de peau n'est pas des plus pertinent, la banque est incolore. Mansa Moussa n'aurait pas refusé le business, et à parier qu'en cherchant du côté de l'Inde, s'il y a du profit à se faire, des financiers s'y associeront, si ce n'est déjà fait. 

Un petit cliché rafraichissant avant que de plonger dans l'ombre glacée des rivières d'or vert des Pic'sou💲 ?

Robert Doisneau, La douche à Raizieux, 1949

 1°) Jennifer Bilek, De la Banque Mondiale à la direction LGBT/La colonisation corporative du sexe humain, 26 novembre 2020

Pour ceux qui luttent contre l’identité de genre, il n’y a plus de temps à perdre. Concernant la solide analyse culturelle des blessures portées contre la société par cet appareil et d’où il vient, la plupart de ceux qui luttent contre cette bête le font d’un point de vue idéologique, en se concentrant sur les aspects « genre » et « identité » de celui-ci, ne réservant qu'un bref examen à l'« industrie » aux côtés. Cela doit changer si nous voulons gagner. Les racines de ce Goliath sont dans un capitalisme impitoyable et sanglant, et jusqu’à ce que cela soit compris, c'est comme pisser dans un violon.

Les racines de l’industrie de l’identité de genre doivent être au cœur de tous arguments sinon nous compartimenterions inefficacement. Ce sont ses racines qui lui fournissent le pouvoir qu'il brandit et se situent dans le pouvoir d’entreprise et ses profiteurs. La malignité de la théorie queer et les efforts visant à déstabiliser la réalité, la lutte féministe contre les stéréotypes sexistes et pour les droits des femmes et le point sur l’homophobie encore préjudiciables dans les cultures occidentales qui constituent des éléments nous instruisant de ce qui se passe dans l’arène transgenriste. Ceux-ci ne sont pas ses racines. Un corporatisme vorace et pathologique qui a déjà détruit une grande partie de la planète colonise maintenant ce qui reste. Les êtres humains (et nos racines dans le sexe) sont la dernière frontière du capitalisme vautour.

J’ai écrit au sujet des racines big pharma de l’industrie de l’identité de genre, big tech protection de Big Pharma, maintenant nous allons regarder le rôle des industries bancaires dans ce titan en plein essor.

Fabrice Houdart, spécialiste des droits de l’homme et de la responsabilité sociale des entreprises avec 19 ans d’expérience à la Banque mondiale et aux Nations Unies, a pris la tête d’Out Leadership en janvier 2020. Out Leadership est l’organisation mondiale de réseautage de leadership LGBT+ pour les entreprises. Houdart co-dirige Quorum, base de données de 900 aspirants et actuels membres du conseil d’administration LGBT. En tant que responsable des initiatives pour l’égalité mondiale, il tire parti de la puissance de plus de 80 des plus grandes entreprises du monde pour promouvoir le changement social sur les questions LGBTQ+ par le biais d’une « diplomatie tranquille », d’actions en justice et de philanthropie en se concentrant sur l’Europe de l’Est, le Moyen-Orient et l’Asie. Out Leadership aide les entreprises à s’engager avec l’opportunité de marché LGBT+ de 5,2 billions de dollars (oui, vous avez bien lu. 5,2 billions de dollars). Tout ce discours sur les droits de la personne, n'envisageant somme toute en l'occurrence que des débouchés. C’est pourquoi la direction des LGBT est proie des banquiers, au lieu des militants de base le menant, comme Harvey Milk autrefois vénéré, membre du mouvement contre-culturel des années 60 jusqu’à ses quarante ans.

Todd Sears, fondateur et directeur d’Out Leadership. Il a travaillé comme banquier d’affaires, conseiller financier et leader de la diversité. Il a créé la première équipe de conseillers financiers à Wall Street concentrés sur la communauté LGBT+, apportant 1,5 milliard de dollars de nouveaux actifs à Merrill Lynch. Todd a également dirigé des initiatives pionnières en matière d’égalité pour Merrill Lynch et Crédit suisse. Il partage avec nous la conception de l’attraction du même sexe qui constitue une question sociale, désormais exploitée dans le but de conduire le changement sociétal et l’impact commercial, laissant derrière politique, religion et culture, comme si nous ne vivions pas dans des cultures corporatisées déjà subsumant tout le reste.

Beth Brooke-Marciniak, nommée dix fois l’une des 100 femmes les plus puissantes du monde, a été ancienne responsable des politiques publiques au cabinet de services professionnels Ernst & Young (EY). Brooke-Marciniak était chargée d’aider à influencer les politiques liées aux marchés financiers mondiaux. Auparavant au département américain du Trésor, responsable de toutes les questions de politique fiscale liées à l’assurance et gestion des soins, elle a joué un rôle dans la réforme des soins de santé et les efforts de réforme du Superfund. Elle fût également la marraine de la formation sur l’inclusion et la diversité au sein du cabinet, où elle a dirigé la création de leur groupe de responsabilité d’entreprise et promu la mythologie de l’identité de genre.

En 2018, Brooke-Marciniak a été nommée Défenseur mondiale de l’année par la Chambre nationale de commerce LGBT pour son travail de défense des questions LGBTI à l’échelle mondiale. Egalement coprésidente du Partenariat pour l’égalité LGBTI mondiale et siège au conseil d’administration d’Out Leadership.

En 2016, Out Leadership a annoncé le lancement d’Out WOMEN, une initiative qui défend le succès des LGBT femmes d'affaires seniors. En tant que membre du Conseil consultatif mondial d’Out Leadership, Brooke-Marciniak s’est jointe à Martine Rothblatt, le père fondateur de l’empire transgenriste, un homme se faisant passer pour une femme et PDG de United Therapeutics, en tant que coprésidente du premier dîner de salon Out WOMEN.
« Il y a très peu de femmes modèles dans les échelons supérieurs du leadership », a déclaré Brooke-Marciniak.
Pourtant, sans y voir ni ironie, ni problème à co présider avec un homme un événement pour promouvoir le leadership des femmes, alors même que celui des femmes se faisant passer pour des hommes tourne court. Les politiques de « diversité et d’inclusion » adoptées par les entreprises, les gouvernements et les institutions recréent les mêmes déséquilibres sexistes (lire : fondés sur le sexe) envers les femmes dirigeantes depuis des générations. Alors qu’ils encouragent la drogue, modifient chirurgicalement le sexe et les cris de progrès, les hommes revendiquent les espaces réservés aux femmes.

Et où serions-nous sans mention de Jon Stryker, fondateur de la Fondation Arcus (All Roads Lead to Arcus), à l'instauration de la mythologie de l’identité de genre dans le monde entier au moyen de millions de dollars dans les coffres de sa société médicale de milliards de dollars. Stryker n’a pas toujours été un philanthrope et n’était certainement pas activiste. Avant de diriger la plus grande ONG LGBT au monde, Stryker était membre fondateur de Greenleaf Trust, une société privée de gestion de patrimoine

Le Center for Hispanic Marketing Communication nous donne une explication très concise de la façon dont l’attraction du même sexe a été corporatisée et pourquoi les identités prolifèrent sous l’égide de l’alphabet, lors de la couverture d’un sommet de marketing pour les LGBT.

"Une erreur courante dans l’engagement d’un public LGBT est de supposer que toute la communauté LGBT est un monolithe qui partagent les mêmes croyances, idées et valeurs. La communauté LGBT devrait être traitée comme un marché cible distinct. Les spécialistes du marketing devraient utiliser des stratégies différentes pour chaque segment de la communauté LGBT et ne pas stéréotyper », écrit Blanca Villagrana dans son rapport du sommet sur le marketing. Si trois identités d’entreprise ont été rentables, imaginez les portes du marché qui s’ouvriront pour quatre, cinq ou 7 milliards d’identités de genre. Les possibilités sont infinies.

Maintenant, faisant le point sur le fétichisme d'adultes connus sous le nom de transsexualisme qui réifie la biologie féminine dans le but d'une satisfaction sexuelle. Rebaptisée et banalisée en transgenrisme ou dissociation corporelle, cette nouvelle identité d’entreprise sape le dimorphisme sexuel, créant un spectre hors sexe. Nous assistons maintenant à l’envolée du nombre de jeunes dans les cultures occidentales aspirés dans cette matrice d’identité d’entreprise, réorganisant leurs caractéristiques sexuelles par la drogue et les chirurgies pour exprimer une certaine « identité de genre » imaginaire et nous avons ouvert la porte à la colonisation non seulement de l’expression sexuelle, mais de nos corps sexagénaires.
 
La révolution sexuelle sera corporatisée ou ne sera pas."
2°) Jennifer Bilek, De grandes banques et de gros investissements dans l’industrie de l’identité de genre, 1er décembre 2020 https://www.the11thhourblog.com/post/big-banks-with-big-investments-in-the-gender-identity-industry
La semaine dernière, je me suis immergée profondément chez les banquiers tapis derrière l’agenda LGBT. A présent, jetons un oeil aux banques elles-mêmes, se pliant en quatre dès l’aurore pour appuyer l’infime partie de la population se qualifiant de « transgenre ». Encore une fois, avant de commencer cette exploration, envisageons un instant les énormes et rapides changements mondiaux en cours des institutions, entreprises, magasins, gouvernements, écoles, installations médicales, organisations de femmes, etc. en faveur des personnes qui évitent la réalité biologique de leur corps sexué et combien ces changements se révèlent coûteux. Les dictionnaires en cours de révision, les lois combattues pour permettre aux hommes d'entrer en catégorie féminine aux sports et dans les lieux féminins sécurisés, les jeunes femmes, qui ont choisi l'amputation des seins désormais croyant être ou toujours été des hommes, utilisées en symbole de progrès pour la publicité d’entreprise. Les entreprises, les magasins, les bars, les restaurants et les institutions réaménagent leurs toilettes et leurs polices d’assurance maladie. Des pronoms sont ajoutés partout et une infrastructure de politique mondiale gargantuesque construite pour conduire à la normalisation de la dissociation du corps. Et, soi-disant, ces bouleversements profonds se produisent car gouvernements, politiciens, Amnesty International, ACLU, ONU et autre myriade d’organisations se soucient intensément de ces personnes ayant des problèmes d’identité. Bingo, dans mon jardin, j'ai une couleuvre à faire avaler à ces nigauds. Mais avançons. Banques. Qui sont les géants privilégiant 0,03% de la population?

L’année dernière, Mastercard a créé la toute première carte de crédit pour les personnes se faisant appeler « transgenre » et « non binaire », comme si elles constituaient un sous-ensemble d’humains et non pas des hommes et des femmes de naissance. Carte de crédit Pride « True Name » a été le titre donné à ce déploiement, qui permet essentiellement aux gens d'y employer n’importe quel nom d’enfer désiré. Je doute que celle-ci permette le changement de numéro de sécurité sociale.

Selon Business Statement for "Transgender equality", Bank of America, Citi Bank, BNP Paribas, BNY Mellon, Deutsche Bank, Ernst & Young, HSBC, JP Morgan Chase and Co., Morgan Stanley, US Bank et Visa ne sont qu’une poignée de banques, de sociétés de cartes de crédit et de maisons d’investissement qui sont all-in for trans, sous la bannière de « l'inclusivité et de diversité (I & D) ». Ce code langagier I & D se retrouve partout et ressemble sacrément à l’uniformisation de la pensée et du comportement pour l'irrespect desquels les gens sont punis. Citi Bank, Bank of America et Capital One Banks sont des partisans de PLFLAG. Rolddy Leyva, vice-président de Global Diversity, Inclusion & Belonging (DIB est une variante de I & D) pour Capital One est particulièrement préoccupé par les « noires trans », selon lui, cibles de haine et violence avec une régularité épouvantable, alors que bien sûr il n’y en a aucune preuve. Selon plusieurs rapports, les hommes de couleur se faisant passer pour des femmes qui auraient été assassinés aux États-Unis en 2019 serait au nombre de 20. Vingt hommes qui aiment porter des robes et faire assaut de féminité, majorité dans la prostitution -activité dangereuse en tout cas- ont été tués par d’autres hommes au cours d’une année. Mettons cela en perspective. En 2018 et seulement dans l'Etat du Texas, 238 femmes ont été tuées par des hommes, sans tenir nul compte des quarante-neuf autres États. D’une certaine façon, aucune de ces sociétés, magasins, restaurants, bars, institutions médicales ou banques ne se soucie de la vulnérabilité des femmes. Il n’y a pas eu d’ateliers spéciaux pour créer un environnement sûr pour les femmes au travail. Pas d’encouragement pour les employés à soutenir des femmes, pas de pancartes brillantes soulignant le soutien et pas de formation pour éclairer les employés sur le fait que les femmes sont essentiellement assiégées aux États-Unis, et encore moins ailleurs dans le monde.

Wells Fargo et le financement GLAAD rend particulièrement confortable de prétendre être females pour ses employés mâles.

En 2007, dans le cadre d’une campagne d'attraction les meilleurs talents, de recruter et garder une main-d’œuvre plus « diversifiée », Goldman Sachs a ajouté une couverture maladie concernant les inutiles chirurgies génitales pour personnes réorganisant leurs marqueurs sexuels. A savoir que cette chirurgie pouvant lui coûter de sa poche à elle seule de 5 000 à 150 000 $, au gré des situations. Ce chiffre n’incluant pas les traitements hormonaux et autres médicaments. Le plan Goldman Sachs (GS, Fortune 500) couvre la chirurgie réelle, ainsi que les prescriptions liées de médicaments « transgenres », telles que les injections d’hormones pour mauvais sexe. Goldman n’est pas le seul établissement financier qui offre de tels « avantages ». Bank of America (BAC, Fortune 500), Deutsche Bank (DB) et Wachovia (WB, Fortune 500) offrent également un certain niveau de couverture pour procéder à ces brutaux, dangereux et malsains réaménagements de caractéristiques sexuelles.

Maeve DuVally, directeur général masculin chez Goldman Sachs, et son penchant pour les pompes noires à talons hauts trouve facile de prétendre être une femme au travail. Sachs n'a fait non seulement aucune difficulté à ce sujet mais a de plus certainement fourni partie de la pulsion de DuVally de découverte de sa « transité » après avoir assisté à une réunion bancaire l’an dernier. Avant la réunion de mars, DuVally n’était à l’aise à domicile que dans des « vêtements pour femmes ». Puis, « une invitation faite aux employés de la banque intervient : Goldman L.G.B.T. réseau accueille un panel sur le sujet « comment être plus fortement le soutien de la communauté transgenre et non conforme au genre. ». DuVally est arrivé à l’événement dans l’auditorium de Goldman emperruqué et maquillé, puis il s’est présenté aux employés de banque. Lors de la réunion du 22 novembre, les employés ont reçu l’instruction de cesser d’utiliser des pronoms reconnaissant les ordinaires distinctions biologiques, physiologiques et psychologiques entre hommes et femmes, y compris une vidéo et des instructions complexes concernant le nouvel ordre du jour.

« DuVally a trouvé l’événement encourageant. Un collègue, y assistant à distance de Londres, a pris pléthore de notes et les a par la suite adressées par courriel au groupe de communication. Tous les présents ont reçu des cartes directives expliquant l’utilisation correcte du pronom. DuVally avait réalisé, a-t-il dit, qu’il lui était temps de se révéler « transgenre » chez Goldman. Il a ensuite également « outé » sur divers talk-shows internationaux et des plates-formes d’information.

Goldman a de même lancé une initiative pour mettre à jour son répertoire interne des banques afin de permettre aux employés d'indiquer leurs pronoms préférés.

Barclays mène depuis longtemps la charge sur les droits LGBT+ sur le lieu de travail. La banque a été sponsor vedette de Fierté 2018 dans le monde entier. Responsable de la région pour Home Solutions West chez Barclays, Amy Stanning, un autre homme se faisant passer pour une femme, a pu aussi se mettre tout à l'aise au travail.

Hormis, la dissonance cognitive évidente de ces programmes d’entreprise D & I qui tentent pour partie de ré équilibrer au sein de leur personnel l’inégalité des sexes mais qui ensuite embauchent des hommes qui seront décomptés en femmes, il ya ce curieux et massif intérêt de l’entreprise pour 0,03% de la population prétendant être du sexe opposé, ou de ne pas avoir de relations sexuelles. Au moins, cela devrait rendre les gens plus regardants, et pourtant, s’ils le sont, ils n'en parlent pas. Il semble presque que ces sociétés s’attendent à ce que beaucoup plus de personnes s’identifient en tant que ce qu’elles ne sont pas.

Ne perdons pas de vue le puissant insensé derrière cet agenda et sa façade d’inclusivité. Martine Rothblatt, le père fondateur de l’empire transgenre, a dirigé un déjeuner avec Beth Brooke-Marciniak en 2016 pour célébrer le leadership des entreprises LGBT OutWOMEN. Brooke-Marciniak, responsable des politiques publiques chez Ernst & Young et coprésidente du Partenariat pour l’égalité LGBTIQ+ mondiale, a été élue dix fois l’une des femmes les plus puissantes au monde. Rothblatt est un transhumaniste qui soutient les événements d’I & D d’entreprise, tout en faisant la promotion de l’idée que les transgenres sont une rampe de lancement du transhumanisme lors d’autres événements, ceux-là financés par la Fondation Arcus, l’ONG LGBT la plus puissante dans le monde. « La re-création du corps humain a déjà commencé », nous dit Rothblatt.

Il serait beaucoup plus logique que ces politiques de D & I prétendue en faveur de 0,03% de la population, sont en réalité conçues pour la génération d’humains biologiquement augmentés tenus de suivre la normalisation d’entreprise consacrent la dissociation du corps pour le profit.

Isaiah West Taber, (Mary Louise) Loïe Fuller, La danse blanche,1897

3°) Jennifer Bilek, Suivez l’argent : Comment la famille Pritzker fait un tabac avec l’industrie transgenre (Diagramme de flux) Mise à jour du 3 mars 2021- M/traduc de
Follow the Money: How the Pritzker Family Makes a Killing From the Transgender Industry (Flow Chart) (the11thhourblog.com)

Téléchargez le PDF pour afficher l’ensemble du diagramme de flux : SuivezTheMoney .pdf Télécharger PDF • 1.88Mo
(Article de 2018)

En tant qu’écologiste exclue d’une tribune par des transactivistes, j’ai développé en 2013 la curiosité sur le pouvoir de ce groupe pour en forcer la croissance. Lorsqu'un an plus tard, lorsque le magazine Time a annoncé par sa couverture un point de bascule transgenriste, j’avais déjà commencé à examiner les fonds soutenant le projet transgenriste.

J’ai vu les espaces sûrs pour toutes femmes, les universités et les sports ouvrir leurs portes à tout homme qui a choisi de s’identifier comme une femme. Alors que les hommes qui s’identifient comme transfemmes sont à l’avant-garde de ce projet, les femmes qui s’identifient comme transhommes semblent silencieuses et invisibles. J’ai été stupéfaite qu’un changement culturel aussi important que l’ouverture d’espaces protégés du sexe se produise à un rythme aussi fulgurant et sans tenir compte de la sécurité, de la concertation avec les filles et les femmes ou du débat public. Parallèlement à ces rapides changements, j’ai assisté à une refonte de la langue anglaise avec de nouveaux pronoms et une attaque quasi tyrannique contre celles qui ne les utilisaient pas. Des lois imposant un nouveau discours ont été adoptées. Des lois de prépondérance du concept amorphe d’identité de genre sur le sexe biologique sont actuellement instituées. Les gens qui parlent ouvertement de ces changements peuvent se retrouver, eux-mêmes et leurs familles, et leurs moyens de subsistance menacés.

Ces éléments, ainsi que la saturation médiatique sur la question, m’ont fait me demander : Est-ce vraiment une question de droits civils pour une petite partie de la population souffrant de dysphorie corporelle, ou y a-t-il un ordre du jour principal et des intérêts financiers que nous ne percevons pas ? Cet article ne peut que commencer à grapiller la surface de cette question, mais étant donné que le transgenrisme a explosé essentiellement au milieu du capitalisme, qui est connu pour subsumer les mouvements de justice sociale, il est intéressant de commencer par cet examen.

Qui finance le mouvement transgenre? J’ai trouvé des hommes, blancs extrêmement riches, munis d'une énorme influence culturelle qui financent le lobby transgenriste et diverses organisations transgenristes. Il s’agit notamment de Jennifer Pritzker (un homme qui s’identifie transgenre), mais qui ne s’y limite pas, George Soros, Martine Rothblatt (un homme qui s’identifie transgenre et transhumaniste), Tim Gill (un homo), Brochet Drummond, Warren et Peter Buffett, Jon Stryker (un homo); Mark Bonham (un homosexuel); et Ric Weiland (un gay décédé dont la philanthropie a toujours été orientée LGBT). La plupart de ces milliardaires financent le lobby et les organisations transgenristes par l’intermédiaire de leurs propres organisations, y compris des sociétés.

Séparer les questions transgenres de l’infrastructure LGBT n’est pas une tâche facile. Tous les donateurs les plus riches ont financé des institutions de LGB avant qu’elles ne deviennent orientées LGBT, et ce n’est que dans certains cas que les fonds sont affectés spécifiquement aux questions transgenres. Certains de ces milliardaires financent les LGBT à travers leur myriade d’entreprises, multipliant leurs contributions à plusieurs reprises d’une manière qui est également difficile à suivre. Ces bailleurs de fonds passent souvent par des organismes de financement anonymes tels que la Fondation Tides, fondée et exploitée par Pike. Les grandes entreprises, les philanthropes et les organisations peuvent envoyer d’énormes sommes d’argent à la Fondation Tides, préciser la direction que les fonds doivent prendre et faire en sorte que les fonds se rendre à leur destinataire de façon anonyme. La Fondation Tides crée un pare-feu juridique et un abri fiscal pour les fondations et finance des campagnes politiques, souvent en utilisant des tactiques juridiquement douteuses. Ces hommes et d’autres, y compris les compagnies pharmaceutiques et le gouvernement américain, envoient des millions de dollars à des causes LGBT. Dans l’ensemble, les dépenses mondiales déclarées pour les LGBT sont maintenant estimées à 424 millions de dollars. De 2003 à 2013, le financement déclaré pour les questions transgenres a plus que quadruplé, soit trois fois plus que le financement global des LGBTQ, qui a quadruplé de 2003 à 2012. Cet énorme pic de financement s’est produit en même temps que le transgenre a commencé à gagner du terrain dans la culture américaine.

424 millions de dollars, c’est beaucoup d’argent. Suffisant pour changer les lois, de déraciner le langage et de forcer l'espace public à un nouveau discours, à censurer, à créer un climat de menace pour ceux qui ne se conforment pas à l’idéologie de l’identité de genre ?

Le transgenrisme : un nouveau marché médical et de style de vie - Il semble évident qu'il soit maintenant nécessaire d'examiner les fonds en appui du transgenrisme. De nombreux nouveaux marchés se sont ouverts à cause de cela. La première clinique de genre pour enfants a ouvert ses portes à Boston en 2007. Au cours des dix dernières années, plus de trente cliniques pour enfants atteints de dysphorie de genre ont vu le jour aux États-Unis seulement, la plus grande comptant sept-cent vingt-cinq patients. Au cours de la dernière décennie, il y a eu une explosion des infrastructures médicales transgenres aux États-Unis et dans le monde pour « traiter » les personnes transgenres. En plus des cliniques de genre proliférant à travers les États-Unis, des ailes hospitalières sont en cours de construction pour des chirurgies spécialisées, et de nombreux établissements médicaux réclament de "s’embarquer" avec ce type de nouveaux développements. Les médecins sont formés en symposiums sur ddes cadavres à travers le monde dans toutes sortes de chirurgies liées aux personnes transgenres, y compris la phalloplastie, vaginoplastie, chirurgie de féminisation faciale, procédures urétrales, et plus encore. De plus en plus d’entreprises américaines couvrent les chirurgies transgenres, les médicaments et d’autres dépenses. Les endocrinologues à la recherche de la fontaine de jouvence dans les hormones depuis plus d’une génération, et les revenus ultérieurs pour la commercialisation de ces hormones, restent toujours en quête d’or.

Les bloqueurs de puberté sont un autre marché en pleine croissance. Le bras de chirurgie plastique de la médecine est réamorcé par une infusion d’argent ainsi que celui de greffes d’organes, en particulier les greffes d’utérus pour les hommes s’identifiant en femmes qui pourraient vouloir de futures grossesses. Ces chirurgies sont déjà pratiquées sur des animaux et le premier implant d’utérus réussi d’une donneuse décédée à une autre femelle a déjà été un succès. La biogénétique est sur le point d’être l’investissement de l’avenir, dit Rothblatt, qui a dirigé une éno(rme société pharmaceutique et à présent fortement investi dans la biogénétique et les transplantations.

Le transgenrisme ayant fait son chemin sur le marché américain, il semble donc important d’examiner leurs implications que nous en adoptons par des lois concernant les personnes transgenres et nos libertés civiles. Le transgenrisme constitue désormais une aire centrale du complexe industriel médical, qui est par certaines estimations encore plus grand que le complexe industriel militaire
Avec la construction d'infrastructures médicales, la formation de médecins à diverses interventions chirurgicales, l’ouverture de cliniques à la vitesse de l'éclair et la célébration par les médias, le transgenrisme est en passe de poursuivre son essor. Le LGB, un groupe autrefois minuscule de personnes essayant d’aimer ouvertement ceux du même sexe et d’être traitées sur pied d’égalité au sein de la société, a probablement déjà été engloutie par le capitalisme et infiltré par le complexe industriel médical par le biais du transgenrisme.

Qui travaille à institutionnaliser l’idéologie transgenre ?
Les fonds en majorité allant directement au lobby LGBT et ses organisations, dont seulement une fraction coule vers le bas pour aider les personnes qui s’identifient comme transgenres, car il s'agit de l’argent investi par les hommes mentionnés ci-dessus, les gouvernements, et la technologie et les sociétés pharmaceutiques pour institutionnaliser et normaliser le transgenrisme en mode de vie. Ils façonnent le récit sur le transgenrisme et le banalisent au sein de la société en utilisant leurs méthodes de financement.

Cet article utilisera la famille Pritzker comme étude de cas, à la fois pour en réduire la longueur et car ils paraissent emblématiques de la façon dont tout cela fonctionne. Ceux qui financent les organisations trans et normalisent le transgenrisme canalisent les fonds de la même manière et investissent dans la même infrastructure médicale. Cela peut difficilement être une coïncidence alors même qu'absolument essentiels à ceux qui procède à une transition sont les produits pharmaceutiques et la technologie. Il est également important de noter que bien que le lobby trans soit abrité par le parapluie LGB, les personnes LGB en tant que telles ne sont du tout des patients, médicalisés à vie.

Les Pritzkers sont une famille américaine de milliardaires philanthropiques pesant environ vingt-neuf milliards de dollars, dont la fortune a été gestated par Hyatt Hotels et maisons de soins infirmiers. Ils ont maintenant des investissements massifs dans le complexe industriel médical.

L’examen de quelques-uns des Pritzkers dans cet article vous donnera quelques indications de leur portée et leur influence en tant que famille, en particulier en ce qui concerne le projet transgenriste et leur relation avec le complexe médico-industriel. Comme vous l’avez lu, rappelez-vous en, les personnes en transition restent des patients médicaux à vie et la famille Pritzker n’est pas qu'une anomalie en trajectoire de financement ou de d'investissements dans le complexe médico-industriel.

Jennifer Pritzker Autrefois père de famille et membre décoré des forces armées, Jennifer Pritzker s’identifie désormais en transgenre. Il a fait du transgenrisme une note importante dans le financement philanthropique par l’intermédiaire de sa Fondation Tawani. Il est l’un des plus grands contributeurs aux causes transgenristes et, avec sa famille, jouit d'une énorme influence dans l’institutionnalisation rapide du transgenrisme. Certaines des organisations que Jennifer possède et des fonds sont particulièrement notables à l'examen de l’induction rapide de l’idéologie transgenriste dans les institutions médicales, juridiques et éducatives. Pritzker est propriétaire de Squadron Capital, une société d’acquisitions,axée sur la technologie médicale, les dispositifs médicaux et les implants orthopédiques,ainsi que de la Fondation Tawani, une organisation philanthropique qui accorde des subventions axées sur le genre et la sexualité humaine.

Pritzker siège au conseil de direction du Programme de sexualité humaine de l’Université du Minnesota, auquel il s’est également engagé à 6,5 millions de dollars au cours de la dernière décennie. Parmi beaucoup d’autres organisations et institutions sur fonds Pritzker sont Lurie Children’s Hospital, un centre médical pour les enfants non conformes au genre, au service de 400 enfants à Chicago, la Pritzker School of Medicine de l’Université de Chicago, une chaire d’études sur les transgenres à l’Université de Victoria (la première du genre), et le Mark S. Bonham Centre for Sexual Diversity Studies de l’Université de Toronto. Il finance également l’American Civil Liberties Union et sa famille finance Planned Parenthood, deux organisations importantes pour institutionnaliser la langue d’effacement des femmes et le soutien aux causes transgenres. Le Planning familial a également récemment décidé d’entrer sur le marché médical transgenre.

Jennifer Pritzker finance stratégiquement, tout comme sa famille, en donnant aux universités qui deviennent redevable à son idéologie, dont les étudiants propagent l’idéologie du genre en écrivant des articles pro-trans dans des revues médicales et par ailleurs. L’oncle et la tante de Jennifer, John et Lisa Pritzker, ont donné 25 millions de dollars à l’Université de Californie à San Francisco pour un centre de psychiatrie pour enfants. Jennifer finance également les hôpitaux et les facultés de médecine où les anciens élèves créent des spécialités transgenres et des centres médicaux LGBT, en dépit de ce que les lesbiennes, les gays et les bisexuels n’ont pas besoin de services médicaux spécialisés.

Voici quelques activités actuelles des anciens élèves de l’école de médecine financés par Pritzker et autres bénéficiaires de l’argent Pritzker.

James Hekman a fondé le centre de soins médicaux LGBT à Lakewood en Ohio.

David T. Rubin siège au conseil consultatif d’Accordant/CVS Caremark, la plus grande chaîne pharmaceutique des États-Unis. CVS a acquis les pharmacies des grands magasins Target en 2015. Target, bien sûr, est le site d’une controverse sociale majeure au sujet des W. C. unisexes et c'est un des bailleurs de fonds corporatif du groupe militant trans-pushing Human Rights Campaign.

Loren Schecter est l’auteur du premier atlas chirurgical pour la chirurgie transgenre, auteur de revues pro-trans, a été récompensé pour la défense juridique des transgenres, effectue des chirurgies reconstructives, et est directeur de conférences transféminines parrainées par l’Association professionnelle mondiale de la santé transgenre (WPATH). Il effectue également des chirurgies reconstructives au Weiss Memorial Hospital de Chicago.

Schecter est également le « président des sessions de chirurgiens » au Comité du programme scientifique de la nouvelle branche des États-Unis de WPATH (World Professional Association of Transgender Health), USPATH, tenant des conférences à Los Angeles pour les chirurgiens des chirurgies transgenres.

Robert Garofalo, un homosexuel, est directeur de la clinique pour enfants de St. Lurie, chef de la division de médecine des adolescents de l’hôpital, et professeur de pédiatrie à l’Université Northwestern, que J.B. Pritzker (que nous croiserons plus tard) finance.

Benjamin N. Breyer est chef de l’urologie à l’Hôpital général de San Francisco et professeur à l’Université de Californie à San Francisco, spécialisé en chirurgie transgenre.

Nicholas Matte enseigne au Mark Bonham Centre for Sexual Diversity Studies de l’Université de Toronto, avec une spécialité en études queer. Jennifer Pritzker finance également le Bonham Centre. Matte donne des conférences à travers le pays sur les questions transgenres, et épouse l’idée que nous ne sommes pas une espèce sexuellement dimorphique.

Mark Hyman est président de la Fondation Pritzker en médecine fonctionnelle à la Cleveland Clinic et directeur du Cleveland Clinic Center for Functional Medicine. Cleveland Clinic a effectué la première greffe d’utérus aux États-Unis.

Baylor College of Medicine est sur la fin de réception de la Pritzker School of Medicine « programmes pipeline » pour les personnes qui étudient pour être médecins. Baylor est l’endroit où le premier enfant de la nation est né d’une greffe d’utérus dans le cadre d’un programme expérimental de financement de la procédure pour 10 femmes afin de développer des greffes d’utérus en fin de compte l’assurance maladie et les contribuables paieront plutôt que d’être relégués à un traitement électif de l’infertilité.

Jennifer Pritzker a également aidé à normaliser les personnes transgenres dans l’armée avec une subvention de 1,35 million de dollars au Palm Center, un groupe de réflexion LGBT basé à l’Université de Californie à Santa Barbara, pour créer des recherches validant le transgenrisme militaire. Il a également fait un don de 25 millions de dollars à l’Université Norwich dans le Vermont, une académie militaire et la première école à lancer un programme du Corps d’entraînement des officiers de réserve navale.

Le financement de Pritzker ne se limite pas aux États-Unis, mais atteint d’autres pays via WPATH, grâce à des conférences pour les médecins étudiant la chirurgie transgenre et le financement des universités internationales.

Penny Pritzker Cousine de Jennifer Pritzker, Penny Pritzker a siégé au Conseil du président Obama pour l’emploi et la compétitivité et le conseil consultatif sur la reprise économique. Elle a été coprésidente nationale d’Obama pour l’Amérique en 2012 et présidente des finances nationales de la campagne présidentielle d’Obama en 2008.
Dire qu’elle a eu de l’influence pour faire élire le président Obama serait un euphémisme. Dire qu’elle a eu de l’influence pour faire élire le président Obama serait un euphémisme. En tant que secrétaire au Commerce d’Obama, Penny Pritzker a contribué à la création du National Institute for Innovation in Manufacturing Biopharmaceuticals (NIIMBL), en facilitant l’attribution de 70 millions de dollars du Département américain du Commerce, le premier financement de cette sorte. Obama a rendu familière à son administration la question du transgenrisme, en tenant une réunion à la Maison Blanche -la toute première-
L’administration a discrètement fait peser le pouvoir de la branche exécutive pour permettre aux personnes transgenres de modifier plus facilement leur passeport, de se faire soigner dans les locaux de l’Administration des Anciens Combattants ainsi que d’accéder aux toilettes des écoles publiques et aux programmes sportifs basés sur l’identité de genre. Ce ne sont là que quelques-uns des changements de politique spécifiques aux transgenres de la présidence d’Obama. Soros et Gill sont deux autres grands bailleurs de fonds du mouvement transgenre qui ont généré des millions de dollars pour faire élire Obama, et Stryker a été l'un des cinq principaux contributeurs à la campagne d'Obama. Sous Obama et le président George W. Bush, le gouvernement fédéral a également financé la Tides Foundation pour 82,7 millions de dollars, qui à son tour a fait don de 47,2 millions de dollars aux questions LGBTQ au cours des deux dernières décennies. Penny a financé la Harvard School of Public Health et, avec son mari par le biais de leur fondation mutuelle, la Pritzker Traubert Family Foundation, finance des initiatives pour la petite enfance et offre des bourses aux étudiants en médecine de l'Université de Harvard. Les médecins de l’aile des services de gestion du genre de l’hôpital pour enfants de Boston sont tous affiliés à la Harvard Medical School. Penny Pritzker a également siégé au conseil d'administration de Harvard, où les bureaux de la vie étudiante enseignent aux étudiants, dont beaucoup dirigent des institutions américaines, qu '«il y a plus de deux sexes». J.B. Pritzker Le frère de Penny Pritzker, J.B. Pritzker, fait du capital-risque, entrepreneur, philanthrope et propriétaire d’entreprise américain. Il est co-fondateur du Pritzker Group, une société d'investissement privée qui investit dans la technologie numérique et les sociétés médicales, y compris Clinical Innovations, qui a une présence mondiale. Clinical Innovations est l'une des plus grandes sociétés de dispositifs médicaux, qui a acquis en 2017 Brenner Medical, un autre groupe médical important proposant des produits innovants dans les domaines de l'obstétrique et de la gynécologie. Nous devons examiner pourquoi cela est présenté comme une question de droits civils alors que les principaux problèmes semblent être le capital et l'ingénierie sociale. J.B. a fourni un financement de démarrage pour Matter, un incubateur de startups pour la technologie médicale basé à Chicago. Il siège également au conseil d’administration de son alma mater, l’Université Duke, où ils progressent en cryoconservation des ovaires humains. J.B. est candidat au poste de gouverneur de l'Illinois en 2018 et a investi 25 millions de dollars dans une initiative publique-privée de l'administration Obama totalisant 1 milliard de dollars pour l'éducation de la petite enfance. J.B. et son épouse, M.K. Pritzker, a fait un don de 100 millions de dollars à la Northwestern University School of Law, partie pour des bourses et partie pour le travail scolaire en « justice sociale » et le droit de l’enfance. Nous devons examiner pourquoi cela est présenté comme une question de droits civils alors que les principaux problèmes semblent être le capital et l'ingénierie sociale. Il ne semble pas y avoir de sphère d’influence qui soit épargnée par l’argent Pritzker, de l’éducation de la petite enfance aux universités en passant par le droit, les institutions médicales, le lobby et les organisations LGBT, la politique et l’armée. S'ils restaient seuls à financer l'institutionnalisation de l'idéologie transgenriste, ils exerceraient encore une influence fantastique ; cependant, ils sont rejoints par d'autres hommes blancs extrêmement riches et influents, de même avec des liens aux industries pharmaceutique et médicale. Tout-en-un pour les géants de l'industrie pharmaceutique et technologique pour les transgenres.

Avec le soutien de géants pharmaceutiques tels que Janssen Therapeutics, la fondation pour la santé d'un fondateur de Johnson and Johnson, Viiv, Pfizer, Abbott Laboratories, Bristol-Myers Squibb Company et Boehringer Ingelheim Pharmaceuticals, de grandes entreprises technologiques telles que Google, Microsoft, Amazon, Intel , Dell et IBM financent également le projet transgenriste. En février 2017, Apple, Microsoft, Google, IBM, Yelp, PayPal et 53 autres sociétés, principalement technologiques, ont signé un mémoire d'amicus poussant la Cour suprême des États-Unis à interdire aux écoles de garder des quartiers privés pour les étudiant en fonction de leur sexe dans leurs établissements. Alors que ces entreprises faisaient pression pour des toilettes transgenristes, elles luttaient contre l'interdiction de voyager et les politiques d'immigration du président Trump. En signalant les incidents simultanément, CNN News a établi le lien évident entre l'intérêt des entreprises de l'interdiction de l'immigration et du commerce, citant un mémoire juridique signé par les entreprises qui disait: « Cela cause un préjudice important aux entreprises, à l'innovation et à la croissance américaines .» Il n’établissait aucun lien équivalent pour l’intérêt des entreprises dans les droits des transgenres. La question évidente serait: pourquoi s'en soucient-ils ? La réponse évidente est: l'argent. Il nous incombe à tous de chercher quel est le véritable investissement pour donner la priorité à toute une vie de traitements médicaux anti-corporels concernant une infime partie de la population. La fusion de ce problème médical fabriqué de toutes pièces avec le cadre des droits civiques implique la continuité et l'accrioissement du problème. Le transgenrisme est présenté à la fois en problème médical, pour la dysphorie de genre des enfants qui ont besoin de bloqueurs de puberté et sont ainsi préparés à une vie future de médicalisation, et en choix d'un mode de vie courageux et original pour les adultes.
Martine Rothblatt nous prétend tous transhumains, que changer notre corps en en retirant des tissus et des organes sains et en ingérant des hormones sexuelles croisées au cours d'une vie peut être assimilé au maquillage, à la teinture capillaire ou au tatouage. Si nous étions tous transhumains, ainsi exprimé, cela pourrait devenir une saga infinie de consumérisme corporel.

L'expansion massive des infrastructures médicales et technologiques envers une fraction minuscule (mais croissante) de la population souffrant de dysphorie de genre, ainsi que l'argent acheminé vers ce projet par ceux qui sont fortement investis dans les industries médicales et technologiques, semblent n'avoir de sens que dans le contexte des marchés en expansion pour modifier le corps humain. Les transmilitants réclament déjà un changement de « dysphorie de genre » en « incongruence de genre » dans la prochaine révision du registre international des codes de diagnostic mental, la CIM-11. La pression se répercutant sur les hormones et les chirurgies payées par les assurances pour toute personne qui pense que son corps est en quelque sorte « incompatible » avec son « identité de genre ». La diversité corporelle semble être le problème central, et non la dysphorie de genre; tendant à désamarrer les gens de leur biologie via des distorsions de langage, afin de normaliser la modification de la biologie humaine. C'est exactement ce que fait l'institutionnalisation de l'idéologie transgenriste. Cette idéologie est promue comme une question de droits civiques par des hommes riches, blancs, avec une énorme influence qui peuvent bénéficier de leurs activités politiques personnelles. Il nous incombe à tous de regarder quel est le véritable objectif qui consiste à donner la priorité à toute une vie de traitements médicaux anti-corporels pour une infime partie de la population, à construire une infrastructure pour eux et à institutionnaliser la façon dont nous nous percevons en tant qu'êtres humains, l'être humain devenant un concept pittoresque appartenant au passé. Cet article a été corrigé afin de prendre en compte la différence entre l'Université Baylor et le Baylor College of Medicine. Les deux fonctionnant désormais de façon séparée. 
Jennifer Bilek est une artiste, une militante écologiste, une écrivain et une citoyenne engagée. Diagramme à titre gracieux par un soutien anonyme, qui fait partie du camp de la résistance."
  • Notre grain de sel - Ils ne sont pas nés ceux qui nous feront remarcher à la baguette !
Paris,1945

Après le premier point sur le sexe scissipare, un deuxième et troisième, sur l'identité, et l'identité de genre à la Money...[3] 

Comme quoi des mêmes zones théologiques peuvent sortir des réflexions opposées aux Identity politics Charles Taylor ou Paul Ricoeur, et l'inclusivité protestante (créatrice de la première écriture inclusive, des psaumes)...
"... le philosophe rejette l'identité conformément à sa théorie du signe; b) le second, d'ordre gnoséologique, se définit par la critique du statut des propositions primitives et des axiomes logiques (la certitude et l'évidence de l'identité). Ludwig Wittgenstein a contesté l'idée d'identité pour des raisons philosophiques. Nous montrons que ces raisons se trouvent à deux niveaux philosophiques différents et complémentaires: a) le premier est logico-sémantique et correspond au temps du Tractatus, quand il a rejeté l'identité conformément à sa théorie des signes ;..." Ion Vezeanu, L'absurdité de l'identité selon Wittgenstein, Revue de Théologie et de Philosophie Troisième série, Vol. 137, n ° 1, Corps, esprit et identité chez Wittgenstein (2005) , pp.19-34 Publié par: Librairie Droz https://www.jstor.org/stable/44359738?seq=1

Inspiré par la sexologie allemande originelle, le psychologue comportementaliste a voulu prouver que le sexe et le pack des stéréotypes sociaux étaient indissolubles, et l'on sait qu'il s'est mémorablement rétamé. Cependant le queerisme transidentitaire a réanimé le concept quasiment tel quel, et confondu la gent féminine avec le genre féminin... l'on sait maintenaént avec quels dégâts sur les gosses et autres individus perméables. auquels l'idéologue donne l'illusion qu'il est créatif, les transenfants, ou "enfants transgenres", en train d'être transformés verbalement en "identités créatives" par la pédiatrie aux ordres.

L'implication décisive des présidents américains n'est plus douteuses à force de les voir pris en photographie à tu et à toi avec les transtars, même les plus misogynes comme Cox, ou donner des garanties de ce qu'ils peuvent user des droits féminins. Vu dans les SAF Lustucru L'on avait aussi évoqué les jeux de bourses dans La Fiole et Le Bistouri, à l'occasion des rapports médicaux contestant toutes fiabilité au Royaume Uni à la Tavistock Gender Clinic

Le sujet ici n'était pas de gloser sur le "féminin" et le "masculin", soit les aspects sociaux de la féminité et masculinité, qui sont faites de deux couches, comme pourtant il se voit nettement. Quant à l'enfants-roi, jusqu'où le consumérisme va-t-il pousser sa pression envers les parents de se plier à leur dictature ? L'enfant ne fait que relayer les inventions adultes de construction commerciale inculquée par les sites, les médias et maintenant un drôle de frange du féminisme américain, finalement puritain au possible, au-delà même des croyants en général. Comme voulant purifier les enfants de leur sexe qui se choisirait (dont la science confirme que cela n'existe pas- Haro sur les féminicides: Scoptisme (susaufeminicides.blogspot.com)

Pourtant une part de population non négligeable semble désormais croire le contraire abasourdie par les éléments contradictoires qui circulent. Il ne surprendra personne qu'à partir de ma spécialisation, je me sois intéressée à ces croyances sexuelles, où les marchands du temple fourmillent sous les arcades. Preuve en était déjà que toute critique est censurée, ce qui dénote des moyens financiers pour le réaliser mondialement. Nous en avons été témoin pour ce blog que Google a déréférencé, alors que le nombre de visites important le propulsait en premier constamment avant qu'il ne soit victime de la délation transiniste qui a l'oreille des corporates, dont GAFAM.

Ce sont des enfant squi sont en jeu, à qui l'on ment que l'on peut choisir son sexe, que l'état-civil est une plaisanterie. J'ai toujours eu pour direction formelle de ne jamais leur mentir, il m'est donc impossible d'adhérer à la pantalonnade de les laisser croire, cela va leur passer. Etre débile et vouloir transmettre sa débilité et sa couardise. Ceux qui les désencadre au risque de les rendre malades si ce n'est fou, je ne les encadre pas du tout. C'est une éducation éminemment malveillante.

La fausse bienveillance du laisser aller des pédagos de plateau néfaste à toute une "génération blob" qui s'étale à l'horizontale sans cadre (et non pas hors cadre) mais exigeant de contraindre autrui, dont leurs aînées (comme une réclamation de direction absente ?), et n'a plus de colonne vertébrale par manque de tuteur. 

Comme la vigne grimpante quand elle devient mauvaise herbe rampante lorsqu'elle reste abandonnée, ses grains perdus par terre.

Maintenant que défriché assez largement les pistes des financements mondiaux transidentitaires, il serait temps que, enfin, les journalistes d'investigation que l'on attend depuis dix ans, se mettent au turbin.

Christine Gamita
Ph. D. Ethnologie, Anthropologie visuelle et sonore des mondes contemporains, Ritologie, PyrobatieIngénieur informatique, missions SSII, analyse processorale, management de la qualité Recherche indépendante, les processus de violences féminicides, depuis 2008
  • Note

Il n'y a donc pas de fluidité sexuelle chez le mammifère humain malgré certaines combinaisons chromosomiques car les deux sexes et des anomalies sur les deux sexes restent stables après sa naissance eet au cours de la vie de l'individu.

Circuler entre les préjugés est une toute autre affaire qui n'est pas du ressort de la biologie et que l'atteinte à l'intégrité corporelle ne permet pas mais bien la volonté de l'anticonformisme.

[2Echantillons des mensonges du "changement de sexe" et autour, circulant sur le Net - 

Publicité mensongère Estheticon faisant passer pour de l'esthétique - 

CCAM - voir chapitre 8

Site Estheticon - remboursé
  • CPAM / CCAM (codes des actes) - Extraits des protocoles de soins à 100 % ALD 31 de transidentité
- Néopénis ou phalloplastie, il faudrait choisir, surtout que ce n'est ni l'un ni l'autre, plutôt "pompoplastie"* ; d'autant que modifier la plastique des organes sexuels n'est pas changer de sexe. De même qu'une invagination n'est pas plus un vagin. 

En France, les coûts dont nous n'avons pas réussi à faire le total sont mis totalement à la charge de la collectivité à vie lorsqu'il s'agit de modifier le sexe féminin -bien que la dysmorphie corporelle, sexuelle, ne soit plus considérée en maladie mentale-, alors qu'il semblerait que, au Québec, seules les chirurgies en urologie sont prises en charge.


CPAM - Extrait Protocole de soins Volet 3 - "A vie" pour assurée

CPAM - Extrait Protocole de soins Volet 3 - ALD 31 - Pour assuré

[3] 1966 -Le carcan expériemental de l'identité de genre de John Money et plus généralement des castrations chimiques au nom du "être comme une fille" et "née dans le mauvais corps" - Tout ce beau monde glisse sous le tapis le fiasco monstrueux connu depuis 1997 (Milton Diamond et John Colapino) des "rôles et identité de genre" de réattributions sexuelle des jumeaux David et Bruce Reimer nés en 1964, castré et assigné Brenda aka Joan, au nom du pénis ne pouvant être remplacé mais un vagin si. Les deux jumeaux et leurs conséquentes souffrances ont parfaitement prouvé que l'éducation et l'hormone ne font pas la fille, ni la femme. Le sexe biologique n'est pas dépendant des stéréotypes et préjugés, alors que l'inverse est vrai mais la contraction des concepts de J. Money par M. Wittig en "genre" a permis de laisser croire le contraire.
L'expérience de Money qui engendra des cicatrices psychologiques qu'il ne put finalement pas surmonter fut un désastre pour Reimer" https://fr.wikipedia.org/wiki/David_Reimer
Témoin du temps Money (par ailleurs fort compréhensif des conduites pédocriminelles, en tenant de la "pédophilie affective" et de l'ouverture de la désastreuse Clinique John Hopkins à l'origine de la pratique qui a conduit dans le million d'Américain aux castrations, sans garantie scientifique. https://www.chronicle.com/article/the-professor-of-horrible-deeds/

Ou de Jazz, soupçonné par ses parents d'être trans à 3 ans et diagnostiqué dysphorique de genre à 5 ans, ambassadrice Gillette Venus, dont la biographie de propagande intégrée dans les lectures conseillées des mallettes pédagogiques ABCD, dans nombre de coin lecture et bibliothèques pour enfants (après on se demande comment fleurit le transenfant*, de qui une mère déjantée soutient qu'il ne voulait plus à 4 ans de son sexe, de son pénis -entendu récemment en interview- et des vêtements prétendus de leur sexe), et qui n'a plus l'ombre d'une chance d'une vie normale du fait des séquelles des opérations "sexo esthétiques" (il suffisait de suivre ses déboires sur son compte instagram) ?
"...un livre pour enfants racontant son histoire, publié en 2014" 
Jazz Jennings — Wikipédia (wikipedia.org)


  • Effets de la rhétorique de l'idéologie queeristique transidentitaire sur des mineurs de tous âges inspirés par les documentaires et les sites trans


http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/be/

Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr " le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités international - Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to " Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde http://susaufeminicides.blogspot.fr " with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.’ Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台

jeudi 11 février 2021

Louise Willy

"Ne prenez pas la vie au sérieux, de toute façon, vous n’en sortirez pas vivant" 
Bernard Le Bovier de Fontenelle* 
"Le visage humain fût toujours mon grand paysage
Colette* 

Louise Willy, disparue des radars à partir de 1912[Illus. 1]  https://le.grimh.org/index.php?option=com_content&view=article&layout=edit&id=2567&lang=fr

-Les bijoux de Louise-
(Si j'en faisais un roman biographique ou un scenario, ce titre me tenterait -appel du pied sur idée originale de film-))

Comment j'ai découvert la première actrice de film leste, érotique -et dit pornographique sur certains sites car elle y pratique un effeuillage en 1896-, au détour de portraits sombres des années 30, postés en deuxième partie.

Premier film érotique connu. Le coucher de la mariée de Léar et Eugène Pirou[0]  
Avec Louise Willy qui y reprend son rôle de l'Olympia. [Illus. 2] https://www.youtube.com/watch?v=zOg2Uixk2J0

A l'époque, le strip n'allait pas au-delà du costume collant couleur chair porté sous corset et jupons. L'opus en question ne dit pas, étant incomplet lorsque retrouvé en 1996, si elle en portait un, bien qu'il ne semble pas qu'elle en soit affublée dans le film, comme il est plus certain que cela ait été le cas pour les trois cents représentations de l'Olympia du même tableau. [1] https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Coucher_de_la_mari%C3%A9e_(film,_1896)
"Quelques années plus tard, en 1897, Georges Méliès tourne Après le bal, où il met en scène un striptease (en réalité, le déshabillage et le bain d'une femme)."[2] https://www.wikiwand.com/fr/Le_Coucher_de_la_mari%C3%A9e_(film,_1896)
La Vie parisienne, sous la plume de Bac, n'était pas bégueule en 1890 déjà.

p. 6, Nouvelles études sur la toilette - Déshabillés de nuit, La vie parisienne, 29 novembre 1890

https://agorha.inha.fr/inhaprod/ark:/54721/003252507/doc/393916


L'avant goût de la fin du XIXe tombé dans l'oubli, comme La revue parisienne, le Cancan des culottes fendues de l'Elysée puis du Moulin rouge, ou ces trois ans d'Olympia et tournée du Coucher. Comme si  l'impertinence surgie seulement années 1920,
Le corps nu, qui avait fait au music-hall une tapageuse irruption au début du siècle avec les exhibitions de Mata Hari, de Régina Badet ou de Colette Willy, tendait à la conquête de l'espace laissé libre par la mise au rancart des gommeuses épileptiques et des tourlourous à l'accent rural. La femme nue devenait l'une des figures fondamentales de ces revues, de plus en plus audacieuses et opulentes, qui seraient aux années 20 ce qu'avait été l'opéra aux dernières années du siècle." Pierre Philippe, Rachilde saisie par la débauche, Le Monde 21 Août 1998
Depuis 1892, Louise Willy, "mime" de dix-sept ans, doit son nom de scène à Willy qui l'en baptise -pseudonyme de l'écrivain, mari de Colette, et père de "Le 3ème sexe", son livre le plus célèbre de 1927. cf. Florence Tamagne, Histoire de l'homosexualité en Europe : Berlin, Londres, Paris, 1919-1939, Seuil, 2000
"...La première dont Gabrielle va entendre parler sera une fille qui se déhabille sur scène, et que Willy gréquente depuis 1892. Quelques mois après son mariage, en septembre 1893, elle reçoit une lettre anonyme qui lui apprend son infortune. Willy aurait une liaison avec une jeune mime qu'il avait même rebaptisée Louise Willy...." Marie-Céline Lachaud,  
Colette à 20 ans, Au Diable Vauvert, 2011[3]

Maintes mentions en presse dans Gil Blas, dans La Plume, dont une concernant Gauthier-Vilars, 11 août 1894.

"Et par M. Pierre Lafitte qui est peut-êttre le même personnage (11 août 1894) :
Parmi les pédaleuses : Marcelle Dumay, Suzanne Huet, Jeanne Bakly, Louise Willy /est ce votre ville, M. Gauthier-Villars ?) Renée de Presles.. et tutiae quantiae."
p. 245, La Plume, Volume 6, publié par Léon Deschamps, Karl Boés, Albert Trotrot, 1895
[4https://www.google.fr/search?tbm=bks&hl=fr&q=louise+willy
Liaison confirmée par l'intéressée au premier chef, La Vagabonde, et par les biographes de Sidonie Gabrielle Colette, dont la première a peu recherché "la prédestination" du nom de la maîtresse de Henry Gauthier-Villars Willy... 

"Tiens, regarde, Willy, ce qu'on m'a envoyé ce matin, c'était sous une enveloppe tout seul, et je ne connais pas l'écriture. [...] Oh ! Willy, pourquoi m'as-tu dit que ce n'était pas vrai, quand je te demandais si tu avais des droits sur Louise Willy ...Gérard Bonal, Colette,·Place des éditeurs, 28 mai 2014
"La première lui apprend qu'une mineure, Louise Willy" p. 66, Colette Piat, Colette et Willy, 2009
Qu ' il ait été difficile à Gabrielle, devenue Colette, de s'adapter au tourbillon de la vie parisienne , en compagnie d ' un homme très en vue ... Avant comme après le mariage , il a , semble - t - il , une liaison avec Louise Willy (nom prédestiné !)p. 55, ColetteMadeleine Lazard, Gallimard, 2008 

"... enfariné qui éclipsa peu à peu tous les types de la commedia dell' arte : Georges Wague ne lui conserva qu'une complice, Colombine, incarnée tantôt par sa compagne et bientôt sa femme, Christiane Mendelys, tantôt par Louise Willy." Cahiers Colette - Numéro 28 - Page 67, Société des amis de Colette, 2006

"... Des billets anonymes ne manquent pas d'avertir Colette des liaisons de son mari : d'abord c'est Louise Willy, au nom prédestiné, puis Charlotte Kinceler, que Gabrielle surprend avec lui en 1894" p. 51,  Julia KristevaLe génie féminin: la vie, la folie, les mots : Hannah Arendt, Melanie Klein, Colette, Volume 3, Fayard, 200

Cartes postales, Vers 1904
https://www.notrecinema.com/communaute/stars/stars.php3?staridx=349540
 [Illus. 3 et 4 et 5]

Revenons à la môme Louise, sa carrière, qui ne fût pas que de montrer ses fesses. La filmographie de Mademoiselle Louise Willy :
 
1912 Le page, Madeleine CéliatHenri Étiévant, Réal. Henri Desfontaines
Coste, M. Degeorge, Henri Desfontaines Société Générale des Cinématographes Éclipse
1909 La vengeance du coiffeur, Prince, Pierre Simon, Moricey, Pathé Frères
1909 Le dîner du 9, Prince, Landrin, Albens, Scénario Andrien Vély
1904 La puce, Pathé Frères
1904 Le coucher de la parisienne, Pathé Frères
1904 Le coucher de la mariée, Pathé Frères
1899 Le coucher de la mariée 
1897 Douche après le bain 
1896 Les époux vont au lit 
1896 Coucher de la mariée
1895 Bain de la parisienne
.
Bain de la Parisienne -Paper-print du film Bain de la Parisienne, produit entre octobre 1896 et février 1897 https://bnf.hypotheses.org/1829

1892 - La bonne de chez Duval, Pantomimes,Théâtre des Nouveautés
Revue Tout à la scène (Cottens et Gaveau), Théâtre-Moderne
Les colles des femmes (Jaime et Kerroul, Louis Ganne,) Aux Menus-Plaisirs
1893 - Un soir d'hiver
1894 - Fleur de Lotus, pantomime d'Armand Silvestre et Hugues Delorme, Les Folies Bergères
Le coucher d'Yvette (un tableau), L'Alcazar, Concert Lisbonne
Id. (en deux actes), pantomime lyrique de Francisque Verdellet, musique d'Eugène Arnaud, remplace Blanche Cavelli, L'Eldorado, Lyon. L'Intransigeant, Paris, 18 juin 1894, p. 3
Le suicide de Pierrot, Jardin de Paris
La Fée des poupées (dans le rôle de la Fée), Joseph Hassreiter et Gaul, Olympia, oct 1894
1895 - Le coucher de la mariée, pantomime de Gaston Pollonnais et Oscar de Lagoanére, Olympia, puis à Cabourg
Revue Les Turlutaines de l'année 
Mauvais rêve, pantomime de Max Maurey, musique de Rodolphe Berger
1897 - Ballet-pantomime Le Chevalier aux fleurs d'Armand Silvestre, musique d'André Messager et Raoul Pugno, Création du rôle d'Eglantine, théâtre Marigny
1898 - reprise du Coucher de la mariée
Pierrot cambrioleur
Vision !, ballet-pantomime de Léon Roger-Millès sur la musique d'Edmond Missa
Folles Amours
Néron avec Émilienne d'Alençon 
Pierrette dans Les Sept péchés capitaux de Maurice de Marsan sur la musique d'Henri Hirschman
1899 - Ballet-féerie Les Mille et une nuits de Max Maurey et A. Thierry
1900 - Reprise de Mauvais rêve, Parisiana
La Belle aux cheveux d'or, ballet-pantomime de Jean Lorrain, musique d'Edmond Diet, Olympia
Moins cinq !, pièce de Paul Gavault et Georges Berr, création du rôle de Julie, Palais-Royal
comédie Sacré Léonce ! de Pierre Wolff, création du rôle de Gabrielle Vernis
1901 - Paris-Cascades, ballet d'Auguste Germain, musique de Louis Varney, Olympia 
1902 - Cendrillon féerie-ballet de Alphonse Lemonnier et Hervé Gardel, musique de Victor Rogeren
Cambriolage de Jacques Lemaire et Paul Fauchey, La Scala
1903 - La Momie, pantomime d'Henry Ferrare et Louis Aubert, Théâtre des Mathurins
Cœur Jaloux, pantomime d'Henri Reine, musique de Chantrier
1904- Revue des Folies-Bergères de Victor de Cottens, Prince Aurore
Phrygné avec Cléo de Mérode, Praxitèle, Olympia
1905 - Pris au piège, pièce de Théo, musique de H. Rosès, Théâtre des Capucines
1906 - Josiane Eymard, pièce de Jean Lorrain, La Nouvelle-Comédie
Amour et Cie de Louis Forest, tournée en province, rôle de Cléo de Garches
Cléopâtre,  ballet en 3 trableaux de Chalres Quinel et Henry Moreau, musique de Olivier Cambon
1907 - La Lime, mimodrame d'Henry Ferrarenote , musique d'André Fijan, création de Delphine, Moulin-Rouge
1909 - Reprise au Palais des Beaux-Arts de Monte-Carlo 
1912 - Julot ne reçoit rien des Dames, troupe Dufrenne, Grasse
(liste extraite de la fiche wikipedia et enrichie de mes trouvailles) https://fr.wikipedia.org/wiki/Louise_Willy

Dernière représentation retrouvée de 1906, Cléopâtre à l'Olympia.

Paris qui Chante, Dimanche 3 juin 1906, Photographie de Louise Willy et J. Searle dans

Cléopâtre, ballet en 3 trableaux de Chalres Quinel et Henry Moreau, musique de Olivier Cambon, à l'Olympia, Paris, 1906 (photo : anonyme, Paris, 1906)


Après 1912, plus aucune trace de Louise Willy, élève de Charles Aubert https://catalogue.bnf.fr/rechercher.do?index=AUT3&numNotice=12111212&typeNotice=p

Nulle part de Louise, évaporée. Ni fanfares, ni obsèques. https://le.grimh.org/index.php?option=com_content&view=article&layout=edit&id=2567&lang=fr
  • Ida Sesquès
Dix à quinzaine d'années plus tard, une cartomancienne, chiromancienne, prostituée à Pigalle, dont la maquerelle faisait courir le bruit qu'elle aurait été hermaphrodite.

Germaine Krull, https://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_Krull
https://femmeshistoirereperesdotcom.wordpress.com/tag/mome-bijou/

Il s'agit certainement de la même Ida Sesquès, sous patronyme de sa mère Emilie Sesquès puisque sans mention de père sur les documents d'archives de Paris, dont l'on parle lorsque l'on évoque les demoiselles aux atours, Louise Willy et la Môme Bijoux. Voir en notes de bas de page état-civil

L'on peut imaginer à voir à la date de naissance avancée de 1873 qu'elle s'était peut-être vieillie ou laisser vieillir de deux ans pour être engagée aux Nouveautés. 

Ses cinq ultimes années dans un hôtel garni au 9 rue Navarin, métro Saint-Georges. Dernière adresse connu du carré des indigents. Montmartre ou Lachaise lui irait mieux.

Finie comme et pas loin de Pervenche, alias Frehel (45 rue Pigalle en 51) ? Audrey Coudevylle. Fréhel et Yvonne George, muses contrastées de la chanson ”réaliste” de l’entredeux-guerres. Musique, musicologie et arts de la scène. Université de Valenciennes et du Hainaut Cambresis, 2016 https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01587869/document

https://memoirechante.wordpress.com/2011/02/20/frehel-ou-est-il-donc/
"(...) Fréhel qui avait fini seule, séchée par l’abandon, la misère, la coke, l’alcool et l’éther, dans une piaule sordide d’un bouiboui à tapins de la rue Pigalle à même pas soixante ans" https://gonzai.com/damia-madone-a-pedes-icone-pre-punk-oubliee/
Je crois son ovale de visage carré, son menton volontaire, son petit nez droit, ses fines attaches, ses longues mains aux doigts gracieux, maniérés à la façon des mimes de la fin du XIXe et leurs poses de carte postale, dont elle était, et du cinéma muet. Sa stature. Ces goûts démesurés pour les chapeaux de sa jeunesse, ses pieds toujours délicatement chaussés, son extravagance clocharde tempérée par un masque imperturbable...

Jusqu'ici de mes investigations je n'ai pas retrouvé le nom civil de Louise Willy mais je suis désormais certaine car je crois aussi ce que dit "La folle de Chaillot" à Daninos et Merlin, lorsqu'elle leur énumère ses hauts faits artistiques, qui ne sont pas les affabulations d'une prostituée frapadingue. 
Ce fût le récit suivant des propos de la Môme Bijoux qui me mit sur la piste de son probable pseudonyme de scène, Louise Willy, paru dans Paris-Midi, La chimère sur l'asphalte, dimanche 22 mai 1938, page 7.

"Dans ce petit café de la rue Fontaine, tous les soirs à minuit, vous pouvez trouver deux spécimens typiques de la faune que nous explorons. L’une ex-maîtresse de maharadjah. L’autre ex-vedette des plus grandes scènes. Toutes deux ayant pour principale ressource un passé extravagant que la richesse a doré – un passé, en somme, riche de présents… Ce passé, l’une vous le raconte pour un pernod : c’est Marinette. L’autre, pour 500 francs ou pour cent sous : c’est Bijou."

"Bijou – qui ne connait pas Bijou ? -, elle s’assied. Il faut découvrir, sous la cascade de plumes d’un chapeau en arc de triomphe, son visage extraordinairement fariné, où l’ocre le dispute au noir, le carmin à l’indigo. Tout son buste et ses bras et son cou et sa tête sont couverts de breloques multicolores et poussiéreuses ; cinq bagues par doigt – et des carafons s’il vous plaît –des bracelets à n’en plus finir, et des colliers et des rivières. Une bijouterie – quincaillerie ambulante. Bijou, elle aussi a tout fait et même plus. Elle ne s’en cache pas.

- J’ai chanté chez Cassive.…oui… mes petits, nous dit-elle, le petit doigt levé. J’ai joué dans « Le Coucher de la mariée »…. J’ai été premier prix du Conservatoire. Et diablement entretenue. J’ai eu tout ça (elle montre ses bijoux) en vrai, et un hôtel, et des équipages. J’ai été la maîtresse d’un roi….

- lequel ?...

- Chut… Pas si fêlée… J’ai tout plaqué pour un homme… Et puis j’ai tout perdu aux courses. Mais je suis devenu célèbre. Je suis Bijou, Bijou de Montmartre, le fantôme de la nuit. J’ai des portraits « comme ça » partout. Et c’est pas fini. Tous les soirs, on me prend… la terre entière me connait… Damia a chanté pour moi… pour Bijou ! Vous comprenez mes petits, Bijou… c’est tout Montmartre. Alors… je vous fais les lignes ?... Allez… quoi ! Pour un loulou ! Ah… faites pas les radins comme Mistinguett et Chevalier… Car Bijou – tirant partie de sa célébrité – est carto-chiromancienne et pour elle les lignes de la main n’ont pas de secret. Ainsi, après avoir donné quelques consultations à bon marché dans le café de la rue Fontaine, elle s’en va, jusqu’à 5 heures, faire sa tournée dans les boîtes. La nuit est à peine assez longue pour lui permettre de faire sa tournée." Pierre Daninos et Olivier Merlin

Citée Cassive, Louise Armandine Duval (1867-1940), comédienne -rôle de la môme Crevette-

Au café Boudon (décembre 1936).

"L’autre soir, comme nous descendions le bout de la rue Fontaine qui va au carrefour Mansart, un voyou à l’allure féminine venant de la croiser s’est retourné ébahi, en disant à son compagnon avec un fort accent méridional :

- Mince alors, Lolita, voilà Miss 1900 qui décarre… !

A quoi outrée et grossière, Mlle Bijou répliqua :

- Ta gueule, eh ! pédale ! Tu veux que je te flanque une fessée, espèce de roulure… !

J’arrivai à la hauteur de la grosse femme […] :

- Bonsoir, Bijou, dis-je.

- Bonjour, mon petit, fit-elle sans façons. Mais t’as tort de me dire bonsoir, c’est à cette heure-ci que je mets les pieds dehors, pas avant… As-tu entendu l’impertinence effrontée de ces fillettes à la manque… ? T’as vu comment je l’ai remise en place… ?

- Oui, mes compliments. Mais vous a-t-il offensée gravement ?

- Il m’a traitée de Miss 1900 en se marrant.

- En effet !...

Nous descendîmes la rue toute embrasée des lumières des boîtes de nuit. En mon for intérieur, je riais doucement. La répartie du gavroche aux mœurs douteuses n’était pas sans esprit. Nous suivîmes Bijou chez « Boudon », cette brasserie pleine de nègres et de filles aux aguets qui reste ouverte toute la nuit et où notre compagne tient habituellement ses assises." 

"Au début de l’été 1938, la môme Bijou rencontre le romancier britannique Somerset Maugham (1874-1965) qui profite d’un séjour en France pour visiter Montmartre. Comme à 
son habitude elle lui propose de lui lire les lignes de la main en échange d’un peu d’argent ou d’un verre de rouge." - Extraits de l’enquête de Maxime Jourdan, 2019
https://www.facebook.com/photo?fbid=10215378999739962&set=a.10215367882542039

500 balles l'interview, "... pour 500 francs ou pour cent sous, c'est Bijou.."

Maud Canet Illus. Pierre Daninos et Olivier Merlin, Les chimères de l'asphalte, p. 7
Paris midi, 22 mai 1938
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4737819b/f7.item.zoom

Dans le film de James Cameron, où sombre le Titanic le dimanche 14 avril 1912, le héros aurait croqué le personnage (selon cliché de Brassaï ?), voir anachronismes 87 et 88 https://titanic.pagesperso-orange.fr/page23.ht

Les croquis sont du réal. https://www.elle.fr/Loisirs/Sorties/Dossiers/25-infos-rigolotes-sur-la-pop-culture/Les-croquis-de-Titanic-sont-du-realisateur#xtor=CS5-90 

00:49:33 - “Madame Bijoux” de Paris qui attendait le retour d'un amour perdu parée de tous ses bijoux.", dixit Jack Dawson aka Leonardo di Caprio à Rose http://titanic.superforum.fr/t3132-madame-bijoux
Brassaï, La môme Bijou, Bar de la Lune, Paris, 1932
https://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:SRdddNz9pW0J:https://www.parismuseescollections.paris.fr/fr/musee-d-art-moderne/oeuvres/la-mome-bijou+&cd=14&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

Devenue la débrouillarde et surréaliste Môme Bijoux de Pigalle, tireuse de cartes chiromancienne ? Qui n'aurait pas été intrigué par la vie d'avant Pigalle d'Ida Sesquès, venue jusqu'à nous par les clichés de 1932 de Gyula Brassaï. 

En 1927, Willy ne la reconnaissait plus la croisant tant transformée, à des années lumières de la rayonnante nymphette ; elle-même se gardant bien, probablement, de se manifester par dignité et familière de la morgue et le snobisme de l'auteur ? Lui toujours au sommet, elle dégringolée.

"La petite bourse aux tantes se tient également, de cinq heures de l’après-midi à cinq heures du matin au « Clair de Lune », modeste bar à l’apparence peu dévergondée de café Biard, tout près de la Place Pigalle. Elle comporte des marchandises variées, – pour toutes les bourses – la spécialité de la maison est plutôt le marin et le soldat. Sur une des banquettes du fond, se tient en permanence l’ineffable "Bijou", matrone cuirassée de crasse et de fard, qui procure à de paternels sénateurs la joie d’éduquer quelque lycéen. Ô ces causettes dans l’ombre de l’impasse Guelma !" Willy, Le Troisième sexe, 192

 "Ineffable" sonne comme tendrement etsème le doute -il avait la plume plus méchante que cela- et qu'il savait. Les Grands Boulevards ne respiraient pas le même air que Montrmartre.

L'aurions-nous reconnue, d'ailleurs, en mémère à bibi. Personne jusqu'ici n'a rien soupçonné, sous ses yeux pochés de deuil, si j'en crois ce que j'ai pu lire à son sujet.

Georges Blanc La Môme Bijou, 1930 (?)

Georges Blanc, (Madame Bijou), 1936
https://www.moma.org/interactives/objectphoto/objects/83788.html

Toujours dans les années 30, en compagnie de surréalistes.

Anonyme. Intérieur d'un cabaret parisien - Portraits de la « môme » Bijou et de Eugène Grindel,

  • Tilt - Ce maquillage me rappelait furieusement quelque chose. Soudainement, je l'ai remise, khôl noir, khôl bleu. 

Kees Van Dongen, Yvonne George, 1920 

Se sont-elles connues ? Il me semble bien avoir trouvé qui inspira Mademoiselle Bijoux parée jusqu'à son ultime souffle comme sur scène. 1920, premier passage à l'Olympia - Pierre Philippe, Robert Desnos et la place de l'étoile, Le Monde, 14 Aout 1998

A part ces tragiques cocards et peintures de guerrière, quel lien, quels rêves, quels pleurs séparent ou lient ces deux femmes ? Celle-ci l'aurait manifestement bouleversée. Ce ne peut être une coïncidence. Se sont-elles cotoyées ? Et si c'était elle, cette amie, qu'attendait Ida ?
"Cocteau que c'est "une ombre qui s'accroche au rideau de la scène pour ne pas tomber"https://zapldair.blog4ever.com/yvonne-george-le-tragique-dans-la-voix
Nichée au colombarium du Père Lachaise,  
"Yvonne George, tuberculeuse, meurt à Gênes, le 22 avril 1930. Elle n'avait que 33 ans." http://www.desnos.udenap.org/pages/yvonne_george.htm
Giovanni BoldiniPortrait de Marthe de Florian (1900-1910)

Dans le même périmètre en 39, Marthe de Florian / Héloïse Beaugiron, artiste elle aussi, logée 2 square des Bruyères donnant au 19, rue Jean-Baptiste-Pigalle, un an avant Ida Sesquès alias Louise Willy, s'en était allée. Son appartement redécouvert en 2010 avec un portrait à ses trente-quatre ans par Boldini, son amant, jusque là inconnu. Héritage inhabité depuis 1966 du décès de son fils Henri, le père de Solange.

Mariage en 44 (12/12) de sa petite fille Solande Beaugiron / Beldo / Bellegarde (épouse Isidore Raitzyn, séparation en 67 divorce de 68, puis Otto Rabus), auteur depuis ses 17 ans, avec un voisin russe. Abyme de deux robes, deux poses à deux générations d'écart...

https://www.geneanet.org/forum/viewtopic.php?t=541715

  • De la Môme Bijoux, disparue en 40, reposant à Thiais, on reparle en 45... le 30 août 

"Je me souviens très bien d’elle.

On la rencontrait jadis lorsque finissait la nuit de Montmartre et que l’heure venait de la fatigue et des hallucinations. Elle apparaissait tout à coup dans une brasserie du boulevard de Clichy ou dans une charcuterie de la place Pigalle et personne ne s’étonnait. On avait l’habitude. Elle faisait partie du peuple nocturne, du peuple trouble. On avait l’habitude. Pourtant quel personnage !

Ce chapeau immense fait de loques et de plumes sordides… Cette robe conçue au début du siècle, cent fois déchirée, cent fois ravaudée, guenille percée et scintillante, à laquelle s’accrochaient pêle-mêle, broches, colliers et camées de clinquant. Ce visage raviné, hagard, maquillé à l’aveugle. Et parmi les trous et les plis de la chair, ces yeux énormes, d’un brillant mort, les yeux perdus.

Des ruffians lui payaient saucisses et vin rouge pour lui faire raconter des histoires. Elle s’enivrait chaque matin et ne riait jamais. On appelait « môme Bijou « la vieille affreuse et fascinante qui portait, au bord de sa folie et de sa déchéance, je ne sais quel reflet obscur de grâces perdues, de pourrissantes amours.

Or, parce qu’un poète, avant de mourir, s’est emparé de cette ombre et l’a complètement transformée, il y eut hier, au théâtre de l’Athénée, un soir comme on n’en avait plus connu depuis l’autre monde, celui qui a cessé d’être en 1939." Joseph Kessel, France Soir, 21 décembre 1945 

"Cette idée de folle vient d’une femme originale vêtue de frusques élimés qui vivait près de Chez Francis et que l’auteur croisait assez régulièrement (Beucler 1948 cité par Verdier)

o

Beucler André 1948. Les instants Giraudoux et autres souvenirs. Cité par Marie Verdier dans le journal « La Croix » du 23 août 2016 « D’où sort-elle cette folle ? », interroge Jacques Body, l’éminent spécialiste de Jean Giraudoux évoquant Aurélie, personnage principal de La Folle de Chaillot, sublime clocharde vêtue de frusques de soie élimée, de boa plumé et de chapeau fatigué. Une folle, une très grande folle que le chiffonnier appelle comtesse et que les plus grandes actrices – entre autres Marguerite Moreno, Edwige Feuillère, Katharine Hepburn, et dernièrement encore Anny Duperey – ont tour à tour incarnée sur scène et à l’écran. Parmi les hypothèses que retient Jacques Body, Giraudoux dévalant la colline de Chaillot vers l’Alma pendant la guerre, aurait croisé une créature fascinante et aurait sous le coup de l’émotion susurré « c’est la fameuse folle, c’est la folle de Chaillot ». C’est en tout cas ce que raconte son ami, l’écrivain André Beucler dans Les instants Giraudoux et autres souvenirs paru en 1948, quatre ans après la mort de Giraudoux.'' https://www.la-croix.com/Culture/La-folle-Chaillot-2016-08-23-1200784044 in  https://www.researchgate.net/publication/342991787_La_folle_de_Chaillot_c'est_aussi_la_difficulte_d'une_regeneration_en_democratie_augmentee_voulue_par_Charles_De_Gaulle

Marguerite Moreno en Folle de Chaillot, 75 ans, 1945
http://cinevedette4.unblog.fr/marguerite-moreno/

De friponne coquine à vieille chouette aux ailes rognées par le jaja et la came.

Elle ne saura jamais qu’elle aura inspiré l’image de proue de cette pièce de Jean Giraudoux montée en 1945 dédiée aux résistants de 40, jouée par Marguerite Moreno, camarade de Colette, puis de nombre d’autres actrices ses héritières reprenant Irma...


Elle ne saura jamais non plus que je l’applaudis de sa discrète et extravagante révérence, du tout-sourire de sa jeunesse à la face de Pierrot impacable de sa vieillesse, une fois le succès tourné de bord.
 
Christine Gamita, 
Ph. D., ethnologie, spec. anthropologie des mondes contemporains, anthropologie visuelle et sonore, ritologie 

** Colette, Œuvres complètes: La fanal bleu. Pour un herbier. Trait pour trait. Journal intermittent. La fleur de l'âge. En pays connu. A portée de la main (ed. 1950) QQ Citations - https://qqcitations.com/citation/206552

Et que voilà Sidonie, puis Colette. Henri, le grand-père métis. Ce qui explique ses beaux cheveux mousseux.
À vingt-trois ans, « Henri le grand-père est en garnison à Versailles. Il séduit Sophie Châtenay, la fille d'un maître horloger, née à Paris.» https://www.montraykreyol.org/article/ceci-pas-grand-monde-le-sait

''Elle signale indirectement comme tel son patronyme Colette par deux fois ; d’abord, lorsqu’elle nous apprend que sa mère appelait son père par son nom de famille « Colette »'' Université du Maine - U. F. R. de LETTRES Thèse Pour l’obtention du doctorat de littérature française Présentée par Stéphanie Michineau le 22 juin 2007, L’Autofiction dans l’œuvre de Colette " http://cyberdoc.univ-lemans.fr/theses/2007/2007LEMA3001.pdf

En 1906, Colette devient elle-aussi mime, quatre ans avant son divorce d'avec Henry Willy https://www.espacefrancais.com/colette/

1907, spectacle Rêve d'Egypte, Colette et Missy au Moulin rouge https://carolathhabsburg.tumblr.com/post/73792161104/french-writer-colette-in-réve-d-égypte1907
"En 1907, Colette se produit au Moulin Rouge avec son amante de l’époque, Mathilde de Morny, plus connue sous le pseudonyme de « Missy ». L’argument de la pièce a été écrit par cette dernière : il met en scène un égyptologue qui tombe amoureux d’une momie revenue à la vie. Missy, dont la bonne société moque son port du pantalon et colporte à qui veut l’entendre qu’elle se fait appeler « oncle Max » interprète l’égyptologue tandis que la momie est jouée par Colette. Le sujet exotique offre à la jeune femme le prétexte pour arborer un costume très minimal et hautement érotique."
Albums de Léopold Reutlinger département des Estampes http://peccadille.net/2013/10/16/colette-presque-toute-nue/ Illustration Colette
La triste fin de Missy /Yssim, marquise de Morny, à lire dans SAF Index I Bal féministe, à la fin de l'item CONVERSION / TRANSITION / DETRANSITION ou RECONVERSION https://susaufeminicides.blogspot.com/2013/02/bal-feministe-illustre-index-i.html

[0] Léar pseudonyme de Kirchner, photographe allemand, connu pour des photographies pour lequel épinglé pour outrage aux moeurs, l'on ferme son atelier rue saint-Lazare. Il reste le principal opérateur d'Eugène Pirou. Il habita à quinzaine de mètres de mon logis,
En 1894, il est domicilié au no 35 de la rue Grange-aux-Belles.
Curiosité - L'année suivante en 1897, le pornocrate passe au Christ
'Tourné à Paris, en douze tableaux vivants, d'une durée de 5 minutes, il est le premier film de l'histoire du cinéma fondé sur la vie du Christ. Malgré ou grâce à la polémique qui accompagne sa sortie (« faut-il représenter le Christ ? »), le film est montré en France et à l'étranger, et il influence profondément les réalisateurs ultérieurshttps://zims-lfr.kiwix.campusafrica.gos.orange.com/wikipedia_fr_all_maxi/A/Albert_Kirchner

https://www.thecinetourist.net/french-christ-films-1897-1907.html

***Archives d'état-civil de la naissance d'Ida Sesquès

Table décennale - 4 lignes 6e arrondissement 

Acte de reconnaissance du 20 septembre 1875
par la mère Emilie Elisabeth Sesquès, rentière, âgée de vingt ans

Pour vous servir de ma découverte biographique et de l'histoire pour le cinéma notamment, vous seriez bien aimable de penser aux droits d'auteur., que je n'ai pas abandonnés. 
Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme 
(consulté le x … 20…) 
Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR
Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.
En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes :