lundi 18 mai 2020

Hygie reine

"L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit."*
¡Féminicides! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html


T
Devant le soleil, "déesse grecque de la santé et de la propreté, allongée sur un piédestal et levant une coupe de vin médicinal vers le ciel"
Débat clos !

Hygie gagne par KO contre Corona et sontochine.



Comment ne pas se passionner en sciences humaines et sociales pour cet extrait végétal, la quinine, qui à chaque grosse infection mortifère, refait son apparition générant rumeurs et disciples inconditionnels ? Comme si l'on voulait chaque fois laver sa mauvaise réputation (1er mai 1948).0

On aura déjà compris par la documentation accumulée dans mes autres covidocarnets que la gêne ne porte pas sur l'hydroxychloroquine calibrée en posologie (max. 200 mg) mais bien sur la conjonction néfaste avec le macrolide, azythromicine. Depuis le premier jour de sa découverte, aucun biochimiste n'a émis de doute sur sa toxicité.


Discovery l'Européen ne prouvera, ou plutôt confirmera probablement, non pas l'inocuité de la première molécule mais son bénéfice tout relatif sans dédouaner la raoultine, dont il ne pourra ni dire si le fléau de la balance sombre ou surnage. A lire au moins six rapports défavorables in vivo, c'est plutôt plutôt compromis.0I

La cause est entendue - La question n'est depuis bientôt deux mois de vérifier si chloroquine ou hydroxychloroquine étaient efficaces contre CoViD-19. On le saurait non seulement depuis bon moment, si c'était bien le cas, mais aussi les résultats en escalier de l'essai URMITE auraient été beaucoup plus catégoriques en présence de son tri de cobayes d'une moyenne de quarante-cinq ans uniquement élus sans autre problème de santé, ne devraient pas accuser autant de
 décès, et certainement pas vingtaine. Sachant que 98 % tous âges confondus guérissent et que parmi les 2 %, aucun mystère ne subsiste non plus, les décès se concentrent après soixante-cinq ans, comme c'était déjà le cas en Chine. 


Ce traitement et son promoteur restent donc intéressants par les bourrasques soulevées contre la médecine de preuve (based-evidence) par celle "de l'élixir" ainsi que l'engouement des plateaux envers des accusateurs complotistes s'étant déjà manifesté bruyamment à l'occasion d'autres pathologies. Généalogie de la cinchona...




"En février 1946, la sontochine prend le nom de chloroquine et devient un célèbre médicament antipaludéen en 1947. En France, elle prend le nom de Nivaquine en 1949. L’industrie pharmaceutique hésite cependant à mettre sur le marché cette molécule car elle la juge trop toxique. Quelques grammes suffisent, en effet, pour tuer un humain.


A partir de 1955, on utilise comme antipaludéen une molécule voisine de la chloroquine, l’hydroxychloroquine, qui sert aussi en rhumatologie. Ces deux molécules ne sont plus guère utilisées aujourd’hui comme antipaludéen sauf pour certains types particuliers. Comme chacun sait, des essais cliniques sont en cours pour évaluer leur action antivirale.http://www.afas.fr/de-la-quinine-a-lhydroxychloroquine/

    • Alors que nous pensions en avoir terminé avec ses amertumes, le volet se rouvre...
    Grâce aux principes militaires ostéopathiques à la "ça marche, et sinon ça ne peut pas faire de mal, et que ça saute”, il nous faut rallonger d'une louche le punch de précédent carnet de chronique alcaloïde. cf. SAF Non au Corona et à la Byrrh

    Le président américain, Donald Trump, se vante de sa précaution contre le covid par un cachet journalier d'hydroxychloroquine sous le contrôle de son bon docteur Sean Conley.1

    "Il est diplômé de Central Bucks High School East,, et a reçu son baccalauréat de l' Université de Notre Dame en 2002. Conley a reçu son doctorat en médecine ostéopathique du Philadelphia College of Osteopathic Medicine en 2006."2 
    Rien de surprenant, il avait congratulé notre sachant mandarin et sa chloroquine3 avec un enthousiasme enfantin, propre à faire courir tout New York, jusqu'à la Statue de la Liberté la tunique relevée, dans tous les drugstores pour rafler la spécialité du jour.

    Echange de politesse, tous deux semblant certains de la disparition, soit du passage évanescent, du virus en avril, aux beaux jours. https://www.20minutes.fr/societe/2716199-20200211-coronavirus-donald-trump-dit-vrai-evoquant-fin-epidemie-printemps


    Son arrêt rapide et logique, deux jours plus tard, puisque cette prise de prophylaxie militaire (1 comprimé de 100 mg ?) ne prouve rien à cette dose raisonnable, qui en réduit bien évidemment les risques cardiaques.1bis

    Donald aura donc brillamment réussi sa ruée vers l'or amer mais il sera difficile de savoir quelle aura été la part des effets secondaires des 6 à 800 mg dans les enterrés des fausses communes de New York City, probablement et littéralement inondée de chloroquine. 


    On aurait du y voir une embellie de taille puisque le produit est censé mettre terme à la charge virale et barrer contre l'aggravation et l'atteinte mortelle. Loin d'être le cas, "Le département" de New York aura vu un taux de décès au moins double des départements de l'Ile de France, compris celui de Paris.

    Ainsi qu'au malheureux Brésil ayant agi de même sous le copié collé de Jair Bolsonaro, avec de belles concentrations humaines et qui n'est pas une île comme l'enviée bout de terre de Taïwan. On en connait le résultat mortel en état dense. Les décomptes iraniens de la résistance montrent que les gouvernements qui se fient aux dieux sont peu soutenus par ceux-ci, comme l'Iran à plus 42 400 sombrés dans le néant...
    .4  https://www.ncr-iran.org/fr/communiques-cnri/droits-humains/iran-les-deces-dus-au-covid-19-dans-319-villes-depassent-les-42-400/


    Malheureusement, de même à New York State où l'on imagine qu'avec les drugstores, la prise de chloroquine a franchi le mur du son, nulles traces de l'explosion bénéfique. Pas une bosse, pas une sinuosité, pas un dromadaire dans les courbes. Pourtant, pensez le 18 mars du 7 000 % à Paris, comme on pourra le voir plus bas...


    Comparaisons chiffrées bancales en-veux- tu-en-voilà.... Qui a séché ses cours de géographie avec assiduité ?

    Révisons la démographie (densité, villes, espérance de vie) et les frontières des nations : 
    Berlin, densité d'habitants au km2, 3 840 - Paris, 21 067 (105,40 km2) - Marseille, 5 703 (150 km2 constructibles) - Montreal, 3 779 - Gaza, 4 010 - Rio, 4 836 - Stockholm, 5 118 New York,

    "La densité atteint 10 194 habitants/km², ce qui fait de New York la ville la plus densément peuplée, loin devant San Francisco. (La densité de l'arrondissement de Manhattan atteint même les 25 846 habitants/km²)."5 https://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_New_York
    Nous voilà densément éclairées par dame géographie. Au département de Paris (13), l'on pourrait tenter de comparer celui des Bouches du Rhône, où se situe Marseille. Département en nombre similaire, 2 000 000 et quelques mais plus jeune. Ce qui en diminue la pertinence. https://www.insee.fr/fr/statistiques/1908421

    La comparaison urbaine par graphique suivant n'aura donc de signification que corrigé à la lumière de 


    - cité de Marseille du tiers de celle Paris, 

    - densité du quart,
    - transports et leurs couronnes -croisée internationale (x aéroports)-
    - prescriptions de médecine de ville parisienne en flêche -dérivés chloroquinés associés-

    Toujours en terme de R0 - A rapporter non pas au nombre de cas testés mais de supposés infectés. Mais aussi concernant Paris, le Val d'Oise de foyer épidémique qui n'est non plus le cas d'un département mitoyen de Marseille.



    Capture d'écran IHU Marseille, Graphique décès covid comparés
    -présenté en validation de l'hypothèse d'efficacité (AZI/HCH env. 600 mg)-
    Puisque nous voilà rendu à Marseille, faisons rapide récapitulatif des avancées de la devenue célèbre unité de l'IHU. Avant-goût - Treize ans plus tôt, 4 octobre 2007

    Recycling of chloroquine and its hydroxyl analogue to face bacterial, fungal and viral infections in the 21st century, Intrnational Journal of Antimicrobial agents, 2007
    2020 - 1er épisode "Chloroquine" du 15 février. Philippe Colson, Jean-Marc Rolain, and  Didier Raoult Chloroquine for the 2019 novel coronavirus SARS-CoV-2
    https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7134866/

    - 4 mars. Philippe ColsonaJean-MarcRolainaJean-Christophe Lagiera, PhilippeBrouquiaDidierRaoult, Chloroquine and hydroxychloroquine as available weapons to fight COVID-19 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300820?via%3Dihub
    C'est ce qui va donner lieu au 1er essai qui sert à former le protocole Raoult
    dont sa conclusion non revue par des pairs (peer review),
    "...traitement à l'hydroxychloroquine est associé de manière significative à la réduction/disparition de la charge virale chez les patients atteints de COVID-19 et son effet est renforcé par l'azithromycine"
    2ème épisode - 3 essais cliniques - "Protocole Raoult" : 3 x 200mg d’hydroxychloroquine par jour pendant 10 jours avec 500 mg d’azithromycine le 1er jour, puis 250 mg par jour pendant les 4 suivants :

    1°) 36 patients (unique à groupe contrôle)  Durée de traitement 6 jours. Philippe Colson et autres, Hydroxychloroquine and azithromycin as a treatment of COVID-19: results of an open-label non-randomized clinical trial https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0924857920300820?via%3Dihub


    Moment de prise du traitement en moyenne 
    entre le début des symptômes et le traitement concernant 20 patients traités : 4,1 jours, min. 0 et max. au 10ème jour

    2°) 80 patients - Durée moyenne de 4,1 jours pour les patients à domicile, Gautret et autres, Clinical and microbiological effect of a combination of hydroxychloroquine and azithromycin in 80 COVID-19 patients with at least a six-day follow up: A pilot observational study https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1477893920301319


    Moment de prise du traitement - En moy. 4,8 jours entre le début des symptômes et l’hospitalisation, avec min. à 1 jour et max. au 17e jour
    3°) 1 061 patients - Moyenne 43 ans - 95 % paucisymptomatiques. Million et autres, Early treatment of COVID-19 patients with hydroxychloroquine and azithromycin: A retrospective analysis of 1061 cases in Marseille, France https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1477893920302179
    Au moins 3 jours - Majorité à domicile, sans garantie de suivi selon le rapport d’étude
    Moment de prise du traitement - En moy. 6,4 jours, min. à 0 et max. au 7e jour
    Il en ressortit que généralement, les patients à charge virale plus durable et à complications avaient reçu le traitement plus précocement que ceux à disparition rapide de la charge virale et sans complications
    A ce jour et depuis le mois de mars, ni recherche, ni soins n'ont été confirmés comme probants avec cette molécule, même dynamisée par une autre.
    • Point sensible en cohortes âgées - Du point de vue national, un autre critère n'est pas le moindre, la concentration de l'âge
    Préjugés sur les chiffres officiels français décriés à tort sur ce point - Le circuit de délivrance des certificats de décès qui permettent l’inhumation sont pointilleux et contrôlables facilement.

    Pourtant, constamment les décomptes auront
     mis en doute par des factions politiques qui crient aux décès de personnes âgées à domicile qui ne seraient pas pris en compte en France. Les personnes âgées présentant des symptômes alarmants à domicile ont bien été hospitalisées, là non plus les déclarations de décès ne sont pas fantaisistes et nont pas attribué comme en Allemagne après 55 ans, le décès à des pathologies antécédentes au covid, et comorbidités.

    "Les pays qui effectuent des veilles sanitaires par lieu de décès, comme la Suède, la Belgique, l’Angleterre ou encore les États-Unis, constatent que les morts à domicile représentent une part relativement modérée des victimes. Les chiffres varient de moins de 1 % en Belgique à 6 % pour les États-Unis où les populations défavorisées ont un accès très difficile au système de santé6 https://www.mediapart.fr/journal/france/190520/suivi-de-l-epidemie-le-cafouillage-de-l-insee-sur-les-morts-domicile
    Cependant, visons la prudence car la nette humanisation de l'Europe qui a mené à faire bouclier pour ne pas sacrifier les plus de 70 ans ne peut encore baisser la garde -bien que l'affirmation péremptoire puisse être vraie de ce que ce serait peut être la fin de la "non épidémie" de la "petite  grippe" saisonnière-,
    "L’âge est bien le facteur majeur de gravité, puisque les pourcentages de décès vont de 0,001% chez les moins de 20 ans contre 10,1% chez les plus de 80 ans. L’épidémie n’est pas finieQuelle est la principale information à tirer de cette étude pour gérer la suite de la crise sanitaire ? Celle-ci : la part de la population en théorie immunisée parce qu’elle a déjà eu le coronavirus Sars-Cov-2 est beaucoup trop faible pour provoquer une immunité de groupe, capable d’empêcher à elle seule de nouvelles chaînes de contaminations et donc un redémarrage de l’épidémie. Autrement dit, les affirmations lancées ici et là, souvent reprises sur les réseaux sociaux, voir provenant de soi-disant experts, selon lesquelles l’épidémie est finie, résultent de l’ignorance ou du mensonge… ou d’un étrange pari, fondé sur des hypothèses audacieuses sur la propagation du virus. Un pari dangereux.""Nous ne savons certes pas tout de ce nouveau virus, mais rien ne permet de penser que, s’il ne lui est opposé aucun moyen de briser les chaînes de contamination, il n’ira pas infecter au moins 50% de la population. Autrement dit, les personnes qui proposent de cesser toute mesure visant à empêcher cette propagation proposent en réalité de multiplier le nombre de décès par 10 au minimum. Soit environ 300 000 pour la France… exactement l’ordre de grandeur des premières modélisations réalisées début mars et qui ont conduit le gouvernement à ordonner le confinement le 17 mars dernier. Un confinement qui, selon les calculs de cette étude a réduit le R0 (ce chiffre qui désigne le nombre de personnes qu’un porteur du virus va contaminer en moyenne) de 2,90 à 0,67"29 https://www.lemonde.fr/blog/huet/2020/05/15/covid-19-combien-de-francais-ont-eu-le-coronavirus/
    Pensez donc “un vin tonique”! La croyance dans les vertus insondées, non pas de la bière de malt, mais du vin de quinquina en pays viticole date de bien 150 ans comme déjà évoqué. Les essais cliniques strictement étayés qui protègent des abus des limonadiers et des laboratoires pharmaceutiques ont du mal à leur faire digue. https://www.lindependant.fr/2013/11/12/en-140-ans-byrrh-a-toujours-battu-tous-les-records,1811067.php

    Comment un poison deviendrait-il une anodine potion ?

    "Scientifiquement parlant, les poisons n'existent pas. Médicalement, cette notion fait référence à des substances qui présentent un effet physiologique toxique, y compris à petite dose.0II https://www.caminteresse.fr/sciences/quest-ce-quun-poison-1186360/
    Toujours sur la ligne éditoriale marseillaise, dont une idée ou deux restent stables depuis fin février - Celle de la banalité inoffensive du dérivé car depuis sa découverte, il y a quatre-vingt ans, des générations de robustes soldats et leurs familles expatriées (dont il fût) en prirent une pincée en prévention de crises lacustres, que personne en Afrique n'en est mort et que le paracétamol serait plus toxique sui

    -L'alcaloïde toxique et depuis 1999, la chloroquine envoyée au tableau puis la suivante en janvier 2020 puisque à dose simplement thérapeutique s'est révélée possiblement létale / traduction, parfois sans surdosage- Qui ignore dans le monde médical que azithromycine / AZI et VIH n'ont pas fait bon ménage. http://www.sidasante.com/azt/azttoxic.htm


    Il aurait donc fallu que la molécule soit soudainement devenu un antiviral très efficace, alors que prouvé que modeste depuis 2004, ou posséder la puissance d'autre capacité mystérieuse afin que la balance effet/risque soit équilibrée.


    Très brièvement, l'on peut dire que la preuve de l’inefficacité se trouve plutôt administrée par l’établissement de recherche hospitalière marseillais lui-même, en plus d'autres.


    La morale de la fable- Ses essais qui, s'ils avaient respecté les règles de l'art, auraient coupé court à toute polémique sont éloquents de ne montrer pas décisivement qu'efficace et inoffensif : A lire le taux du 2ème rapport du second jet à 12 décès sur 1 061 patients, aux symptômes légers à modérés ou sans et dont vérifié l'absence de risque, en moyenne à 45 ans. Il n’aurait donc été convaincant qu’en pourcentage d'au moins du tiers, dans la fourchette de 0,3 à 0,1 %, moins même, pour faire mieux qu'un groupe de contrôle qui aurait éliminé les doutes. 

    "morale du choix entre l’expérimentation et le soin
    Lorsque oubliée l’éthique par ailleurs dans le 1er essai publié identifié dans les synthèses sous le nom de Gautret ? Sans accord explicite du malade cobaye pour un essai clinique d'intervention de soins. https://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/infectiologie/lethique-du-traitement-contre-lethique-de-la-recherche-le-pr-didier-raoult-critique-les-derives-de
    "(...) pré-publiée le 27 mars dernier. (...) Tout ici s’inscrit dans un contexte législatif spécifique (la « loi Jardé » de 2016) concernant les trois types de recherches impliquant la personne humaine (RIPH). « En qualifiant ses recherches d’observationnelles (RIPH3) et non d’interventionnelles (RIPH1) l’équipe du Pr Raout s’exonère de l’autorisation qui doit être donnée par l’ANSM après un examen détaillé, de la sécurité de l’essai et de sa méthodologie, précise Le Quotidien. De plus, et quelle que soit la catégorie de recherche, le protocole aurait dû être soumis à Comité de protection des personnes (CPP) institué par la loi. »  - Que va faire l’Agence nationale de sécurité du médicament ? « S’il s’agit d’un essai de médicament sur l’être humain, le comité d’éthique local n’est juridiquement pas compétent pour autoriser ce travail (...) Pour le juriste, l’article de l’équipe du Pr Raoult ressemble fort au compte rendu d’une recherche impliquant la personne humaine. Il faut observer que les auteurs affirment que leur étude est conforme à la déclaration d’Helsinki. Or cette déclaration est le texte de l’Assemblée médicale mondiale qui fixe, précisément, les principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains. Ce qui laisse penser que les auteurs sont conscients que leur étude est bien une telle recherche. C’est assez troublant ».” https://jeanyvesnau.com/2020/04/11/hydroxychloroquine-questions-sur-la-legalite-des-recherches-du-pr-didier-raoult/
    • Cas d'école flottant - La performance IHU serait dans les eaux du Diamond Princess ?
    3 711 passagers et membres d’équipage, parmi vingt cinq autres navires de croisière, avec ses 712 cas de toutes formes en gravité et âge aboutis à 12 décès.
      • A défaut de bras, des pompons (rajout de mise à jour du 25 mai) 
      Les bras de contrôle manquant sur les rapports de clinique du département de l'IHU, PAN CDG est apparu de bon usage concernant un échantillon de bon aloi. Décidément, la Timone n'a pas la faveur de la mer car se trouve proche en terme d'échantillon PAN CDG et de gravité modéré. L'issue du porte-avion, 
      "1 288 marins malades, 478 "cas contacts" n’ayant pas contracté." Conclusions des enquêtes de commandement, 12 mai 2020 Ministère de la Défense
      Population idéale, nombre suffisant, santé plutôt bonne, pas de surpoids, pas d'ancêtres, pas de cardiaques, etc. parfaite condition physique sur le Charles de Gaulle et son escadre aéronavale bien guéris sans CH, AZI / HCH à Laveran.A


      Un tel nombre de contaminé dans ce vase clos indiquerait une éventuelle immunité croisée de moins de 40 % ? Un organisme en présence du 1er SRAS saurait reconnaître et serait immunisé contre le 2e, CoVid-19, selon des récents travaux.

      En bonne condition physique, de moins de 65 ans moyenne 35 ans, les patients militaires tous guéris sauf un marin en réanimation à l'hopital militaires marseillais Laveran. Selon les enquêtes de commandement et allocution du Ministère des Armées devant le Sénat. Aucune perte, ce qui est attendu et de bien meilleur résultat que les aggravations et décès de l'essai interventionnel URMITE / IHU à l'hopital de la Timone (ambulatoire pour le principal) et de ceux non perdus en suivis.

      On peut douter que l'hôpital Laveran ait prescrit quelque quininoïde que ce soit après le décret mais aussi les responsables ont formellement contredit "la rumeur quininale"* -mais finalemnet peu importe- https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/non-les-marins-du-charles-de-gaulle-n-ont-pas-ete-gueris-a-la-chloroquine_6038720_4355770.html
      • MAJ 26 juin 2020 - 3 737 patients / 35 décès à l'IHU - Voir revue critique de pairs, dont les scientifiques attendent réponses sur les biais, erreurs (basculer après 72 h en traitement dans le groupe contrôle), accès à toutes données en dossiers de suivis à domicile des patients bénins traités à domicile, etc.
      "Le groupe de traitement n'est considéré que > 72h de traitement. Le groupe témoin comprend "les autres comprenant un traitement avec HCQ seul, AZ seul, HCQ-AZ pendant moins de 3 jours avant le résultat clinique défini, et ceux qui ne reçoivent ni HCQ ni AZ".  Il y a donc deux choses:
      • Biais d'immortalité évident
      • Les patients qui ont empiré ont été transférés dans le groupe témoin
      Ceci, publié dans une revue où un co-auteur (Gautret) est rédacteur en chef adjoint. J'espère que les auteurs répondront, car il semble que la conception rend impossible de ne pas obtenir un résultat positif, quel que soit le traitement. (...) " Résultats de 3737 patients COVID-19 traités par hydroxychloroquine / azithromycine et autres schémas thérapeutiques à Marseille, France: une analyse rétrospective Médecine des voyages et maladies infectieuses (2020) - 3 commentaires doi: 10.1016 / j.tmaid.2020.101791
      .Tout en faisant mine de ne pas voir la lenteur de l’HAS et du Ministre de la Santé et l’OMS qui ne réagissent que au bout de cinq rapports défavorables ?
      "Mardi 26 mai, le Haut Conseil de la santé publique recommande dans un nouvel avis de "ne pas utiliser l'hydroxychloroquine dans le traitement du Covid-19" hors essais cliniques, que ce soit seule ou associée à un antibiotique.” https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/coronavirus-le-haut-conseil-de-la-sante-publique-recommande-de-ne-pas-utiliser-l-hydroxychloroquine-hors-essais-cliniques_3981667.html
      "En général, un anticorps est spécifique d'un antigène ; mais parfois des anticorps se lient à des antigènes proches (ils sont dits cross-réactifs), parce que ces antigènes possèdent des épitopes communs ou sont de structure similaire.” https://www.futura-sciences.com/sante/definitions/medecine-immunite-croisee-16572/
      • Boîte grise - Suivi IHU / Timone - 
      Du total des personnes positives traitées, au nombre de environ quatre mille par l'IHU, comment s’assure-t-on qu’aucune n’est restée isolée, et que le médecin délivrant le certificat de décès en toute ignorance de l’infection n’y ait pas porté crise cardiaque ? Il eût fallu une administration gigantesque pour s’enquérir des disparues des radars, dont environ 20 % n’étaient pas marseillaises, et une fastidieuse et longue vérification pour en avoir le coeur net.

      Au 31 mars 2020, 50 000 personnes testées à Marseille. L’on peut regretter que cette campagne de test n’ait pas commencé en février, ce qui aurait fait de Marseille et PACA mieux que la Lozère ou la Bretagne.B
      • Bientôt un tableau comparatif d'accidents hépatiques (paracétamol), et de son bénéfice ?
      Préalablement, nous notons que nous ne sommes parvenu à trouver aucun cas de suicide au paracétamol ou à l'aspirine... au contraire des dérivés de quinine.

      Par l'esprit de Sainte-Sanofi, deux toxiques associées mués en lait de poule...


      Le mal aimé - Curieux, tout de même pas une étude sur le paracétamol contre le covid-19 ? Doliprane à 2,10 euros la boite, plus fort que le Plaquénil, c'est loOche...


      Un slogan suffit à annihiler tout sens critique des patientes, qui avaient toutes chances de guérir, virent à Marseille dans leurs analyses que l'HCH AZI aurait fait baisser leur charge virale...


      Peut être est ce qu'avant elle avait pris du paracetamol. Et la synergie paracetamol et suivant, on l'a testée ?7  https://fr.wikipedia.org/wiki/Parac%C3%A9tamol

      • Intoxications - Autre comparaison boiteuse
      Doliprane et Plaquénil, tous comprimés dispensés par Sainte Sanofi.
      A - 100 mg à 500 et 600 mg, alors que le risque de létalité commence à 200 mg, selon poids et condition physique. Bien sur, Sanofi à mi 2019, par hasard, aurait demandé que le Plaquénil /HCH soit classé en substance vénéneuse -accordé en octobre 2019 et décret de mise au tableau en janvier 2020- ? 

      B - Comparer le paracetamol et ses risques hépatiques à surdosage au dessus de 8 cachets/24 h, qui possèdent un antidote avec CH, HCH qui n'en ont pas, et posent problème avant surdosage ?


      Ce dernier relève du surdosage à plus de 8 mg (en 24 h, respecter la prise de 1 mg toutes les trois heures, en cas de fortes douleurs), ce qui n'est pas le cas de l'hch qui dès ses 2mg peut être létal pour 70 kg, 

      ''L’antidote est la N-Acétyl-Cystéine, à débuter systématiquement puis réévaluer selon paracétamolémie.9 https://urgences-serveur.fr/intoxication-au-paracetamol.html
      Big bidules - Sanofi Aventis cornaque le doliprane, le plaquénil et le futur vaccin en primeur aux US, il ne perd pied sur aucun terrain. Ce qui compensera largement pertes et aléas de sa dépakine.9bis

      Et si cette vieille antienne venait à la rescousse, au moins le temps que traitement ou vaccin émergent ?

      "Le BCG a sauvé la Bulgarie" ainsi qu'une quarantaine précoce - La bataille mondiale contre COVID-19 a incité les médecins à rechercher si un vaccin antituberculeux centenaire pouvait offrir une protection adéquate contre le nouveau coronavirus.La Bulgarie - l'un des principaux fabricants mondiaux de vaccins - place ses espoirs sur de nouveaux marchés pour les doses de plusieurs millions de dollars qu'elle produit chaque année" 9ter
      Pas qu’Aquitaine qui paye son tribut et Marseille commence à relever les accidents cardiaques. Et tout n’est pas dit encore."
      "C’est une des missions du Centre de pharmacovigilance (CRPV) du CHU de Nice : analyser les signes de cardiotoxicité provenant des différents centres hospitaliers où sont délivrés les traitements des patients Covid, notamment l’hydroxychloroquine. Ce travail, fruit du réseau national des 31 centres de pharmacovigilance de France, est essentiel pour évaluer les risques potentiels de l’antipaludéen associé ou non à l’azithromycine. Au 12 mai, 159 cas d’effets indésirables cardiaques (soit le triple depuis le 9 avril), la plupart graves, ont été signalés associés au traitement du virus. Plus de 88 % sont attribués à l’hydroxychloroquine, associée à l’azithromycine dans la moitié des cas. 12 % concernent les patients sous lopinavir/ritonavir. Parmi les patients sous hydroxychloroquine, 4 cas de mort soudaine ou inexpliquée ont été relevés, ainsi que 5 cas d’arrêt cardiaque dont 4 ont pu être sauvés par choc électrique. Ont été également notifiés 46 cas de troubles du rythme ou de la conduction et 100 cas de QTc prolongé, dont 90 % sont apparus chez des patients sous hydroxychloroquine. Des données collectées qui représentent une estimation basse de la fréquence de ces effets indésirables (correspondant à 0,6 à 2 % des patients), les notifications ne représentant que 5 à 10 % des cas réels. Pour le professeur Milou-Daniel Drici, directeur du CRPV de Nice, "le risque est établi concernant l’hydroxychloroquine, et son emploi nécessite une surveillance soigneuse de l’ECG et du potassium sanguin, le respect des contre-indications et l’absence de prescriptions dangereuses pour le cœur""10 
       http://www.lamarseillaise.fr/bouches-du-rhone/sante/82200-hydroxychloroquine-ses-effets-indesirables-etablis
      En extrapolant sans discernement à dix régions, ce serait dans les 2 000 incidents et 40 décès ?

      Depuis le 11 avril, nuls commentaires sur cette imposante étude rétrospective des accidents constatés chez les pathologies traitées ? Il est vrai que les convaincus d'avance de l'efficacité et de l'innocuité arguent de ce que la centaine d'incidents et les quatre décès du fait de AZIHCH 500 mg remontés à l'ANSM en mars 2020 resteraient anecdotiques et négligeables 


      - A quelle proportion peut on évaluer les incidents non identifiés et non enquêtés ?


      Soit le médecin ignore que le dcd l'a pris, soit il en est à l'origine et évitera de donner des précisions sur le certificat qui fait déclaration à l'état civil... 

      • Pieuvre et banane au menu de géographie urbaine européenne

      Parenthèse de circulation et concentration - Densité et points sensibles, le virus discipliné 

      Le virus s’est conformé au menu.
      https://www.lemonde.fr/planete/article/2020/04/12/coronavirus-dans-l-union-europeenne-ce-que-revele-la-cartographie_6036364_3244.html
      • En preprint - Analyse des risques par comparaison rétrospective des conséquences
      Prise autorisée -toutes pathologies AMM, dans plusieurs pays-, qui sert à préciser et affiner les contre indications d'un médicament pour les affections données (pour l'instant ne peut pas encore avoir été réalisée puisqu'avant la Chine en décembre 2019, la covidose de la même année n'avait pas encore donné sa mesure)

      "956 374 sous hydroxychloroquine  / 310 350 sous sulfasalazine (anti-inflammatoire) / 323 122 sous hydroxychloroquine-amoxicilline / 351 956 sous hydroxychloroquine-azithromycine / Par rapport aux autres antibiotiques, avec azithromycine, risque de mortalité cardiovasculaire multiplié par 2,2 ; douleur de poitrine x 1,15 et arrêt cardiaque x 1,2." Source : bases de données médicales - Allemagne, Japon, Hollande, Espagne, UK, et USA - Période : toutes indications depuis 01/09/200011 www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.04.08.20054551v1
      En 2006, déjà l'on était pourtant prévenu, mais rien n'y fait, les militaires en sont friands, c'est leur dada,
      "Ne vous jetez pas sur la Nivaquine" Qui pourrait empêcher les victimes du CHIK de se procurer de la Nivaquine et de se lancer dans des démarches d'automédication fatalement risquées ? Il ne faut pas oublier que le principe actif de la Nivaquine, un antipaludéen de synthèse, s'avère toxique à des doses relativement faibles pour un profane : 2 g pour un adulte, 25 mg/kg en 1 prise pour un enfant. L'intoxication est mortelle avec une dose supérieure à 5g... La chose est si vraie que dans le tristement célèbre et censuré "Suicide mode d'emploi”, la Nivaquine figurait en bonne place."12 https://www.clicanoo.re/Societe/Article/2006/04/07/1Ne-vous-jetez-pas-sur-la-Nivaquine_53619
      Les nombreux repositionnements investigués et publiés continuent à être observés sur une  plateforme lyonnaise universitaire.13 http://metaevidence.org/viewPathology2.aspx?exposition=290&comparator=0&pathology=

      En terme de cure plutôt qu'aléatoires prescriptions combinées sans antidote et sans efficacité prouvée en un mois, une autre logique d'appréhension pourrait faire ses preuves contre la pandémie actuelle.14 https://www.lalsace.fr/sante/2020/05/19/un-labo-chinois-pense-avoir-trouver-le-traitement-pour-stopper-la-pandemie-sans-vaccin

      Des preuves certaines de toxicité et d'autres minces d'efficacité. Le fléau penche du mauvais côté.
      • Cocorico du Massif central
      Bernard Jaubert, Le château du Sailhant à Andelat, dans le département du Cantal, Only France via AFP
        S'émerveiller de Singapour ou de la Corée du Sud ? Comparer une campagne vide ou jeune à une maison de retraite, c’est un peu comme comparer Taïwan au Cantal. Toutes deux ayant échappé aux décès et aux cas pour le second, pour des raisons quelque peu différentes, tout le monde le sait d'emblée.

        Deux départements français aussi jeunes que leurs monts et aux dimensions comparables aux bons élèves asiatiques loués à foison ont été totalement épargnés par le covid. Ont-ils fermé leurs frontières, ou bien pris quelque autre mesure de protection ? Que nenni, juste une question de répartition des têtes de pipe en habitat diffus.
        "Mais ce n'est pas l'unique explication. L'enclavement du Cantal, situé au coeur du Massif central, en marge des grandes voies de communication, "a eu un rôle certain", estime M. Kuentz, qui évoque également la faible densité de population et un habitat "diffus". Selon l'Insee, le Cantal compte un peu plus de 25 habitants par kilomètre carré contre 105 au niveau national. 
        "Ici, nous n'avons pas de barres d'immeubles avec 300 personnes, ce qui limite la diffusion par les boutons d'ascenseurs ou les poignées de portes", note le biologiste. Avec 146.000 habitants, et une majorité de communes comptant entre 200 à 400 habitants en moyenne, "le phénomène de distanciation sociale est naturel" dans le Cantal, explique à l'AFP la préfète Isabelle Sima.Coronavirus : Le Cantal et la Lozère, seuls départements sans cas mortel, Paris Match, 10/04/202015
        Tout était bien visible de cette triste affaire, dès le prime abord, et il y faut mettre un terme définitif. Ce qui fera point final à mon précédent billet cynique, où se voyait déjà qu'elle


        - polluait la recherche internationale, la ralentissant et détournant inutilement des finances, 

        - égratignait jusqu'au sang l'éthique médicale,
        - salissait l'image de médecins hospitaliers (accusés gratuitement d'être mauvais praticiens),
        - entraînait avalanche de prescriptions.

        Efforts, temps et subsides utilisés dans l'acharnement d'études inutiles pour chercher à confirmer la magie d'une molécule qui a de l'effet antiviral in vitro... Rien que pour l'association, l'on atteindra certainement la centaine car l'engouement ne cesse toujours pas.16 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/?term=hydroxychloroquine+azithromycin


        Pourtant, la malaria reste l’infection qui tue le plus au monde. On dirait bien que la chloroquine ne la soigne pas et que l’argument d’autorité et de confirmation marseillais de ce que l’Afrique n’était pas touchée car elle serait bourrée de nivaquine est bien maigre. Sachant bien alors déjà que de façon écrasante en Chine les personnes âgées étaient victimes du virus et que le continent invoqué a la particularité d’être très jeune et d’une espérance de vie en dessous des fatidiques soixante-dix ans.

        L’hydroxychloroquine continue à être utilisée chez les expatriés qui vivent dans des zones urbaines saines où il n’y a plus tellement de paludisme. Ceci dans la veine de coutume militaire.

        Et, de toute façon, l’on nous enverra balader car quelle importance puisque c’est un médicament banal et sans danger. Pourtant la cardiotoxicité n’est pas négligeable et autres effets secondaires, à voir l’étude rétrospective préprint d’avril 2020. De plus qu'une virose parait différente d’une parasitose ?

        Rajoutons la revue des publications des dérivés de la quinine et association réalisée, qui ne démontrent du tout l’efficacité mais une éventuelle très faible efficience et dans certains cas un mauvais effet.


        Ceux qui appellent à sabrer les études et leurs auteurs scientifiques qui montrent la toxicité et l'inefficacité épargnent celles de bas niveau (en tous points) émis par les auteurs scientifiques de l'IHU, seuls admis à être médaillés par leurs soins experts d'internautes ?

        Des femmes enceintes ont-elles été écartées des prescriptions et des essais cliniques

        • Femmes oubliées en particulier enceintes ?
        Aucun test de grossesse aux jeunes femmes chloroquinées ? Ce n'est pas sérieux cela lorsque l'on connait le passage de la quinine jusqu'à l'embryon et la barrière placentaire ne servant à rien en ce qui concerne les foetus. cf. note 0

        Dans le futur, il faut être vigilant à ces naissances. Dans moins de neuf mois en verra peut être apparaître de nouvelles revendications contre cette prescription inconsidérément faites à des femmes enceintes et potentiellement enceintes.


        Pour l'instant, il n'est question que de dizaine de décès signalés à l'Agence national de surveillance du médicament qui seraient uniquement d'automédication, mais combien de prescriptions entraînant ce type de disparition. Seule une instruction pointilleuse saura le dire.


        Cependant, d'autres champs d'interrogation subsistent : L'Algérie use largement de cette prescription en tous lieux et stades. Une doctoresse enceinte à qui administrée, l'on imagine, n'a pas survécu.17 https://www.24heures.ch/conge-mat-refuse-la-docteure-enceinte-meurt-du-covid-19-234823639351
           — Abidjan Buzz 🇨🇮🎉 (@abidjanbuzzoff) May 17, 2020
        Comment ne pas remarquer dans l'article wikipedia plus haut cité pour la chloroquine, puis dans HCQ.
        "La chloroquine (ou l'HCQ) n'est pas arrêtée par la barrière placentaire
        "Elle passe la barrière placentaire (les concentrations sanguines chez le fœtus sont similaires aux concentrations sanguines maternelles) on la retrouve aussi en faible quantité dans le lait maternel)4
        • Libres comme l'air d'affronter leur responsabilité pénale en tant que prescripteur
        Kali à quatre bras, dans l'un glaive tranchant, et au collier de crâne, Miniature hindouiste du XIXe siècle
          Que veulent prétendre les pétitions contre l'interdiction de la liberté de prescrire ?
        Miracles postaux ? Tout est passé à la Sécurité sociale comme une lettre à la boîte pendant que La Poste était fermée... Cela tient du miracle. Heureusement, il y aussi des éléments numériques, ainsi l'on sait le monceau d'ordonnances d'AZIHCH déversé sur Paris et province (moins sur Marseille et moins chez les pauvres.


        Ainsi, rien n'était interdit en ville mais simplement les médecins qui prescrivent hors AMM et hors ultime recours -alors que tout a été tenté pour sortir quelqu'un du coma- en connaissance de cause des dangers du Plaquénil accolé au Zythromax seront tenus pour responsables en cas de problèmes.


        Sans plus, nulle interdiction. Le décret d'élargissement de délivrance d'AMM du 25 mars 2020 aux hospitaliers restreinte par règle de contrôle collégial. Les suivants ne font que laisser la responsabilité aux praticiens de prescrire à leurs risques et périls car l'administration de santé doit se protéger. Les restrictions et retraits d'autorisation signifient uniquement que, en cas de soucis, les familles pourront requérir en responsabilité pénale sans qu'ils soient couverts par l'Autorisation de Mise sur le Marché qui est précise en indiquant toute contre indications scrupuleusement à ne plus dépasser18


        L'armée pas moins que les autres institutions est censée respecter les décrets... Et, en effet, la rumeur infondée de la prise de Plaquénil par la Marine a été démantelée.18a


        Ces défenseurs de la combinaison toxique qui ont accepté les études de faible résultat, et de bas niveau, issues d'un établissement universitaire qui comporte peu de lits, comme parole d'évangile vont encore une fois exiger une étude randomisée en triple aveugle avec autant de bras que Kali ? 
        • Cas bénins, et prophylaxie de ville, en plus des automédications
        On sait donc depuis mai par les enquêtes d'Epi Phare / ANSM / AMELI que la région qui en a le plus pris à domicile n'a vu nul ralentissement des aggravations, voire un surnombre ? Cela laisse perplexe.

        Disparités départementales et régionales du taux de délivrance sur ordonnance d'hydroxychloroquine pour 100 000 habitants
        de janvier au 29 avril 2020
        Une étude de pharmaco-épidémiologie menée par l’ANSM sur la dispensation de médicaments remboursés sur ordonnance en pharmacie d’officine depuis le début de l’épidémie en France annonce pléthore de 466 millions d’ordonnances, soit 1,2 milliard de lignes de prescriptions concernant 51,6 millions de personnes du régime général, qui ont été passées au crible.
        Le nombre de personnes avec délivrance sur ordonnance de chloroquine ou d’hydroxychloroquine a fortement augmenté, particulièrement en Île-de-France et en Provence-Alpes-Côte d’Azur, observent les auteurs de l’étude. Les délivrances d’hydroxychloroquine ont été plus tardives et plus massives que celles de chloroquine (la doctrine de l’IHU ayant aussi évolué entre-temps, ndlr). Ainsi un pic a été atteint le 18 mars” : près de 5 000 personnes, relevant du régime général, se sont vues prescrire sur ordonnance de l’hydroxychloroquine ce même jour."
         "Coronavirus : l'explosion des prescriptions de l'hydroxychloroquine - Malgré la polémique et les alertes, la prescription de la bithérapie de l'IHU associant azithromycine et hydroxychloroquine a été largement suivie en ville. Un bond de 7 000 % fin mars avec 10 000 patients Par Alexandra Ducamp (...) les médecins détracteurs du Pr Raoult n'ont pas convaincu tous leurs confrères, qui ont prescrit en masse chloroquine, hydroxychloroquine comme l'antibiotique qui lui est associé à Marseille, l'azithromycine. (..)  Plus à Paris que dans les Bouches-du-Rhône En tête des prescriptions de chloroquine, l'île de la Réunion (46 prescriptions pour 100 000 habitants contre 9,4 en Paca et 7,3 en Île-de-France). En revanche, la région Paca arrive en tête devant l'Île-de-France pour la délivrance d'hydroxychloroquine (47,1 pour 100 000 habitants contre 35,8) quand le Grand Est, "particulièrement atteint par l'épidémie, se situait juste dans la moyenne (24,9 pour 100 000)", notent les auteurs. À l'échelle départementale, on a plus prescrit à Paris (64,2 pour 100 000) que dans les Bouches-du-Rhône (57,5), le Var (41,4) ou la Corse-du-Sud (39,4). Face à la crainte de la rupture de stocks, les alertes de pharmacovigilance sur les risques encourus en cas d'automédication, le gouvernement a décidé de restreindre, par un décret le 25 mars, la prescription de la molécule au milieu hospitalier et aux seuls cas graves. Si on remarque un infléchissement pour l'initiation de nouveaux traitements à partir de la fin du mois de mars, les auteurs estiment néanmoins à 41 000 "le nombre de personnes supplémentaires (par rapport au nombre attendu, ndlr) ayant acquis sur ordonnance un traitement d'hydroxychloroquine (ou plus rarement de chloroquine)" entre le 16 mars et le 19 avril.
        De même, 100 000 patients supplémentaires (par rapport au nombre attendu sur la même période) se sont vus délivrer l'antibiotique prescrit en association avec l'antipaludéen par l'Institut hospitalo-universitaire à Marseille. "L'association hydroxychloroquine et azithromycine, exceptionnellement utilisée avant l'épidémie de Covid-19, a bondi de 7 000 % pour atteindre environ 10 000 patients en ville" la dernière semaine du mois de mars.(..?) 
        Des patients jeunes en zone favorisées - À qui ces traitements ont-ils été prescrits ? À une population "relativement jeune" et majoritairement féminine : 62 % de moins de 60 ans, 57 % sont des femmes, note l'étude, qui relève également des disparités sociales. Les patients qui ont eu accès à l'hydroxychloroquine dans le cadre d'un traitement du Covid-19 sont globalement socialement plus favorisés. "Plus de 30 % d'entre eux résident dans les 20 % des communes les plus favorisées de France", relèvent les auteurs."19 https://www.laprovence.com/article/edition-marseille/5984552/hydroxychloroquine-lexplosion-des-prescriptions.html
         - La combi a convaincu la bourgeoisie française. L'azihch serait bourgeoise ?

        • "Pré-science" et prescience...
        Les raoultiens qui soutiennent contre vents et marées l'image et son intuition a contrario des autres scientifiques et médecins, certains tout aussi titrés et médaillés, s’obsèdent sur la combinaison qui auraient du être  efficace. Alors que le problème de fond et premier reste la toxicité de l’HCH, et en second mariée à l’AZI cristallisant le danger pour le coeur, sur des personnes affaiblies par l’attaque virale… De savoir si bénin ou moins et s'ils respectent le diktat maseillais n'est plus d'actualité depuis belle lurette.

        En en restant aux apparences exprimées par un rapport clinique dit d'essai, qui n’a rien prouvé à 0,94 % de létalité sur les milliers traités sans bras contrôleur. Ce serait plutôt le contraire puisque plutôt restant autour de 0,5 %.

        L’intuition n’est pas tout, l’empirisme n’est que technique et n’est pas science non plus.

        Quand l’oeil fait faux bond. Il faut bien se méfier des Saint-Thomas qui croient ce qu’il voient. Il faut toujours aller au-delà y vérifier. Sinon l’on reste en zone grise de pré-science. 

        La science n'est pas le doute ou la vision, qui ne sont que démarreurs, mais la vérification systématique qui en est le moteur.
          Buvard d'école et sa publicité COOPQUINA
        • Soyons bref et sans pépins, soyons tonique - Pourquoi tant d'amour pour la quinine ?
        Il est opportun de rechercher pourquoi un tel engouement en particulier français, le sujet reste beaucoup moins touchy chez d'autres pays qui acceptent massivement qu'on la leur prescrive.

        La population française cultive la contradiction, le doute et l'athéisme assez systématiquement et pour ma part, je privilégie les explications simples et logiques.



        La "raoultine" nécessite de procéder à deux ECG par patients traités ? En même temps, comment dans la population tant de certitude d'"inoffensivité" ? 


        Aurait été procédé à près de 8 000 ECG depuis le 15 mars 2020 sur les visiteurs testés positifs après avoir fait la queue trois heures pendant le confinement. L’on voit aussi en étude 1
        "Les 6 patients perdus de vue représentent 14,2% de l’échantillon initial. Pire encore, ils sont uniquement présents dans le bras traitement, où ils représentent 23,1% du bras initial.” Les auteurs de l’étude ont calculé qu’il était nécessaire de réunir 48 patients, 24 dans chaque groupe afin d’obtenir une puissance statistique de 85%, un taux d’erreur de type 1 de 5%, tout en estimant que 10 % des patients pourraient être perdus de vue.https://www.ssmg.be/wp-content/uploads/Actus/20200402-analyse-chloroquine-MO.pdf
        Certes la formule minimisante du Pr Raoult de comparaison au paracétamol pour balayer les préventions naissantes d'un geste auguste a favorisé le déni lorsque l’hydrochloroquine choisie, car la chloroquine était dangereuse. Ce qui laissait accroire que devenant inoffensive ajoutée à l'azithromycine ? Le public en conclut que le seul cardiotoxique  l'azithromycine est cardiotoxique ? 
            Leurs propos sont-ils sous tendus par la longue histoire de la quintonine restée dans les esprits enfantins après la grippe espagnole, en fait à chaque retour d'épidémie respiratoire, et après le sel de table italien mêlé de sontochine  ? 
            " la grippe asiatique", qui s’est abattue sur la France en 1957. Ressurgit alors le souvenir d’une boisson très répandue à l’époque dans bien des familles : le _Quinquina _et son dérivé, la Quintonine.\" https://www.francebleu.fr/culture/livres/de-l-arbre-aux-fievres-a-la-quinine-puis-a-la-chloroquine-par-gilles-ragache-1587547639
            En "insu" (voir "insu" en Index féministe)


            Ce n’est pas que fait de l’armée française, d'aucuns se souviennent en Tunisie de l’opération Torch de 1942 (Débarquements US en Algérie, Maroc, Tunisie) et des comprimés de quinine, pour ce que j’en ai lu sur un groupe Facebook. https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Torch

            Ainsi plutôt que crédulité ou besoin d'adorer l'idole, l'on pourra plutôt voir le fruit de l'arbre publicitaire depuis centaine d'années adjoint aux mirages guérisseurs des "plantes à fièvres" et aux routines militaires du tant où tout le monde faisait son service militaire et où nombre de métropolitains séjournèrent sous leurs auspices dans des régions à malaria. 
            • Deux villes, comparables en démographie, nombre, densité, quartiers concentrés 
            Prise soudainement accrue de chloroquine restent New York State et Paris Ile de France. Malheureusement ni là, ni ici, de balance favorable des bons effets et risques graves ne s'y voit dans les courbes d'hospitalisations et décès.
            Pas même un frémissement en Ile de France, comme il se voit en carte. Et dans l'Etat de New York, où les décès y étaient de cinq à dix fois supérieurs encore. Comment cela sera-t-il expliqué ou commenté par l'équipe de l'IHU ? Ce n'est bien évidemment Paris qui se peut comparer à Marseille, cinq fois moins à l'étroit qui influence une plus faible circulation virale (R0).

            Il serait peine perdue de continuer à allonger la liste d'essais qui ont déjà parlé largement, à Marseille en particulier.


            De la combinaison miracle mettant hors d'état de nuire une maladie respiratoire plus facile à guérir qu'un rhume, selon certains Marseillais, le débat est donc clos. 


            Continuons avec les antipastis pro pastis.
            • Les anti-masque 
            https://www.zdf.de/nachrichten/panorama/coronavirus-hamster-masken-studie-100.html
              L’on ne peut que remarquer qu’en que l’IHU, spécialiste averti en virologie et connaisseur de la catastrophe chinoise, n’était pas mieux préparé et dynamique le 25 février 2020 puisque sans tests d'infection ni sérologiques, ni masques, récusés d’emblée puisque la situation diagnostiquée comme non pandémique. Ce qui met en valeur les récriminations actuelles du chef de file de la critique politique de l’administration parisienne qui s’érige en sauveur de PACA…

              Le hamster masqué - 60 à 75 % de succès Sans masque, les deux tiers des hamsters sains étaient infectés en une semaine. Avec un masque sur la cage des hamsters sains, un tiers seulement était infecté. Avec un masque sur la cage des animaux infectés, le taux d'infection tombe à 15 % parmi les hamsters ! Et rassurez-vous, tous les hamsters sont désormais guéris… Les 45 hamsters Hamster tests shed light on COVID-19 research April 1, 2020.20 https://fightcovid19.hku.hk/hamster-tests-shed-light-on-covid-19-research/ 

              Cela semble montrer que le choix tardif de se protéger le visage avec des masques respiratoires alternatifs a contribué à la décroissance. Les masques alternatifs (non chirurgicaux) ne protègent votre voisin qu'à 70 %, et pour soi également, à condition de ne pas le tripatouiller à chaque inconfort, ils ne seront pas infectants.

              Pour les vases clos, magasins, wagons, réunions et autres, dont on sait que nombre de foyers y ont démarré, le masque doit être norme. Mais dans les pays menacés car denses à zones concentrées, lorsque l'on peut se tenir à distance à l'air libre, il tombe sous le sens que flexiface* ou pleximasque*, suffira ; facile à confectionner chez soi, un galon et une feuille souplement transparente, cousette ou agrafeuse et le tour est joué. Plus sérieux, selon la norme INRS, la médecine du travail vous en dit plus.
              "Il conseille donc avec Alsace Santé au Travail (AST67) de se fabriquer une protection faciale"21 https://www.francebleu.fr/infos/sante-sciences/coronavirus-un-tuto-de-la-medecine-du-travail-pour-fabriquer-un-ecran-facial-de-protection-1585219188
              A la catalane - Crispant de ne pouvoir user des échanges, pour certaines personnes plus ou moins sourdes particulièrement poignants, et de la gamme de nos expressions fines qui permettent de nuancer le geste et d’améliorer les échanges. Au moment où l’on doit recouvrer le moral, autant pouvoir sourire aux autres. 

              https://fr.theepochtimes.com/catalogne-masques-transparents-personnes-sourdes-malentendantes-1349993.html
              Ecran facial - D'ailleurs, l'on a le choix avec les visières qui permettent de se voir, en plus des distances gardées, de pallier en aux éventuelles impossibilités ou non respect des premiers de se voir.22 https://www.lopinion.ma/notes/Les-visieres-de-protection-desormais-conformes-aux-normes_b46343884.html

              Les modèles à acheter non plus ne manquent pas. 


              On ne jette pas les cotons tiges par la fenêtre ! Pour les pays qui n'en étaient pas munis car trop peu efficaces, avec leurs 30 % de faux positifs, les tests PCR valides du jour et dépassé le lendemain où vous en recevez le résultat, représentent un gros investissement, et une pollution non négligeable, une fois la bataille passée.

              Les postillons restent en suspension
              https://www.rtbf.be/info/dossier/epidemie-de-coronavirus/detail_coronavirus-une-video-montre-les-millions-de-micro-gouttelettes-en-suspension-prolongee-dans-l-air-mais-sont-elles-contagieuses?id=10474722
              • Testomanie
              A réaliser malgré leur certitude au trois quart seulement dès le premier décès annoncé sur le sol national pour mettre en quarantaine les personnes contaminées - Celles asymptomatiques l'auraient certainement mal pris. Cela aurait fait fin février une belle bronca. Le choix de ne tester pour isoler et hospitaliser à bon escient reste la solution la plus économique et judicieuse.

              Nous ne reviendrons pas sur les recommandations faites par cet établissement de renom, censé être exemplaire, suite aux plaintes en 2017, intersyndicales et de Comité d'Hygiène et Sécurité, dont on ne sait, si elles auraient été suivies, et aux rapports INSERM et CNRS non respectés, qui leur ont fait retirer leurs accréditations.

              Puis avec l'adoption des masques alternatifs à grande échelle, l'on voit bien que cette cape d'invisibilité, dont certains continue à croire qu'elle les met à l'abri du Couronné -puisque prophylactique de la malaria pourquoi se priver d'autres illusions ?-, que non seulement cela a poussé au déconfinement (sorties libres du domicile et reprises des activités courantes extérieures de tout type)) mais aussi à la négligence de leur port.
              • Les anti-confinement et anti-vague - Chef de file, toujours le professeur Raoult
              L'idée de refuser l'assignation à domicile et l'arrêt des occupations alimentaires dans les pays jeunes, qui ne mettront pas en danger de mort leurs personnes âgées, restent des plus défendable s'il ne l'est aucunement en Europe où la maladie menace de 65 à 85 ans environ. Dans ce cas-là pourtant, elles ne semblent pas particulièrement adaptée. La faim frappe plus que le virus au Zimbabwé et pratiquement partout.


              La Chine prend le parti inverse et soupçonne une autre vague,

              "la Chine prend très au sérieux la possibilité d’une seconde vague de contamination. C’est pourquoi elle a décidé de reconfiner 108 millions de personnes après l’ap­pa­ri­tion de 34 nouveaux cas de Covid-19 dans la province du Jilin, dans le nord-est du pays, comme le rapporte Bloomberg."23 
              • Les pro-preuves et pro-méthode scientifique (unique) -dont nous sommes-
              A nouveau très brièvement, la médecine de preuves n'est pas un monstre froid à l'opposé des observations circonstancielles, 
              Inutile de reformuler ce que nombre d'autres ont constaté.
              Le confinement dans tous les pays l’appliquant a attaqué les pics… Ce qui contredit encore les derniers récalcitrants.
              "... soutiennent moins fortement que les premiers la conclusion qu’une substance donnée est efficace."24 https://medium.com/@cedpatern/contre-la-méthode-cf4b173c0bc0
              • Selon le contexte et l'objet, l'on n'userait pas de même méthodes et outils ? 
              Ce qui n'est pas une très grande découverte et ne remet nullement en cause que des essais quels qu'ils soient n'ont pas à être bâclés hors normes et règlements, avec modification même de règles internes au gré du vent du large.
              "Bilan : non seulement Raoult est sorti de son rôle de médecin en bâclant sans raison ses études et en les communiquant n’importe comment (en violation de l’article 13 du Serment d’Hippocrate, dont il s’est pourtant réclamé), mais il trahit également l’esprit philosophique dont il s’est targué dans ses interventions, et qui consiste à savoir admettre qu’on ne sait pas ou du moins pas tout, au lieu de crier « fin de partie ! ». Si l’on fait preuve de prudence (et je n’appelle à rien d’autre), ce n’est pas par frilosité, mais par conscience de cette ignorance relative qu’on ne peut que combler avec le temps et le travail."25 https://sisyphilo.fr/2020/05/17/sur-raoult/ 
              Pas vraiment, à lire son anarchisme épistémologique et théorie du soupçon contre la méthode scientifique - 

              La petite histoire dit que Paul Feyerabend, soigné par un magnétiseur, en aurait été inspiré pour écrire contre la méthode… 

              "Toutes les méthodologies ont leurs limites, et la seule "règle" qui survit, c'est "tout est bon" », Paul Feyerabend” https://fr.wikipedia.org/wiki/Anarchisme_%C3%A9pist%C3%A9mologique
              Lorsque l’on prétend que la science est une idéologie, il semble que la pente glissante vers les beignets baba devant la magie est amorcée
              "il n'y a pas pour lui de raison que les assertions de la science soient privilégiées par rapport à celles d'autres idéologies comme les religions.” https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Feyerabend
              En un saut de puce philosophique, voilà que l’Etat ne doit plus surveiller que la méthode scientifique soit appliquée aux tests cliniques bien encadrés pour que les laboratoires n’abusent pas de leur puissance de feu ? 

              Elite et science libertaire - L'élite ne peut qu'adhérer à son raisonnement, puisque quoi qu'elle avance, le parachute est là, celui de la prescience, de la vision, de l'intuition... 
              'l'idée qu'une décision doit être rationnelle est selon lui élitiste”  https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Feyerabend
              Que ce serait donc une bonne chose que cesse le pré print - Heureusement, cet épisode va peut-être faire cesser la boursouflure des plateformes de publications scientifiques par des préprints / article relu par personne.  
              • Un mot de la covidose - Le, ou la covid, et la covide ?
              Le premier mot de l'acronyme étant le coronavirus, c'était aussi sous ce terme que l'on découvrit la pandémie, le covid est donc dit couramment au masculin depuis deux mois.
              Un sigle étranger n'a pas besoin d'être marqué, il est neutre, surtout d'une langue qui le possède encore ? Le "le" épicène est entré tout seul dans l'usage sans que personne ne fasse effort à  l'y introduire.

              L'Académie voudrait recommander que la maladie est féminine et en principale notion de l'acronyme devenu mot courant devrait pourtant lui laisser son genre féminin en cadeau. La logique et le sens de la langue que possède la population s'est illustrée... L'acronyme anglais se trouve donc neutre... le mot choc significatif a bien été le coronavirus et par glissement le covid... D'une part, gageons que le covid comme l'hlm dansera sur les deux binious... Mais aussi, l'on peut simplement écrire aussi la covide, ce serait là complètement franciser et aller au bout de la logique académique ?
              "Le genre des sigles se déduit normalement de l’expression d’origine, où le mot significatif se trouve habituellement, du moins en français, en première position :interruption volontaire de grossesse → une I.V.G.syndrome d’immunodéficience acquise → le sida(homme/femme) sans domicile fixe → un/une S.D.F.habitation à loyer modéré/modique → une H.L.M.Le genre masculin, bien qu’il ne soit pas logique, est aussi considéré comme correct en raison de son emploi répandu : un H.L.M."8 
              https://www.druide.com/fr/enquetes/pour-les-cingles-des-sigles-et-les-accros-des-acronymes
              Je me serais docilement rangée à la recommandation masculine de l'Académie si l'acronyme avait été CoViM 🙂 maladie en aurait été l'axe, la CoVim.  A parier que les deux genres masculin et féminin vont cohabiter comme pour mon HLM qui côtoie une autre HLM.
              • Conclusion sur la sontochine tirée des cinconas péruviennes
              Ou plutôt sud américains en général32 https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/botanique-quinquina-cet-arbre-precieux-medecine-danger-extinction-73278/
              Le respect d'autrui me force à énumérer des faits logiques. Lorsque l'on a été prof, l'on sait qu'il faut beaucoup répéter et que soudain la digue saute... (ceci valant en andragogie, comme en pédagogie) Dès lors que la chose est simple et étayée. Sans plus, hormis qu'impossible de rester les bras ballants en sachant que certaines personnes vont succomber de ne pas être prévenues.  


              Comment se taire puisque l’administration à un cas bénin qui rentre chez lui, a fortiori à des milliers et parfois à des centaines de kilomètres du prescripteur, reste d’autant plus problématique que de brigade de médecine téléportée il n’existe pas encore pour faire face au risque de mort subite. Imaginons combien de personnel administratif exigent quatre mille suivis covid et de temps disponible d'un institut hospitalier universitaire avec centaine de lits d'hospitalisation.33 https://fr.wikipedia.org/wiki/IHU_Méditerranée_Infection

              Il me semble l’avoir déjà écrit, peut-être dans le premier carnet : Que l'on soit très malade ou à peine touché, la toxicité en éventail de l'HCH ajoutée à celle de l'AZI restent bien présentes, quelle que soit laffection. Il faudrait donc un effet bénéfique conséquent pour pouvoir les contrebalancer.


              Létude même bancale de l'IHU en cause prouve un léger effet du calibre déjà annoncé pour le premier coronavirus indiscipliné, sans plus, sur une population qui guérirait sans aggravation notable dans son  immense majorité avec des soins conventionnel au paracétamol -médicament assez actif pour avoir des effets secondaires en surdosage- La létalité est restée faible, comme indiqué par les rapports chinois.


              L'issue est donc simple, la balance n'est pas au rendez vous. Pas même besoin d'exiger des études "ultra niveau de preuves", les dés sont jetés et depuis le prime abord. 


              Christine Gamita -18 mai 2020
              Doctorat / Ph. D. Ethnologie / anthropologie culturelle et sociale / anthropologie visuelle et sonore
              Ingénieur d'études informatiques spéc. en conseil de management de la qualité des services et systèmes informatiques et systèmes d'information
              Chercheuse indépendante depuis 2008
              Présidente de l'association AERAFEM https://www.facebook.com/MEFAREA/
              • MAJ 27/05/20 - Arrêts cardiaques à mesurer au regard du nombre d'ordonnances de deux cardiotoxiques à Paris Ile de France de fin février à fin avril 2020, ci-haut mentionné ?

              "Notre étude a montré l'évolution de l'incidence et des résultats de l'OHCA lors de la pandémie de COVID-19 à Paris et sa banlieue (6 à 8 millions d'habitants), depuis le début de la flambée des infections et de la fermeture, jusqu'à la diminution de son incidence. Nos résultats ont montré une augmentation transitoire de deux fois de l'incidence de l'OHCA, couplée à une réduction significative de la survie, suivie d'un retour à la normale vers la fin de la période d'étude. Bien que nos résultats puissent être en partie liés aux décès directs par COVID-19 - les patients soupçonnés d'avoir ou ayant reçu un diagnostic de COVID-19 représentaient un tiers de l'augmentation des cas de OHCA - effets indirects liés à la fermeture et à l'ajustement des soins de santé les services à la pandémie sont probables.Arrêt cardiaque hors hôpital pendant la pandémie de COVID-19 à Paris, France: une étude observationnelle basée sur la population, Prof Eloi Marijon, MD, Nicole Karam, MD, Daniel Jost, MD, David Perrot, MD, Benoit Frattini, MD, Clément Derkenne, MD et al., 27 mai 2020 https://www.thelancet.com/journals/lanpub/article/PIIS2468-2667(20)30117-1/fulltext
              • Notes de fin de carnet - en cours de numérotation 
              *Gandhi, La jeune Inde (1919-1922, introduction de Romain Rolland : un portrait de Gandhi.
              0 "D’après l’OMSenviron 80 % des personnes guérissent sans traitement particulier. Mais un malade sur six présente des symptômes plus graves, notamment d’importantes difficultés respiratoires" https://www.roche.fr/fr/informations-coronavirus-covid19.html
              De la sontochine à la chloroquine - Le premier choix, point de départ intuitif du Dr Raoult, étant la "chloroquine" en youtube du 25 février 2020 / site IHU (Nivaquine). Abandonné pour pire avec Azythromycine et Hydroxychloroquine ?  
              Extrait Lucien Gerin, La culture des quinquinas et la production de quinine au Cameroun français, 
              Essais de toxicité de la chloroquine aboutissant à cardiotoxicité, neuromyotoxicité, ototoxicité -
              "En 1940, Justus B. Rice de Winthrop avait fait parvenir des échantillons de résochine à Lowell Coggeshall de l'Institut Rockefeller, où John Maier ne la testa pas avant janvier 1941. Winthrop transmit ces résultats au comité officiel en décembre 1942. La découverte d'échantillons et de données venant de Tunisie va « ressusciter » la substance. Au printemps 1944, la sontochine fait l'objet de tests cliniques tandis que l'administration américaine demande à Winthrop de fournir toutes les données qu'elle pourrait posséder sur les substances apparentées à la sontochine, qui reçoit alors le numéro de code SN-6911.En 1942 à Tunis — alors sous domination allemande —, le Dr Philippe Jean Decourt, des laboratoires Rhône Poulenc-Specia ayant passé un accord sur le sontochine avec IG Farben en juillet 1941, conduit des essais cliniques sur le sontochine de Bayer. Après l'entrée à Tunis de la 1re Armée britannique le 7 mai 1943, le Dr Schneider, auquel Decourt avait transmis le résultat de l'étude, propose aux Alliés de la leur communiquer. Le 23 mai 1943, Schneider est transporté à Alger emportant cinq mille comprimés de sontochine. La sontochine reçoit un nouveau nom de code : SN-6911 (précédemment : SN-183). Réévalué sous le numéro de code SN-7618 en juillet 1944, elle reçoit le nom de chloroquine en février 1946. Les Australiens conduisirent des études à Cairns sous la direction de N. Hamilton Fairley.Cette molécule ne fut pas disponible pour les armées avant la fin de la guerre. Elle entre dans la pratique clinique en 1947 comme antipaludéen.En France, elle est mise sur le marché en 1949 sous le nom commercial de Nivaquine ; aux États-Unis, elle reçoit la même année son autorisation de mise sur le marché (le 31 octobre 1949), commercialisée par Winthrop sous le nom d'« Aralen ». Dans les années 1950 au Brésil, Mario Pinotti21 promeut l'usage prophylactique de la chloroquine en l'adjoignant au sel de table. Cette « méthode Pinotti », utilisant de la chloroquine ou de la pyriméthamine, qui sera utilisée en Amérique du Sud ainsi qu'en Afrique ou en Asie, sera une des causes de l'apparition de résistance des plasmodiums à la chloroquine" https://fr.wikipedia.org/wiki/Chloroquine
              - Intoxication, toxicité - Alf S. Alving, Lillian Eichelberger, Branch Craige Jr., Ralph Jones Jr., C. Merrill Whorton, and Theodore N. Pullman, Studies on the chronic toxicity of chloroquine (SN-7618), 1er mai 1948 https://www.jci.org/articles/view/101974

              - Autres dégâts- formation de l'oeil 

              Mode criminelle - Ont-ils ont prescrit de l’HCH aux femmes enceintes dans tous les pays où devenu à la mode, car c’est bien une mode pharmaceutique.
              "These drugs are known to cause ocular damage in adult humans and experimental animals. The injury (toxic retinopathy), which is not seen in albino animals, has been related to the affinity of the drugs for the melanin structures of the eye. The risk of foetal ocular damage appears to have been neglected in the past." Ullberg S, Lindquist NG et Sjòstrand SE, Accumulation of chorio-retinotoxic drugs in the foetal eye, Nature, 1970 http://www.naturehttp:/www.nature.com/articles/2271257a0 / - Nathalie Costedoat, C halumeau MD , Zahir Amoura MD, Guy Aymard PhD, Du Le Thi Hong MD, Bertrand Wechsler MD, Danièle Vauthier MD Marie Elisabeth Dermer MD, Evidence of transplacental passage of hydroxychloroquine in humans, 2002 / Preuve du passage transplacentaire de l'hydroxychloroquine chez l'homme, 5 avril 2002 https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/art.10150 /  - Alla Osadchy, Thirukumaran Ratnapalan et Gideon Koren, Ocular Toxicity in Children Exposed in Utero to Antimalarial Drugs: /Toxicité oculaire chez les enfants exposés in utero à des médicaments antipaludiques: revue de la littérature, http://www.jrheum.org/content/38/12/2504
              - Bis repetita - Utile rappel du fabricant Sanofi Aventis devant les chiffres remontés par seulement deux Agences Régionales de Santé des centres de pharmacovigilance
                "Rappel important concernant la sécurité d'utilisation de Plaquenil® Les principaux effets indésirables de l'hydroxychloroquine sont bien décrits dans les documents d’information de ce médicament (Résumé des Caractéristiques du Produit et notice patient). À la dose quotidienne recommandée pour les indications autorisées, allant de 200 à 600 mg par jour (selon l’indication) chez les patients adultes pour le traitement chronique des indications de l’AMM (polyarthrite rhumatoïde, lupus érythémateux discoïde et subaigu, lupus systémique, prévention des lucites), les effets indésirables les plus graves de l'hydroxychloroquine sont les troubles oculaires après une utilisation prolongée, y compris la rétinopathie, avec des modifications de la pigmentation de la rétine, de la vision des couleurs et des défauts du champ visuel et des hypoglycémies sévères incluant des pertes de connaissance pouvant mettre en jeu le pronostic vital (chez des patients traités ou non par des médicaments antidiabétiques). Les effets cardiotoxiques sont rares, mais des complications graves de l'hydroxychloroquine, qui comprennent des troubles aigus de la conduction cardiaque et du rythme cardiaque (allongement de l'intervalle QT, arythmie ventriculaire) ont également été observées. Des troubles neurologiques, hépatiques, cutanés graves, des réactions allergiques ont également été décrits. L’hydroxychloroquine doit être utilisée avec prudence chez les patients recevant des médicaments connus pour induire une prolongation de l’intervalle QT comme par exemple certains anti-infectieux dont les macrolides (tel que l’azithromycine), en raison d’un risque accru d’arythmie ventriculaire. Le risque et la sévérité de ces effets indésirables augmentent avec la posologie d’hydroxychloroquine. Un nombre important de cas graves, pouvant mettre en jeu le pronostic vital, d'allongement de l'intervalle QT, de torsade de pointes, de syncope, d'arrêt cardiaque et de mort subite ont été signalés à la Pharmacovigilance de Sanofi depuis ces dernières semaines dans le cadre de la prise en charge de l'infection Covid-19. Dans la plupart de ces cas, l'hydroxychloroquine a été co-administrée avec un médicament connu pour induire un allongement de l'intervalle QT (par exemple l'azithromycine). Une évolution favorable a été rapportée pour la majorité des patients après l'arrêt de l'hydroxychloroquine. Les Professionnels de Santé doivent consulter le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) pour obtenir les informations de sécurité les plus récentes. Les patients prenant des médicaments contenant de l’hydroxychloroquine, comme tout autre médicament, doivent se rapporter à la notice du produit et lire attentivement les instructions qui y sont mentionnées. Les patients ne doivent pas prendre Plaquenil® sans prescription médicale. Ils doivent toujours consulter leur médecin/pharmacien en cas de doute. Par ailleurs, Sanofi rappelle les effets indésirables graves connus associés la prise de Plaquenil® cités ci-dessus, ainsi que les contre-indications suivantes :- hypersensibilité connue aux composés 4-aminoquinoléine ou à l’un des excipients - rétinopathies- allaitement- enfants de moins de 6 ans (en raison de la forme pharmaceutique non adaptée avant cet âge)- en cas d’association avec le citalopram, l’escitalopram, l’hydroxyzine, la domperidone et la pipéraquine en raison du risque majoré de troubles du rythme ventriculaire, notamment de torsades de pointesEn raison du risque génotoxique potentiel :- l’hydroxychloroquine ne doit pas être utilisé au cours de la grossesse à moins que la situation clinique justifie la poursuite du traitement au regard des risques potentiels encourus- par mesure de précaution, une contraception efficace est recommandée chez les hommes et les femmes en âge de procréer, pendant le traitement et jusqu'à 8 mois après l’arrêt du traitementDe plus, une surveillance spéciale est nécessaire en raison du risque de toxicité rétinienne, d'hypoglycémie et de toxicité cardiaque, et des interactions médicamenteuses.36 https://www.sanofi.fr/actualites/actualites-produits/epidemie-covid-19-point-sur-la-mise-a-disposition-de-plaquenil 
                0I Inefficacité in vivo systématique contre les virus malgré l'efficacité in vitro, également selon une étude sur modèle macaque (participation d’un département de l’IHU, spécialisée en nouveaux virus, concurrent de celui de D.Raoult, spécialisé en bactéries et maladies parasitaires.
                80 essais en cours du fait qu’aucune étude publiée à ce jour n’a donné acte d’efficacité contre cette virose. Mise en garde 
                 “L’utilisation de ces médicaments est prématuré et potentiellement dangereux. "Ses avocats, dont Donald Trump, ont fait valoir que l'hydroxychloroquine est largement utilisée et sûre. Son utilisation est désormais autorisée par la US Food and Drug Administration et préconisée par l'Indian Council for Medical Research. Mais aucun médicament n'est garanti comme étant sûr, et une large utilisation de l'hydroxychloroquine exposera certains patients à des dommages rares mais potentiellement mortels, y compris des effets indésirables cutanés graves, une insuffisance hépatique fulminante, et des arythmies ventriculaires (en particulier lorsqu'elles sont prescrites avec de l'azithromycine) ; le surdosage est dangereux et difficile à traiter. '' 
                Cela est vrai pour la chloroquine et l'hydroxychloroquine, toutes deux des 4-aminoquinoléines, qui ont été suggérées comme traitements potentiels pour la covid-19. Actuellement, au moins 80 essais de chloroquine, d'hydroxychloroquine ou des deux, parfois en association avec d'autres médicaments, sont enregistrés dans le monde. L'activité possible des 4-aminoquinoléines dans la mononucléose infectieuse a été proposée pour la première fois en 1960, avant que sa cause virale ne soit connue. (…) Dans les cellules infectées par le virus d'Epstein-Barr, par exemple, la chloroquine a augmenté la réplication virale. 9 Dans une étude, la chloroquine a réduit la transmission du virus Zika à la progéniture de cinq souris infectées. 10 La chloroquine a inhibé la réplication du virus Ebola in vitro mais a provoqué une aggravation rapide de l'infection Ebola chez les cobayes 11 et n'a fait aucune différence pour la mortalité des souris et des hamsters. 12 Dans l'infection par le virus du chikungunya, la chloroquine était active dans les études de laboratoire, mais a aggravé l'évolution clinique de l'infection chez les singes macaques.” Chloroquine et hydroxychloroquine pour le covid-19, 8 avril 2020 https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1432
                • "La procureure de Marseille va-t-elle se saisir des éléments susceptibles de constituer des infractions au droit pénal, ou bien Didier Raoult va-t-il s’en sortir sans dommage avec l’appui de son solide réseau politique ?(...) Les quinze essais chinois recensés dans l’article à l’origine du scoop de Raoult du 25 février (...) Il reste par conséquent au plus neufs essais, six portant sur l’hydroxychloroquine et trois sur la chloroquine – jamais en association avec de l’azithromycine." (...)
                "Elle semble avoir cru sur parole un certain « anthropologue de la santé » suisse dont Laurent Mucchielli a recommandé la lecture – qui a visiblement joué un grand rôle dans la propagation de la théorie du complot pro-(hydroxy)chloroquine dans les couches plutôt éduquées de la population mais ignorantes des sciences biomédicales –, qui a affirmé que la chloroquine avait « démontré une puissante efficacité thérapeutique contre la plupart des coronavirus, dont le redouté SRAS de sinistre mémoire »[20]. (... ) [20] Affirmation de Jean-Dominique Michel tirée de sa mésinterprétation de la vidéo de Didier Raoult du 25 février, n’étant bien-sûr appuyée par aucune référence, extraite du billet publié le 18 mars sur le blog qu’il tient sur le site de la Tribune de Genève."34 http://allodoxia.odilefillod.fr/2020/04/26/je-ne-suis-pas-complotiste-mais-a-propos-de-laffaire-raoult/
                Si vous êtes curieux, jetez un oeil sur Tableau des publications scientifiques (de qualité diverse) connues de rapports HCH/AZI (sans prophylaxie) - MAJ vendredi 22 mai 2020

                https://www.facebook.com/OdileFillod/posts/2763346903793608
                Nota bene - Gautret et al. étant IHU Raoult 

                Nota male - Davido et al. c% Perronne (Hôpital - Garches) retirent leur publication.35 www.medrxiv.org/content/10.1101/2020.05.05.20088757v2




                Rétractation notable d'une étude louée par le professeur Raoult - Le meilleur de l’élite seul contre tous - A savoir que le Dr Perronne, présent dans cette publication "rétractée" fait les 3/8 sur les plateaux TV pour défendre ses prescriptions  et celles du dr Raoult avec ses confrères les dr Douste-Blazy (ex-ministre), Muselier, et connu pour ses positions composites en ce qui concerne la Maladie de Lyme transmise par les tiques, publiant fréquemment dans un journal des plus douteux, Nexus.36 https://www.lejdd.fr/Societe/Sante/Maladie-de-Lyme-le-complotisme-applique-aux-acariens-810259

                Celui-ci n'est pas moins frappant que les Dr Montagnier ou Joyeux... qui partent dans tous les sens. Agissant à l'inverse du professeur Raoult...

                "Il refuse de participer à des essais randomisés contrôlés sur l'hydroxychloroquine qui auraient impliqué un groupe placebo, considérant qu'il serait "non éthique d'utiliser un groupe placebo dans le cas d'une maladie mortelle" ; il prescrit le traitement à l'hydroxychloroquine à tous ses patients contaminés, à l'exception des formes les plus bénigneshttps://fr.wikipedia.org/wiki/Christian_Perronne
                Lift - Peut-on se poser des questions au sujet de l’esprit critique du docteur Didier Raoult qui appuya en 2016 la candidature du ministre à l’OMS. L’on pourrait comprendre s’il s’agit d’un renvoi. https://www.lepoint.fr/invites-du-point/didier_raoult/raoult-philippe-douste-blazy-futur-patron-de-l-oms-17-10-2016-2076580_445.php

                • 5ème défavorable AZI/HCH - De l'étude britannique du 21 mai 2020 -de fin décembre 2019- 
                MAJ 3 juin 2020 - L'éditeur numérique Lancet annule l'article Mehra et autres, pour défaut de pouvoir vérifier les bases de données, et trois des auteurs se retirent.

                96 032 patients dans 671 hôpitaux - HCH = augmentation très forte de la mortalité + 35 % et troubles cardiaques graves. AZI+HCH le plus délétère - cf. Hydroxychloroquine or chloroquine with or without a macrolide for treatment of COVID-19: a multinational registry analysis, The lancet, 22 mai 2020.32 https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(20)31180-6/fulltext

                (correspondant pour l'essentiel à la dynamique toxique constatée par l'étude citée plus haut de revue des prescriptions autorisées sur le marché pour maladies auto-immunes) 

                - Ce type d'étude ne tend qu'à affiner les posologies et description des effets secondaires et contre indications sur les notices des laboratoires.

                Quant à la responsabilité des hôpitaux qui prescrivent à des personnes cardiaques en admission un médicament contre indiqué dans ces cas-là, ce serait à l'OMS de faire le ménage et appeler à la raison et à la méthode scientifique en conjonction avec les hautes autorités de santé nationales ? 
                  Les hôpitaux de certains continents n'ont, en effet, nuls moyens de procéder à plusieurs ECG et à mesure systématique du potassium. Seules les personnes se déclarant cardiaques à l'admission y seront consignées en tant que telles, parmi les 10 % graves qui pourraient se présenter. 10 autres pour cent n'auront pas le moyen ou le temps de se rendre assez vite en établissements de soins. Ces données déjà recueillies par la Chine ne se sont pas démenties, et que les 20 % d'aggravation sont mortelles pour les plus âgés,


                  Par ailleurs mais ne concernant pas cette étude des dossiers de covidiens sérieux, d'autres établissements en nombre prescrivent à tous profils, aux asymptomatiques comme aux cas graves comme la clinique da Vinci de Casablanca, ou les hôpitaux brésiliens. Ce n'est donc pas une sinécure de procéder à études des registres. Les disparités cliniques interdiraient pratiquement de faire des études multicontinentales mais il faut bien y aller voir.


                  Vulgarisation visuelle utile - Infographie très simple reprenant les données Mehra et al. Prévisible que la toxicité écrase les capacités fébrifuges et vertus éventuellement antivirales in vivo de l'hydrochloroquine. Personne ne pourrait présenter d'arguments contre le fait qu'il n'y ait aucune raison que cette cardiotoxicité redoublée s'évapore soudainement concernant des patients en début de maladie et ne subsiste que pour les cas graves.


                  https://www.facebook.com/photo/?fbid=262582971818996&set=a.110244240386204
                  MAJ synthèse Allodoxia / Odile Fillod du 30 mai concernant la publication de revue de registres internationaux Mehrah et al. c/ Lancet du 21 mai 2020

                  Synthèse Allodoxia des données Mehra et autres du 21 mai 2020

                  Concernant, chloroquine de "Fin de partie" - Voir également le chapitre "Chloroquine" de Jessica Dueber, "Selbstbestimmt Sterben - Handreichung für einen rationalen Suizid" / Mourir de façon autodéterminée. Manuel pour un suicide rationnel, 2017

                  A Personnel du Charles de Gaulle souffrant du CoVid-19 taux de guérison de plus de 99 % sans CH, AZI/HCH. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/les-marins-du-charles-de-gaulle-gueris-grace-la-chloroquine-c-est-vrai-ou-faux-vous-repond-6847246

                  Investigation de l’épidémie de COVID-19 au sein du Groupe Aéronaval 21 janvier – 13 avril 2020 Centre d’épidémiologie et de santé publique des armées Document n°929/ARM/SSA/CESPA du 4 mai 2020 "caractéristiques de l'épidémie COVID-19 du PAN CDG ;. - décrire et modéliser la dynamique de diffusion l'épidémie à bord du PAN”, Centre d’épidémiologie et de santé publique des armées (CESPA)
                  "la particularité d’un navire de guerre comme le Charles-de-Gaulle : 1800 marins environ évoluent à bord d’un bâtiment qui mesure 261 mètres de long, plus de mille d’entre eux vivent à 10 ou plus par chambre, parfois jusqu’à 40 en dortoir. Ces marins travaillent dans des espaces contraints, où parfois des équipes différentes se relaient afin d’assurer une permanence 24 h/ 24. Les voies de circulation - les escaliers, les couloirs – sont étroits” https://www.defense.gouv.fr/salle-de-presse/discours/discours-de-florence-parly/propos-liminaire-de-florence-parly-ministre-des-armees-lors-de-son-audition-devant-la-commission-des-affaires-etrangeres-de-la-defense-et-des-forces-armees-au-senat
                  Ces malades ont été suivis par l'Hôpital d’instruction des armées Laveran à Marseille avec renfort renfort d’internes des hôpitaux des armées ou civils et d’élèves médecins en 4ème année de l’Ecole de santé des armées (ESA) de Lyon Bron. https://www.defense.gouv.fr/sante/actualites/hia-laveran-quelle-organisation-face-au-coronavirus

                  Pas d’HCH sur le PAN CdG, intox sans source et démentie par l’Armée.
                  "Mais, selon le responsable de la marine nationale, Eric Lavault, ceux-ci n’ont pas reçu cette molécule. « Aucun marin du porte-avions Charles-de-Gaulle n’a été traité à la chloroquine ni à l’hydroxychloroquine, c’est un fake », confirme au Monde un porte-parole de l’armée, évoquant un simple confinement et un traitement avec des médicaments classiques de type Doliprane.https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/05/05/non-les-marins-du-charles-de-gaulle-n-ont-pas-ete-gueris-a-la-chloroquine_6038720_4355770.html




                  2 Dr Sean Conley, médecin de la Maison blanche en 2020 https://en.wikipedia.org/wiki/Sean_Conley

                  Statue de la Liberté qui court les jupes relevées... Après ces variations plus osées,
                  "- noyée dans A.I de Spielberg en 2001


                  - ensablée dans- ensablée dans La Planète des singes de Franklin J. Schaffner en 1968

                  - face contre terre dans Independence Day de Roland Emmerich en 1996

                  prise sous la glace dans Le jour d'après toujours de Roland Emmerich en  2004

                  - décapitée dans Cloverfield - face contre terre dans Independence Day de Roland Emmerich en 1996prise sous la glace dans Le jour d'après toujours de Roland Emmerich en  2004- décapitée dans Cloverfield de Matt Reeves en 2008" http://archeologue.over-blog.com/article-26555587.html


                  11 A partir des données de remboursement, enquête EPI PHARE

                  5,7 % des décès  > Répartition des effets cardiaques / profil de cardiotoxicité (n=176 dont 153 avec l’hydroxychloroquine)
                  "Faits marquants Le nombre de cas d’effets indésirables cardiaques des traitements hydroxychloroquine seule ou en association connait la plus importante baisse depuis la mise en place du suivi. Le signal de cardiotoxicité continue à être confirmé (…) Suivi des effets indésirables des médicaments utilisés dans la prise en charge du chauvin-19 Chiffres clés – en date du 27/05/2020 https://www.ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/0dcf4419c9e38be58d9a2b57a10f0cf4.pdf
                  Tableau 10 récapitulatif (4/4): Consommations médicamenteuses durant les semaines 10 à 16 de mars et avril 2020 [du 2 mars au 19 avril] : comparaison entre les nombres d’utilisateurs observés et attendu p. 217 https://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/rapport_2_medicament_et_covid_VF03.pdf
                  "Le nombre de personnes avec délivrance sur ordonnance de Chloroquine/Hydroxychloroquine a fortement augmenté, particulièrement en Île-de-France et en Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de Covid-19 4/134 Provence-Alpes-Côte d’Azur : à partir de fin février pour la chloroquine, avec un pic le 27 février ; et à partir de la semaine 10 pour l’hydroxychloroquine (+ 21% en semaine 10 puis + 70% et + 145% en semaines 12 et 13).” p. 3, Epi Phare, Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de Covid-19, Point de situation, 19 avril 2020 https://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/rapport_2_medicament_et_covid_VF03.pdf
                  Tableau 2 - consommation médicamenteuse p. 12, Point de situation à fin mars 2020 https://www.ameli.fr/fileadmin/user_upload/documents/Rapport_1_usage_medicament_pendant_epidemie_COVID.pdf

                  Figure 4 : Effectif par semaine des patients ayant eu une délivrance sur ordonnance de médicaments d’une des 5 classes thérapeutiques présentées* durant les 16 premières semaines de 2018, 2019 et 2020 (données régime général stricto sensu) – comparaison observé sur attendu (courbe chloroquine en jour de délivrance sur la seule année 2020) p. 11, Rapport EPI-PHARE Usage des médicaments de ville en France durant l’épidémie de Covid-19 – point de situation après 5 semaines de confinement https://ansm.sante.fr/var/ansm_site/storage/original/application/c1824e834c0d32203a53e12a05cc25fc.pdf


                  • Annexes - De la croyance obstinée en l'efficacité et l'innocuité précisément contre la nouvelle infection virale, qui nous confine, en dépit des échecs cliniques de divers calibres
                  Pour ce qui concerne ma discipline A savoir que de nul anthropologue il ne s'agit, mais plutôt d'exercice illégal de la médecine (au regard de la loi française, en tout cas), comme déjà subodoré dans notre précédent calepin ayant remarqué le titre de blog "anthropo-logiques" subtilisé à Georges Balandier  
                  "En revanche, il fréquente le monde de l’ésotérisme et donne, par exemple, des cours facturés 260 € pour deux jours sur le thème ”se soigner avec l’énergie spirituelle” (2015)  (...) Il n’est en revanche nullement un expert de la santé ou de l’anthropologie, un tel statut réclamerait des productions de sa part : il n’y en a pas."33 Acermendax, Jean-Dominique Michel : imposteur de l'anthropologie médicale, Blog La menace théoriste HTTPS://MENACE-THEORISTE.FR/JEAN-DOMINIQUE-MICHEL-IMPOSTEUR-DE-LANTHROPOLOGIE-MEDICALE/
                  Dans sa réponse à Heidi News du 17 mai courant, toujours sans scrupule, "(...) étant un spécialiste de l’épidémiologie des maladies non-transmissibles(...)"...
                  • Sources des illustrations
                  Illus.1 Devant le soleil, "déesse grecque de la santé et de la propreté, allongée sur un piédestal et levant une coupe de vin médicinal vers le ciel"
                  "Le timbre de santé de 1932 comportait une représentation à moitié nue d'Hygeia (également orthographiée Hygieia), l'ancienne déesse grecque de la santé et de la propreté, allongée sur un piédestal et levant une coupe de vin médicinal vers le ciel, tandis que le soleil se levait derrière elle. À cette époque, la moitié du produit des timbres de santé est allée aux camps de santé pour enfants - avec le temps, ce pourcentage a diminué.https://teara.govt.nz/en/postage-stamp/32056/hygeia-goddess-of-health 
                  • Fondamentaux de cet ethnoblog SAF
                  Carnets du journal associés au groupe 2011 https://www.facebook.com/groups/FEMINICIDES






                  "L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.Pour citer cette ressource, également base de données, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 F Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣)