jeudi 20 juillet 2017

Les inconnues

de la Broderie de Bayeux*, "Toile de la Conquête"* -Brodées et brodeuses, l'ange de la renommée les a oubliées-


La Chapelle de L'ange au Violon - Quentin Chabrot U-derzho Photographe
Trouvé sur https://fr.pinterest.com/pin/456622849699416620/
Du Zénith à la comète - C’est la chose la plus extraordinaire, en provenance du Bas Moyen-âge, que je pus admirer à l’occasion de mon séjour récent en Basse Normandie ; où j’étais "montée" assister à un séminaire de l’Université populaire de Caen, "Cosmos"[1] -En Ardèche, terres pauvres à comparer au Calvados, on ne monte ni destriers,  ni drakkars, l'on ne monte qu'au Nord, ou à la grand'ville capitale-

A Bagias débarquée, où l'on dentellait au bord de l'Aure, la guerre en broderie muse, comme il se lit sur les soixante-dix mètres de commentaires brodés au XIème siècle.
"Ici, Guillaume arrive à Bayeux". cf. scène "22 Hic Willelm venit Bagias" - "Comprend 72 scènes où figurent 626 personnages, 202 chevaux et mulets, 55 chiens, 505 créatures mythologiques (oiseaux et dragons), 37 édifices, 41 vaisseaux et barques, 49 arbres et environ 2000 mots en latin."[2]
Rares présences sur une relation de deux ans et pas une guerrière caracolant en tête ou en arrière, je n'ai repéré pas plus que les doigts de ma main de figures féminines au milieu de la cavalcade de laine où pléthore de personnages. En écheveaux mais sans chevaux. Il ne faut pas être grand clerc pour imaginer que nombre d'yeux féminins s'y sont pourtant usés ? Fort intriguée de cette absence sur une fresque de telle ampleur au fil de description allant de environ 1064 à 1066. Intriguée, j'ai voulu toutes les reconnaître -sure de ne pas trop me fatiguer, la gent féminine ne s'y bousculant pas, semblerait-il-


- Trois sur six cent vingt-six figures… ou plutôt très exactement six et deux demies. 7/626

Inutile de convoquer le test de Bechdel-Wallace pour constater le une pour cent...[4] On ne saura rien,ou quasi, par cette fresque courant sur deux ans, ou presque, de la vie des femmes au bas moyen-âge mais en tout cas qu'aucune aux armées en chefferie !
« Les trois femmes représentées sont Aelfgyva (peut-être une fille de Guillaume fiancée à Harold), Edith, sœur d'Harold et épouse d'Edouard et une aristocrate anglaise dont on incendie la maison. » [5
Les deux premières dames identifiables, au contraire de cinq autres anonymes.

1.  Ælfgyva et "unus clericus", Rouen (?) seule nommée explicitement mais restant mystérieuse, Anglaise ou saxonne ? Une douce caresse pressée et sous tension sur la joue, ou une gifle ?

"Ubi unus clericus et hic Ælfgyva : "où est un clerc et voici Ælfgyva" - "De fait, on voit sur la tapisserie Ælfgyva en compagnie d’un prêtre avec sur la frise inférieure deux hommes dévêtus, dont un artisan."[6]
A noter le geste symétrique du nu tonsuré à croupetons, qui laisserait présager des intentions plus qu'amicales du susdit ? Soupçon, rumeur, blague, ou simple constat ?

Edwige / Ælfgyva[Ill. 1]
2. Edith de Wessex, en scène 27, à l'étage pleure au dessus du défunt époux, Edward le Confesseur


Scène 15 – Ælfgyva et un clerc / Scènes 27-28 – agonie et mort du roi Édouard, sa femme Édith de Wessex figure en haut à gauche / Scène 47 – femme anglaise avec un enfant près de sa maison incendiée. Musées de la ville de Bayeux[Ill. 2]
3. Anonyme anglaise fuyant l'incendie déclenché par les Français -


 Le panneau suivant celui de Edouard et Edith montre la dame au bliaud à longues manches sortant de sa demeure en feu, ci-dessus.[7]

4. Trois anglaises (?) en cheveux donnent pendant aux trois femmes coiffées de guimpes - Si j’ai bonne mémoire et ne l’ai pas perdu en deux jours, l’on peut y voir aussi sur la bande du bas, ces femmes nues, prises à partie, en scènes fabuleuses de mythologies antiques contées par un latin de Macédoine, et autres scènes diverses champêtres, de paix et de guerre. Deux en bande supérieure et deux en frise inférieure.[8]


"Phèdre : fabuliste latin (Macédoine vers 10 avant J.-C.-54 après J.-C.) très populaire au Moyen Age qui a écrit 123 fables imitées des fables attribuées alors à Esope"[9
Dyade dévêtue, où l'homme semble s'en prendre à une femme qui se tient la tête[Ill. 3]
"En plus des deux hommes nus mentionnés, trois couples nus figurent sur les bordures. Un couple en bas représenté de profil (scène 13, bas), avec une femme aux cheveux longs à droite et un homme ithyphallique qui lui tend les bras à gauche. Deux couples en haut également représentés de profil (scène 48): dans le premier couple, la femme est à gauche et tend les bras à l’homme qui porte une hache et un récipient, elle a les cheveux longs; dans le second, la femme est à droite, ses poils du pubis sont visibles. Dans les deux cas, les hommes portent des moustaches, ce sont donc des Anglais."[id. Ill. 3] 
Viols et "servage sexuel" féminicides* 

Us de soudards moustachus et couillus - Différence notable entre l'aumonière courtoise et bourse tendue, en même temps que de l'autre brandie l'arme...
[10]
Zoom et montage sur les femmes sans guimpe, ni bliaud
-en Marge du haut : 
Scène 48, bordure haut – Deux couples nus (montage). Musées de la ville de Bayeux[Ill. 4]
en marge du bas, ci-bas



Les jeunes filles non pourvues d'époux étaient autorisées à aller la chevelure dénouée mais pas au point de se balader en simple appareil. On peut y voir trois femmes paraissant agressées par des hommes explicites : Obscénités guerrières qui suivent toute armée, les Anglais, moustachus lubriques, sont donc là accusés, au moins pour deux d'entre eux. Ce qui ne serait pas étonnant puisque toute l'oeuvre communique la louange des Normands. D'ailleurs, ces trois scénettes paraissent de vrais brouillons à peine dessinés, plutôt grabouillés, mal équarris, comme floutés. Ce que tout le monde semble désormais pourtant écarter négligemment se trouve simplement dit :
"Dans d'autres endroits de la bordure, les ouvriers ont rendu quelques-uns des désordres qui accompagnent ordinairement les armées, et surtout les armées victorieuses : un soldat présente d'une main une bourse à une femme nue..."[11]
En gros, pour conclure sur la condition féminine de l'époque,
"La femme en Normandie passe de la tutelle de son père à celle de son époux. Elle devait obéir à son mari et il convenait « qu’elle lui portât révérence comme à son seigneur et maître. » Celui-ci a le droit de la battre « raisonnablement » toutefois sans aller jusqu’à lui crever un œil, casser un membre ou faire couler son sang « grandement » ! Soumise totalement, seuls les excès répétés du conjoint peuvent conduire l’épouse à faire appel à la justice ducale au nom de la protection due aux faibles. Si l’épouse trompe son mari, il peut la tuer ou l’enfermer jusqu’à sa mort. Le mari dispose à son gré de la dot de sa femme : espèces et meubles. Il gère les biens mobiliers apportés : terres et maisons qui restent cependant la propriété de l’épouse qui, devenue veuve, les conservera..."[12]
Deux demie femme-centaure - Chimère hippomorphe à tête de femme, en frise supérieure -
On remarque aussi que, autant le bas chevalin est exécuté minutieusement, alors que le haut féminin parait chargé...



Extrait du défilement de la Broderie en panorama  En bordure supérieure, centauresse et centaurelle. cf. http://panograph.free.fr/BayeuxTapestry.html

Gros plan - Centauresse, de gauche - 
Scène 10, bordure haut[e] – Femme-centaure. Musées de la ville de Bayeux[Ill. 5]
  • Dernière participante à signaler en direct du cosmos, l'"étoile" de taille qui se voit au firmament  : La Comète de Halley apparut, lors de la bataille de Hastings du 14 octobre 1066, conclusion du récit de deux ans environ entoilés de soixante-dix mètres. 
Cosmothéisme dont est nourri le monothéisme chrétien -
La comète de Halley, 14 octobre 1066 [Ill. 6]
Augure à double braquet - néfaste à Harold, propice à Guillaume : 
"isti mirant stella" signifie  "ils regardent l'étoile" [id. Ill. 6]
  • Du tambour major au tambour de broderie -
 Il est à la mode de dire qu'il s'agirait d'une bédé du XIe mais il s’agit bien d'incroyables broderies au tambour piquées par des doigts de fées. Trois cent cinquante kilogrammes de dizaines de lais de lin. Je penche, pour ma part, vers les circonspects,
 "Les médiévistes et historiens de la Tapisserie sont en général extrêmement circonspects lorsque l’on associe la BD et la TB. À l’inverse du rapprochement entrepris dans les premières recherches sur la BD qui cherchaient à légitimer le média, les spécialistes de la TB insistent plutôt sur leurs différences."[13]
Perspective de quelques mètres des 69,5 m de la Broderie de Bayeux - extrait de photographie d'exposition[Ill. 7]
Déroulement de la Broderie de Bayeux animée en musique par des étudiants du Goldsmiths College
https://www.youtube.com/watch?v=LtGoBZ4D4_E
  • Hic Odo - Voici Odon, le commanditaire, Eudes de Conteville, demi-frère de Guillaume le Conquérant. 
Commandé aux brodeuses (dont on ignore l'identité) par Odon de Conteville, évêque de Bayeux. Il la fera déployer à chaque date anniversaire de la Bataille d'Hastings dans sa cathédrale de Bayeux, dorant et redorant son blason et celui de la religion catholique, marquant les esprits normands de sa protection. Non seulement la légende latine mais aussi sa masse d'arme le désigne, puisque les hommes d'église ne pouvaient verser le sang en tranchant dans le vif mais seulement assommer l'ennemi briton.
L'Evêque de Bayeux, demi-frère de Wilhem, Odo au combat[Ill. 8] 
Voguant puis chevauchant aux côtés de son demi-frère Guillaume, où la pâtée fût mise aux Anglais par les Français le 14 octobre 1066. Autant, je ne verrais pas des femmes en tambours majors, autant j'ai quelques difficultés à imaginer les hommes de l'époque à tambouriner à l'aiguille... Soudainement, de la duchesse de Normandie, originaire de Flandre, et ses nobles suivantes et servantes, l'on passe à des artisans normands au tambour.
"Mathilde, épouse de Guillaume le Conquérant, fut associé à l'œuvre et la réalisation de la broderie lui fut attribuée à tort. On a longtemps pensé que les auteurs de cet ouvrage étaient des brodeurs anglo-saxons, mais des recherches récentes y voient désormais l'œuvre d'artistes normands travaillant dans les environs de Bayeux."[14]
 – Lin fin tissé laissé blanc, brodé ensuite en quatre points par probablement mille mains de femmes, qui sont "de tige" et "Point de Bayeux", dit "de couchage" (quelques "fendus" et "de chaînette") en laines teintées et tordues, en huit couleurs déclinées de trois plantes seulement, la gaude, la garance, le pastel. Et pas une mite pour s'attaquer au mythe ![15]

Quelles scénaristes hors pair, habiles au conte et au dessin, tant qu’à l’aiguille. Les spécialistes de cette oeuvre semblent penser que seuls des hommes grands connaisseurs des chevaux auraient pu dessiner le bâti, est-ce bien certain ? Jusques aux hongres, destriers des nobles, à qui il ne manque pas un grelot. 
  • Honneur viril, publicité ducale et ecclésiale - L'histoire écrite en latin traduite ne nous en dit que filigrane.
Est-ce de ce que le point central reste religieux de jurement sur des reliques (deux châsses) et de la gravité du parjure de Harold à punir, que les femmes resteraient mises arrière des évènements aboutissant par bénédiction à l'assaut victorieux des Franci contre Angli. Les premiers protégés par des divins cieux qui mandent leur stella filante au duc et ses troupes. 
"53 hIC CЄCIDERVNT SIMVL : ANGLI ЄT FRANCI : INPRELIO  Ici tombèrent ensemble au combat des Anglais et des Français."[3
Chevaux cul par dessus tête à la Bataille d'Hastings au soir du du 14 octobre 1066[Ill. 9]
Comment ne leur rendre mille fois femmage et hommage de même ? 
"Par rapport à ces sources écrites, la Tapisserie de Bayeux offre des informations originales, qu'on ne trouve nulle part ailleurs, notamment sur l'architecture civile et militaire, l'armement, la navigation et tout ce qui concerne la vie quotidienne.[16
A nouveau au XIXe, combien de brodeuses et cousettes à la tâche restauratrice ?
"...importante restauration peu après 1860, comme l'indique la nature synthétique des colorants alors utilisés pour les laines. Pour consolider la toile, on a effectué 120 reprises et, pour la rapiécer, on a ajouté 518 fragments."[17]
La vie des femmes restent la grande absente. Elles se sont toutes évaporées, hors trois dames en guimpe, et autres en tenue d'Eve pécheresse...

Iconographie magistrale que l’on doit probablement aussi à des femmes et pourtant du premier plan, elles se trouvent absentes, y compris maintenant à peine citées. De la démographie connue, il ne ressortit pas un taux de masculinité excessif, c'était pourtant bien alors moitié de la population. Serait-ce la raison de supposer des brodeurs qui n'auraient représenté que leurs compères ? Alors que voilà immense leur contribution à la bataille et permanence du pouvoir, et que la lourde tâche n'a pu échoir qu'aux seuls brodeurs. 

"La corporation des brodeurs et brodeuses reçut d’Etienne Boileau ses premiers statuts vers la fin du treizième siècle, en même temps que celle des « faiseuses d’aumosnières sarrazinoises », dont le métier ne différait qu’en ce qu’il s’appliquait à de plus petits objets. Dans ces statuts, on énumère les brodeurs et brodeuses qui se trouvaient alors à Paris, et il est à remarquer que plusieurs de ces dernières avaient pour maris des enlumineurs : on observe le même fait en 1316, date à laquelle la corporation eut de nouveaux statuts. Cette association d’enlumineurs et de brodeuses ne fut pas sans doute fortuite, et on peut croire que ces deux métiers ne pouvaient guère subsister l’un sans l’autre, le peintre créant les motifs que la brodeuse exécutait ensuite avec l’aiguille."[18]
*La manière sarrasine étant de soie brodée d'or, venue de croisés revenus d'Orient, trentaine d'années plus tard.[19]

Rendons aux brodeuses ce qui leur revient, qu'elles fassent leur pelote, les maîtres brodeurs n'étaient pas seuls.

Dès qu'un pouvoir relatif échu à une femme dans des sociétés, où leur statut ne fait que consolider la soumission au cadre réglementaire de l'époque en les consolant de leurs extractions plus basses, fait les gros titres, j'avoue ressentir quelque agacement... Ce petit ouvrage de dame fait donc contrebalance à la surenchère virile de prétendre que les femmes étaient chez les vikings païens au pouvoir, reines, guerrières, saintes (Jeanne d'Arc, par exemple), guérisseuses ; autrement dit, bien sur que les féministes n'auraient rien compris, seraient des courges, qu'au contraire le monde serait dirigé par les femmes.


Dédicace à mes complices de traîne
 -qui se reconnaîtront tous deux
avec qui j'eus le privilège et le plaisir grâce à eux-
de cet après midi formidable entre deux conf'

Christine Gamita, Ph. D. Ethnologie
Docteure en ethnologie, désormais chercheure indépendante, ex-ingénieure en études et développement, management de la qualité des services informatiques en systèmes informatiques, et systèmes d'information

  • Post-scriptum stéphanois et pyrobatologique - 
Quelques mots sur le cycle de rites élémentaires et solaires et croyance en l'incombustibilité du corps humain, et la supposée statue de Constantin. premier empereur romain chrétien d'Orient en haut relief dressée à cheval à Saint Etienne le Vieux de Caen. Hélène sa mère et lui-même étant pour les Nestinarki (bulgares) et Anestenarides (grecs) de Thrace orientale, les saints tutélaires protecteurs de la danse sur le feu, héros de deux variantes d'une légende à ce sujet d'incendie d'église par les Turcs ottomans.[20]

Il a été question pendant cette semaine studieuse de l'Impératrice Hélène et de son fils l'Empereur Constantin et une statue équestre qui pourrait être Constantin, le premier empereur romain chrétien d'Orient en haut relief dressée à cheval à Saint Etienne le Vieux de Caen


Juste parce que je trouve belle cette photographie chipée à chercher l'explication du petit lion hirsute, plus bas, vu dans le documentaire cité.


Jeune fille au violon, Enfant aux ailes de papillon portant un violon, Ange au violon ? En la vieille église bombardée par les alliés au centre de Caen (villes suppliciées comme beaucoup) au cours des bombardements dévastateurs pour déloger les nazis hitlériens.[21]


La Chapelle de L'ange au Violon - Quentin Chabrot U-derzho Photographe
Trouvé sur https://fr.pinterest.com/pin/456622849699416620/

Des lignages patriarcaux, sans trace mitochondriale ? De la Broderie fût question le 21 mars 2017, où un Franki viking danois Onfray, cousin de ceux d'Argentan, en route pour mettre la rouste aux Angli, vers la sixième minute. Pour finir mon dernier noeud de broderie, l'irrésistible lion dans l'enceinte de la même église. Symbole solaire de philosophe normand ? La aussi que d'inconnues...


Extrait du reportage intégral Drôle d'endroit, entretiens de promotion de Annie Nivat, journaliste, "Dans quelle France on vit", Editions Fayard et Michel Onfray, philosophe "Décoloniser les provinces : Contribution aux présidentielles", Editions de l'Observatoire, 16 mars 2017
https://www.youtube.com/watch?v=x4FFlKl3ypY

- Notes de bas de billet -
___________

*Bagias, de Bodiocasses, celte, cf. R. Lepelley, Contribution à l'étude des inscriptions de la Tapisserie de Bayeux [Bagias et Wilgelm] [article] Bagias et Wilgelm, Annales de Normandie  Année 1964  Volume 14  Numéro 3  pp. 313-321 http://www.persee.fr/doc/annor_0003-4134_1964_num_14_3_6523


 [1] L'année prochaine, stella cadente / Décadence, suite de Cosmos / Ordre - "Brève encyclopédie du monde. L’ensemble va courir sur quatre thématiques et plusieurs années : Cosmos, une philosophie de la nature, Décadence une philosophie de l’histoire, Sagesse, une philosophie pratique et Politique, une philosophie du pouvoir." Cosmos, Flammarion, 2015

[2] Panographie de la Broderie de Bayeux, Erich Lerch http://panograph.free.fr/BayeuxTapestry.html

[3] Langues et cultures de l'Antiquité,  Enseigner les LCA » La tapisserie de Bayeux : texte latin & traduction http://www.arretetonchar.fr/la-tapisserie-de-bayeux-texte-latin-traduction/

 *Exactitude des termes à employer. cf. Michel Pastoureau, La broderie de Bayeux : une société mise en signes, conférence. https://webtv.univ-rouen.fr/permalink/v12561a520c95e0wwhgf/

Les retransmissions peuvent se suivre au fur et à mesure que passant sur France culture par ce site



[4] Le Test de Bechdel, Avatar SenscritophilisteListe de 92 films par SenscritophilisteJean-François Kodjo https://www.senscritique.com/liste/Le_Test_de_Bechdel/85999

[5] Pierre Bouet et François Neveux, Musée de Bayeux, Les personnages http://www.bayeuxmuseum.com/les_personnages.html

[6]  "Ælfgyva" Article encyclopédie numérique libre https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%86lfgyva

[7] Miss G, La mode au moyen-âge, Blog Lille lettré, 18 février 2016 http://www.lillelettre.fr/2016/02/18/la-mode-au-moyen-age/



*Autocitation concernant le concept de "servage sexuel féminicide" http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/09/servage-sexuel-non-merci.html

[10] Hémiole, La bourse ou l'aumônière ! dimanche 5 mai 2013, Reconstitutions, Blog de présentation de mes différentes reconstitutions historiques : costumes et textile pour la plupart. Parfois un peu d'histoire des techniques et de tutoriels. 

[11] p. 85, Abbé Gervais de la Rue,  Recherches sur la tapisserie répresentant la conquête de l'Angleterre par les Normands, et appartenant à l'église cathédrale de BayeuxVolume 2, Poisson, 1824  https://books.google.fr/books?id=_jlRAAAAcAAJ&printsec=frontcover&dq=Recherches+sur+la+tapisserie&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwiFmPf7wpbVAhVQL1AKHVJoDYwQ6AEILDAB#v=onepage&q=Recherches%20sur%20la%20tapisserie&f=fals

[12] p. 17, Moi, Adèle à l’époque de la Tapisserie de Bayeux, Fiches de lecture à thème historique, avec questionnaires et pistes de travail, Un prolongement pour l’étude de la Tapisserie de Bayeux, CYCLE III, Dossier réalisé par le Service Éducatif de la Tapisserie de Bayeux, Gilles Pivard, Ville de Bayeux, 2006 http://www.etab.ac-caen.fr/discip/aca/serviceseducatifs/pdf/tapisserie_III_moi.pdf

[13] Déjà Vu, Carnet de recherche de Patrick Peccatte, La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [1/2] – Pour une épistémologie de la comparaison http://dejavu.hypotheses.org/2908

[14] Christophe Moreau, "Tapisserie de Bayeux", Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juillet 2017 http://www.universalis.fr/encyclopedie/tapisserie-de-bayeux/

[15] Document établi par le Service Éducatif de la Tapisserie de Bayeux [pour les enseignants]- G. Pivard, professeur des écoles, Académie de Caen, p. 7 quizz http://www.etab.ac-caen.fr/discip/aca/serviceseducatifs/pdf/tapisserie_pd_quizz.pdf



[18] Métiers oubliés/Brodeurs (D’après un article paru au XIXe siècle), blog La France d'hier et d'aujourd'hui, Publié / MAJ jeudi 11 février 2010 http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article1186

[19] "Première croisade", article encyclopédie numérique libre pour enfants https://fr.vikidia.org/wiki/Premi%C3%A8re_croisade

[20] La joie du feu, partie de ma thèse de doctorat numérique et ses écrits (mon film de thèse sera bientôt en ligne)

[21Louis Huet, Histoire de la paroisse Saint-Etienne de Caen, Editions Evreux impr. de l'Eure, 1892 http://oai.normannia.info/cgi-bin/aurweb.exe/normannia/rechpdoc?aut=Huet%2C+Louis

Sources des illustrations

[Ill. 1Aelfgyva, l’inconnue de la Tapisserie de Bayeux par CHARLES le 8 Fév 2012 • 11:09, Histoire normande http://www.histoirenormande.fr/aelfgyva-linconnue-de-la-tapisserie-de-bayeux

[Ill. 2Patrick Peccatte, La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] : Le « système du poil »
12 décembre 2016, est la co-publication d’un article du blog de Patrick Peccatte « Déjà Vu http://marsam.graphics/la-bande-dessinee-et-la-tapisserie-de-bayeux-22-le-systeme-du-poil/


[Ill. 3Evren Kiefer, A quoi sert le "story-telling" ? Stratégie de contenu et médias sociaux, Harold Godwinson, publié le 01/11/2012 https://evrenkiefer.com/tag/harold-godwinson/

[Ill. 4] id. 2 Patrick Peccatte, La bande dessinée et la Tapisserie de Bayeux [2/2] – Le « système du poil » dans les narrations visuelles séquentielles http//dejavu.hypotheses.org/2935

[Ill. 5] Centauresse, voir article encyclopédie numérique gratuite https://fr.wikipedia.org/wiki/Centaure

Centaurelle https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_meubles_h%C3%A9raldiques#Centaure"...femme-centaure aux cheveux blonds et longs, avec les bras largement écartés (scène 10, en haut). Attribut conventionnel des prostituées dans l’imagerie du Moyen Âge, une telle chevelure libre et opulente contraste avec les trois figures féminines austères de la bande principale." http://marsam.graphics/la-bande-dessinee-et-la-tapisserie-de-bayeux-22-le-systeme-du-poil/


[Ill. 6] Xavier Demeersman, La comète de Halley responsable du refroidissement climatique de 536 ?

[Ill. 7] bayeux_museumMontage de l'expo "Guillaume Le Conquérant, Héros en BD" 


[Ill. 8] Odon combat - Extrait du site d'un brodeur lyonnais Brod12/Yann Kalbfuss http://brod12.com/history/history.php 


[Ill. 9] Chevaux des deux camps cul par dessus tête, Détail panographique, Erich Lerch http://panograph.free.fr/BayeuxTapestry.html


Publié le 22/12/2013, Futura sciences http://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronomie-comete-halley-responsable-refroidissement-climatique-536-51117/


Toile de lin brodée VS planche à dessin ! Du 20 juin au 30 décembre à la Tapisserie de Bayeux #bayeux  https://www.instagram.com/p/BGmVPcSB-fM/?taken-by=bayeux_museum

  • Fondamentaux de cet ethnoblog :
B - ¿Androcides? http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html

"L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptiblePour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 F Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates.En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible -existe aussi dans les langues suivantes Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire