mercredi 28 août 2019

Libératrices

"Dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre."* 
Marie Curie 

 Wenigenauma Ponyshow, Thuringe, Allemagne, Europe 
Femmes au feu !

A la date du 75e anniversaire de la Libération de Paris -à deux doigts de sauter-, cette année, commence à se profiler des hommages aux femmes combattantes de la Seconde Guerre Mondiale, qui n'ont pas démérité.

Au départ quelques sévères humiliations, des généraux réticents, des soldats méprisants, et à l'arrivée gynolyse* (effacement)...

Comment cela, la place des femmes à la maison, mauvaises conductrices, piètres soldats sous la mitraille ou le bombardement ? Futiles esprits qui ne sauraient s'organiser, à peine ranger leur maquillage sur des étagères et leurs fanfreluches dans les placards. Vous êtes surs -il reste grand nombre de garçons élevés dans le monde à cette idée des filles à confiner en arrière cour- ?
Ambulancières de front "Les Rochambelles" - A gauche en premier, l'instigratrice, M. Conrad qui a déniché les Dodge © Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin, Paris-Musées. Coll. Tereska Torrès"[Illus. 1]
Il y eût pourtant des premières dans les premiers qui entrèrent dans Paris, "personnels féminins engagés volontaires"[1]
"25 août 1944 - Entrée triomphale à PARIS (G.T.V. par la Porte d'Italie) - Arrivée au Jardin des Plantes après circuit par pont d'Austerlitz, quais de Bercy...."[2]
La 2e DB de Leclerc, à laquelle elles participent, entre dans Paris venant à la rescousse de la Résistance. Depuis 2005, site et page facebook Les femmes de la 2ème DB[3]
"Ayant sauvé tant de soldats, les Rochambelles gagnent définitivement la confiance de Leclerc et celle de ses hommes. Elles prennent part à la libération de Paris fin août 1944. Rosette Peschaud, l'une d'entre elles, raconte : "C'était extraordinaire, il y avait une foule immense. Les hommes m'embrassaient ; ils n'étaient pas rasés, j'avais mal aux joues."
L'armée de libération comptait à son front des femmes, au nombre de soixante-dix.[4]
"L’unité Rochambeau arrive en Angleterre en avril 1944 et débarque sur les plages Normandes début août 1944 dans des conditions "effroyables". Dès le lendemain, elles vivent leurs premières nuits de bombardement. L'une d'entre elles a les jambes broyées. Chaque jour, par équipe de deux, elles évacuent les blessés de la zone de combat après avoir établi un rapide diagnostic et prodigué les premiers soins. Pour la première fois dans la seconde guerre mondiale, des femmes se retrouvent sur le front, directement exposées aux tirs ennemis."[5]  
Rochambelles, Marinettes, Qakers sous le commandement du Dr Montfort[Illus.2]
 
https://liberation-de-paris.gilles-primout.fr/la-preparation/forces-en-presence/la-2eme-division-blindee
"1 bataillon médical :3 compagnies médicales
  • 1re compagnie médicale et groupe d'ambulancières Rochambeau (Rochambelles)
  • 2e compagnie médicale et groupe d'ambulancières de la Marine (Marinettes)
"Bataillon médical : Médecin Cdt Montfort (Marinettes: Mlle De Carsignol, Quakers : Liscia; Rochambelles : Mdme Florence Conrad)"
[7] http://mapage.noos.fr/liberation_de_paris/2db.htm
Les ATS -
"Il faut convaincre de Gaulle que les femmes françaises peuvent prendre la place des hommes à certains postes et que leur aide est tout autant précieuse ! A la fin de l’année 1940, moins de 50 femmes sont présentes dans les rangs. Elles évoluent au sein de l’armée de l’air, de la marine, des services sociaux. Doucement le corps féminin évolue."
50 SOE 
"Churchill crée le SOE en juin 1940. 1700 agents sont envoyés en France dont 50 femmes. Ils sont très exposés : on estime à 6 mois l’espérance de vie d’un agent parachuté en France. L’entraînement physique est intensif, les femmes ne bénéficient d’aucun de traitement de faveur. Elles subissent comme les hommes les endurances aux interrogatoires. Leurs compétences sont exploitées (chimiste, radio…).
Aux transmissions -
"Les Merlinettes également que l’on connaît peut être un peu et qui étaient sous le commandement du général Merlin affectées aux transmissions. Elles furent présentes en France et en Italie mais lorsqu’elles étaient capturées par l’ennemi, elles ne possédaient pas le statut de prisonnières de guerre, ce qui fait que certaines furent déportées à Ravensbrück."[8] http://www.marinettes-et-rochambelles.com/pages/musees.html
Frédérique Pineau, Femmes en guerre 1940-1946[Illus.3] 
"Grâce à des témoignages et des recherches de longues haleines, les auteurs de Femmes en Guerre ont voulu démontrer que l’engagement des femmes dans l’Armée française n’est pas synonyme uniquement de « Rochambelles », « Marinettes » ou encore « Merlinettes » mais qu’au contre, elles étaient bien plus nombreuses et qu’elles appartenaient à diverses unités encore trop méconnues."
Insigne
" intégrées à la 2e division blindée (1re compagnie médicale du 13e bataillon médical)' -(Bombe, Dodge-ambulance, Croix de Lorraine)[Illus.4]  https://fr.wikipedia.org/wiki/Rochambelle
  • Des millions de combattantes volontaires à l'appel -
Dans l'Armée rouge, à l'inverse du national socialisme hitlérien, où les femmes reléguées à leur fonction de reproductrice du pur sang aryen. Sans le gain stratégique majeur du Front de l'Est, les alliés occidentaux n'auraient pas pu réussir leur offensive tardive et victorieuse.

L'on sait que le débarquement des alliés n'auraient pas été possible sans le front de l'Est tenu par l'URSS, dont million pour le moins de combattantes militaires, engagées.[9]  https://fr.wikipedia.org/wiki/Front_de_l%27Est_(Seconde_Guerre_mondiale)

Elles ne furent pas moins victimes de l'Opération Barberousse[10] https://fr.wikipedia.org/wiki/Op%C3%A9ration_Barbarossa

Lorsque faites prisonnières, comme toutes les civiles slaves (athées ou non), elles furent traitées en "untermenschen" / "sous-hommes" hautement "nuisibles" -trois groupes "Juif", "Slave" /Bolchévique, "Tzigane", étaient classés dans cette catégorie ignominieuse, permettant les traitements les plus inhumains-
"(...) du combat final entre l'Occident, représenté par le Reich, et l'Orient, qui a pris la forme du marxisme soviétique, combat qui mettrait fin à 6 000 ans de guerre raciale"
S'y rajoûte la double casquette curieusement enfoncée sur la tête russe, alors que l'URSS est athée et ne pouvait être, ni la Russie précédente, taxée de judéophilie...
"dans Mein Kampf, Hitler, qui n'est alors qu'un avatar parmi d'autres de la pensée de l'extrême droite allemande des années 192023, amalgame la figure du Juif et la représentation du bolchevik, entre autres dans la figure fantasmagorique du Judéo-Bolchevik, représentation dans l'idéologie nazie du mal absolu, le Juif, « nuisible » (schädling) à la Nation allemande"
Au-delà de ce qui peut être analysé du stalinisme (fortifié par l'attaque nazie) et du pacte germano-soviétique de 39 ou des accords de Munich de 38, "chiffons de papier", fait pour éviter la guerre, les femmes russes ne furent pas parmi les derniers à combattre dans l'armée soviétique pour endiguer l'invasion allemande. A tous postes, y compris des plus dangereux et pas toujours des plus valorisants...
"Ces jeunes femmes ont quitté la guerre par la petite porte, elles n’ont reçu aucun témoignage de reconnaissance, aucune décoration, aucun remerciement. Elles n’ont pas droit au statut d’ancien combattant, elles ne parlent pas, se taisent, gardent ces terrible souvenirs pour elles et ont même honte d’avoir commis des actes que des femmes bien élevées ne devraient jamais commettre."
[11] https://voyages.ideoz.fr/la-guerre-na-pas-un-visage-de-femme-svetlana-alexievitch-livre-temoignages-de-guerre-litterature-russe/
Dans tous les pays socialistes du bloc, l'on suivait une instruction militaire,
"Depuis 1925, les jeunes filles soviétiques suivaient une formation, ou plutôt un "enregistrement militaire" établissant un livret militaire consignant tous les renseignements nécessaires à une éventuelle réquisition en cas de conflit. Toutes les femmes entre 18 et 40 ans étaient concernées et constituaient la " réserve militaire""
[12] http://www.dementieva.fr/russie/2guerre3.html
  • Les combattantes les plus fêtées, les pilotes et les snipers
Groupe d'aviation 122, trois régiments de femmes pilotes. Les plus fêtées.[13] https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_d%27Aviation_n%C2%B0122
ecd9a4bd0f8941365bf5535d26aa6053.jpg
"Les sorcières de la nuit" https://www.paperblog.fr/5546492/les-femmes-pilotes-sovietiques-de-la-grande-guerre-patriotique/
Unité aérienne militaire soviétique entièrement féminine[14] https://fr.wikipedia.org/wiki/Femmes_sovi%C3%A9tiques_pendant_la_Seconde_Guerre_mondiale

Une tireuse d'élite russe de l'Armée rouge
"plus de 2 000 femmes russes ont participé aux combats en tant que sniper durant ce conflit au sein de l’Armée rouge
 Tireuses d'élite  de la formation partisane de Sydir Kovpak en formation en Ukraine (1940)
Femmes disparues dans le gouffre de la guerre non répertoriées, sept millions ? Combien de militaires, auxiliaires ou de l'active, parmi elles ?
"En 2001, les historiens russes estimaient les pertes du conflit germano-soviétique à 26,2 millions de tués (environ 16 % de la population de l’Union soviétique de 1940) dont plus de 11 millions de soldats et officiers (6,8 millions de tués directs et 3,8 millions de prisonniers de guerre décédés entre les mains de la Wehrmacht), et surtout 15,6 millions de civils." 
Partizanki /сколько партизанки, combien ? https://ria.ru/20170502/1493163056.html

Résistantes torturées, assassinées, disparues, combien ? Berty Albrecht, effritée entre les pages des livres d'histoire...
https://susaufeminicides.blogspot.com/2019/01/en-premiere-toute.html


    Joséphine Baker - Freda Josephine McDonald

"Et si Joséphine Baker entrait au Panthéon ? L'idée a été émise par l'écrivain Régis Debray dans une tribune du Monde en date du 16 décembre 2013. Cette « panthéonisation » de Joséphine Baker aurait le mérite d'éclairer un pan méconnu de son histoire, de rappeler au public qu'elle n'a pas été seulement une danseuse de music-hall devenue célèbre grâce à ses danses endiablées et ses pitreries. Son passé de résistante, sur lequel elle a toujours été discrète, ainsi que son combat contre le racisme méritent de rester dans nos mémoires." "Titulaire d'un brevet de pilote, elle rejoint, pour masquer son engagement dans le contre-espionnage, les Infirmières Pilotes Secouristes de l'Air (IPSA) et accueille des réfugiés de la Croix Rouge." "Lors de son passage à Alger en 1943, le général de Gaulle, reconnaissant, lui offre une petite Croix de Lorraine en or qu'elle vend par la suite aux enchères pour la somme de 350.000 francs au profit exclusif de la Résistance.Après avoir combattu l'occupation allemande en travaillant pour la Résistance, Joséphine Baker est, le 23 mai 1944, officiellement engagée pour la durée de la guerre à Alger, dans l'armée de l'air, et devient sous-lieutenant, rédactrice première classe, échelon officier de propagande. " http://histoire-vesinet.org/jbaker-resistante.htm
Femme concrète,
"Elle y accueille douze enfants de toutes origines qu'elle a adoptés et qu'elle appelle sa « tribu arc-en-ciel »" https://fr.wikipedia.org/wiki/Jos%C3%A9phine_Baker 
Christine Gamita
  • Note de bas de bloc
"Dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre."* Marie Curie http://www.printempsdeloptimisme.com/curie-marie-dans-la-vie-rien-nest-a-craindre-tout-est-a-comprendre/
Avant les Dodges de Conrad, les 'Petites Curie" 
"Marie Curie a conçu 18 voitures radiologiques et installé 250 postes fixes de radiologie dans les hôpitaux. Plus d'un million de blessés ont été secourus grâce à ces installations, dont un millier l'ont été par Marie Curie elle-mêmehttps://fr.wikipedia.org/wiki/Petites_Curies
[1]  http://les-sanglots-longs-des-violons.eklablog.com/les-rochambelles-c18114480

[2Journal de Marche du B.M. XIII, Troisième Trimestre 1944, AOUT 1944 - SEPTEMBRE 1944 http://www.marinettes-et-rochambelles.com/pages/JDM-1944-3trimestre.html

[3] Depuis 2005, site et page facebook Les femmes de la 2ème DB https://www.facebook.com/lesfillesdeladb/ https://www.facebook.com/lesfillesdeladb/

[4http://www.marinettes-et-rochambelles.com/

[5https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/2013/06/05/les-rochambelles-ces-heroines-meconnues-264389.html
  • Crédit illustrations 
Pour citer cette ressource, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteure : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 FR

Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document Unauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required.
Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire