samedi 21 janvier 2012

Violence féminicide "drying breasts"

L'idée motrice du contrôle du sexe féminin carbure alternativement à la coercition et à la punition, comme cela se voit à nombre d'exemples féminicides archivés ci-dessous.
  • Repassages contraceptifs de broderie anglaise - "Drying breast"
Et  voilà que certains font courir en Angleterre le bruit que d'abîmer irrémédiablement les seins de ces petites filles les protégerait du viol féminicide ? Décidément, papatriarka se recycle affreusement -Maîtrise et contrôle des filles et de leur sexualité par des structures patriarchiques abusives, en place de punir les violeurs- Punir ces petites filles d'avoir des seins et laisser tranquilles les pauvres violeurs ? CELA SUFFIT ! http://www.dakaractu.com/Repasser-les-seins-des-jeunes-filles-pour-eviter-les-viols-la-pratique-se-repand_a53265.html

Tout est mis en branle, écrase tes seins pour trouver mari, battage, fers, menottes, gavage...qu'est ce qui n'a pas été inventé pour caser les filles ? Les femmes  dressées de mère en fille livrent les paquets aux désirs des maris... mais pas de cadeaux pour les petites filles, elles ne sont jamais assez bien ?
"Mange pour plaire aux hommes !" http://www.afrik.com/article7688.htm
"Outillage" selon les régions pour "repasser" les seins
L'atrocité des seins adolescents écrasés prétend être contraceptive et montre que l'interdiction stricte des féminicides reste une nécessité de santé publique, d'appliquer d'effectifs droits génésiques et à la santé de ces petites filles pendant la puberté. http://observers.france24.com/fr/content/20121024-repassage-seins-supplice-jeunes-camerounaises-yaounde-massage-renata-puberte-femmes

Aucun système matriarcal gynécrate (cheftaine mère et femmes totalement au pouvoir) n'a inventé de bousiller les pompons des garçons à la puberté afin de les empêcher de courir le guilledou et mettre enceinte les mômes ; par contre, pour les filles, leur écraser à chaud les seins de pratique mutilatoire courante dans certaines zones pour les maîtriser, les calmer, et décider de leur sexualité pour les livrer vierges aux maris. C'est bien connu, les jeunes filles ne sont contrôlables que par des rites pubertaires drastiques. En cela sur le contrôle de notre sexe et de notre sexualité, jeunes filles, il ne faut pas sous estimer que le temps n'est pas éloigné en France où la "culture" (constituée de toutes les croyances et religions, et diverses traditions, du groupe de population en cause) permettait de brimer les jeunes filles plus que vigoureusement et de comparer avec la contraception facilitée désormais et dernièrement voté le remboursement 100 %  de l'IVG, soit avortement médicalisé, par l'assurance sociale nationale- ?ous en sommes sorties par la loi (norme juridique) et non pas par les normes coutumières imposées par des chefs et leurs lieutenantes- L'unique structuration définitive et garantie par l'Etat est la loi, qui ensuite permet de la prévention et de l'instruction- pas l'inverse, qui reste du temps perdu et de l'énergie gaspillée sans la loi au dessus. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/08/avortement-medicalise-droit-de.html

Afin de protéger 3 800 000 petites filles menacées en Afrique de l'Ouest d'écrasement des seins à chaud. Doublée de la torture du féminicide excisionnel (Voir Thérèse Atangana-Malongué, 2005, Docteur en droit http://www.unicaen.fr/puc/ecrire/revues/crdf/crdf4/crdf0416atangana.pdf 

La résille de coutumes patriarcales, de tradition religieuse ou sectaire, se voit toujours justifiée par des croyances inventives (qui montre l'intelligence de l'espèce :o(), dont le relativisme culturel qui les couvre fait le lit dans chaque communauté qui s'accroche à ses particularismes, croyant mieux survivre ainsi... Je surnomme cette cruauté : "drying breasts" (dessèchement de poitrine) car elle consiste en l'écrasement des seins juvéniles à chaud, croyant assécher la fécondité et faciliter la chasse à l'époux par cette pratique révoltante. Appel à votez en masse "BANNIR" - "MAUVAIS" sur la page d'accueil du site des Tantines camerounaises http://www.tantines.org/ (Sondage à droite de la page d'accueil)
http://www.afrik.com/le-repassage-des-seins-une-tradition-toujours-pratiquee

Cette violence féminicide dite "repassage des seins" des petites filles et des jeunes accouchées au Cameroun est pratiquée par les femmes avec ou sans les bénédictions des pères, maris, chefs locaux... En 2006, RENATA, Réseau national des associations de tantines a lancé une campagne de sensibilisation. Suite à une enquête menée avec l’appui de l’organisation allemande GTZ établissant qu'une fille sur quatre au Cameroun en est victime. http://www.tantines.org/?page_id=95

2014 Un étudiant va tenter de réaliser un film pour les soutenir. Lieux de tournage prévus :
"Malgré ses 9 ans d’actions, RENATA n’est toujours pas parvenu à faire réagir le gouvernement camerounais sur la pratique.  Quelles en sont les raisons ?" 
http://negronews.fr/2014/03/15/societe-quand-le-repassage-des-seins-au-cameroun-interpelle-un-etudiant-en-journalisme/
Intention ou pas, le crime et la torture féminicides sont là ! Lorsque l'on tue sans intention, l'on est condamné, le féminicide involontaire et l'homicide involontaire sont deux choses qui existent d'évidence. Cependant, il est volontaire de soumettre à des violences féminicides "drying breasts" pour mieux les marier ? Donc féminicide volontaire caractérisé. http://willykean.com/2009/01/09/repassage-des-seins-autre-forme-de-violence-faite-aux-femmes/

Le Département d'Etat américain dans son rapport 2010 des droits de l'homme au Cameroun a fait nouvellement état "de nombreuses victimes dans le pays". Dans certains cas, "de brûlures, de déformations et de problèmes psychologiques." Inconcevable que cela continue. Qu'est ce que l'on attend pour interdire cette coutume criminelle, encore une fois pour placer les filles, pour les discipliner.

Vivent Les Tantines. Association contre les violences féminicides au Cameroun - Ou bien je vais me mettre à prôner l'égalité... Oserais-je l'écrire ? Par contraception, rien de mieux que de leur les "briser menu" au moule à gauffres, par ex. ? Ah non, ça n'est pas possible, ça ce serait de l'androcide. Et personne ne se pose d'ailleurs la question, ils sont intouchables au bon sens du terme, impunes en toutRéférences Wikipedia   Habibou Bangré, « Cameroun : une campagne contre le « repassage » des seins [archive] », afrik.com, 6 juin 2006.  Jean-David Mihamlé, « Croisade contre "le repassage des seins" au Cameroun [archive] », BBC Afrique, 28 juin 2006. Flavien Ndonko et Germaine Ngo'o, Study on Breast Modeling in CameroonGesellschaft für Technische Zusammenarbeit (GTZ) et RENATA, Yaoundé, 2006

Traduction article "(CNN) - Chaque matin avant l'école, à neuf ans Terisia Techu subit une activité douloureuse. Sa mère prend un pilon brûlant tout droit sorti du feu et l'utilise pour écraser ses seins.Avec des larmes dans ses yeux quand elle se le rappelle, Terisia dit, qu'un jour le pilon était si chaud, qu'il lui laissé une cicatrice de brûlure. Aujourd'hui à 18 ans, elle en reste traumatisée. Sa mère, Grace, nie la gravité des faits et montre avec fierté la méthode qu'elle a utilisé sur sa fille pendant plusieurs semaines, affirmant que le but était de la rendre plus désirable et protéger des grossesses.Une étude a révélé qu'une jeune fille sur quatre au Cameroun subit cette coutume.Le Département d'Etat américain dans son rapport 2010 des droits de l'homme au Cameroun a fait nouvellement état "de nombreuses victimes dans le pays". Dans certains cas, "de brûlures, de déformations et de problèmes psychologiques."Plus de deux cents groupes aux us et coutumes différentes existent au Cameroun. Le repassage des seins est pratiqué par tous. Certaines mères utilisent des pierres chaudes ou des coquilles de noix de coco pour aplatir les seins de leurs filles.Les médecins pensent que l'amélioration des ont abouti à des jeunes filles camerounaises en passant par la puberté précoce. Beaucoup d'entre eux sont aussi devenir enceinte au début.Terisia est tombée enceinte à 15 ans. Son enfant est décédé à la naissance. Elle a dit à CNN que le repassage des seins ne fonctionne pas. Elle déteste cette coutume et éducation sexuelle et à la contraception.Grâce Techu affirme que s'il n'y avait pas eu le repassage des seins, Terisia serait tombée enceinte encore plus jeune. Techu a quatre filles, et a écrasé les seins de ces deux premières enfants. La troisième y a échappé car ses seins se développaient plus lentement, selon Techu, et que la cadette était encore trop jeune.Les mères qui veulent qu'elles terminent leurs études avant que de devenir parents ont recours à cette mesure drastique, et beaucoup n'y voient rien de mal.En 2006, une ONG allemande avait révélé cette coutume, à l'époque confidentielle. Depuis, des organisations caritatives ont lancé des campagnes visant à l'éducation sexuelle des mères au Cameroun -le repassage des seins nullement une contraception des adolescentes-Le Dr Sinou Tchana, gynécologue au Cameroun, a vu des glandes mammaires détruites. Dans un cas de cancer, elle n'a pu établir si le repassage avait causé ou exacerbé le cancer.«Une mère est venue avec des brûlures secondaires parce que la pierre qu'elle utilisait pour ce faire le repassage des seins l'ont brûlée», dit Tchana.Une de ses patientes de 23 ans dont les cicatrices sont encore douloureuses 14 ans après le repassage de ses seins. Elle a rejoint l'action collective visant à en informer les mères des effets.Le défi pour tous ceux qui tentent d'éradiquer cette coutume faite pour marier le filles consiste à convaincre les parents comme Techu qu'elle détruit des vies."

Autres outils de repassage - 2014 © Reuters/ Joe Penney
http://www.journalducameroun.com/article.php?aid=17664
  • Peur et rejet de l'exogamie, du mélange, du métissage, complexe de la dilution
De récentes arrivées en France autoriserait de bafouer les lois, ce serait vexant d'apprendre aux habitants du territoire national les principes de droit et constitutionnels français d'égalité des sexes et de laïcité ? En plus que ces imbécillités n'existaient pas. Tout à fait new look d'aller empaqueter les toutes petites, cela ne s'est jamais fait, même dans les bleds les plus paumés de Turquie où je traînais mes sandales en années 60 ! Avant l'arrivée des forcenés islamistes, les filles n'étaient généralement obligées d'aller couvertes qu'aux ménarches, disant ainsi que propres à la consommation pour les hymens... et échangeables, vendables pardi, par dot (terre, bétail, monnaie, trousseau) ! 
Petites filles en hijab, juillet 2015
-sur le site facebook de la mosquée de Cherbourg (tradition jurisprudentielle malikite)-

Eid, 24 septembre 2015, site mosquée de Cherbourg
http://www.donotlink.com/i4nl

Il ne s'est jamais vu de petites filles voilées en telles quantités, même en Arabie (au fait, notez que cela signifie aussi ouest...) ou pays arabo-musulman (l'Islam est vaste), au moins les enfants allaient en paix, en Orient, a fortiori en Europe occidentale, où cela n'existait pas du tout jusqu'à peu. Cette pratique ne s'appliquait dans les campagnes et qu'aux filles pubères ! 

Défiance envers ses hôtes, insulte à l'hospitalité- Cela démontre que les dévots de la mosquée de Cherbourg craignent la concupiscence coupable et l'incapacité de leurs hôtes à retenir leurs pulsions envers leurs filles. Signe de défiance et d'une forte discrimination entre pères... dont certains ne sont pas conscients deux secondes ?
Cette môme pétrifiée de passer de bras en bras comme un paquet, on a beau lui caresser la main et lui dire que son foulard est beau, sa vie démarre très mal...
Fascinisme* paternel ? https://en.wikipedia.org/wiki/Fascinus

De fascinus à facinus... http://www.dicolatin.com/XY/LAK/0/FACINUS/index.htm

La même instrumentalisation des fillettes fait rage pour prélever des fonds. Qu'est ce que cette nouvelle pratique d'emmitoufler les gamines vient faire dans l'affaire de cette guerre civile ? Cela ressemble bien à la mendicité avec enfants, interdites par la Loi.

Rappelons ce que, en 2001, la CEDH pointait concernant une adulte voilée, ainsi a fortiori, que des parents imposent à des petites filles des tissus sacrés et leur faire supporter, de plus, des risques de santé, asthme, audition, névrose sociale, troubles du comportement alimentaire (mésestime de soi), rachitisme; insolations... Ces fillettes seraient donc sans droit de protection d'être originaires de l'Orient ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2016/04/modo-alienatio.html
"le port du foulard est imposé aux femmes par une prescription coranique qu'il est difficile de concilier avec le message de tolérance, de respect d'autrui, d'égalité et de non-discrimination que, dans une démocratie, tout enseignant doit transmettre à ses élèvesCour Européenne des Droits de l'Homme (Aff. Lucia Dalhab c/Turquie, 15 février 2001)
Cuisante irresponsabilité ou méconnaissance des sujets !? Un Ministre doit en tout lieu respecter la Loi, comme tout citoyen, ni plus, ni moins. La sexualisation* et l'endoctrinement de toutes petites filles bénies par un ministre qui n'est pas de culte (à moins que cela ait été sa vocation première, bien cachée ?), cela n'est pas concevable ! C'est honteux et intolérable. Magnifier un signe sectaire de hidjab (démarcation du sexapartheid* du haram féminin) avec la stratégie sectaire de ceux qui nous attentatent et qui accréditent le mobile de la pulsion virile irrépressible, en place d'éduquer les garçons à la bonne conduite de mise en pays d'égalité des sexes, sans compromissions psychologistes  ?!!! http://www.manche.gouv.fr/Actualites/Deplacement-de-M.-Bernard-Cazeneuve-ministre-de-l-Interieur-jeudi-24-septembre
  • Mais avant d'aller plus loin en pratiques sursexualisantes des petites filles
Rappelons que la sursexualisation des petites filles, dites mini miss en concours bétailler, a été interdite par le Sénat ! Les mini miss de dieu devraient de même sorties de ce cercle vicieux. Brimade donc, et discrimination d'avec les petits garçons, voilà une homonymie visuelle qui nous saute à la tête au Maroc en 2015... Il aura fallu qu'une pétition se lève contre l'arrestation de deux jeunes filles en robe...
"L’article 19 du texte stipule notamment que : « L’homme et la femme jouissent, à égalité, des droits et libertés à caractère civil, politique, économique, social… […]. L’Etat marocain œuvre à la réalisation de la parité entre les hommes et les femmes »." http://telquel.ma/2015/06/24/poursuivies-etre-en-robe-vox-populi-surplombe-loi_1453227
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Au_ministre_de_la_Justice_et_des_Libertes_Mettre_une_robe_nest_pas_un_crime/?wTbdtbb
Des pieds à la tête, gavées et triturées... Faisons donc une boucle par les zones autres que le Ier type au chapitre des féminicides mutilatoires.
  • Paraissant bénin, mais toujours dans le domaine de fouiller ou contraindre les ventres, le point de trop des gougnafiers... 
Si actuel -Que les femmes portent plainte en cas de douleurs d'épisiotomie ! Les médecins ("(je dis bien certains, heureusement minoritaires)" doivent cesser de se permettre de telles privautés et commentaires de re serrer pour que le mari jouissent mieux (plaisanteries salaces en prime), qui finalement nuisent en entraînant "cette douleur, la dyspareunie". Une fois seule serait déjà de trop ! Dire qu'il fût nommé "point de courtoisie" au Québec.. .http://www.isabelle-alonso.com/le-point-du-mari/

Entendons nous bien, il ne s'agit pas de remettre en cause les nécessaires actes médicaux justifiés. N'est pas à négliger non plus l'opinion du Dr Zafran et autres professionnels paramédicaux qui souligne que les déchirures guérissent mieux que l'épisiotomie dans nombre de cas. http://blogue.passeportsante.net/martinwinckler/


J'ai bien envie de devenir très malpolie, surtout quand les têtes de pont (vous aurez remarqué ma retenue) se déboutonne, au point qu'une enquête de santé s'impose et qui est demandée à la Ministre...

"Jean Marty, Président du syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France, interviewé dans un article publié dans Le Monde du 18/04/2014, déclare que « c'est surtout dans la tête des femmes que cela se passe » avant de se rétracter et de dire « ça ne nous choque pas »...." https://secure.avaaz.org/fr/petition/Marisol_Touraine_Une_enquete_sur_le_point_du_mari_et_les_pratiques_de_mutilations_sexuelle/?nojyBeb
  • Des condamnées stérilisées pour éviter de futurs coûts médicaux de grossesse ? Rien d'illégal, parait-il
    "they are not illegal. The Supreme Court ruled in 1927 that women can be forcibly sterilized in jail in Buck vs Bell." "In California of all places, prison doctors have sterilized over 150 women. Why? They don’t want to have to provide welfare funding for any children they may have in the future." http://tellmenow.com/2014/04/women-prisoners-sterilized-to-cut-welfare-costs-in-california/
  • Laisse au cou
Une autre manière de mutiler pour tenir en laisse, tradition fort peu plaisante, malgré les mises en scène folkloriques et touristiques des spirales de cou, et protestations empressées d'inocuité concernant les exilées de Birmanie, que sont les Karen en Thaïlande-  http://news.bbc.co.uk/2/hi/asia-pacific/7215182.stm

Doublement prisonnières, et l'on peut dire que ce ne sont que leurs clavicules qui trinquent, cela n'y change rien, ce ne sont jamais les garçons qui les portent... http://vanderbilout.over-blog.fr/article-18964786.html

http://vanderbilout.over-blog.fr/article-18964786.html
Dans le temps, les surnommées "femmes girafes" ndébélé d'Afrique du Sud, ne se rencontraient plus en 1991.
"Les femmes portent des parures pouvant atteindre 25 kg. Les anneaux de cuivre perlés s'empilent autour du cou et de la taille, leur nombre correspondant à la réputation de la santé sexuelle de l'époux." http://fr.wikipedia.org/wiki/Nd%C3%A9b%C3%A9l%C3%A9s
  • Banderilles et brides chinoises
"Zhu Xi (1130-1200), alors magistrat dans la province du Fujian, voyait dans le bandage des pieds, outre un moyen de préserver la chasteté féminine, « un moyen de répandre la culture chinoise et d'enseigner la séparation entre l'homme et la femme. »"
http://fr.wikipedia.org/wiki/Pieds_band%C3%A9s
 photo de Eléonore Pourriat


Dernières fleurs de lys presque fanées toujours marchant sur leurs talons avec leurs orteils pliés en parchemin -de roseau- http://www.huffingtonpost.fr/2014/06/17/femmes-chinoises-pieds-bandes-pieds-de-lys-chine-photos_n_5499708.html

- Le bandage des pieds reste coercitif, empêchant bien physiquement toute fuite sous un prétexte d'aphrodisme (canons de beauté) ; cette pratique-là extrême orientale archivée ici avec d'autres. 
  • Corsets d'antan - Ayant perduré moins longtemps que les mille ans des milles collines
Thorax_féminin_avec_corset (cliché Radiquet) Röntgenogram
extrait de http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Corset_(1908)/02
Ludovic O’Followell, Le Corset, 1908 http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Corset_(1908)
Membres locomoteurs mutilés et respiration coupée, pas question d'aller bien loin !

Auraient-ils été eux aussi classés dans ce catalogues des mutilations sexuelles ? Très certainement, s'ils existaient encore.

Aucun billet de mes billets n'est fait pour stigmatiser un endroit plutôt qu'un autre. L'Europe n'a nullement éradiqué le viol féminicide, les mariages forcés, les mariages de petites filles, le proxénétisme, etc. de les avoir pensé partie d'un passé révolu, grâce aux rares lois d'égalité des sexes, certains retours du fond des âges refont surface en France...

C'est ce qui tait la réalité mondiale du mal traitement des filles et des femmes n'est pas mieux placée sur l'échelle des continents au taux des assassinats féminicides,  privés et publics, de l'inceste de l'exploitation sexuelle forcée et induite, dite "traite des blanches" mais qui n'épargne aucune carnation de la plus pâle albinos à la plus foncée des Africaines. Et une fois libérées de leurs proxénètes, celles-ci continuent à envoyer l'argent à leur famille par westernunion, ce qui fait le lit des maquereaux au pouvoir. Cette hémorragie de femmes nuira à moyen terme à tous les pays dont elles sont originaires.


Restreindre le mouvement, casser la liberté, l'orienter non pas en vue d'ordre public mais au contraire uniquement du point de vue relativiste de l'ordre viril, souvent mené ou soutenu par des sorciers, gurus et prêtres de toutes croyances.

Christine Gamita, Ph. D., ethnologie
Docteure en ethnologie, ex-ingénieure en informatique, spécialisée en management de la qualité des études, services informatiques et services d'information
  • Fondamentaux de cet ethno blog :

Source obligatoire SVP © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec auteur http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/07/qui-ecrit-ici.html, date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD ©Tous droits réservés international 2012

9 commentaires:

  1. Je ne comprends pas notre société qui laisse faire des erreurs pareilles, toute être de cette terre à droit à un traitement digne. Révoltons-nous contre de telles pratiques. Je honte de vivre sur une planète ou dans beaucoup de pays les enfants et les femmes subissent les pires traitements. J’ai honte de ne pas pouvoir faire plus que ça cesse, j’ai honte d’appartenir à une société où la dignité n’existe pas, ou les gros détruisent les plus faibles.
    Je suis sincèrement désolée de ma petitesse.
    Brgitha

    RépondreSupprimer
  2. Je suis tellement contente de vous voir donner votre avis. Faire plus mais vous faites beaucoup plus que le millier de personnes qui ont lu cette semaine et se sont détourné sans un mot... J'espère que ce silence est temporaire.
    En tout cas, cette situation mondiale ne me parait pas relever du laissez-faire mais plutôt être une posture de départ et perdurer depuis que homo sapiens sur ses deux pattes. Il est temps de regarder en face et prendre une mesure de poids en Droit qui puisse arrêter la machine infernale.

    RépondreSupprimer
  3. Commencer par regarder en face la plaie à nettoyer, ne peut que permettre de commencer les soins. Et cela n'a rien d'insignifiant d'avoir eu le courage de lire et de regarder.

    RépondreSupprimer
  4. c'est quoi ces pratiques barbares : c'est une horreur comment on peux faire des choses pareilles............

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes les violences féminicides sont une horreur, les viols (75 000 estimations en France, les incestes, le tourisme sexuel... )et les assassinats de filles (voir le post plus haut), la barbarie est chez nous autant qu'ailleurs. Alors agissons unis et pour tous contre les féminicides

      Supprimer
  5. je suis abasourdi et cela me donne envie de pleurer...je suis complètement révolté également !
    Quelle honte !

    RépondreSupprimer
  6. Moi aussi, c'est l'effet que cela me fait ! Et, cela me rend toujours plus certaine qu'instaurer absolument l'interdit strict de tous les féminicides, dont celui-ci, sera un signal fort d'arrêter !

    RépondreSupprimer
  7. Mais renseignez-vous avant de publier n'importe quoi... Les hommes ne connaissent rien du repassage des seins, j'ai interviewé plusieurs tantines victimes de repassage des seins par le biais de RENATA et la GTZ... La plupart ont été sauvées par leurs pères justement, qui sont intervenus dès qu'ils ont découvert les pratiques de leurs femmes... C'est bien plus complexe que ce que vous écrivez, les mères pensent protéger leurs filles, et les hommes sont totalement ignorants et exclus de cette pratique "traditionnelle", secret entre mères et filles !

    RépondreSupprimer
  8. M. Anonyme - Je n'ai jamais douté qu'un certain nombre de pères et d'hommes en général aide, aide beaucoup. J'en ai d'ailleurs un nombre certain dans mon groupe FBk dans lequel je vous invite avec vos amis qui luttent contre les féminicides. Ainsi,
    - Du côté des messieurs : D'une part, ils ne sauraient rien, d'autre part, elles ont été sauvées par leurs pères. Donc tous les hommes sont myopes et ne voient pas les gants de toilette que leurs filles ont à la place de beaux seins, puis leurs fiancées ? Eh bé, là vous m'étonnez beaucoup. Il me semble qu'il y en a aussi qui vous ont raconté des bobards pendant votre reportage ? Secret, secret à demi...
    - Du côté des dames : Dois-je plaindre ces mères et cet entourage complice ? Surement pas, qu'ils ouvrent les yeux, ce ne sont pas des imbéciles. Même si, peut être, n'ont-ils pas toute l'intention de nuire sauf d'obliger les filles à se soumettre et contrôler leurs droits reproductifs à leur place, lisez le Code pénal de votre pays :

    L'on peut être condamné même si on n'avait pas l'intention de tuer et que l'on a tué, n'est ce pas ?

    Alors pour les féminicides, c'est pareil ! Idem pour l'excision féminicide et le mariage des petites filles, il y a viol, c'est de la pédocriminalité. Intention ou pas, ce sont des tortures et des crimes. Et ils savent tous très bien que c'est fait pour soumettre les filles et les marier et les tenir ! Vous y compris.

    Et plutôt que de m'attaquer et de plaindre des gens qu'en fait vous méprisez (les pauvres, ils ne comprennent pas, ils ne savent pas, ce sont des paysans) du haut de votre statut de reporter, attaquez donc sur le plan du Droit : demandez immédiatement l'interdiction de tous les féminicides en Droit, en respect des Droits de l'Homme (à appliquer enfin aux petites filles) et du Procole de Maputo de juillet 2003. Justice et égalité.

    NB - Etant parfaitement renseignée et publie ce que je veux et non pas ce que vous me dictez comme à une secrétaire de rédaction !

    RépondreSupprimer