lundi 4 février 2013

Index illustré II - Guinguette féministe

  I - Bal  http://susaufeminicides.blogspot.com/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html
  • FEMINICIDES
- A - tout ce qui précède meurtre ou assassinat-
    La "sortologie" (évite le type ;o) des féminicides tient compte de tous les apports conceptuels féministes et juridiques qui se retrouvent en liste ici http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/12/sortologie-des-feminicides.html

    Partie du nombre, cet article en profitera pour dérouler la typologie détaillée des féminicides à laquelle appartient ce néologisme récent. D'aucunes tiendraient à se cantonner aux "meurtres de femmes" de récuser féminicide pour gynocide mais, pour le surplus les "violences à l'égard des femmes", qu'est-ce qu'on fait, on les laisse dans le désordre ?

    Comme on le voit dans l'extrait de 1853, le sens donné au mot terme féminicide, restait un homicide de femme. N'étant jamais cette définition partielle, restrictive -gardant exclusivement l'affaire en sous catégorie-,  fausse donc par omission, qui est traitée dans cet opus et le sujet de notre cybercampagne depuis 2011 
    Décidément, pauvres hussards à travers les siècles toujours persécutés ?
    http://www.delcampe.net/page/item/id,49659304,var,L-ECLIPSE-1874-Gill-satire-caricature-St-Genest-le-hussard-presecute,language,F.html
    Nous ne pouvons qu'être humblement reconnaissante et remercier du soutien inespéré et involontaire d'un groupe obscur (MPT49) qui prétend "féminicide" de novlangue... fort mal renseigné d'appeler ainsi un terme de 1801. Mais aussi joint ou inspiré en cela par le hussard des fourneaux qui échotte* (ou l'inverse, nous n'avons pas vérifié), soulignant crânement la restriction coupable de la définition menteuse de moult omissions et obsolète dix-neuvième du juriste Corry (1801) ; qu'en cette nuance de taille, nous ne pouvons qu'approuverGalopant au sujet du récent spectacle "Blessées à mort" d'illustration de la définition restrictive :
     "(...) auteur notamment de «Au galop des hussards», (Grand Prix de l'Académie francaise de la biographie ), du «Journal impoli» et du «Dictionnaire d'un peu tout et n'importe quoi». Il préside le Prix littéraire des Hussards." :  
    "Et voilà comment la novlangue vient de s'enrichir d'un mot qui menace notre pauvre Code pénal : le «féminicide». La préposée aux Sceaux ne nous a pas encore révélé quels supplices supplémentaires seront réservés aux anthropoides du sexe masculin coupables d'avoir rectifié une représentante de la caste féminoïde mais c'est sûr qu'elle y travaille déjà." 
    Cela va bien, lorsque l'on sait comment les hussards prenaient... le frais et prennent la mouche. Cela montre que le satiriste écrit sans vérifier la réalité des mots ? Ah mais il a quelques excuses de n'avoir pu jusqu'ici le trouver au dictionnaire... L'ire virile redoublera-t-elle de voir le succès à notre incessante campagne depuis fin 2011 atteignant enfin sa première cible de faire reconnaître le terme en lexique ?

    Mille lucioles saluent le Petit Robert adoptant le terme de "féminicide" et surtout l'Internaute, un vrai novateur, que nous invitons au bal. Les hussards attendront à la porte :o))

    Amours de lucioles par Tsuneaki Hiramatsu, forêt de Niimi, Okayama, Japan
     http://www.smithsonianmag.com/ist/?next=/arts-culture/beautiful-flight-paths-fireflies-180949432/
    • -B - meurtres et assassinats-
    Gynocide : Où situer le terme de gynocide (néologisme Antoinette Fouque, féminologue) dans l'énumération des féminicides ? D'ailleurs, de détruire et mettre à mort pour fait de sexe féminin en vue ou vu, cela peut se nommer féminicide ou gynocide. Cependant et dès à présent, rappelons bien que "féminicide" n'est pas que meurtrier et assassin ! http://susaufeminicides.blogspot.fr/2011/11/feminicides-definis.html

    "Female genocide" /génocide féminin /gynécide / gynocide / Sorte de féminicide, d'une telle ampleur qu'on peut le dire "féminicide de masse". Des fondements indiqués dans l'article de définition de féminicide dans ce blog, il ressortit que "gynocide" ou "gynécide" parait pouvoir raisonnablement, du fait de son histoire et du contexte de son apparition, rester affecté en particulier au "mass femicide" asiatique (Chine et Inde principalement certaines régions). Par contre, féminicide n'est pas subdivision de génocide, puisqu'il n'y a pas de masculicide, seulement des androcides également fruit du patriarcalisme.

    Fémicide, de femicide, mérite-t-il nos faveurs lorsqu'il fragilise  le système judiciaire existant en créant des tribunaux populaires  ?- Issu d'un tribunal haddock hors institution avec notamment Diana Russell, sociologue.
    • FEMINISCISME*  (M/néologisme) - formé de femina et scissio - 
    Le féminiscisme regroupe toutes les propensions à créer des pressions de tous ordres exercées au bénéfice du système patriarcal (phallocrate -cela va sans dire car indiquant que la virilité paternelle gouverne- et viriarque, de réserver le pouvoir aux hommes), afin de mettre à leur place et les y garder les êtres humains de sexe féminin par les mécanismes des féminicides, du sexapartheid (voir 11. féminicides), de l'allégorisme* et de bien d'autres. Gynolyse* oblige.

    L'allégorisme couvrant toutes modélisations d'apparence anciennes comme modernes- Flattées par leurs allégories positives de vertus en figure, douceur, santé, maternité... dissuadées de ruer dans les brancards et de pousser à la roue de l'histoire politique par légendes et figures historiques et mythiques toute perdantes et sacrifiées. Désormais, la sursexualisation contemporaine d'injonctions à souligner et suivre les règles censées être de féminité séductrice l'alimente abondamment.

    Le féminiscisme* ne reconnait pas justement la différence sexuelle mais se contente d'imposer une représentation patriarcale, plus ou moins phallocrite, de cette différence, et concourt à provoquer des scissions et désaccords entre catégories de femmes crées artificiellement.

    En place de favoriser le féminisme, de prétendus féminismes plus malléables, plus bon chic bon genre- plus libéraux jusqu'à ultralibéraux- sont poussés sur le devant de la scène. Tous inféodés peu ou prou aux lignes phallocrites et ceux religieux aux dogmes les plus patriarcaux soient-ils... Féminisme religieux relève de l'oxymore la plus totale. Dès qu'elles souhaitent s'affranchir d'autres idéologies, comme le genrisme ou l'intersectionnalisme, les féministes se voient vouées aux gémonies, vilipendées de n'être pas de confiance et de solidarité. Mises au piquet. http://www.martine-storti.fr/feminisme_et_geopolitique/11_decembre_2013__a_propos_des_rencontres_de_genre_en_action.html
    Glypho au piquet
    http://anousleschevres.canalblog.com/archives/2010/04/29/17734439.html
    Gare à vous si vous ne vous ne marchez pas droit sous la houlette ! http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=4522

    Voilà comment il est contribué à monter les unes contre les autres. 
    Des idéologues se retournent contre les féministes mais la question reste pendante oO du quid de la tolérance intolérable de la maîtrise et de la réduction des filles par les patriarchies, qu'elles soient ouvertement phallocrates ou phallocrites ?! D'autres idéologies n'ont pas à squatter le féminisme- une fois que débusquées, ça ne tirerait plus à hue et à dia-

    Nous exhorter constamment à tolérance voudrait nous monter les unes contre les autres que ce ne serait pas mieux fait : 

    "Au fond, le problème n’est pas que les femmes soient divisées. Le problème est en ce que cette division est par déférence au corps masculin. Les cartes distribuées par la phallocratie et ses agents. Mais s’il y avait des actrices politiques, polémiques par définition, à l’inclination affirmée, déterminée, innovante par opposition à d’autres, il n’y aurait pas meilleur signe de vitalité, de dynamisme et finalement, de liberté. Cela nous éviterait l’injonction consensuelle de tolérance, sous couvert ‘sororale’ qui par on ne sait quelle manipulation paternaliste, est devenue synonyme de silence." http://beyourownwomon.wordpress.com/2012/08/28/la-tolerance-gangrene-du-feminisme/
    Sont constitutifs du féminiscisme, l'allégorisme (patriarcal, cela va sans dire)*, les féminicides et tout autre mécanisme contribuant à l'homéostasie du système patriarcal et de ses rejetons patriarchiques.
    • FEMINISME (MINEUR et MAJEUR)
      J'ai le mal de mer et ne vous y trompez pas je ne vais pas tomber à bras raccourci contre la mère ou ma mère. Du tout, pas là pour récriminer contre elles.

      Féminisme mineur et majeur, deux mers agitées par grands vents comme par de faibles souffles, quand ce n'est pas sous calme plat, courants contraires et la houle soufflés par des Eole mal embouchés. 
      Le tangage dans les courants, vagues et océans de contradictions m'usent. A titre personnel, je refuse toute étiquette, pas de courant, pas de code barre ! Et que les historiens se débrouillent de leurs catégories. Je suis féministe./ 


      Et pas d'autres idéologies primant sur le féminisme et où assignées à se nicher.

      MAJ du 27 octobre 2014 - "Le féminisme est encore dans sa période infantileAnne Zelensky, Chasse à la sorcière http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/03/07/chasse-a-la-sorciere_1489381_3232.html
      Analyse voisine, à ceci près, que sous estimant peut être le poids des idéologies principales que, par exemple, les gender studies se révèlent soutenir en place d'effectives études féministes car supportant principalement le queerisme, qui affectionne de stigmatiser de phobique, toute contradictrice. Quoi que nous disions nous redevenons toutes en un tour de main et qui que nous soyons de vilaines fafs ou TERF "truscum" (bien évidemment sous entendu hystériques et mal baisées, terrorisées par les pénis et phallus)... Cela m'est encore arrivé récemment dans de récentes conversations scientifiques de la faisabilité de la grossesse trans ou d'éducation sexuelle. Plus question de rien critiquer de ce que ces messieurs concoctent ?
      • Passant devant "Longtemps..." (librairie dans le Xème, avenue Mathurin Moreau), mesures d'hygrométrie dominicales- Dans ma foulée baladeuse, j'entre et demande la table du féminisme, où il m'est répondu quelques ouvrages ici, à quoi je glisse pourtant ça mérite une table, et voilà que j'ai bien mérité le "il y a tellement d'autres sujets à traiter" -Je filai doux- Oncques, le féminisme n'est qu'un sujet entre autres. C'est vrai que le taux de 100 % d'hygrométrie n'ait pas encore été atteint pour 50 % de l'humanité, cinquante pour cent n'étant que sujet à demi... 1/2
      « La fileuse » ou « Graziella » Musée des Beaux-Arts de Dijon
      1859 - Jean-Baptiste Mathurin-Moreau http://www.auction.fr/_fr/lot/mathurin-moreau-1822-1912-laquo-la-fileuse-raquo-ou-laquo-graziella-raquo-6344661
      L'avenue Mathurin-Moreau XIXe file de la Place du Colonel-Fabien Xe aux Buttes Chamont
      http://fr.wikipedia.org/wiki/Mathurin_Moreau
      Certaines tentatives de féminisation ne sont pas obligatoirement féministes ; cependant, nombre de mots méritent une belle féminisation et, ormis les règles mises en  place par les travaux bien connus de "Femme, j'écris ton nom" suite à la circulaire de féminisation des titres, il me semble que j'aimerais que soit ajouté aussi :
      • FEMINISME MAJEUR*
        Hubertine Auclert disait le féminisme "intégral" (citation découverte grâce au blog WLWF) et en fit le champion des droits des femmes à l'égalité- aujourd'hui il est temps de parler de "féminisme majeur"-

          a ) non le féminisme n'est pas vocationnel et n'a pas à adopter tous les opprimés, sous prétexte que tout est lié et interdépendant -ce n'est rien de nouveau, tous les êtres vivants sociaux, de la fourmi à la termine y sont soumis, pour devenir maternaliste sur le modèle paternaliste patriarcal- ce qui n'empêche aucune d'entre nous d'être sensible aux luttes d'autres populations que la nôtre- http://beyourownwomon.wordpress.com/2012/08/15/ignorer-et-defendre-le-male-le-piege-de-lintersectionalite/
            b) non le féminisme n'est pas qu'égalitarisme, heureusement qu'il est plus que cela- un de ses courants ne s'occupe que d'égalité historiquement car tous les droits manquaient à l'époque- le socle égalitaire a été formulé, il est en marche, il faut parfaire l'édifice-

              Désormais, il est temps d'aller au-delà, pourquoi toujours prendre le modèle masculin, on veut plus, on veut le nôtre- nous sommes capables de penser une nouvelle interprétation du monde, pas obligées de coller à l'économystique* omniprésente- le féminisme devient majeur, quelles que soient les sensibilités de ses membres- Rester à l'état de doublure n'a rien d'une vocation.

                Le mot féminisme a comme tout le monde son histoire. "Rien" provenant du mot "chose", pourtant on comprend bien ce que veut dire "rien" aujourd'hui dans la chose féministe : ce sont bien les droits fondamentaux sans relativisme./ En 1871/72, la maternité du terme féminisme : http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/06/rosier-pourpre.html

                Féminisme archaïquement vient du mépris envers des hommes efféminés (l'histoire de la féminité dans la masculinité, yin yang mal digéré ? j'ai une grosse boule dans la gorge) et non pas d'hommes qui aimaient les femmes comme je le lis dans l'article (à moins qu'il y ait des références certaines que j'ai sautées ?)

                  -ainsi, les éphèbes olympiques ne le semblaient pas tellement efféminés, bien que vivant entre eux en union instituée ; tout autant que les généraux d'armée tout dévoués à leurs chefs amants, en prolongation de la domination pédérastique phallocrate-

                    Cela continue donc à être sacrément condescendant de penser qu'aimer le même sexe implique pour des hommes qu'ils soient plus proches des femmes- On les voit toujours plus s'éloigner du respect de l'intégrité des femmes-

                    Le féminisme majeur qu'est le féminisme politique (truisme ou tautologie, mais les mouvements féministes de lutte ont tellement étaient liés à la pratique qu'il nous faut rappeler qu'il est question en premier lieu de politique, et pas seulement d'activités de terrain - La théorie se nourrit de la pratique mais si elle ne la précède pas, aucun changement politique de fond n'adviendra) reste à cent coudées du matriarcalisme ou du gynécocratisme (vous préférez hystérocratique ?) qu'il combat autant que le paternalisme phallocrate en place campé sur ses ergots féminicides- Le petit frisson d'imaginer un monde gouverné par les femmes fait frémir les plumes de sa queue, Contes et légendes... personne n'a jamais soutenu de pareilles fadaises.


                    (surtout prenez la peine de lire le cocorico en arrêt ici
                    http://bricablog.net/dotclear/index.php/post/2004/07/03/116-leloquence-judiciaire-2)
                    • Des branches diverses de féminisme se tendent vers l'avenir
                    Les unes vers le droit, l'éducation, la réforme, la sexualité et ses orientations, d'autres contre le patriarcat, entendu soit au sens du capitalisme, du colonialisme, de l'Occident ou du Nord, mais contre le système patriarcal ? En fait, s'attachant toutes à frapper un sous-système. Aucun ne serait donc féminisme anti-patriarcal ? En tout cas ne semble pas transparaître, à moins qu'un frémissement ou n'est-ce qu'un époussetage de façade ?
                    "Encart terminologique - Nous utilisons la notion de « stéréotype de sexe » et non celle de « stéréotype de genre ». En effet, les stéréotypes attribuent des caractéristiques à des personnes catégorisées selon un critère particulier, ici le sexe. Le genre [sexuel social ou sexage] en tant que « système de normes hiérarchisé et hiérarchisant de masculinité/féminité » ne désigne pas des catégories de personnes. « Stéréotype de genre » est donc un abus d’usage." p. 10, bis repetita p. 34 http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hce-2014-1020-ster-013.pdf
                    Continuons l'examen de ce document - Tout de même, citer Sandra L. Bem, auteure du BSCRI et théorie de l'androgynie (une sorte de mix de la bisexualité originaire de Freud et la reprise de l'échelle d'Ulrichs) à la base des 56 choix de nuances de gris sur facebook, c'est un peu limite et en contradiction conceptuelle avec l'encart terminologique..
                    - De même que la part belle est faite à la théorie queer, sans la nommer une seule fois, avec tous ses auteurs cités, Butler, Dorlin, Macé, et caetera.

                    - Malheureusement p. 44 à Sexualité, les personnes non hétéros, qui ne se reconnaissent cependant pas en lgbt sont niées... (encore une fois l'héritier de l'uranisme prend toute la place sur la scène, aux autres même pas les coulisses)

                    - Plaquer soudainement une abréviation à laquelle accolée -phobie reste plus que hasardeux et en contradiction avec le purisme terminologique affiché d'introït, surtout lorsque l'on sait quelle est la stratégie discursive et politique de l'instauration des phobies pour faire taire les critiques envers des dogmes plutôt patriarcaux-

                    - p. 111, les règles sont peut être en béton mais pour ce qui est du titre, « Nos règles d’or pour une communication genrée » ?

                    - p. 121, "différence des genres", on ne suit pas son encart ?

                    - Un ange passe... pas une seule occurrence de féminicide... et rien sur le sexage, alors que sexuation émerge ? (et pas une ethnologue de consultée 

                    Pour résumer, ce n'est pas encore dans la poche pour ce qui est de féminisme antipatriarcal. Jusqu'ici, on a bien vu que le féminisme socialiste défend plus le socialisme et le communisme que le féminisme, bien souvent, avec le féminisme matérialiste, et copinent un jour sur deux avec les féminismes religieux, une fois musulman, une fois chrétien, qui eux aussi défendent tout d'abord leur idéologie politico religieuse ; ainsi de la même façon l'anarcho féminisme, défend avant toute l'anarchie. Strict libéralisme des libertariens et libertaires ne fait pas affaire de féminisme. La cause est entendue.
                    • GENEROCRITIQUE*
                    Critiquer le barbarisme introduit par le lesbianisme anglosaxon (féministe lesbien socialiste, dit radical) n'est pas péché.

                    La générocritique se distingue par sa rareté. Guillaumin avait souligné en son temps que sexage valait, puis l'abandon de ce sillon se voit y compris dans L'anatomie politique. http://www.erudit.org/revue/rf/1992/v5/n2/057713ar.pdf

                    A ce jour, nous n'avons pu dénombrer que peu de blogueuses générocritiques*, avec ce journal ici présent, à lire le point de vue politiste de langue affûtée. https://beyourownwomon.wordpress.com/2012/07/31/le-genre-tombeau-des-femmes-mort-du-feminisme/
                    • GENRE (social sexuel) - SEXAGE*
                    L'identité individuelle du "je suis" déclinée en identité sexuée, identité sexuelle, identité de genre, ces trois formes n'étant pas même bien conceptualisées, permettent des glissements étourdissants. Mais commençons au début du verbe. En tout cas, l'on peut douter que partie de ce pied-là, ce mot soit féministe ? http://beyourownwomon.wordpress.com/2012/07/31/le-genre-tombeau-des-femmes-mort-du-feminisme/
                    "Le genos est avant tout un ensemble de familles qui prétendent toutes descendre en ligne masculine d'un ancêtre commun...", p. 51, Emile Mireaux, La vie quotidienne au temps d'Homère, Librairie Hachette, Paris, 1954
                    Sans gêne, le clan patrilinéaire parle donc tout d'abord de naissance d'un mâle premier- "patrilignage (genià)".  http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/35/29/76/PDF/Couroucli_2003_GENOS_Ateliers.pdf

                    Au Mâle, la force productrice, le surplus aux assistantes... http://projetbabel.org/mots/index.php?p=gens

                    Où comment les mots à double sens finissent en non sens ou même régressent ?
                     "B. 1. Ca 1200 « sexe » (Dial. Grégoire, 144, 3, ibid. : ... nïent ke il despitoit lo genre [non quia aspernabatur sexum])" http://www.cnrtl.fr/etymologie/genre

                    En pratique donc et tout de go, je refuserais de faire simili caractères avec le sexe masculin ;o) me sentant, ressentant, analysant, vivant dans mon sexe, que je ne prends pas non plus pour une patère identitaire, bien que j'y tienne et m'y accroche... Je n'appartiens ni à la gent masculine, ni au genre masculin et, pour autant, n'en suis nullement essentialiste, je vous rassure également.
                    "A. Langue abstraite et cultivée; langage technique Ensemble d'êtres ou d'objets ayant la même origine ou liés par la similitude d'un ou de plusieurs caractères." http://www.cnrtl.fr/definition/genre
                    L'éternel non pas féminin mais va et vient nature-culture - Depuis les années 70 environ, des féministes françaises et américaines ont passé outre la racine "génique" du mâle, en le raccourcissant à "genre" pour dire "genre sexuel" ou "sexe social" -concept soit psychologique, soit psychanalytique, soit de sciences sociales- en désignation des différences non biologiques entre les des deux sexes, sous le sceau de la construction sociale. Pas très étonnant chez une espèce d'animal social pétri de sociétés... http://clio.revues.org/4702

                    Le sexage humain, chaque jour davantage, se révèle institution patriarcale, en même temps que processus, générateur de ses propres normes et coutumes, tatouant le sexisme jusque dans la peau des filles, toujours tourné vers et par les fins du système patriarcal qui privilégie de toute évidence ses instigateurs principaux. Nul besoin de comparer le sexage aléatoire et volatile des poussins du Gallus gallus, est malaisé par dimension, je ne comparerai jamais la moitié de la population à des coqs ou à des poules, bien que l'on sache que le machisme ne s'en soit jamais privé, pas question de jouer à l'oeil pour oeil.

                    Malgré l'engouement teinté d'américanisme, le genre si mode ces jours-ci reste impuissant à rendre compte du sexage dans son entièreté et son pléonasme de le dire sexiste. Qu'on le laisse donc à l'anglais, la langue française de beaucoup plus de ressource. C'est vrai ! Cela fait moins classe et moins germanopratinois, de dire "études de sexage" ? -concernant les stéréotypes sexuels contre les filles, qui ne font que les soumettre à la position dominante- que l'autre qui n'est qu'une génération moderne du lignage viril ! Et sert désormais à nous déposséder à nouveau de nos espaces par l'identité de genre poussé en avant pour étouffer la conférence de Pékin qui continuait à ouvrir l'espace public à moitié de l'humanité enfermée en privé. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/10/feminicide-categorie-genericide.html

                    Gallus gallus à peine éclos
                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Poussin_d%27un_jour
                    Restons-en également au stéréotype sexuel bien carré. Le meilleur moyen d'égarer la chalande a consisté jusqu'ici à créer du nouveau qui n'en est point, n'apporte pas de précision supplémentaire mais de l'imprécision Ainsi l'on voit le type en stéréo qui fait acouphène à force de tirailler ses adjectifs. Stéréotypes sexuels veut tout dire et simplement (pouvant s'entendre en modèles normatifs) donnés par une société en rapport avec les sexes et la sexualité, donc à tout ce qui touche à la vision sociale du sexe. Sexué freudiste n'apporte rien, pas plus que genre sexuel en surenchair qui brouille la piste. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/07/le-genome-du-genre.html 

                    Où se voit si bien toute la méprise propagée depuis déjà quelques décennies par ces messieurs, qui au demeurant considèrent peu les femmes et n'aiment pas les lesbiennes ? 
                    Ces femmes n'aimeraient pas leur sexe ? Tudieu mais aimer son genre est-ce que cela fait jouir ? Je plains ceux qui jouissent par leur genre, ce doit être très éthéré. Peut-être n'est ce que forfaiture de traducteur de ce texte de 1967, ou bien fussent les auteurs en côterie qui inventèrent l'affaire ? Va savoir. Quoique déjà traduire "sex roles" par l'expression affectionnée par John Money (groupe d'influence Kinsey) comme indiqué en note de trad. qui déplace et genrise ("3  Dans ce texte, l’expression « sex-role » est traduite par « rôle de genre » (N.d.T.)")., c'est limite non ?


                     Et non les lesbiennes ne diffèrent pas en sexage, ni en sexe !
                    "Les lesbiennes diffèrent des autres femmes par le genre vers lequel s’oriente leur sexualité." http://gss.revues.org/1830
                    Mon choix définitif sans brichebrocher, ni baragouiner ou bretonar (occitan) de sexage et stéréotypes sexuels fait date en bloc. Nous avons trop à perdre à laisser perdurer l'homologie entre sexe et genre, aliment des confusions identitaires. http://fr.wiktionary.org/wiki/brichebrocher
                    http://www.lexilogos.com/breton_mots.htm#baragouin
                    http://projetbabel.org/forum/viewtopic.php?t=3288

                    Ou "stéréotype de sexe", comme l'a relevé enfin heureusement le dernier rapport du Haut Conseil à l'Egalité Femme-Homme,
                    "En effet, les stéréotypes attribuent des caractéristiques à des personnes catégorisées selon un critère particulier, ici le sexe. Le genre en tant que « système de normes hiérarchisé et hiérarchisant de masculinité/féminité » ne désigne pas des catégories de personnes. « Stéréotype de genre » est donc un abus d’usage.http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_hce-2014-1020-ster-013.pdf
                    Enfin, de toute façon, quel malaise de devoir utiliser un mot de si lourde étymologie et avec la paternité et le sens éducatif pesants de John Money sur le paletot. A cause de ces deux faits historiques indétrônables, jamais je ne me serais emparée de ce terme qui ne méritait pas de proliférer au point qu'il faille aujourd'hui se forcer à décrypter tout son gène homme. lhttp://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/07/le-genome-du-genre.html

                    Et quel heaume !?

                    "Le “casque d’invisibilité” d’Hadès était la kyné/ Cuné, mot qu’on peut sans doute rapprocher de cuni chez les Latins et qui est le sexe féminin or, chacun sait qu’ainsi le chef / pen… d’où “pénis” est provisoirement invisible : ce casque possède une découpe assez spéciale qui ne peut que nous confirmer dans cette supposition !" 
                    Le heaume, dit Cuné - Casque d'invisibilité d'Hadès -
                    http://racines.traditions.free.fr/sexuali/index.htm
                    • GLAND 
                    De maillons, sont faîtes les chaînes. Un clitoris ne vaut pas un gland ? ONU avec la complicité de l'OMS au complet, la tolérance de l'UNESCO, et l'appui des ONG occidentales qui ferment les yeux quand elles ne prêtent pas le bistouri pour procéder à l'exérèse féminicide- En fait, on ne sait pas quelle institution internationale et nationale n'est pas mouillée, FMI compris- Un clitoris ne vaut pas un gland !?



                    Une règle glandulaire - Les glands se multiplient comme des petits pains- De plus en plus de glands ?

                    http://fr.123rf.com/photo_13963669_chene-de-plus-en-plus-de-gland-sur-fond-blanc.html
                    Bien heureusement, il n'existe pas d'excision masculicide du gland. La seule égaliberté* possible, c'est qu'il n'y ait plus une seule excision féminicide, jamais, nulle part ! Vérifier ici
                    • Pour commencer par l'Egypte !
                    L'art égyptien reste remarquable, je dévore tout ce que je trouve sur le sujet depuis longtemps, et je ne me lasse pas de parcourir les tombeaux des dynasties, afin de mieux revenir dans le présent. Estimation de 223 excisions féminicides /heure dans le monde qui me pousse à toujours plus questionner ce pays entier qui continue à exciser toutes ses filles, et tous les dirigeants qui prônent le droit international et fustigent le moindre crime contre l'humanité sans qu'aucun n'élève le ton réellement ! - Imaginez si c'était tous ses petits garçons qui étaient amputés, juste gardée leur fonction reproductrice par quelque artifice... Une seule explication se dégage après des milliers de pages parcourues au fil des ans : L'aveuglement du système patriarcal !
                    "Aucune personne dotée de sensibilité ne niera que l'art égyptien ait corporifié l'essentiel." Howard Carter a Lord Carnarvon (lettre 1914), cité par Christian Jacq, L'affaire Touthankamon
                    Quand j'imagine qu'il s'agit d'une telle précision en art et croyance du 14ème siècle avant notre ère, pourtant que de retardement en Droit... Et pourquoi de tous ces grands hommes qui ont séjourné tant et plus sur les lieux aucun n'a eu de commisération pour les fillettes mutilées ? POURQUOI - Pourquoi nos immenses archéologues les ont négligées, où sont leurs observations sur les momies excisées ? 


                    Comment la métaphore de Maât peut-elle naître dans cet environnement ? Harmonie et droiture, symbole d'une telle puissance resté lettre morte. Sa plume dans les cheveux ne sert pas à compter les le nombre d'ennemis tués. A nous de la réanimer, nous en avons les moyens, désormais que nous avons rouvert nos bouches pour de vrai. 
                    La momification ne permettrait pas de discerner avec certitude de leur excision, mais toutes celles que l'archéologie fréquentait par ailleurs étaient excisées- Difficile de savoir de quand et de qui partit cette vilaine manie d'amputer les filles.

                    L'Egypte peuplé du Moyen Orient et non pas d'Afrique subsaharienne, en tout cas, pour les 90 momies dont l'ADN a pu être investigué au Nord. La thèse kémitique plutôt battue en brèche par la génétique. https://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%A9mitisme
                    ".300 ans d’histoire de l’Égypte ancienne qu’ils ont couverts, le génome de la population est resté remarquablement stable et très proche de celle du Proche-Orient. Cela malgré les conquêtes et invasions.https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/archeologie-adn-dizaines-momies-egyptiennes-decrypte-67528/
                    "Toutemcombrant 1ère", - 170... ou plutôt Ta-Iset - On finira sur un bout-de-chou que l'on espère restée intacte. https://www.youtube.com/watch?v=sz-9S5juZ7s 


                    Ta-Iset, fillette de 2187 ans. http://www.lefigaro.fr/culture/2013/12/11/03004-20131211ARTFIG00539-l-incroyable-destin-d-une-momie-jetee-a-la-poubelle.php
                    • GOGOLE*, n. f. de gogo (m/féminin 22/12/2015)
                    "Redoublement plais. de la syll. initiale de gober". http://www.cnrtl.fr/etymologie/gogo 
                    Qui gobe tout et dont on se rit : Terminaison au féminin par le "lole"* (LOL, Laughing Out Loud). Autrement dit "dont on se rit", ou "qui fait bien rire". Quand au lole, je le traduirais bien par le riff*, acronyme RIF*, "rire fort" ? http://www.commentcamarche.net/faq/6764-signification-de-lol

                    Des stéréotypes éculés au plus haut avec les voyages touristiques qui n'arrangent rien. Au contraire, le touriste d'avoir visité un coin ou un autre pendant une heure ou une semaine légitime des discours folkloriques des plus saugrenus. Une mention spéciale concernant ceux qui auraient la musique dans la peau.

                    Gitane aux castagnettes qui claquent en Espagne face au sombre gitan cambré. C'est comme un brand, il parait qu'il n'y aurait pas d'autre bon teint qu'ibérique, selon le touriste spécialiste en ethnologie de bref terrain ; et que toutes se conforment à l'image d'Epinal de l'orientale fantasque dansant aux mille et uns voiles qui hypnotisent gogos et gogoles*.

                    On imagine bien que ce ne seront pas des féministes qui croiront à ces billevesées. Gogo n'ayant pas son féminin, je l'en ai donc pourvu en bonne et due forme.  
                    • "GUERRE INCIVILE"* à la place de guerre civile et guerre ethnique
                    Ne devrait-on pas appeler les guerres civiles, non pas ethniques comme prétendu pour certaines populations, mais inciviles pour toutes ?

                    J'affectionne la formule de Léa Gourdji, que j'ai reprise en main, histoire de faire un peu plus politique, Les femmes ont inventé la politique quand les hommes ont inventé la guerre (11 août 2013) tiré de
                    "Les hommes ont inventé la guerre et les femmes la politique". Françoise Giroud, p. 12, Les Françaises de la Gauloise à la pilule
                    • GYNAGOGIE* (m/néologisme) - gynagogique*
                    Pardon M. Le Prince, j'espère que vous ne m'en voudrez pas de ma légende :o)
                    Moulé sur "démagogie", mettant "gynê", femme à la place de "demos" (peuple), non pas car nous serions substituables au peuple ou même un peuple (cela étant uniquement formules romantiques en poésie lyrique) mais bien car la publicité et donc la propagande idéologique masculiniste a compris que nous étions un bon segment depuis Bernays...

                    Devant la déferlante 
                    du mouvement gynagogique de types modernes et fraternaux* ;o) qui essayent de nous faire aimer notre condition bénie de petite culotte, comme, par exemple, le pornosoft des jeux de trônes et autres tarteries, je me vois forcée, obligée, d'avoir une pensée "émue" pour Ginette et ses princes, tous ces braves gars qui trépignent d'envie devant toute l'immensité de "nos privilèges".

                    Je me laisse aller à des métaphores et métonymies dont j'espère personne ne me tiendra rigueur. En tout cas, l'on voit que cette posture masculine moderne fait bien des émules.



                    Pardon M. Kroll, j'espère que vous ne m'en voudrez pas de grabouiller... :o)
                         J'ai écarté gynégogie me rappelant trop les gynécées ottomans de Constantinople, ma ville natale. Ainsi, de mon point de vue, la gynagogie*, qui me rappelle un autre mot que je me dispenserais de vous livrer -je vous laisse décauder- constitue une tactique de communication performative distincte de la démagogie. Insidieusement dirigée vers les femmes, sait bien leur faire prendre des vessies pour des lanternes.

                        "Documercial*" (m/néologisme) - Les "documerciaux" qui tournent en boucle sur les chaînes de télévision TNT ou pas (tévé web et autres fils) montrent l'aspect pédagogique et andragogique (gogisation des adultes) ; constitués de téléséries, documentaires biaisés, et téléréalités où l'on "informe" des tatouages, des opérations esthétiques, etc. et l'on voit immédiatement des personnes qui s'en parent comme de canons de beauté. Vendant du même coup produit et idéologie du pont ultralibéral. Tout est devenu publirédactionnel*.
                        • HAINE
                          Ma destinée, Victor Hugo (1802-1885), dessinateur, 1867. Plume et lavis d'encre brune, gouache, sur papier vélin Paris, Maison de Victor Hugo, Inv. 927 © PMVP
                        "en proie aux événements comme vous aux vents, je constate leur démence apparente et leur logique profonde ; je sens que la tempête est une volonté, et que ma conscience en est une autre, et qu'au fond elles sont d'accord ; et je persiste, et je résiste, [...] et je fais mon devoir, pas plus ému de la haine que vous de l'écume." http://expositions.bnf.fr/hugo/grand/005.htm
                        • HALLUX
                          Le "genre" a tellement été utilisé à mauvais escient, phagocyté, cannibalisé par certains qu'il est comme un outil abîmé, un marteau démanché et on se le prend sur l'hallux- Normal de mettre en index une histoire de gros orteil.
                          • HOMOPATRIARCAT
                            Branche puînée du patriarcat, l'aînée étant hétéropatriarcat, du fait de la théologie testamentaire,
                            "Le terme patriarcat trouve son origine dans l'Ancien Testament et désigne l'étendue du territoire soumise à la juridiction d'un patriarchehttp://www.cnrtl.fr/lexicographie/patriarcat -
                            N'ayant pas pour habitude d'utiliser "patriarcat" (terme marxiste féministe), malgré sa pertinence impertinente et confiscatoire mais plutôt système patriarcalBien que consolée ;) par l'anthropologie,
                            "Le patriarcat désigne « une forme d'organisation sociale et juridique fondée sur la détention de l'autorité par les hommes" 
                            Partons donc de ce second socle, pour ma part et dans mes textes, je m'en tiendrais à penser le système patriarcal phallocrate, et donc viriarque, composée de structures patriarchiques de divers degrés adaptatifs. Et l'un d'eux, nouveau continent émerge à l'horizon, l'homopatriarcat*, qui se trouvait diffus dans l'antiquité et qui exige désormais le pied d'égalité entre pères, pairs et paires.

                            Il est devient de plus en plus présent qu'il s'agit d'un patriarcat redoublé. Contre l'"hétéropatriarcat" se sont dressées des rejetons qui veulent jouir sans entraves et désormais éviter pour la génération de leurs lignées patrilinéaires sans aucune immixtion d'autorité parentale maternelle la cohabitation de mixité. L'"ordre hétéro" très inégalement au gré des lieux et des temps montre sa violence contre l'homosexophilie masculine (resté avec le dix-neuvième coincée dans la polysémie trompeuse d'homosexualité) montre désormais fausse route. Le système patriarcal reste indissoluble et ne se résume pas à ses multiples appréhensions ethniques de l'orientation sexuelle. Plus spécifiquement et principalement pour l'Occident moderne, l'on voit que celui-ci souvent confondu avec les moralistes (patriciens puis pères religieux) se faisant fort de limiter les relations sexuelles entre citoyens, hommes libres, qui jusque là entretenaient de se servir sexuellement en imprimant leur marque tout d'abord par pédérastie. Il va sans dire que les pratiques occidentales actuelles se sont écartées de ce mode éducatif.

                            Nous ne pouvons que prendre acte de l'invention précisément datée des termes issus de la mouvance d'Ulrichs, constructeur social de parole juridique au travers d'une "théorie biologique" des Uraniens et Dyonisiens et du pamphlet de 1869 en allemand 

                            homosexual et Homosexualität, du gr. homo, « semblable » et lat. sexualis, « sexuel » opposé à "normalsexuel" dit ensuite "hétérosexuel", Karl-Maria Kertbeny" Halperin, p. 15 http://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualité_dans_l'Antiquité 
                            Urninge (uranien ou uraniste, d'Ourania, céleste Aphrodite), Dioninge, et Urninden- par un pamphlet  attribué aux hétérosexophiles* un patron remuant en diable, Dyonisos, très masculin et viril à l'extrême, qui veut accréditer que l'Uranien et l'Uranienne sont de douces sexualités, alors que les Dyonisiens sont de sauvages orgiaques, ou n'est ce que son surnom de "le deux fois né" "δίογονος / díogonos", qui fonda ce choix ?- "Homosexualité" de 1869 entre en lexique français en 1894- En cela perdure une confusion qui ressortit de ce que l'espèce reste hétérosexuelle (valable pour tous ses membres, comme primates et mammifères, sauf si l'on recourait à la parthénogénèse, seule possibilité technique d'homosexualité) mais hétérosexophile, homosexophile* (bien que bisexophilie pourrait être assumée par le terme hétérosexophilie pouvant en faire office étymologiquement d'aimer les rapports sexuels avec les deux sexes comme d'entre les deux) pour ce qui est des affections (dites au sens large). L'histoire du terme conforterait donc le substrat essentialiste promu par le pape queeristique Ulrich à qui il est rendu unanimement hommage.


                            Par le néologisme hétérosexophile* et son homologue, homosexophile* qui me parait juste et sans détour pour aimer le même sexe, j'effectue un rapprochement de forme avec le grec moderne : "homophylophile : ομοφυλόφιλος" '(homo-, du grec ancien ὁμός - et phylo-, du grec ancien φυλο- : sexe et du grec ancien  φιλώ (aimer /affection) - suffixe -phile, même. Dans le même registre des termes mal dosés, à noter également 
                            "construction inversée dephilopaide (les lettres αι sont parfois retranscrites avec un e). Ce suffixe -phile est gênant car la philia (φιλία) grecque n'a rien de pervers. (...) Le francophile, c'est celui qui aime la culture française et non celui qui viole les jeunes Français !" http://www.lexilogos.com/etymologie_gay.htm
                            δίογονος / díogonos "le deux fois né"
                            http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/7/7e/Dionysos_mosaic_from_Pella.jpg
                            Ligne de mire de la communauté allosexuelle (queer) et de ses soutiens idéologiques de tous bords, appelés "alliés", comme il se voit bien dans le sigle l(esbiennes). g(ays). b(isexuels). t(rans). q(ueer). i(ntersexués). a(lliés) -énumération parerastique*- et plateforme ILGA. Point de départ de l'alliance : Le sexe est politique lesbianiste émerge là lorsque se forme le couplage uranien d'Ulrich :
                            "1904 (décembre): Allemagne : la féministe Anna Rueling encourage toutes les femmes à s'unir au mouvement des Uraniens. Elle voit des buts communs entre la libération de la femme et l'émancipation homosexuelle." http://www.lambda-education.ch/content/menus/histoire/chronologief.html
                            L'homme blanc hétérosexophile (tous les membres de l'espèce étant hétérosexuels au départ, sinon foin de la survie) colonialiste et capitaliste, serait désigné comme composant de l'hétéropatriarcat à lui tout seul (les autres phallocrates seraient tous des opprimés et devraient servir l'excuse ?), métonymique du patriarcat (rhétorique d'une partie pour le tout, qui n'est pas la vérité). Y participant et devant être honnies ses viles complices femelles bourgeoises sinistres égarées vues en tortionnaires indignes d'entrer dans le cadre des femmes défendues par le féminisme ? Rien n'est moins sur.

                            Il ne suffit pas d'excuser toutes les stratégies phallocrates sous prétexte d'homosexualité. Surtout que qu'est-ce qu'aurait donc à voir la lesbianité aphallique avec l'entre soi phallique ? On laisse entendre que le lesbianisme aurait mené la politisation gay, alors que ne serait-ce pas plutôt sa propre instrumentalisation ? Confondre l'égalité dans la sexualité avec la sexualité entre personnes du même sexe ? Les couples gays comme lesbiens ne sont pas des modèles d'égalité, chacun à sa place, c'est bien connu. http://www.cairn.info/revue-francaise-d-etudes-americaines-2007-4-page-88.htm

                            Aucune injonction et assignation n'est supportable plus qu'une autre. Hors de question de se retrouver sommée d'être lesbienne car le coït serait de mauvaise politique, alors que c'est la stimulation conviviale à la pénétration qui déclenche l'orgasme féminin. Ou que toute pénétration serait domination masculine dont consentement obtenu par tromperie (?) des hommes ? Ou que le plaisir construit de bout en bout selon des psychologues et des psychanalystes critiques ? Au fond de ces thèses, où est donc cette si grande remise en cause de la psychanalyse, qu'elle soit lacanienne, jungienne, ou de type primaire freudien ? Il est tant pardonné au père théorique d'avoir permis à sa fille Anna d'être lesbienne et de reconnaître le clitoris en pseudo pénis, au point que Marie Bonaparte le chercha toute sa vie mise dans l'impossibilité de reconnaître en fac-similé.... Déplacer constamment un bouton de rose ne peut que le faner.

                            Le début de la fabrication de notre avoué consentement date clairement de 1922 articulé à la manipulation des attentes des suffragistes, voir également en item EGALIBERTE* :
                            "Walter Lippmann (1889-1974) – en dialogue avec lequel certains ouvrages de Bernays semblent avoir été écrits. En 1922, dans Public Opinion, Lippmann rappelait que « la fabrication des consentements […] fera l'objet de substantiels raffinements » et que « sa technique, qui repose désormais sur l'analyse et non plus sur un savoir-faire intuitif, est à présent grandement améliorée [par] la recherche en psychologie et [les] moyens de communication de massenote »" http://www.editions-zones.fr/spip.php?page=lyberplayer&id_article=21#chapitre7
                            • HUMOUR FEMINISTE (? ?) (3.08/05/13)
                            de DERISION à coupler avec IRONIE, ci-haut, évoquée en bref sur un exemple vu en affiche "Bal des 343 pouf(ne pas oublier que le puff est le BMC teuton et que de cette époque d'occupation fût inventé pouffiasse)
                                Après avoir été à tour de rôle des gourdes, des cruches, nous voilà devenues des tabourets ? Que de subversion, pouf pouf pouf et collégram, tout cela n'étant affaire que de mobilier... C'était cela l'expression "faire tapisserie", celle pendue au mur, peut-être ? Reprise la "jolie" blague grasseyante des 343 de ce cher Charlie H. (non, pas celui de la télésérie Drôle de dames), qui risquaient la condamnation pénale par leur aveu d'un avortement- Voir les signataires d'alors dans l'article. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/homelie-dappel-la-violence-feminicide.html
                                "Savoir rire de soi même c'est pouvoir rire de tout... http://bulledezer.over-blog.com/
                                  En attendant, hop une jupe façon abat-jour pour MAM ZIC devant sa psyché.

                                  Pouf de mille emplois - Et sur la tête encore... ! Pas que sur et sous les fesses, objet magique- Puff... Voilà maintenant vous saurez que cela signifie en allemand bordel militaire, aussi...http://www.cnrtl.fr/definition/Pouf

                                  • IPHIGENIE (20 juin 2016)
                                  "Calchas s’avance pour lui donner le coup mortel, tout annonce en lui le désordre d’un enthousiaste, qui s’imagine en répandant le sang obéir à la voix du ciel & désarmer son courroux.http://sites.univ-provence.fr/pictura/GenerateurNotice.php?numnotice=A5290
                                  Iphigénie de Charles André Van Loo, dit Carle Van Loo https://olympelatiniste.wordpress.com/2013/09/03/le-sacrifice-diphigenie/
                                  A visionner la "Commission assemblée nationale - Animaux de boucherie -Abattage rituel - 16 juin 2016", j'y ai entendu une incohérence de taille sur laquelle pourtant s'arc boutent certains prêtres radicaux (puisque ce mot est à la mode allons y - perso, je préfère intégristes) : pourquoi ne pas étourdir un animal, déjà peu éveillé, selon ces messieurs, autant l'épargner dans le doute par principe de précaution, non, ce serait plus humain finalement ? http://www.assemblee-nationale.fr/14/dossiers/enquete_conditions_abattage_animaux_abattoirs.asp
                                    Résumons - L'animal conscient (peu) n'a pas à être étourdi du fait de son statut de ce doute sur sa conscience, dixit les deux plus enragés sur le sujet, mm le rabbin de metz et moselle (expliquant que cela étant de traditions rabbiniques, droits fondamentaux religieux ainsi les droits des prêtres sont majeurs et écrasent les droits des citoyens ?), et le recteur de la mosquée de paris (que de circonvolutions pseudo biologiques pour parler de l'insensibilité animale) coupant la parole au rabbin conciliant qui allait parler de la possibilité symbolique de transformation du sacrifice... :(
                                      Ainsi des pays ont interdit cette boucherie voulant vider à tout prix de son sang l'animal pour le rendre propre à la consommation- sang impur : vivent la Suède, la Suisse et le Danemark, les Pays Bas ? Vous allez déchanter, ça continue à pignocher. Au sein de la République laïque, voilà que le sacré religieux a pris une place de choix par des Rogations ? https://fr.wikipedia.org/wiki/Jours_des_Rogations
                                      "La France elle permet, par dérogation, cette pratique religieuse. Dans les abattoirs français, ce seraient ainsi 25% des ovins et bovins qui seraient tués sans étourdissement préalable. Mais selon le rapport du Conseil général de l'alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER), le chiffre est beaucoup plus grand : "ce qui ne devait être qu'une dérogation s'est généralisé". http://www.maxisciences.com/abattage-rituel/abattage-rituel-les-pays-bas-abregent-la-souffrance-animale_art25062.html
                                      A propos d'autres soutanes intégristes, j'ai cru en apercevoir une floraison pastel à Mantes la jolie... qui ont pourtant de bien mauvaises fréquentations fleuretant (ancienne forme de flirter) les jihadistes ? ah mais d'aucuns et certains diraient qu'il faudrait les excuser car venant en conciliation faire amende honorable au commissariat du lieu, menant leurs brebis voilées, pour se refaire des virginités avec des couronnes fleuries ? On peut comprendre que cela représente une vexation de trop pour Agamemnon & Clytemnestre accablés de douleur et la famille au complet :(

                                      Frisant l'indécence car les accointances sont bien connues ? D'ailleurs qui est l'instigateur de la marche parallèle, pourquoi une seconde marche, pourquoi la scission populaire, voyons voir ce que trouvé sans beaucoup gratter le vernis :
                                      ".. président de l’AMMS, Abdelaziz El Jaouhari, sur la page Facebook de la mosquée convie ses congénères à de fort intéressantes conférences qui en disent long sur l’aspect « modéré » de l’islam pratiqué et enseigné sous sa houlette : https://www.facebook.com/amms.mosqueemantessud/timeline Un certain Abdellhatif Hmito, imam à la mosquée de Oissel, a été invité à répandre la bonne parole à la mosquée de Mantes-Sud en novembre et juin derniers. On pourra se référer au site Islam mine l’Europe pour savoir qu’à l’évidence les prêches du sieur Hmito s'aligne sur la ligne des mosquées UOIF les plus radicales : « Les responsables de l’AMO dénigrent l’Occident et ses valeurs, adepte du « double langage et la duplicité » en cultivant l’art du mensonge, et glorifient la moralité de l’Islam, ainsi que le port OBLIGATOIRE du Hijab » http://islamineurope.unblog.fr/search/mosqu%C3%A9e%20de%20Oissel Sur la page Facebook du prêcheur d’Oissel https://www.facebook.com/abdellatif.hm on trouve la photos d’un certain Sheikh Abdullah bin Bayyah , dont il vante les « paroles en or ». Ce sinistre barbu est un islamiste radical, vice-président de l’Union Internationale des Savants Musulmans, grand ami de Al Qaradawi, why-was-radical-muslim-scholar-sheikh-abdullah-bin-bayyah-white-house : « Bin Bayyah is vice president of the International Union of Muslim Scholars, a group founded by Egyptian cleric Yusuf Qaradawi — a Muslim Brotherhood leader who has called for the death of Jews and Americans and himself is banned from visiting the U.S.” Anonyme
                                        "MAGNANVILLE - PERQUISITION DE LA MOSQUEE DES MUREAUX Le Parisien nous fait justement remarquer aujourd'hui que la mosquée de Mantes-la-Jolie a manifesté massivement contre les meurtres odieux de deux policiers la semaine dernière.Ce qui m'étonne, c'est que personne, pas même ce journal, qui avait pourtant relevé les faits en novembre dernier, ne s'interroge sur la réaction d'une autre mosquée, celle des Mureaux, perquisitionnée dix jours à peine après le Bataclan, pour suspicion de salafisme. Pourtant, l'un des deux officiers de justice abattu, le commandant de police Jean-Baptiste Salvaing, travaillait bien à cet endroit.Règlement de compte ou bouc émissaire ? Les faits sont là, une fois de plus, on passe sous silence des éléments pourtant importants pour comprendre ce qu'il s'est vraiment passé, d'autant que, selon RTL, deux policiers des Mureaux seraient, eux aussi, ciblés par des proches de Larrossi Abballa. ... " https://www.facebook.com/laurence.taillade/posts/10209175887011129
                                        Et complément d'infos - L'Isère vit le premier Hervé égorgé rituellement (Cornara) qui ne soit pas trahi à l'étranger (comme Hervé Gourdel, par son guide et ami, ou d'autres anonymes disparus. http://www.radioscoop.com/infos.php?id=118747
                                          Heureusement que plus d'égorgement d'Iphigénie, et que plus personne de sang impur ne se goberge ! Il n'en reste que des tableaux. Couac... quoique...
                                            Je ne puis plus vivre sans lui, j'en suis dingue &:) Il a une touche, ce touche à tout génial- Dormant comme la belle au bois depuis plus de deux siècles, il serait grand temps qu'il figure avec son petit pois en typographie de nos claviers - Rien que pour le nom du gars qui l'a proposé, je dis ouiiiiii à son long nez qui me plait au plus haut point !
                                              Voilà donc brevet qui enrichit notre verbe de barjotte. Verlan parlant http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/verlan1.html

                                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Point_d'ironie

                                              Au passage, je vais vous dire qu'il me semble que voilà bien l'étymologie de barjot, qui ne serait nullement affaire d'amiral mais peut être référence à cet inventeur génial tout azimut de Jobard le Barjot.

                                              • IRONICON*
                                              Plus pointu que le point d'ironie, encore... la pique de mon stiletto fatal : Du coup, par mon talon, je décrète mettre en caractères numériques, en l'honneur de Jobard (1841) inventeur stylistique et typographique de l'émoticon, l'ironicon* ! Agnès B. et son journal exhume Alcanter, et je réanime Marcellin :o) http://www.jobard.eu/spip.php?article34
                                                Voilà donc brevet qui enrichit notre verbe de barjotte, verlan parlant http://monsu.desiderio.free.fr/curiosites/verlan1.html
                                                Au passage, je vais vous dire qu'il me semble que voilà bien l'étymologie de barjot, qui ne serait nullement affaire d'amiral mais peut être référence à cet inventeur génial tout azimuth de Jobard le barjot http://fr.wiktionary.org/wiki/barjot
                                                • FLYTOXER
                                                Les mythes nous volent, flytoxons-les ! http://dic.academic.ru/dic.nsf/fre_rus/30296/fly
                                                "Tue les mouches et autres insectes.... fly-tox se dit flai-tox"
                                                http://www.allposters.fr/-sp/Fly-Tox-Affiches_i395670_.htm
                                                Claque au mythe matriarcal, je ne peux qu'approuver en tant qu'ethnologue dans une autre vie.
                                                "Éclairer des concepts, mettre des mots sur les réalités, participer à la construction d’un savoir qui permet d’y voir plus clair, qui permet de développer des forces pour mettre fin à l’oppression que vivent de nombreuses femmes : sans mots ou avec les mots, les possibilités de réflexions ou d’abdication sont en jeu." -http://www.barricade.be/IMG/pdf/2013-nicole-universel_patriarcat_et_legendaire_matriarcat.pdf
                                                Ainsi, c'est dit, toutes les raisons d'adopter le mot réel des féminicides, n'est-ce pas ? Alors donc pourquoi continuer à faire comme s'ils n'existaient pas et s'accrocher désespérément à la vieille définition juridique britannique on-ne-peut-plus naturaliste de Corry ? 
                                                • HYMEN - 
                                                A) - synonyme de virginité ou Hymen de virginité -catégorie "Hymen politique& VMA "virginité médicalement assisté" (mon néologisme) & GPA (gestation privée pour artistes et poètes)
                                                  Il y a trois cents ans (!), Buffon a prévenu mais qui en a cure ?
                                                  "Caroncules myrtiformes""...le cas de l’hymen un cas caractéristique de confusion entre le physique et le moral : une croyance morale pour laquelle on a voulu trouver un fondement anatomique." Leclerc, Comte de Buffon, Histoire naturelle, générale et particulière avec la description du cabinet du Roy, tome second, 1749 
                                                  http://www.buffon.cnrs.fr/citations/citation_read.php?id=8
                                                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Myrtus#/media/File:Myrtus_communis_buds.jpg
                                                  "Ambroise Paré (env. 1510 – 1590) et Andréas Laurentius (1558-1609) auraient, d’après la version anglophone de wikipédia, affirmé que l’hymen est « un mythe primitif, indigne d'une nation civilisée comme la France"". https://blogs.mediapart.fr/barbara-strandman/blog/020209/l-hymen-mythe-primitif-indigne-d-une-nation-civilisee-comme-la-fr
                                                  Absent ou présent, l'hymen ne prouve ni l'un ni l'autre la virginité, ni l'un, ni l'autre la chasteté ! Au fond, celui-là ne signifie rien car nous ne l'avons pas toutes. 
                                                  "La plupart des femmes naissent avec, mais il peut se déchirer facilement, ou ne pas saigner. Je connais également beaucoup de sage-femmes qui ont vu des cas de femmes vierges, pourvues d'hymen, mais enceintes. L'hymen ne prouve rien."   Yvonne Knibiehler, La virginité féminine : mythes, fantasmes, émancipation. Éd. Odile Jacob
                                                  "De plus, l'hymen est une membrane très peu vascularisée, ce qui signifie que lors de sa rupture, la perte de sang n'est pas systématique." Actuellement, toute cette propagande idiote vient de ceux qui "se font du pognon" sur le dos des femmes encore une fois, ou pas loin ! "TOURISME MÉDICAL -Pour répondre à cette demande, des agences de voyage proposent aujourd'hui des voyages tout compris pour aller se faire opérer dans des pays comme la Tunisie. Pour 1 250 euros, l'agence assure une hyménoplastie, le trajet aller-retour et la pension. En effet, selon Nedra Ben Smail, ...à Sfax, dans le centre du pays, facturent l'hyménoplastie entre 600 et 1 000 dinars tunisiens, c'est-à-dire 300 à 500 euros."
                                                  VMA* - Virginité Médicalement Assistée - Et savez-vous qui soutient ces commerçants de bas étage dans leur escroquerie et mépris ? Devinez ! Vous ne devinez pas :
                                                  "depuis 2007, les autorités religieuses internationales ont émis une fatwa autorisant l'hyménoplastie. ...plus des trois-quarts seraient des "vierges médicalement assistées""-http://abonnes.lemonde.fr/societe/article/2012/07/06/l-hymenoplastie-une-seconde-virginite_1729088_3224.html
                                                  La pudicité prolifère partout et des médecins enfin s'élèvent contre la complicité médicale en la matière-  http://www.journaldemontreal.com/2013/10/10/les-certificats-de-virginite-bannis-des-bureaux-des-medecins-du-quebec

                                                  Egalité du repucelage !  Recousez-les du gland...  ! Trêve   de baliverne...A la charnière du double hymen, à une époque l'on voulait proposer l'hymen de virginité, "tout juste capables de proposer la Virginité comme alternative au « masculinisme»", et désormais au tour de l'hymen de mariage, mais est-ce bien là alternative acceptable dans l'un comme l'autre cas, au masculinisme ? http://semgai.free.fr/contenu/textes/bonnet/MJB_emancipation.html


                                                  Depuis bien longtemps, une angoisse sourde se perpétue du refus des femmes de se soumettre à l'hymen, avec ou sans inceste, qui permet de fonder sa lignée, sa descendance... Vous connaissez l'histoire des cinquante Danaïdes qui refusaient hymen et viol, soupçonnées de cannibalisme ? Femmes fauves, femmes sauvages- 

                                                  "qui se sont vouées à la virginité sont menacées d’être prises de force. Comble de l’horreur, par leurs propres cousins germains! […] «L’oiseau qui “mange chair d’oiseau” n’évoque pas la conjonction incestueuse des identiques, mais la relation de quasi-fraternité traversée par une haine meurtrière." - « Quand le roi d’Argos, Gélanor, aperçoit pour la première fois les Danaïdes, il les confond au premier regard avec “les Amazones sans maris, qui mangent de la chair crue” ... (Vernier 1996a: 179)" - "Danaïdes aux seules Amazones, mais plutôt à une série de «peuples de femmes» (Libyennes, Égyptiennes, Chypriotes, Éthiopiennes), dont la virginité n’est en rien une caractéristique commune[" "De toutes ces femmes nommées par Pélasge, seules les Amazones ont quelque chose à voir, non pas avec la virginité d’ailleurs – les Amazones ne sont ni vierges ni prudes à ma connaissance –, mais avec le refus du mariage. " - "...un refus des jeunes femmes grecques en général de quitter leur condition et d’entrer dans les nœuds de l’hymen." p. 287-319, Laurent Barry, Hymen, Hyménée ! , L'Homme 3/2005 (n° 175-176) http://www.cairn.info/article.php?ID_ARTICLE=LHOM_175_0287
                                                  Arrêtez les massacres au nom du fallacieux hymen ! C'est suffisant, on a compris, les mignonnes en ont plein les mirettes et nous avec- Gardez vos manies jalouses et hypocondriaques loin de nous- Nous sommes des êtres libres sans chaînes et sans hymens. http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/12/hymens-de-feminicide-aggrave-au-yemen.html

                                                  Fin 2015, le Conseil de l'Ordre de la Région Midi-Pyrénées en 2015 a produit un ouvrage collectif sur la laïcité et les soins avec l'Agence Régionale de Santé & al.

                                                  'Le praticien qui accepte de réaliser cette intervention, considérée ni thérapeutique, ni esthétique, et au caractère éthique discutable, exceptionnellement liée à une démarche compassionnelle, met toutefois en jeu sa responsabilité et doit l’amener à vérifier sa couverture assurantielle spécifique. " http://ordmed31.org/actualites/article/soins-et-laicite-au-quotidien
                                                  Tout patient (de l'étranger, ou Françaises) devant être protégé et délivré de l'influence prosélyte car en égalité de toutes convictions -à respecter forcément dans la laïcité française- (Et qui sait, les patientes athées outrées de devoir supporter pourraient bien un jour demander des comptes... !) et que, de ce fait, des limitations à pratique religieuse peuvent être mises en établissement de santé au professionnel de santé... Ce qui ressortit de la dernière décision CEDH (aff. ebrahimian c/ france) ! cité ici http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/03/devoilez-vous-mesdames-une-fois-pour.html 
                                                  FGM /MGF de 5e type - Comment se fait-il que personne, et aucune association féministe en vue, n'attaque pour faux exercice de la médecine qui perpètrent des actes discriminatoires qui détruisent les principes d'égalité des sexes - Il n'y a pas à tortiller l'hyménoplastie comme la labioplastie, est une infemmie, et je pèse mes mots !? pour deux pognons de plus, allez coudre des femmes est une mutilation génitale féminicide totalement idiote.
                                                  • B) - Hymen de mariage synonyme noces - catégorie "Hymen politique"
                                                  Le dieu grec Hymen - Wenceslaus Hollar (1607–1677)
                                                   http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Wenceslas_Hollar_-_The_Greek_gods._Hymen.jpg
                                                  Voir aussi http://fr.wikipedia.org/wiki/Hymen_(mythologie)
                                                  Tout y mène de gré ou de force. Tout est bon pour "faire famille" et asseoir "droit à l'enfant" depuis que queer en branle ultralibéral décréta qu'il fallait faire du droit français un droit pragmatique, qui doit servir les plats au service du "care" et se devait d'annihiler sexe et genre (serait manifestation fluide et modulable de mise en scène), pas de quartier.


                                                  L'érection d'un "homopatriarcat" parait des plus novateurs dans le cadre de l'hymen et ne remet en cause pas un cheveu du système patriarcal, hormis que les hommes se sont réconciliés entre eux après quelques siècles de rejet, encore une fois sur le dos des femmes.

                                                  Sans oublier qu'il fallait blanchir toutes les adoptions internationales illégales de pères attentifs en couple ainsi que faciliter l'application de la présomption de nationalité du parent qui permettra aux consuls de délivrer le certificat adéquat propre à permettre l'établissement du passeport français, entre autres choses, de régularisation des gestations pour autrui à l'étranger. Et de mettre en avant que des lesbiennes l'ont réclamé ? Histoire de justifier que la maternité n'appartient pas aux femmes ? Le deuxième sexe retourné comme un gant.

                                                  "Quand les queers instrumentalisent les gays et lesbiennes pour affirmer que les hétéros sont des imbéciles aliénés par le sexisme et le patriarcat. .... photo : hétérosexisme, hétéropatriarcat, hétéronorme : stigmatisation queer des "hétéros" Anonyme
                                                  "La liberté est un acte de responsabilité envers les autres, la liberté renforce celle des autres. La prostitution dite libre provoque la prostitution forcée. Le mariage entre adultes consentants provoque les mariages forcés. Donc le mariage n'est pas libre." Anonyme (amicale)
                                                  D'urgence, mettre hors d'état de nuire cet article 16 nous ferait grand bien à nos petites filles afin d'arrêter les viols nuptiaux féminicides aggravés. A noter au passage que la Charte onusienne fait deux erreurs de taille, elle croit aux races et que la famille de fondation naturelle, restée bloquée au XVIIIème ?
                                                  "Article 16. 1° À partir de l’âge nubile, l’homme et la femme, sans aucune restriction quant à la race, la nationalité ou la religion, ont le droit de se marier et de fonder une famille. Ils ont des droits égaux au regard du mariage, durant le mariage et lors de sa dissolution." http://ledroitcriminel.free.fr/la_legislation_criminelle/textes_fondamentaux/declaration_universelle_droits_homme.htm
                                                  Le "3° La famille est l'élément naturel et fondamental de la société et a droit à la protection de la société et de l’État." montre, oh combien, cet article est la cheville ouvrière patriarcale. Car exprimer que cela est naturel, donc naturellement déterminé, c'est entendre que la famille telle qu'elle existe par le règne paternel serait inébranlable. Et en effet, la nouvelle famille ne change pas, ce sont toujours les pères qui distribue les cartes au poker menteur. 

                                                  Venant planplan du latin,
                                                  familia, "réunion d’esclaves sous l’autorité d’un maître". http://www.cnrtl.fr/definition/famille
                                                  Hymen mygaleux
                                                  "Fragments de l'araignée" avec l'autorisation gracieuse de l'auteure Hélène Epaud / Lise Bouvet
                                                  Tant que ce n'est pas une tarentule, on ne perdra pas la tête non plus... Une fois les hymens dépassés, maternité oblige. Billet distinct spécial à l'occasion de la disparition de ma mère, "Maternité en question" http://susaufeminicides.blogspot.fr/2015/04/maternite-en-question.html
                                                  • MECS - Au nom de la famille, il semble être de bon ton de maintenir des enfants victimes de coups et de viols de leurs parents en leur présence oO que ce serait bon à leur développement ? Ce qui parait au contraire propice à toujours les empêcher de s'en sortir. Que la victime aime son tortionnaire ne devrait pas entrer en ligne de compte, puisqu'elle n'a connu que cela, elle associe l'amour et la haine avec les coups, et la confusion entretenue perdurant ne peut la libérer de ses tensions et l'émanciper. 
                                                  Rien de plus terrible et destructeur que de maintenir à se côtoyer violeur et violée, il y a de quoi devenir encore plus folle, juste au nom des liens de la sagrada familia ! Sans compter que cela ne peut que saper le travailler des éducateurs et animateurs sociaux dévoués, car il faut vocation pour faire quasi famille de substitution dans de telles conditions... ! https://annuaire.action-sociale.org/etablissements/protection-de-l-enfance/maison-d-enfants-a-caractere-social-177.html

                                                  Hymen renforcé -  Le féminisme des années 70 finement remettait en question le mariage aux antipodes de la liberté, désormais la stratégie idéologique de certains a décidé de le renforcer encor.

                                                  Exemple de mariage queer transgenre de renforcement de la famille et du mariage hétérosexuel prétendûment rejetés par le queerisme- Où bien les théoriciennes se fichent de renforcer les institutions patriarcales, ou bien celles-là de méninge et discours bifide ? Mariage civil ou religieux toujours promesse de fidélité...

                                                  "Nous sommes passé aux  yeux de la loi du couple gay au couple lesbien transgenre pour finir comme un couple hétérosexuel..." 
                                                  https://doc.rero.ch/record/10749/files/Memoire_Delaborde_Lavanchy.pdf
                                                  Alan Elen, ... , Paul Jenny Anne
                                                  http://mariage-buzz.com/2011/10/28/mariage-hetero-pour-un-couple-gay-devenu-transgenre/
                                                  • ICTOPHOBE (m/néologisme)
                                                    Dgrec ancien ἰχθύς = ikhthús « poisson » - Votre perspicacité aura remarqué de suite comment d'office je "virai" le "h", trop lourde, cela aurait été comme un coup d'épée dans l'eau - Le philosophe baigne dans l'"ictophobie" lorsqu'il s'agit de botter en touche sur tout ce qui touche à l'égalité des sexes, toujours très tolérant des dogmes abrahamiques brassant de la révélation prophétique et qui propagent le diktat de complémentarité des sexes avec inévitable rapport de "pudicité"*


                                                    http://www.lappeaudesfilles.com/2012/01/aquariums-de-folie/
                                                    Où l'on voit toute la contradiction de l'école philososphique ictophobe dans ses vaines tentatives de vouloir "noyer le poisson".. http://www.expressio.fr/expressions/noyer-le-poisson.php

                                                    Je ne vous apprendrai rien en signalant qu'accoler le nom de la religion de l'ictus au terme phobique reste un simple stratagème (près de me filer un ictère) affecté à réintroduire en droit le délit de blasphème. http://fr.wikipedia.org/wiki/Blasphème

                                                    En France sorti de main de maître avec la sodomie par la Convention de 1791. Sauf que l'affaire ayant été bien conservée par procédé de choucroute, il s'agirait de garder l'oeil aussi vif que poisson frais sur étal, si l'on ne veut as se faire avoir au tournant ! http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article1258

                                                    Après l'ictophobe générique, d'autres naissent comme "protestophobie". http://quebec.huffingtonpost.ca/jerome-blanchet-gravel/le-mythe-du-racisme_b_4229161.html

                                                    On peut aussi varier les plaisirs, ajoutons "anatidophobes*". Très adaptées aux milieux acqueux..., elles suscitent l'ire, "canard[e]s de surface (genres Anas, Aix, etc.) ;
                                                    les canard[e]s plongeurs (genres Aythya, Netta, etc.) ; les canard[e]s piscivores de la sous-famille des merginés. Certain[e]s d'entre eux sont des canard[e]s marin[e]s.http://fr.wikipedia.org/wiki/Canard (en souvenir d'une conversation de fil, où une commentatrice féministe suggéra de laquer le canard)
                                                    Souricettes taquines :)
                                                    Pour avertir que l'avalanche de réactions, en provenance de démocraties pilaristes sécularisées qui veut classer en peur pathologique toute critique est en train de gangrèner à présent la république de démocratie sociale laïcisée ...

                                                    Il serait peut être temps que les puritaines cessent de pathologiser toute adversaire et que les phobies soient bannies du champ juridique !?
                                                    • INTIMITE
                                                    Colonisation de l'intimité féminine, investie publiquement, confisquée, supprimée... ? Réflexion inspirée par les lois qui exigent que des hommes soient accueillis sans broncher dans des lieux d'aisance intime, ou des refuges de protection.

                                                    L'expression "minorités de genre", de pure fashion transiniste typiquement queeristique, apparue à l'appui de ce grignotage.

                                                    Quel exemple parlant, en groupe prétendu "non mixte", jeunes femmes s'exprimant intimement sur leur orgasme devant des transvestiten (se disent femmes, ont parfois obtenu administrativement le changement du sexe administratif, ou sans, ou se disent de sexe masculin) ? Minoritaire crée tous les droits, même les plus absurdes ? http://leplus.nouvelobs.com/contribution/1507118-reunions-non-mixtes-a-nuit-debout-sectaires-non-elles-liberent-la-parole-des-femmes.html

                                                    Puretés féminines - On remarque que l'"intimité" par des religieux peut être prise au sens corporel et qu'ainsi en même temps cachée, confisquée, mais autrement, et en même temps exhibée, puisque le voilisme à compter de la fécondité, c'est à dire les ménarches de la fillette, clame à tue tête que les marieuses peuvent agiter leurs réseaux pour que l'hymen advienne puisque l'hymen intact. 
                                                    • JEU EDUCATIF
                                                    Affiche de propagande materniste
                                                    http://lhistgeobox.blogspot.fr/2009/05/160-antoine-la-loi-de-1920.html
                                                    D'où vient dans les classes ouvrières et moyennes la manie douteuse d'acheter des poupées aux filles, de soit-disant préparation à materner, maternité, couvade ? Mal les préparer à la maternité... pour mieux les culpabiliser ensuite ? En France, on peut dater cette vulgarisation -que l'on va bien sur prétendre démocratisation ?- du jouet sexiste* de 1920.

                                                    Les poupées bourgeoises sont notées dans Les misérables, comme un rêve de petite fille... le père s'imaginant que crinolines soient l'idéal des siennes ? Pour quelqu'un qui prônait l'égalité, sa critique ne s'est pas aventurée dans le modelage ludique à la galanterie...


                                                    Je ne m'étendrai pas -ce n'est pas le lieu- sur les caricatures que certaines marques de jouets ont introduit sur le marché, qui poussent à l'anorexie quand ce n'est à la prostitution, par une sursexualisation* outrée de la poupée, et donc de la fillette qui s'identifie et s'imprègne de cette représentation active de la princesse attendant son prince... Le mode aristocratique inculqué à toutes sans exception. Il reste toujours bon de relire Belotti à ce sujet et bien d'autres propos éclairés. http://www.justedesmotsquinousressemblent.com/categorie-10461483.html


                                                    Balayées les petites ingénieuses, vite on efface et prend le contre pied du faux soutien féministe de Rosie la riveteuse. Ils n'ont pas même pris peine de changer leur fusil d'épaule, voyez comme même son prénom préfigurait l'arnaque.

                                                    La déferlante rosifiante de lolitarisation sursexualisante des petites filles à la sauce pastel princesse-du-bois-saint à l'oeil-de-manga larmichant a-t-elle fait oublier le sursaut de conscience des années 80 et tué l'intelligence des créateurs ainsi que rogné leur sens esthétique ? La beauté tellement réjouissante de cette photographie empêche de saisir les raisons pour avoir abandonné ce type de communication évoluée. Ah, cadeaux du réveillon, que de délicates attentions... Jolies illustrations de lettrines. http://www.cnrtl.fr/etymologie/cadeau

                                                    Slogan de manif' féministes des années 70 : "Nous ne sommes pas des poupées !"

                                                    En 2014, et alors qu'en 1970, l'on scandait "nous ne sommes pas des poupées", bien consciente de l'apprentissage des femmes verrouillées au foyer dans un seul et unique rôle qui plaisait aux géniteurs, maternité et ménage, kinder, kitchen, kirche) il suffisait de chercher sur Toile par gogool "poupée hijab" pour qu'apparaissent des des modèles discriminatoires de pudification* des petites filles, donnant enseignement contraire à l'égalité des sexes de la banalisation et
                                                     intériorisation de leur impureté aux petites filles -qui devraient donc être saisies, des jouets racistes ne seraient pas tolérés un seul instant mais sexistes ne posent aucun problème ?- vendues dans le 11ème arrondissement de Paris sans que personne ne s'en offusque... la troisième e-doll est londonienne ! http://geopolis.francetvinfo.fr/bureau-londres/2014/12/19/les-premieres-poupees-islamiques-sans-visage-en-vente-en-grande-bretagne.html

                                                    Récitantes du quran en arabe, quelle sourate, celle des femmes soumises ? Marque d'infériorisation et de sexualisation des fillettes (le voile est signe de l'impureté essentialiste des créationnistes tout de même, et bannir la tentation et en faire de bonnes dévotes soumises, et ne pas culpabiliser les garçons au sexe incompressible :) à proscrire ! Et favoriser les conversions avec une blondinette aussi ? Les magasins de jouets sont sans vergogne, quand va-t-on les saisir ?! Pourquoi ce fâcheux favoritisme et tolérance envers les traditionalistes sexistes ? 


                                                    Et sur la Toile et en magasins de jouets à Paris
                                                    http://www.donotlink.com/d0pu 

                                                    "poupée musulmane petit modèle" pour toute petite 11,90 euros, pour plus grande à 18,90 euros !
                                                    Sur site "jeux musulmans", "cadeaux musulmans"
                                                    http://www.donotlink.com/hmki
                                                    Imaginez des magasins qui vendraient des poupées chrétiennes fondamentalistes, bible au clair, récitant un petit truc sur la soumission conjugale (au lit), le tollé immédiat et véhément !? Non seulement, les fillettes et les femmes sont traitées comme moins que rien à voiler, bander et soumettre mais, de plus, sont attribués aux musulmanes et musulmans d'office des pratiques sectaires des salafs et des tablighs fondamentalistes ? Jusqu'à quand faut-il se laisser attribuer les pires caractéristiques ? Il serait temps que certaines portent plainte pour usurpation religieuse ! Ni jeu éducatif, ni musulman (sectaire, sexiste), c'est une escroquerie, portez plainte, nom d'un bouquetin. Ne vous laissez pas discriminer ainsi. Cela étant de rapport évident à l'item INTTIMITE

                                                    Je peux d'autant mieux mettre toutes poupées aux chiffons que j'appréciais particulièrement les livres dès toute petite et n'ai gardé aucune en mémoire émue... On avait tenté de me refourguer une dînette et des poupées, sans grand succès. https://macollectiondepoupees.wordpress.com/tag/anne-marie-porot/

                                                    http://www.poupees-bella.com/classiques.php
                                                    Cela m'a intrigué car la revendication de certaines inclusives intersectionnelles américaines allaient à réclamer de l'absence de poupées noires et de l'effacement des organes génitaux, alors que finalement les deux existaient. En cherchant la Bella en question et repensant aux fonctions des jouets, je suis tombée sur des baigneurs sexués. http://domipol-collections.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=2092837

                                                    Ainsi que sur des poupées explicites, sans secret sur leur sexe, pas si bégueules que le voudrait faire croire ceux qui ne connaissent que l'ère victorienne, c'est-à-dire le puritanisme anglosaxon ? Les Poupées Royales de la cour de Louis XVI, de F. Theimer, Ed. Polichinelle http://marie-antoinette.forumactif.org/t3748-poupees-royales-a-la-cour-de-louis-xvi

                                                    Radiographie d'une poupée explicite - in Poupées royales de la cour de Louis XVI
                                                    L'on voit qu'elles restent de grand enjeu politique devant leur surinvestissement dans les rayons de supermarché, toutes barbouillées de maquillages, désormais impures et les autres pures ; et calquées sur des héroïnes absurdement biaisées, toutes princesses, toutes déesses ?! WD, au sommet de l'indigence et de l'agnotologie dansant le quadrille avec la cloclocratie* (item traité plus haut) ?
                                                    "Instrument de l'accès au savoir, Internet est aussi devenu, paradoxalement, une pièce maîtresse du dispositif agnotologique.http://www.lemonde.fr/planete/article/2011/06/03/l-ignorance-des-recettes-pour-la-produire-l-entretenir-la-diffuser_1531488_3244.html
                                                    • Ceux qui caressent l'agnotologie - En cela, la stratégie transactiviste ne s'y est pas trompé et prétend qu'un petit gars qui joue à la poupée serait un "dys" (identitaire, le genrisme suivi par le sorciers du sexe).
                                                    Cela défie l'entendement de voir que le malaise, le classique mal être pubertaire (questionnement légitime tant d'adolescents, que d'adolescentes, celles qui mettent plus de temps à intégrer cette "mue physique" de taille, de poids et de traits avec leurs organes génitaux sensiblement différents), soit utilisé par des mercantils avec la complicité d'un monde médical le transposant en une dysphorie sexuelle maladive, qui ne pourrait être soignée et allégée que par l'intoxication aux hormones et la castration !

                                                    Changer de sexe n'est pas changer le sexe - Aux dires queeriste, ce n'est donc pas une maladie de refuser son sexe et triturer mais tout est remboursé par les systèmes collectifs de santé et guidé par des écrits institutionnels de soins, de santé chapeautés par instituts d'égalité des sexes, comme en Belgique notamment ?! http://www.infotransgenre.be/m/soins/enfants-jeunes/hormones/
                                                    En même temps, les transinistes ont exigé que cela sorte du DSM et ne soit plus considéré en pathologie, et y sont  parvenus, en France en tout cas sous Bachelot, transsexuels, transexuels, transgenres ne sont plus pathologisés. Mais les conversions de transitions prétendues sexuelles (alors que personne ne change de sexe, autant changé que soit le sexe) sont remboursées par la Sécu au moyen d'Affection Longue Durée. De qui se fout-on ?

                                                    Alors qu'il suffirait de simplement accompagner la jeunesse en estime de soi, et le cycle tumultueux passé, l'âge adulte s'installerait sur des bases solides, l'on ose désormais prétendre ménopauser" et andropauser" de 8 à 13,5 ans avec l'aide de certains états indignes.
                                                    Et, les petites filles en camion auraient la fibre ulrichienne de l'esprit d'homme dans leur petit corps d'infante !? Mais cela ne s'arrête pas là car les psychanalystes et autres plasticiens de promotion de l'allosexualisme* (queerisme*) qui a enfanté le trangenrisme et le transinisme, grand augure voient aruspices dans les ventres en silicone des poupées pour pouvoir mieux prescrire des hormones bloquantes à la puberté et ensuite passer à la suite bistourique ou dans l'autre cas du féminicide annihilatoire pédocriminel à la bistouquette montée... http://blogs.spectator.co.uk/brendan-oneill/2015/04/trans-activists-are-effectively-experimenting-on-children-could-there-be-anything-more-cruel/

                                                    Oh mille merveilles, trésors d'or argentins, les garçonnets vont désormais pouvoir s'identifier à des fées, comme c'est touchant, travestis dès tout petits. Encore un truc que les fillettes n'auront plus, na ! De toute façon, les fées ne sont pas des femmes, voilà une bonne chose de mise au point. Il n'y a qu'à voir la fée clochette. Avant la baguette, on l'avait dans la main, quand on était une fée :) Encore un petit effort et les Merlin l'Enchanteur poopées* Barbit en lego pourront être masectomisés et excisés, en toute impunité. Le queerisme ne reculera donc devant rien pour prouver à tout prix (doivent pas être donnés ces bouts de plastocs) que les deux sexes n'existent pas, que les organes que nous possédons sont rêvés et démontables... ? Tout cela pourquoi au bout du compte, pour prouver que le féminisme se gourre, que les fées à verge sont féministes ?
                                                    http://www.opposingviews.com/i/society/gay-issues/worlds-first-transgender-doll-sparks-controversy-argentina-photo

                                                    Cela sert bien les aspirations libertariennes des évangélistes qui comme par hasard sur ce terrain se retrouvent d'équerre à un poil près avec les tribunaux religieux iraniens qui décident que l'homosexualité se traite par la conversion, dite aussi transition (voir le terme traité). Quelle meilleure manière de fiche les jetons au populo. Sacrifier quelques gosses, et des petites martyres épinglées comme des papillons sur leur tableau de chasse, afin de stresser pour l'exemple de cesser de favoriser l'efféminisation (c'est ainsi qu'est supposée l'émergence de gays), que les masculinistes attribuent bien évidemment, on l'aurait deviné au féminisme -qui n'a pourtant rien à voir avec des sectes matriarcalistes ou lesbianistes !- Irlande, Malte, Grande-Bretagne, Bataves qui se bousculent à scruter les joujoux d'enfant et la moindre parole prétendue déviante par un médecin ou un autre ? On voit bien que les canaux de propagation de la métastase passe par des sites comme nhs. http://www.bbc.com/news/uk-northern-ireland-32218497

                                                    Jouer au docteur grandeur nature ?! Dans les cas rares de pathologie grave, bloquer la puberté et couper tout espoir de rémission, voilà bien des médecins fous. Ampute-t-on d'un bras, celui qui le refuse, lui donne-t-on ce choix ? Nos modernes Diafoirus ont trouvé bon d'extraire la pierre du sexe...et les journalistes scientistes de se bousculer pour promouvoir le choix du sexe. J'en étais, pour ma part, restée à celui que les échographies permettent depuis peu par la femme enceinte qui sous la pression sociale avorte d'un foetus féminin.Choix de la déesse hormone et ses conséquences irréversibles. Où l'on comprend qu'une dizaine d'enfants français aurait été soumis à cette expérimentation répugnante ? http://www.lemonde.fr/sciences/article/2015/01/26/transsexuels-donner-le-temps-de-choisir_4563871_1650684.html

                                                    L'extraction de la pierre de la folie (Jérôme Bosch 1475-1480)

                                                    Pourquoi ne sommes-nous qu'une poignée à nous insurger contre cette maltraitance politique de fond des droits des femmes et des enfants ?

                                                    Femmes et enfants ne sont pas des poupées avec lesquelles l'on peut expérimenter ses fantasmes.

                                                    Comment des féministes peuvent-elles se taire, complices, ou souhaiter de telles horreurs à des enfants, et nous censurer ? Assignant et engageant dès leur premier souffle à être coupable de leur sexe de naissance ? Ce cancer politique d'un tel puritanisme de rejet du sexe se développe et il faudrait se taire ? 
                                                    • KIR (champagne, et sirops, cassis ou framboise)
                                                    Tranquillisez-vous de suite, pas de panégyrique de l'alcool, je ne suis plus buveuse depuis un ou deux coma éthylique sofiote à l'adolescence.

                                                    "Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse", in Alfred de Musset, La coupe et les lèvres http://fr.wikisource.org/wiki/La_Coupe_et_les_L%C3%A8vres

                                                    Les bons petits soldats du kir en rangs serrés
                                                    http://hospices-beaune.com/2010/09/26/j-56-le-kir-bourguignon/
                                                    Kir, cuir, mille prononciations, mille et un genres- Subtilité queere... quelle foutaise- Ils en ont trop fait, à trop vouloir en dévoiler, les éléments se recoupent, se croisent, et on s'aperçoit qu'ils sont simplement pour le 'progrès de la stagnation"... complément d'information à l'item SEDUCATION*

                                                    Ce n'est qu'en observant ethnologiquement depuis octobre 2011 le traitement des féminicides par le monde numérique que le mouvement imperceptible du queerisme* qui va jusqu'au queeristique*, confiscateur nourri du genrisme, a peu à peu dévoilé ses atours. Sur la piste de traces tangibles qui n'étaient pas visibles par les non universitaires européennes déjà dessinées par Sheila Jeffreys en 2003 ? Téléchargeable : Unpacking Queer Politics: A Lesbian Feminist Perspective. http://radfem.org/unpacking-queer-politics/

                                                    Autre téléchargement : L'éclairage donné par Andrea Dworkin. 
                                                    http://radfem.org/dworkin/


                                                      • LESBIANITE* (néologisme du 3 août 2013)

                                                          Sur le modèle d'urbanité -pas d'urbanisme, malgré tout l'intérêt de l'architecture, que nous verrons, d'ailleurs, en item plus bas... "phallicité*", article plus bas qui tend vers les hauteurs-, la lesbianité*.
                                                          http://www.cnrtl.fr/etymologie/urbanit%C3%A9

                                                          Le lesbianisme, courant qui ne peut s'arroger tous les droits, juste du fait d'être historique et militant, a choisi de départ l'alliance avec les uranistes devenus homosexuels de leur propre décision et qui leur offrirent les dénominations au complet ; nous y stagnons donc toujours en androlecte et patrilecte.

                                                          Récupérées artificiellement et subtilement toute lesbienne pour leur campagne juridique car qu'est-ce qu'ont à voir les sexualités féminines avec les masculines qui sont toutes phalliques, si je ne me trompe quelque apparence qu'ils leur donnent ? D'ailleurs, voilà que certains demandent à des lesbiennes, alors qu'est-ce que ça fait d'être gay ? Pour sur, bonnes filles, elles ont soutenu toutes les fiertés gays, il ne faut pas s'étonner d'être assimilées finalement tout à fait...

                                                          De prendre de plein fouet numérique les moralistes 
                                                          "straight", "cis" et "scum" des transactivistes, concoctés pour punir les femmes qui jugent elles-mêmes de ce qu'elles sont et de ce qui leur appartient en propre en corps et espace, j'ai découvert que les uranistes ont défini l'homosexualité masculine d'abord avec un pendant lesbien, et l'hétérosexualité ensuite en contre. Pourquoi contre, entre femmes nous nous comprenons plus aisément, lorsque ceux-ci ne s'en mêlent pas.

                                                          En dichotomie, ils avaient perpétué cette mode courante des "ismes" pour la sexualité féminine, comme "tribadisme", "saphisme", "lesbianisme", j'ai donc décidé de parler désormais de "lesbianité". Innée ou acquise, peu importe... lesbianité*./

                                                          Histoire de se détacher ne serait-ce qu'en esprit de cette scission entre les femmes effectuée par ces messieurs pour servir leur camp dans la guerre sans merci qui les oppose entre eux. Chacun des camps lançant du lest de temps à autres...

                                                          Les mâles qui se sentent femmes et se disent lesbiens, et s'imposent à celles-ci, tentent-ils de faire sombrer Mytilène et ses délicats marbres gris bleus ? On aura tout vu ! Les lesbiennes sommées d'aimer tout homme, verbe oblige. 
                                                          http://gendertrender.wordpress.com/2014/08/11/dana-beyers-rotting-lesbian-iceberg/
                                                          • LIERRE

                                                          Sur mon mur du lierre qui étouffe la pierre - Désolée de vous décevoir mais une pompe et une pompe, rien de plus- Je me demandais bien où a pompé son coeur l'inventeur de la guimauve ? Quand est surgi ce symbole... Ce n'est qu'une histoire de lierre, de plante grimpante et collante, voire étouffante !?  En conclusion ce bidule devrait être vert forêt pas rose malabar !
                                                          http://www.epochtimes.fr/front/9/5/25/n3501557/lhistoire-du-symbole-du-coeur.htm

                                                          Ce symbole utilisé à tout va et en guimauve collante montre tout le mauvais usage du lierre qui étouffe. Obligation d'aimer, nouvelles tyrannies.

                                                          • MACRAME
                                                          Tout d'abord, je dois dire que je suis sincèrement heureuse que des femmes (très minoritaires cependant) se sentent bien, que ce soit en prostitution, en voilements (ou à faire des travaux d'aiguille) et je fais confiance à toutes car les femmes devenues au fil des ères expertes en adaptation au servilisme. Malheureusement, ne s'attacher qu'à une liberté orpheline et aux droits individuels éteint tant les droits des filles encore sans avènement que le sens de la responsabilité, en particulier, de ne pas piétiner autrui.

                                                          Il n'en reste pas moins que lasse des tombereaux de calomnies. De soupçons injustifiés et insultants déversés parfois nommément à mon endroit pendant ces deux ans par bloguistes et facebookistes anonymes et autres gazouilleries, de harcèlements. Alors, oui, je suis lasse car jamais je n'ai méprisé ou injurié quiconque de toute mon existence.

                                                          Heureusement, le rire balance quelque peu ce paysage amer ; à lire que certains imaginent les abolitionnistes comme moi en vierges effarouchées antisexe ou en bourgeoises pincées, le fou rire gagne :)))) La plupart d'entre nous,et les plus acharnées, sont issues de classes dites inférieures, au sens des catégories socioprofessionnelles statistiques des sciences sociales, de toutes origines et confessions sans aucune exception.

                                                          Si l'on ne s'accroche qu'aux éclairages de la liberté de travail ou serviciat de néosyndicalisme ou du commerce d'archéomercantilisme, ou aux lampes de l'économystique en ces jours triomphante, l'on se coupera du belvédère plus généreux de l'anthropologie juridique, et nous resterons empêchées de crâmer la barbe patriarcale et son couvre lit. 
                                                          http://fr.wiktionary.org/wiki/macram%C3%A9


                                                          Collier en macramé et pierre fossile d’Inde -  http://macramista.com
                                                          • MARIANNE - allégorie*  Jeu du jour (4 août 2013) - Allégorisme*
                                                            Trouvez l'intruse (!) parmi les Marianne (femme de Lamartine qu'il nous imposa en forme d'adoration -mais adorer, est-ce bien raisonnable sous l'éclairage des Lumières) - Dès que vous avez trouvé, vous gagnez un cadeau : une plume :) virtuelle (non pas cette vertu-là, elle n'est qu'idéale)




                                                            Bon, c'est vrai, j'avoue sans torture que les coques (gauloises) ont le droit d'être le symbole de la République française.

                                                            Cela me fait penser en lisant les enseignements grecs d'Aristote à Alexandre le barbare macédonien, que parmi les formes de monarchie (un seul libre), oligarchie (une élite libre) puis démocratie (tous libres), il a oublié la "mânarchie". Formule anachronique rétrospective, soit, les mânes des ancêtres étant latines. http://www.cnrtl.fr/etymologie/m%C3%A2nes 


                                                            Encore aujourd'hui, de même que monarchie, oligarchie, démocratie en timbre poste, la "mânarchie" des esprits des ancêtres craints, respectés, adulés enserre le quotidien de nombre de populations, par le truchement de sorciers-chefs qui les calment ou les déchaînent et gouvernent par la crainte des morts omniprésents dans une sorte de "phobocratie". D'ailleurs, qui rappellerait la phobocratie télévisuelle ?

                                                            Bon revenons à nos coquelets et coucous sans louange de Zeuxx

                                                            xves. alleluya « petite plante qui fleurit à Pâques » (Grant Herbier, no14 ds Gdf. Compl. : Alleluya c'est ung herbe que l'on appelle pain a coqu) http://www.cnrtl.fr/etymologie/all%C3%A9luia
                                                            http://www.cnrtl.fr/etymologie/cocu
                                                            Images-de-fleurs-oxalis-cornicule-oxalis-corniculata-alleluia-jaune-pain-de-cocu-ou-coucou-trefle-acide-jaune-.jpghttp://jardinage.provence.free.fr/wordpress/?attachment_id=3636
                                                            *du grec : ἄλλον / állon, "autre chose", et ἀγορεύειν, agoreúein, "parler en public", représentation -

                                                            Bien faites et refaites en allégorisme par la Voix de son Maître, femmes "inanimées et animées".

                                                            donnant VIRILOGISME* - VIRALOGUE* -VIRALOGIQUE* ou virilogique* (m/néologisme 04.09/05/13) 
                                                            Comme vous le savez, "virologue" étant déjà pris...  de "vir" homme et "logos" - Imposition de la parole par le vir et son vit (peut être suivi de l'imposition des mains), qu'on voit venir de loin et sait mieux que vous "être femme" et le féminisme - "viralogue", "viralogie", et caetera. 

                                                            Avant d'être obligée de subir sur fcbk le "mansplaining", je n'avais pas réfléchi à cela, puisque un mot de trop et j'étais déjà dehors, ailleurs... (discrète mais ferme) -n'étant pas du tout du genre à me forcer- !

                                                            Nota bene - concevoir le "viralogue" ne veut point dire autre chose que simplement nous en souffrons -ce n'est pas du tout que nous empêcherions des hommes d'avoir un avis- seulement certains sont des champions viralogiques, et cela se voit comme le nez au milieu de la figure....http://www.tomdispatch.com/post/174918

                                                            Voilà tout, "viralogique" / virilogue constitue ma proposition de traduction française de "mansplaining" et a été soumise à l'académie 
                                                             http://wikilf.culture.fr/suggestion-des-internautes/mansplain-mansplaining 

                                                            La variante "virilogique" plus guillerette prend peut-être plus en compte la virilité encombrante... On peut jongler... o_O

                                                            La traduction par "mecsplication" séduisante ne satisfaisait cependant pas mes habitudes étymologiques. Superfétatoire, dérivée, "mainsplaining" - Ayant rencontré tout récemment dans un groupe "social" (vous remarquerez La Palice en personne) qui s'essayait à glisser que le féminisme serait du mansplaining... sissi (impératrice) puisque né du patriarcat donc d'obédience patriarcale, féminisme créé de ses "oeufvres" oncques... J'y répondis donc, goguenarde, "- le féminisme est du mainsplanning, minoritaire comme on est, c'est sur c'est "main" à fond" -

                                                            Et puis les mecs, les mecques, les maques, les macs, mec plus ultra, beauf, beauf, non merci. http://www.cnrtl.fr/etymologie/mec


                                                            Dernière suggestion en date sur ma suggestion sur le forum institutionnel d'"enrichissement de la langue française"

                                                            Par une féministe québecoise de PDFQ (Pour le Droit des Femmes Québec) :
                                                            "Je suggère mexplication : «on m'explique, je ne peux pas comprendre par moi-même». Il me semble que l'orthographe se rapproche plus du sens anglophone, tout en appuyant sur son application féministe." http://wikilf.culture.fr/suggestion-des-internautes/mansplain-mansplaining
                                                            Un dernier né fort accort, le "ballswhining", ou mâlamentation... que l'on pourrait aussi traduire lestement pas "couilles pleureuses" ? 
                                                            • MEDIUS
                                                            Saint-Georges Majeur au crépuscule, Claude Monet 1908 - National Museum of Wales, Cardiff Grande Bretagne.
                                                            Venise au coucher du soleil
                                                              Il est dit doigt d'honneur. Doigt non médiateur, bien que situé au milieu de notre main, à trois articulations. Il sert les abus de l'honneur phallocrate qui ne sait jurer et insulter que par proéminence... http://fr.wikipedia.org/wiki/Majeur_(anatomie)

                                                              _Agité dressé sous le nez d'autrui, il reste une insulte majeure à portée phallocratique, qui ne vaut rien à être reprise, plagiée et utilisée pour menace sexuelle. Juste faire le jeu de la concurrence du "je-te-la mets-sur-la-table-pour-t'impressionner" et voir qui des deux camps est plus viril ? Code viriliste non déguisé promu par des libéromaniques étatsuniens qui font des pieds et des mains pour que le signal devienne prépondérant de brandir son doigt d'honneur à tout ennemi idéologique. Traduction, "on va te mater !". http://fr.wikipedia.org/wiki/Doigt_d'honneur

                                                              _Si vous passez au bras d'honneur, vous comprendrez vite qu'il s'agit de l'honneur viril, du même code de l'honneur qui nous coûte cher, très cher. Ne jouons pas avec leur honneur, nous risquons seulement d'être salies à menacer de viol avec cette figuration du pénis qui se lève. Traduction, au  cas où vous n'auriez pas bien compris, ne courrez pas chez babylon, "je bande pour te violer". http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/02/feminicides-sans-honneur.html

                                                              L'insulte ne peut être réappropriée par l'insultée... des femmes l'expliquent judicieusement. http://sisyphe.org/spip.php?article3991


                                                              Rester soi-même permet de gagner son autonomie. Pour s'émanciper, inutile d'imiter le maître, ses codes et ses menaces. Ce ne sont que relents mal compris de l'affrontement au père préconisé par des psychanalysmes balbultiants. Personne n'est en guerre et il n'est pas question de bagarre de chiffonniers couillus mais bien de lutte politique. L'universalité de la gestuelle de l'honneur viril à la mode phallocratique a besoin d'une leçon définitive qui l'enverra aux oubliettes.
                                                              pour information- Vincent Battesti, Esquisse d’une communication gestuelle yéménite (Taezz et Sanaa) »Chroniques yéménitesno 9, 2001p. 204–223. http://hal.inria.fr/docs/00/03/23/90/PDF/Gestuelles.pdf

                                                              _En passe d'être interdit de ses relents de vilaine cuisine, la troisième forme du bras d'honneur, qui déshonore le plat lyonnais -habituellement délectable qui n'avait pas besoin de cette nouvelle publicité à la baisse- du fait de représenter une sorte de salut complètement naze en signe de ralliement prétendu anti-système. Ces jeunes gens devraient suivre de vrais cours de cuisine, cela ne leur ferait aucun mal en travaux d'intérêt public pour la soupe populaire. Pour ceux-là, ce n'était pas que pour s'amuser mais bien noué à un contexte malfaisant incontestable de vintage de la seconde guerre mondiale. http://www.20minutes.fr/societe/1272187-20140109-essonne-deux-eleves-auteurs-quenelle-exclus-lycee

                                                              Au chapitre de "jeu de mains, jeu de vilains",  l'on peut en voisin du majeur poser le pouce en un geste d'insulte digitale bien connue. Ou bien d'invite sexuelle, dont l'on m'avait petite fille pendant des vacances régulières en  Turquie expliqué de ne surtout pas y répondre -m'étant risquée une fois en toute  innocence à copier en riant- Recherchant l'histoire des doigts d'injure, j'ai appris que cela s'appelait la  figue au pape. http://lamblard.typepad.com/weblog/2012/03/la-figue-au-pape-.html

                                                              Le féminisme n'a pas d'autre choix que de bannir 
                                                              doigt, bras et droit d'honneur gravement et durement phallocrates, pas d'autre issue- Ce symbole qui dit sans prendre de gants "je vais te sodomiser de force" est indigne du féminisme !

                                                              On vient donc d'apprécier la hauteur du geste de 
                                                              cette dissonance qui apparaît dans le doigt d’honneur phallocratique, donc viriliste premier, qui fait profil et couverture ou l’usage invétéré des insultes sur notre sexe dont se gargarisent tous les camps, aussi féministes soient-ils. Pourtant que d'efforts contrariés de tant et plus montrer qu’il faut féminiser la langue, pour conquérir nos droits politiques, et non pas la salir avec les vieilles manies phallocrates promptes à exhiber de l’intimité ? Nous serons en sécurité dans la sphère privé, le jour où la sphère publique ne nous recrachera plus.

                                                              En restant donc au monde visuel digital, l'on peut aussi évoquer l
                                                              a terrible force des symboles, visuels et lexicaux, dont la puissance symbolique parait subliminale, tellement l’imprégnation en parait profonde. Autrement dit, aucun des symboles que nous choisissons pour une lutte n’est dénué d’histoire et de chausse trappes qui nous entrent par l’arrière des yeux. Ceci me vint à dire à voir le délicat avatar de juste métaphore des femmes disparues figurée par une ombre chinoise, réclamant justice pour les victimes de féminicides, tant que l’on ne sait pas la signification des plumes attribuées aux virils guerriers sioux. http://itancansioux.wordpress.com/2009/02/11/la-plume-d%E2%80%99aigle-et-les-coiffes/

                                                              Mais sans tarder, je sursautais à voir deux plumes d’aigle qui pointaient avec une quasi-certitude que cette silhouette serait celle d’un jeune guerrier. Peut-on réellement mouler les féminicides dans son buste. La plume d'aigle se pourrait comparer au laurier ou à la légion d'honneur en congratulations viriles chez "63 communautés amérindiennes, soit 15 % de la population de la province" du Canada http://www.artindien.com/index.html :
                                                              "chaque plume d'aigle représentant en fait un exploit de bravourehttp://www.artindien.com/parures.html
                                                              Aucune référence à une quelconque sauvagerie amérindienne mais bien à tenter la lucidité sur la politique amérindienne qui ne se soucie pas de moitié de sa population :
                                                              "72 000 Amérindiens sur notre territoire représentent moins de 1 % de la population québécoise. S'ils forment 10 nations, ils ne se rattachent qu'à deux groupes linguistiques. Les plus importants sont les descendants des Iroquois, avec 16 000 Mohawks et 3000 Hurons-Wendats. L'autre groupe linguistique, les Algonquins, est disséminé en huit nations à la grandeur du Québec : Abénakis du Centre-Sud, Algonquins de l'Outaouais, Attikameks de la Haute-Mauricie, Cris de la Baie d'Hudson, Innus de la Côte-Nord et du Lac-Saint-Jean, Malécites du Bas-Saint-Laurent, Micmacs de Gaspésie et Naskapis du Labrador." Regis Tremblay http://lesgrandestribus.doomby.com/pages/description/les-indiens-aujourd-hui.html
                                                               D’une part, concernant les symboles virilistes que l’on voudrait utiliser pour la lutte féministe et, d’autre part, de constater la prééminence déclarée ou subtile d’un peuple sur d’autres,
                                                              « Cheyenne veut dire «ceux qui parlent une langue étrangère» en langue sioux 8 alors qu’ils se nomment eux Tsitsista (les gens). (…) Apache, (ennemi en Zuni) ». p. 18 et 19, Sylvain Froidevaux, Nommer l’autre : typologies, ethnonymes et stéréotypes http://www.creageo.ch/nommer-l27autre_-tabou-1.pdf
                                                              Native Women’s Association of Canada (NWAC)
                                                              Si les femmes autochtones disparues le sont principalement du fait d'auteurs de proximité, cela signifie en effet que ce sont bien pour la plupart des féminicides intérieurs au groupe d'appartenance, une fois décomptés les homicides de femmes pour raison non liées à leur sexe (dont crapuleuses, vol, par ex.), les enquêtes seraient bien venues à l'expliciter toujours plus finement. http://www.rcmp-grc.gc.ca/pubs/mmaw-faapd-slides-diapos-fra.htm

                                                              Mais quelle ironie de se représenter par de jeunes guerriers et deux ennemis occis (les plumes font le bon compte), lorsque parlant de jeunes femmes pour beaucoup liquidées par ceux-ci ou approchants...

                                                              ... A suivre sur Tome III Boum féministe


                                                                I - Bal http://susaufeminicides.blogspot.com/2013/02/index-illustre-bal-feministe.html
                                                              • Cet index illustré en trois tomes fait suite à d'autres beaucoup plus prestigieux,
                                                              Philippe de Thaon, Brunet Latin, Mallarmé, Flaubert, Bataille, Michaux, Leiris et Ponge.
                                                              cf. Christophe LamiotEau sur eau : les dictionnaires de Mallarmé, Flaubert, Bataille, Michaux, Leiris et Ponge, Amsterdam et Atlanta, Rodopi, 1997 http://books.google.fr/books?id=P7Bxr9WjJPQC&printsec=frontcover&dq=christophe+lamiot+eau+sur+eau&hl=fr&sa=X&ei=tNGbUdiyNqer7Ab__4G4BQ&ved=0CDUQ6AEwAA

                                                              Volland et Diderot, mes soeur & frère par dessus les siècles - http://www.franceculture.fr/emission-les-nouveaux-chemins-de-la-connaissance-diderot-philosophe-14-l’eclectisme-2013-09-30
                                                              Qu'elle devait donc être solide pour qu'il en soit si admiratif... 
                                                              http://fr.wikipedia.org/wiki/Sophie_Volland

                                                              Mais aussi plus récente inspirée par Gustave Flaubert, voir l'abécédaire des libres définitions de Marie-Victoire Louis

                                                              Christine Gamita, Ph. D., ethnologie

                                                              • Fondamentaux de ce blognotethno :
                                                              B - Androcides - http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/androcides.html
                                                              Mais plus encore : http://susaufeminicides.blogspot.fr/2013/08/salon-de-demoiselles.html
                                                              Des preuves ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/p/cest-de-la-carte-tentative-darticle.html
                                                              Des chiffres ? http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/01/combien.html

                                                              Ne tirant nul viatique de mes écrits, il n'y a pas l'ombre d'une raison que d'autres s'octroient la paternité ou maternité de mes inventions aux fins de toucher des royautés ou fignoler carrière et prestige, s'attribuant de mes trouvailles stockées sur cet ensemble de calepins où toutes et tous peuvent puiser à volonté dès lors que dit d'où est puisé...  
                                                              "L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.Pour citer cette ressource, et base de données, mentionner votre date de consultation sous la forme (consulté le x … 20…) Auteur : Christine Gamita Droits d'auteur : Creative Commons by-nc-sa 3.0 F Tout usage toile ou papier hors ce cadre sera passible de poursuites - Reproduction autorisée à condition de citer les liens © Copyright- Toute citation de cet article doit être de contexte, précise, avec date de version, blog "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr le lien exact du document & id. en cas d'usage du logotype montage photographique "Eradication des féminicides - Larmes de sang" CGMD © Christine Gamita Tous droits réservés illimités internationalUnauthorized use and/or duplication of this material without express and written permission from this blog’s author and/or owner is strictly prohibited. Excerpts and links may be used, provided that full and clear credit is given to "Thémis - Haro sur les fémincides et androcides dans le monde" http://susaufeminicides.blogspot.fr with appropriate and specific direction to the original content. However, no link is to be reproduced on slanderous motives and/or miscategorization. Therefore, before any use of network Tools such as scoop-it or pinterest & so, the author’s permission is required. Il est essentiel lors de toute utilisation de cette production ou partie de cette production de préciser la source : le lien et l’auteure de l’article, ponctuation adéquate encadrant la citation -entre guillemets- et dans son contexte, sans distorsion ni manipulation ( article L122-5, du code de la propriété intellectuelle) . La permission formulée et explicite de l’auteure est également exigée. De la même manière, concepts, termes et approches empruntés à l’auteure du blog doivent être mentionnés comme tels- références adéquates. En vertu du code de la propriété intellectuelle stipulant à l’article L121-1,‘ L’auteur jouit du droit au respect de son nom, de sa qualité et de son oeuvre. Ce droit est attaché à sa personne. Il est perpétuel, inaliénable et imprescriptible.existe aussi dans les langues suivantes Castellano Castellano(España) Català Dansk Deutsch English Esperanto français Galego hrvatski Indonesia Italiano Lietuvių Magyar Melayu Nederlands Norsk polski Português Português (BR) Suomeksi svenska Türkçeíslenska česky Ελληνικά русский українська العربية 日本語 華語 (台灣)

                                                              Aucun commentaire:

                                                              Enregistrer un commentaire